Retour aux résultats de recherche Fiche de recherche Haut de page
Section
Les prisonniers de guerre allemands en France 1944-1949


Rappel historique

Les premiers prisonniers de guerre de l'Axe ont été capturés en 1943 en Afrique du Nord, d'autres pendant les hostilités qui se sont déroulées en France à partir du 6 juin 1944, mais l'essentiel de la captivité eut lieu après la fin des hostilités (jusqu'à fin 1948). Sur les 700 000 prisonniers de guerre allemands détenus en France fin 1945, un peu plus de 200 000 ont été capturés sur le territoire français, les autres ont été faits prisonniers en Allemagne et transférés en France entre mai et octobre 1945 par les autorités alliées.


Les prisonniers sont pris en charge par le Service des prisonniers de guerre de l'Axe, créé en 1943 en Afrique du Nord, puis transféré en métropole le 1er septembre 1944. Ce service dépend à la fois du ministère des Armées (Direction générale des prisonniers de guerre de l'Axe, DGPG) et du ministère du Travail (Direction générale de la main-d’œuvre). En effet, les prisonniers de guerre sont d'abord détenus par l'autorité militaire, qui assure leur internement dans des camps ou dépôts situés en métropole, en Afrique du Nord ou dans les zones françaises d'occupation d'Allemagne et d'Autriche, avant d'être très vite mis au travail.


Les attributions respectives des administrations des Armées et du Travail sont définies ainsi : l'autorité militaire est chargée de l'entretien et de la surveillance des prisonniers en instance de placement ou inaptes au travail, alors que le ministère du Travail est chargé du placement de cette main-d’œuvre dans l'économie française (pour la reconstruction, le déminage, dans l'agriculture, dans les mines ou dans des industries diverses), de la réglementation des conditions de travail et du recouvrement des redevances dues à l’État par les employeurs.


A partir de 1947, les prisonniers sont progressivement rapatriés ou transformés en travailleurs libres.


Le Service des prisonniers de guerre de l'Axe a cessé ses fonctions à la suite de la libération, le 31 décembre 1948, des derniers prisonniers de guerre détenus en captivité sous commandement français.


Éléments de bibliographie

Ouvrages généraux :

Théofilakis, Fabien, Les prisonniers de guerre allemands, France 1944-1949, Paris, Fayard, 2014

Schneider, Valentin, Un million de prisonniers allemands en France 1944-1948, Paris, Vendémiaire, 2011

Études locales :

Charles, Anne-Laure, « La Citadelle de Besançon à l’époque du dépôt 85. Camp de prisonniers de guerre de l’Axe, octobre 1945-avril 1948 », mémoire de master, université de Franche-Comté, S. Krapoth (dir.), 2013

Delacroix, Philippe, Avenel, Alain, C.C.P.W.E. n° 23. Le camp de prisonniers de guerre allemands de Bolbec (février 1945-août 1946), Bolbec, Ville de Bolbec, 2005

Dessaint, Odile, « La vie quotidienne des prisonniers de guerre allemands dans la seconde région militaire entre 1945 et 1948 », mémoire de maîtrise, université de Reims, M. Vaïsse (dir.), 1996

Hurold, Marlène, « Les prisonniers de guerre allemands dans le département de la Gironde 1944-1948 », mémoire de maîtrise, université de Bordeaux III, B. Lachaise (dir.), 2006

Jesse, Fritz, « Les prisonniers de guerre allemands en Bretagne. Rencontres et expériences entre capture, captivité et vie parmi les Français, 1944-1948/1949 », mémoire de maîtrise, université de Rennes II, M. Bergère (dir.), 2004

Moreigne, Christophe, Prisonniers de guerre de l’Axe. Creuse et région administrative (1944-1948), Guéret, 2005

Renouf, Alexis, « Les prisonniers de guerre de l’Axe dans la Manche de 1944 à 1948 », mémoire de master I, université d’Angers, Y. Denechère (dir.), 2007

Sommier, Dominique, « Les prisonniers de guerre allemands en Loir-et-Cher (1944-1949) », mémoire de maîtrise, université de Tours, M. Cointet (dir.), 1992


Les recherches individuelles

Les dossiers individuels des prisonniers de guerre allemands sont conservés en Allemagne par la Deutsche Dienststelle (WASt) für die Benachrichtigung der nächsten Angehörigen von Gefallenen der ehemaligen deutschen Wehrmacht (Office allemand pour l'information des proches des tués de l'ex-Wehrmacht) à l’adresse suivante :

Deutsche Dienststelle (WASt)
Eichborndamm 179, D - 13403 Berlin (Reinickendorf)
www.dd-wast.de

Créé en 1939 sous le nom de Wehrmachtauskunftstelle (WASt) für Kriegsverluste und Kriegsgefangene (Bureau d'information de la Wehrmacht) pour renseigner sur le sort des soldats de l'armée allemande diparus ou prisonniers, repris en 1946 par les autorités alliées et repassé sous contrôle allemand depuis 1951,  ce service conserve des dossiers individuels et des fichiers relatifs aux prisonniers de guerre en captivité alliée, ainsi que de nombreux documents personnels de soldats de la Wehrmacht.


