Your request is in progress
Finding aid - Reference codes:

Travaux d'art, musées et expositions. 1er et 2e volumes, (XIXe-XXe siècles)

Top of page
Reference codes
F/21/3967-F/21/4285
Date
XIXe-XXe siècles
Name of creator
France. Bureau des Travaux d'art (1882-1965) - France. Conseil supérieur des Beaux-Arts (1875-1940) - France. Bureau de l'Enseignement (1878-1969)
Physical location
Pierrefitte

Description

Presentation of content

INTRODUCTION

Le présent versement de 555 numéros dans la série F21vient combler en partie le retard causé par l'irrégularité des versements effectués aux Archives nationales par les services des beaux-arts.

Il se compose de deux fonds distincts : archives des directeurs et sous-secrétaires d'Etat des beaux-arts et archives du bureau des travaux d'art, musées, expositions. La plupart de ces papiers se trouvaient entreposés avec divers autres fonds des beaux-arts au 3 rue de Valois depuis leur origine, quelques-uns plus anciens y avaient été envoyés après le 4 septembre 1870, lorsque cette administration s'était installée au Palais-Royal. Ils y étaient restés, lors du remaniement des services, en vertu de l'ordonnance du 20 novembre 1944 créant une direction générale des Arts et lettres transférés rue Saint-Dominique, et érigeant la direction générale, dont le siège demeure 3 rue de Valois.

A la demande de la direction de l'Architecture, la direction des Archives de France décida d'envoyer sur place, à partir d'octobre 1954, en mission provisoire, pour préparer le versement de tous ces papiers, l'archiviste, auteur de ces lignes, qui a bénéficié dans le présent travail de la collaboration de Madame DAUDET et de Monsieur PETIT, des Archives nationales.

1. Le classement des dossiers d'achats et de commandes, des dossiers d'artistes et l'établissement du fichier des dossiers de secours sont dûs à MMe Daudet. Le classement des dossiers des candidats au Prix du Salon, puis Prix national, et aux bourses de voyage, des dossiers des bénéficiaires de ces récompenses et de secours et encouragements, des dossiers d'attributions d'oeuvres d'art, de décoration d'édifices publics, d'érections de monuments commémoratifs, de musées de province (séries décennales) a été effectué par Mr. Petit avec l'aide occasionnelle de chêmeuses intellectuelles, employées à la Direction de l'Architecture.

Ces deux fonds évalués à environ onze cents cartons étaient conservés dans des conditions telles que, sauf, dans une certaine norme, pour les séries de dossiers personnels, ils étaient inéxploitables.

Après un premier tri, en entreprit donc le classement des papiers, au cours duquel en supprima une foule de pièces faisant double emploi et un volume considérable de papier blans, ce qui fit gagner une place importante. L'existance d'une telle masse de documents rendait nécesaire l'établissement d'un inventaire détaillé. On a introduit, à l'intérieur des grandes séries le cadre de classement qui faisait défaut, et sans lequel il était impossible de s'y retrouver, en l'adaptant à la nature des documents rencontrés : ce cadre est tantôt chronologique, tantôt méthodique.

Les archives des directeurs et sous-secrétaires d'état des des beaux-arts(F213967 - 3987) :

Comme il est d'usage dans les administrations, le cabinet centralisait toute la correspondance adressée aux beaux-arts, puis la répartissait entre les divers services compétents. Il ne conservait que les dossiers des affaires relevant de plusieurs services à la fois (funérailles nationales, programmes de grands travaux), les affaires revêtant un caractère exceptionnel (mesures prises en temps de guerre) ou celle pour lesquelles le directeur ou sous-secrétaire d'Etat intervenait personnellement et au nom des fonctions qu'il exerçait.

Trois directeurs et deux sous-secrétaires d'Etat sont représentés dans ces archives, de façon d'ailleurs très inégale :

M. Charles BLANC, nommé directeur chargé de la division des beaux-arts après le 4 septembre 1870, devait installer au Palais-Royal l'administration des beaux-arts, qui, sous le Second Empire, avait été logée au palais du Louvre, et remplir ces fonctions jusqu'à la fin de 1873. Les papiers, qui proviennent de ce directeur, portent en général la mention manuscrite "Ch. Blanc" ; ils sont relatifs à l'administration des musées, et à la protection des oeuvres d'art pendant les évènements de 1870-1871, une partie d'entre eux se trouve déjà conservée aux Archives nationales sous les cotes F21491 à 496.

