Back to search results Search guide Top of page
Section
Histoire de l'élaboration des instruments de recherche du Minutier

Les nombreux instruments de recherche du Minutier central ont été réalisés sur des supports variés (fichiers, publications, bases de données) et selon diverses méthodes de dépouillements (dépouillements exhaustifs ou sélectifs, par thème ou par type d'actes, par périodes) ; certains sont restés inachevés. Cette profusion peut donner au chercheur une « impression d'éparpillement et de confusion »1.

L'exposé des phases de rédaction successives de ces instruments de recherche qui suit doit permettre de mieux comprendre quels sont les actes ou minutes qui ont été analysés et, en creux, ce qui ne l'ont pas été.  Pour plus de détails, chaque instrument de recherche a fait l'objet d'une petite fiche d'identité.


Une première clé d'accès, pour qui veut chercher un document d'archives, est d'en connaître le producteur. Il fallut donc d'abord identifier les études et leurs notaires. Dès la création du Minutier en 1928, grâce aux ouvrages de Delarue2 et Thomas3, les 122 études parisiennes historiques ont été numérotées et les notaires, au sein de chacune d'entre elles, identifiés. Ces informations, réunies dans la base Etanot jusqu'en 20034, sont aujourd'hui accessibles dans la salle des inventaires virtuelle et constituent une partie du référentiel des producteurs d'archives conservées aux Archives nationales, référentiel "personnes" pour les notaires, et "collectivités" pour les 122 études historiques de la capitale (formulaires Recherche par notaires et Recherche par études). Les notices d'autorités s'enrichissent quotidiennement, notamment pour la partie historique et biographique de chacun des notaires, le Programme scientifique, culturel et éducatif des Archives nationales comprenant une action "prosopographie des notaires de Paris".