Les documents conservés aux Archives nationales (site de Pierrefitte)

Ministère des Armées, Direction générale des prisonniers de guerre de l'Axe (DGPG)

19830368/1-95 : Minutier et correspondance de la DGPG, transferts de fonds de prisonniers de guerre, archives de la 2ème section (état-civil et recherches) concernant les prisonniers allemands décédés en France, 1944-1949.

19830372/1-16 : Listes de prisonniers de guerre de l'Axe détenus en captivité sous commandement français de 1944 à 1948 (classées par type de radiation des contrôles et par région militaire).

19940604/1-22 : Listes de prisonniers, documents nominatifs (fiches, listes, dossiers) concernant les prisonniers libérés, évadés ou décédés et les soldes ou salaires versés aux prisonniers, demandes de recherches concernant d'anciens prisonniers, correspondances relatives à des prisonniers décédés, albums photographiques publiés par le Service de recherches de la Croix-Rouge allemande relatifs aux soldats allemands disparus pendant la Seconde guerre mondiale ou en captivité.

Ministère des Anciens Combattants,  Direction du contentieux, de l'état-civil et des recherches :

F/9/3876 : Listes de militaires de l'Axe ou des forces alliées inhumés dans divers départements, en Afrique du Nord et en Autriche, prisonniers allemands décédés à l'hôpital de Besançon.

19940604/144, 152 et 158 : Registres des avoirs de prisonniers allemands décédés en France, registres de successions de militaires allemands décédés ou disparus en France, 1945-1957.

Ministère du Travail, Direction générale de la  main-d’œuvre :

19770623/84-102 : État des besoins en prisonniers de guerre, répartition, tableaux des effectifs, correspondances avec les ministères, avec la Croix-rouge, la Sécurité sociale, les syndicats, libérations de prisonniers, affectation de prisonniers dans l'agriculture, au forestage, à la reconstruction, au déminage, aux travaux publics, dans les mines et industries, transformation de prisonniers de guerre en travailleurs libres, recouvrement de l'indemnité compensatrice due par les employeurs (classement par région), 1944-1953.

Cabinet civil du Général de Gaulle, Londres et Alger :

AG/3(1)/270 : Notes et correspondances sur les prisonniers de guerre de l'Axe internés en Afrique du Nord (notamment à Boufarik et en Oranie), projet de décret de création d'un service des prisonniers de guerre, 1943-1944.

Commissariat aux prisonniers, déportés et réfugiés du Comité français de Libération nationale (C.F.L.N.)

F/9/3115 à 3117 : Interceptions de correspondances de prisonniers allemands, notes, législation, 1943-1944.


Ministère de l'Intérieur, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Sous-direction des étrangers et de la circulation transfrontalière :

19880312/18-20 : Avoirs allemands en France, engagements de prisonniers dans la Légion étrangère, étrangers internés en France devant être rapatriés (listes nominatives), notices de renseignements sur les candidats travailleurs volontaires en France, prisonniers de guerre allemands convertis en travailleurs, 1944-1950.

19900353/1 : Textes de loi relatifs à l'emploi des prisonniers de guerre comme main-d’œuvre en France.

Ministère de l'Intérieur, Police judiciaire :

19890158/20 : Enquêtes sur les "unités bloquées" de prisonniers de guerre de l'Axe susceptibles d'avoir participé à des crimes de guerre, 1947-1948.

Ministère de la Justice, correspondance générale de la Division criminelle :

BB/18/3693/1-10 : Prisonniers de guerre allemands ou autrichiens poursuivis pour crimes de guerre et détenus en France ; poursuites contre des prisonniers de guerre : rapports des procureurs généraux ; infractions commises par des prisonniers postérieurement au 31 janvier 1948 ; historique du service des prisonniers de guerre de l'Axe par le général Buisson (13 décembre 1948).

Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme :

19770810/2-3 : Emploi de prisonniers de guerre de l'Axe pour la reconstruction et le déminage (organisation générale, conditions de vie, sélection, transferts, évasions), transformation de prisonniers de guerre en travailleurs libres, libération, rapatriement, 1945-1948.


Sources complémentaires

Service historique de la Défense, Vincennes :

Les archives de la Direction générale des prisonniers de guerre de l'Axe sont conservées dans la sous-série 29R : organisation du service, administration en France métropolitaine (29R/1 à 13), en Afrique du Nord (29R/14 et 15), en Allemagne et en Autriche (29R/16 à 24); dossiers individuels de prisonniers de guerre de l'Axe (29R/25 à 32); dépôts d'Allemagne et Autriche : historique, organisation, prisonniers décédés, libérés ou évadés (29R/33 à 48)

Archives départementales

On trouvera, dans la série W de nombreux services d'Archives départementales, des documents sur l'emploi des prisonniers de guerre de l'Axe (dans les usines, les mines, l'agriculture, etc.. ), l'hébergement, la surveillance des prisonniers, la répression des délits, etc ..

Comité international de la Croix-Rouge (Genève)

Le CICR conserve, à Genève une importante documentation sur les prisonniers de guerre, et les rapports de visite des camps de prisonniers.

 

© Archives nationales, 2015. Fiche rédigée par Monique Leblois-Péchon et Patricia Gillet.

Attention ! Restrictions du jour. Cliquez ici pour en savoir plus.