M. DUJARDIN-BEAUMETZ, qui fut sous-secrétaire d'Etat de 1905 à 1911, sera cité pour mémoire seulement, car il n'a été retrouvé que fort peu de choses de ses papiers.

2. Cf. Henri, Charles, Etienne DUJARDIN-BEAUMETZ...Discours prononcés de 1905 à 1911. - Paris, 1918 (publiés par François DUJARDIN-BEAUMETZ).

Avec M. Albert DALIMIER, sous-secrétaire d'Etat pendant la guerre de 1914-1918, on retrouve les mesures de protection des monuments et les évacuations d'oeuvres d'art, et on constate l'organisation de missions artistiques aux armées, qui furent confiées à un bon nombre d'artistes, dont certains sont connus.

Les archives laissées par M. Georges HUISMAN, directeur général des beaux-arts de 1934 à juin 1940, ferment un ensemble assez complet, et abondent en renseignements sur l'organisation et l'activité des services de la direction générale pendant la période de guerre de l'automne 1939 à l'été 1940.

Enfin l'activité de M. Louis HAUTECOEUR, directeur puis secrétaire général pendant l'occupation allemande, est représentée par quelques notes très incomplètes.

En annexe se trouvent placées :

1) Une série de documents budgétaires relatifs à l'ensemble de l'administration des beaux-arts (règlements généraux et budgets annuels pour les années 1927 à 1935, 1940, préparation du budget de 1941) et des règlementations de comptabilité.

2) Une collection documentaire générale assez importante composée principalement de documents budgétaires (renseignements fournis aux rapporteurs du budget des beaux-arts, extraits des rapports de ces rapporteurs) et relative à l'organisation et à l'activité des services de cette administration de 1792 à 1940.

3) Une documentation concernant la propriété littéraire et artistique, l'exportation et l'importation des oeuvres d'art en France et à l'étranger (textes de réglementation, notes et imprimés) et des affaires diverses, dont la liste est donnée par l'inventaire.

Les archives du bureau des travaux d'art, musées, expositions(F213988 - 4522) :

A partir de 1833, l'ancienne division des sciences, beaux-arts et belles-lettres au département du commerce et de l'industrie est privée d'une partie de ses attributions (sciences et lettres), elle prend le nom de division des beaux-arts, et son premierbureauditdes beaux-arts, a déjà, dans les grandes lignes, les attributions du futur bureau des travaux d'art, musées, expositions, auxquelles s'ajoutent l'enseignement des arts et la conservation des monuments historiques (celle-ci jusqu'en 1837 inclus). L'année suivante, la division des beaux-arts est passée avec l'ensemble de ses bureaux au département de l'Intérieur, et le bureau des beaux-arts subsistera, avec quelques modifications de détail et une éclipse en 1853-1854 et de 1856 à 1859, jusqu'en 1877 inclus. Il suit les destinées de la division des beaux-arts, qui relève, de 1834 à 1852, du département de l'Intérieur devenu département de l'Intérieur, de l'Agriculture et du Commerce en 1852, et il a parmi ses attributions les monuments historiques de 1848 à 1852.

En 1853, s'opère une scission, les musées, avec les salons et encouragements aux arts dans leurs rapports avec l'empereur, sont rattachés d'une part à l'administration des établissements de la Couronne au ministère de la Maison de l'Empereur, et, d'autre part, la section, puis division des beaux-arts, démembrés aussi des monuments historiques, qui forment un bureau à part, passe, ainsi réduite, au ministère d'Etat, et, sauf en 1855, le bureau des beaux-arts disparait pour n'être rétabli qu'en 1860.

Par décret du 23 juin 1863, le bureau des beaux-arts est également rattaché, avec la division érigés en surintendance des beaux-arts, au ministère de la Maison de l'empereur, qui prend alors le titre de ministère de la Maison de l'Empereur et des beaux-arts. La division et le bureau des beaux-arts sont rattachés au département des beaux-arts créé le 2 janvier 1870 et transformé le 15 mai suivant en département des lettres, sciences et beaux-arts. A partir du 23 août 1870, la division, puis direction des beaux-arts, est définitivement rattachés avec ses bureaux au ministère de l'Instruction publique, sauf du 14 novembre 1881 au 30 janvier 1882 où elle fait partie d'un éphémère ministère des Arts. Le bureau des beaux-arts a dans ses attributions, jusqu'en 1876, les travaux d'art, les musées, l'enseignement des arts et les expositions. En 1877, le bureau étend ses attributions au conseil supérieur des beaux-arts, à la préparation de la publication de l'inventaire général des richesses d'art de la France.

En 1878, la direction des beaux-arts devient une direction générale, le bureau des beaux-arts est scindé enbureau de l'encouragement des arts(marbres, commandes et achats, distribution, entretien des oeuvres d'art, médailles, missions artistiques, expositions des oeuvres d'artistes vivants et récompenses données aux salons), et enbureau de l'enseignement des artsayant aussi dans ses attributions les musées, encouragements et secours, souscriptions aux ouvrages d'art et répartitions, la conservation des collections du dépôt légal et l'inventaire général des richesses d'art de la France.

La direction générale est remplacés l'année suivante par un sous-secrétariat d'Etat des beaux-arts, dont les services sont remaniés, le 29 octobre 1880 comme suit : lebureau du personnel et des travaux d'art, d'une part, a dans ses attributions la décoration d'édifices publics, les commandes et achats d'oeuvres d'art et de copies, leur conservation et distributions, les acquisitions et distributions de marbres, les moulages pour les musées et édifices publics, les voyages et missions artistiques, les subventions aux sociétés des beaux-arts des départements, les expositions.La bureau du musée. des souscriptions et de l'inventaire des richesses d'art de la Frances'occupe également du comité et de la réunion annuelle des sociétés des beaux-arts des départements et de la conservation des collections du dépôt légal, en outre, à partir de 1881, des indemnités et secours.

En 1882, la direction générale des beaux-arts réapparait avec unbureau des travaux d'art, qui a les mêmes attributions qu'en 1880 - 1881, auxquelles ont été ajoutées les bourses de voyage, et unbureau des musées et expositions, qui s'occupe en outre des souscriptions aux ouvrages d'art et de leur répartition, de la conservation des collections du dépôt légal, de la publication de l'inventaire des richesses d'art de la France, de la réunion annuelle à la Serbonne des sociétés des beaux-arts des départements

3. Arrêté ministériel du 29 mars 1882. cf. Paul DUPRÉ et Gustave OLLENDORFF.Traité de l'administration des beaux-arts... Paris,1885, tome I, p. 39. n.1.

.

De 1885 à 1891, le bureau des travaux d'art a pris de l'extension, il s'intitulebureau des travaux d'art et des manufactures, et les expositions sont également de son ressort, d'autre part, lebureau de l'enseignement(des arts) a annexé les musées, les souscriptions, les collections du dépôt légal, l'inventaire des richesses d'art de la France, la réunion annuelle des sociétés des beaux-arts des départements.

En 1892 enfin, lebureau des travaux d'art, musées,expositionsapparait pour la première fois, avec les attributions suivantes : préparation des affaires soumises au conseil supérieur des beaux-arts et à la commission consultative des travaux d'art, décoration des édifices publics, érection de statues et subventions pour monuments publics, commandes et achats d'oeuvres d'art, répartition, acquisition et distribution de marbres statuaires, moulages, voyages et missions, prix du Salon (devenu prix national en 1896), prix de Paris et bourses de voyage, indemnités

annuelles, secours et encouragements accordés aux artistes et à leur famille, expositions, musées, inspection des musées.

En 1894, le commissariat des expositions est rattaché au bureau, qui ajoute, en 1896, à ses attributions, l'inspection des beaux-arts, les dépôts d'oeuvres d'art appartenant à l'état, et en 1903 le dépôt des gravures commandées par l'état.

Le remplacement en 1905 de la direction des beaux-arts par un sous-secrétariat d'Etat n'entraîne aucun changement dans les attributions du bureau.

Deux divisions sont créées au sous-secrétariat d'Etat en 1908 : la division des services d'architecture, d'une part, et la division de l'enseignement et des travaux d'art, dont le premier bureau, dit des travaux d'art, musées, expositions, garde les mêmes attributions qu'en 1903.

Après la guerre de 1914 - 1918, les deux divisions disparaissent, le bureau relève immédiatement de la direction des beaux-arts qui a été rétablie par la loi du 21 août 1919, et conserve ses attributions jusqu'en 1940, mais en 1933 on lui adjoint l'enseignement des arts, le mobilier national et les manufactures, et de 1934 à 1936 il s'intitule bureau des travaux d'art, musées, expositions, mobilier national et manufactures.

Les archives de ce bureau forment un ensemble assez complet et permettent de suivre son activité de ses origines à la guerre de 1940.

Les registres d'enregistrement du courrier de 1875 à 1892, la correspondance diverse de 1867 à 1939, les questions écrites des parlementaires de 1912 à 1939 et les coupures de presse diverses de 1890 à 1929, placés en tête du fonds, F213988 - 4005, sont suivis d'une importante collection de budgets annuels et de registres de comptabilité concernant le bureau des travaux d'art, musées, expositions, ou les bureaux qui l'ont précédé (F214006 - 4030).

Les premiers documents budgétaires remontent à 1806, mais sont surtout complets de 1900 à 1940

4. Ces documents complètent et continuent ceux qui sont déjà versés aux Archives nationales. cf. Mireille RAMBAUD...Les sources de l'histoire de l'art aux Archives nationalesParis, 1955.

.

Le cadre de classement est chronologique et suit les diverses phases de l'établissement du budget, soit dans les grandes lignes : prévisions budgétaires (établissement et discussion avec le ministère des Finances), établissement du projet de budget imprimé, préparation des rapports et rapports des rapporteurs du budget au parlement, douzièmes provisoires, vote du budget (débats parlementaires et loi de finances), crédits additionnels, compte définitif. Cette documentation est à la clé de la politique suivie par le bureau

5. Cf. l'utilisation faite des documents budgétaires imprimés dans l'ouvrage de Jeanne LAURENT.La République et les beaux-arts ; - Paris, [c. 1955] (chapitre intitulé :Le bilan de la III° République).

.

Sont particulièrement à signaler les notes envoyées aux rapporteurs du budget des beaux-arts pour l'établissement

de leur rapport, qui donnent des renseignements ne se retrouvant nulle part ailleurs sur l'organisation et l'activité du bureau et des établissements qui en relèvent. Leur valeur n'a pas échappé à l'administration des beaux-arts qui, on l'a vu, en a rassemblé une collection intéressant tous ses services, conservée sous les cotes F213982 - 3985.

A la suite se trouvent les séries suivantes :

1) F214031 - 4037. Organisation et personnel du bureau ou des établissements qui en relèvent avec les dossiers du personnel scientifique et de cadre entre 1869 et 1940.

2) F214038 - 4040. Attributions de distinctions honorifiques à des artistes, critiques et historiques d'art, mécènes, de 1893 à 1939.

3) F214041 - 4050. Missions archéologiques et artistiques (généralités de 1840 à 1917, dossiers individuels de candidats et chargés de mission de 1864 à 1937). Elles complètent et continuent les dossiers qui se trouvent déjà aux Archives nationales

6. cf. Mireille RAMBAUD,Op. cit.

.

4) F214061 - 4128. Expositions artistiques. En dehors des généralités sur leur organisation, des relations du bureau avec le commissariat des expositions et le dépôt des ouvrages d'art de l'Etat aux Champs-Elysées, cette série concerne les sections françaises des beaux-arts aux expositions internationales (notamment à celles de Paris en 1889 et en 1900) et les expositions d'art français à l'étranger

de 1883 à 1937 d'une part, les expositions artistiques de Paris et de province de 1857 à 1935 d'autre part, enfin les salons et expositions périodiques (généralités sur leur organisation de 1866 à 1892, grands et petits salons de 1883 à 1943.

Le commissariat des expositions était l'ancien service des expositions annuelles des artistes vivants ou salons installés au Palais de l'Industrie. Il était chargé d'organiser en dehors des salons, toutes les expositions artistiques françaises et étrangères auxquelles l'Etat prenait part. L'abandon, en 1880, par l'Etat aux artistes de l'organisation du salon faillit lui coûter l'existance. Toutefois, en 1892, l'inspecteur des beaux-arts, Roger BALLU, nommé commissaire principal des expositions des beaux-arts en France et à l'étranger, s'efforça de lui donner un regain d'activité. Il devait bientôt entrer en conflit avec le chef du bureau des travaux d'art, musées, expositions, BIGARD-FABRE, et cette lutte aboutit à la suppression de son emploi en 1894 et au rattachement direct du commissariat au bureau. Le service continue après cette date, à s'occuper, dans le cadre du bureau, de la centralisation et de l'envoi des oeuvres d'art prétées aux expositions en France et à l'étranger, du groupement et de la présentation respectivement au conseil supérieur des beaux-arts et à la commission des achats de l'Etat des oeuvres des candidats aux prix national et bourses de voyage, et de celles des artistes exposant aux grands salons, de la réception au dépôt des ouvrages d'art de l'Etat qui lui est annexé, des peintures, gravures et petites sculptures, et de leur inventaire, en attendant leur affectation. Mais son personnel est réduit peu à peu, de même que son rôle, à la suite de l'extension prise par le comité français des expositions

7. Voir F214417.

. Il est supprimé en 1936, et son dépôt est réuni au dépôt des marbres, qui l'avait déjà hébergé rue de l'Université, lors de la destruction du Palais de l'Industrie, et en attendant l'achèvement du Grand-Palais.

Les documents relatifs aux salons, en cette période où l'Etat ne s'occupe plus de leur organisation, concernant principalement l'attribution de récompenses aux exposants et les achats. Les dossiers personnels des candidats au prix du salon (puis prix national) et aux bourses de voyage et des bénéficiaires de ses récompenses de 1878 à 1940. terminent cette série.

5) F214129 - 4155. Encouragements, indemnités annuelles et secours accordés aux artistes et à leur famille de 1854 à 1942. Ces dossiers complètent et continuent ceux qui sont déjà versés aux Archives nationales, et seront communicables seulement par extraits, en raison de leur nature confidentielle

8. Voir F21262 - 291 et 511 - 518. cf.Etat sommaire des versement faits aux Archives nationales par les ministères et les administrations qui en dépendent... t. III, fasc.1 p. 201.

.

6) F214156 - 4346. Commandes et achats d'oeuvres d'art. Les généralités de 1840 à 1940, les concours artistiques de 1892 à 1939, les commémorations de centenaires divers de 1923 à 1927, les médailles (coins et frappes) de 1863 à 1939 sont suivis d'une part volumineuse série alphabétique de dossiers d'artistes intéressant les années 1901 à 1930 qui continue celles qui se trouvent déjà aux Archives nationales, d'autre part d'une seconde série alphabétique où sont résumés les rapports des artistes avec l'administration des beaux-arts. Elles sont toutes deux importantes pour l'histoire de l'art officiel dans les trente premières années du XXesiècle. La première est souvent consultée encore pour des besoins administratifs.

7) F214347. Dons et legs d'oeuvres d'art à l'Etat. Généralités et dossiers personnels de donateurs et testateurs intéressent la période comprise entre 1876 et 1941.

8) F214348 - 4350. Relations du bureau avec le dépôt des marbres, puis des ouvrages d'art appartenant à l'Etat entre les années 1880 et 1938

9. Voir aussi F21476 - 484, 775, 1403 - 1405.

.

Le dépôt des marbres achetait, conservait et distribuait les blocs de marbres destinés aux statuaires qui avaient obtenu une commande de l'Etat. Au cours du XIX° siècle, il prit une certaine extension : de simple chantier et entrepôt, il s'éleva peu à peu au rang de dépôt transitoire où les oeuvres des statuaires achetées par l'Etat étaient emmagasinées, en attendant de recevoir une affectation, puis étaient expédiées. En, outre, de grands ateliers y furent construits et concédés à divers artistes, sculpteurs ou peintres, pour qu'ils puissent y exécuter des commandes de grandes dimensions peu réalisables dans des ateliers privés. Parmi les artistes qui ont bénéficié d'une concession d'atelier durant la période intéressée par le versement, onrelève les noms d'Antoine BOURDELLE, d'Emmanuel FREMIET, de J.P. LAURENS, d'Auguste RODIN. Le dépôt avait une annexe à l'île des Cygnes où se faisaient les restaurations de sculptures, et où se trouvaient également quelques ateliers. En 1936, on l'a vu plus haut, il est réuni au dépôt des oeuvres d'art du Grand Palais, pour former le dépôt des ouvrages d'art appartenant à l'Etat, qui est transféré aux Gobelins, 1 rue Berbier de Metz.

9) F214351 - 4416. Attributions d'oeuvres d'art à des établissement divers, décoration des édifices publics et subventions pour l'érection de monuments commémoratifs. Cette grande série départementale complète et continue, pour la période comprise entre l'an VIII et 1939, celles qui ont déjà été versées aux Archives nationales

10. F21318 - 435, 575 - 588, F212783 - 2788, 2906.

. Elle est particulièrement importante pour les édifices parisiens.

10) F214417 - 4418. Sociétés artistiques de Paris et de province. Ces dossiers intéressant les années 1864 à 1942.

On y trouve notamment des demandes d'approbation de status, de reconnaissance comme établissement d'utilité publique, de subventions, d'attributions d'oeuvres d'art, d'achats à des expositions, d'autorisation d'accepter des legs.

11) F214419 - 4522. Musées. Cette série est spécialement importante pour les musées nationaux et les musées d'Etat, or les Archives nationales n'avaient, jusqu'à présent, reçu que très peu de papiers relatifs à ces établissements.

Les deux premiers cartons renfermant des documents généraux sur l'organisation et la législation des musées entre 1874 et 1939 sont suivis d'une série concernant l'ensemble des musées de la réunion des musées nationaux : - F214421 - 4422 ; Organisation générale, 1873 - 1940. - F214423 - 4425. Conseils, comités et commissions, 1869 - 1940.

- F214426. Ouverture et visites, 1880 - 1938.

- F214427 - 4430. Impression et vente de catalogues et reproductions photographiques, travail dans les musées nationaux, 1890 - 1937.

- F214431. Mesures de sécurité, 1890 - 1937, et budgets 1848 - 1892.

- F214432 - 4434. Personnel, bâtiments et jardins, 1873 - 1941.

- F214435 - 4437. Missions confiées par les musées nationaux à divers membres de leur personnel scientifique ou à des historiens et critiques d'art, 1871 - 1934

11. On peut notamment signaler la mission DIEULAFOY en Susiane. Les pièces justificatives des dépenses sont constituées en majeurs partie de lettres du chef de la mission donnant tous les détails sur les péripéties du voyage.

.

- F214438 - 4462. Collections : inventaires, récelements, répartitions, achats

12. Artistes connus, grands collectionneurs, antiquaires et commissaires-priseurs sont représentés dans la série alphabétique des dossiers de vendeurs aux musées nationaux, 1857 - 1939 (F214440 - 4458).

, attributions, dons et legs

13. Parmi les donateurs et testateurs, on relève également de nombreux artistes et collectionneurs.

, échanges, prêts, dépôts, réintégrations, réclamations, aliénations, déprédations, vols, entretien et restauration demandes de renseignements, reproductions, divers, 1856 - 1939.

- F214463 - 4467. Ateliers des musées nationaux : chalcographie, moulages, marbrerie, 1872 - 1939.

A la suite, ont été placés les dossiers particuliers des musées de la réunion des musées nationaux et des musées d'Etat situés, d'une part à Paris, d'autre part hors de Paris (F214468 - 4499). Le cadre de classement adopté pour chaque établissement est le suivant : organisation, budget et comptabilité, personnel, bâtiments et jardins, collections Les dossiers les plus importants sont ceux du musée Guimet, 1883 - 1936 (F214470 - 4473), du musée du Louvre auquel sont annexés l'ancien musée de la marine et l'école du Louvre, 1854 - 1940 (F214473 - 4484)

14. Au sujet des collections, on peut signaler notamment les dossiers de l'enquête sur l'authenticité de la tiare dite de Saitapharnès, de l'attribution des joyaux de la couronne, du vol de la Joconde.

, du musée du Luxembourg 1888 - 1939 (F214484 - 4488), des musées du palais du Trocaderc, 1873 - 1934 (F214489 - 4490), du musée des antiquités nationales à Saint-Germain-en-Laye, 1871 - 1933 (F214492 - 4493), des musées du domaine de Versailles, an X - 1938 (F214493 - 4499).

Les dossiers des musées de province (départementaux, municipaux et communaux) comprennant d'une part une documentation d'ordre général sur leurs législation et organisation, budget et comptabilité, personnel, bâtiments et collections, entre 1748 et 1940, d'autre part cinq séries décennales classées par villes. Les quatre premières, de 1871 à 1910 complètent celles qui sont déjà versées, la cinquième, de 1911 à 1920, les continus. Elles renferment des rapports et une correspondance relative aux nominations du personnel de conservation, aux constructions et travaux, aux envois d'oeuvres d'art appartenant à l'Etat.

Enfin le dernier carton du versement (F214522) contient des documents relatifs à des musées d'art ne relevant pas de l'administration nationale des beaux-arts : musées des Arts décoratifs (1877 - 1939) et du Petit-Palais (1904 - 1934).

Les noms des titulaires des très nombreux dossiers personnels que l'on trouve dans ces archives (personnel scientifique et de cadre du bureau ou des établissements qui en dépendant, chargés de missions, titulaires du prix national et de bourses de voyage, bénéficiaires d'encouragements, indemnités annuelles et secours, de commandes et achats de l'Etat, chargés de missions par les musées nationaux, vendeurs, donateurs, testateurs aux musées nationaux) ont été relevés en vue de la constitution d'un fichier général, par noms de personnes, d'artistes, historiens et critiques d'art, et de collectionneurs, qu'il sera utile de consulter pour les recherches biographiques.

Enfin, pour terminer, l'existence dans les deux fonds d'intéressantes collections de coupures de journaux mérite d'être signalée. Il est commode en effet de les avoir groupées par sujets, car cela évite de longs dépouillements dans la presse de l'époque.

18 octobre 1957

Almanach royal, puis impérial, puis national, 1831 - 1919.

Annuaire de l'instruction publique et des beaux-arts... 1870 - 1914.

Bulletin administratif du ministère de l'instruction publique et des beaux-arts...1870 - 1932.

Annuaire de la curiosité et des beaux-arts... 1911 - 1914, 1920 - 1940.

Annuaire général de l'université et de l'enseignement français... avec le établissements d'enseignements des beaux-arts... rédigé et publié par l'Information universitaire. - Paris, 1929 - 1930, 1938 - 1939.

Tableau général de la composition et des attributions des divers ministères. Ministère de la guerre. Publication de la commission du bulletin officiel, 1er février 1918.

Annuaire général de la France et de l'étranger, publié sur l'initiative du comité du livre, association nationale sous le haut patronage du gouvernement de la République pour l'année 1919. - Paris, [juin 1919].

Paul DUPRE et Gustave OLLENDORFF.Traité de l'administration des beaux-arts, historique. législation, jurisprudence :écoles, musées, expositions, monuments, manufactures, théâtres- paris, 1885, tomes I - II.

Cl. M. COUYBA.les beaux-arts et la nation... - Paris, 1908.

Louis HAUTECOEUR...Les beaux-arts en France, passé et Avenir... - Paris, 1948.

Jeanne LAURENT.La République et les beaux-arts. - Paris, [C. 1955].

Pierre CARON.Le versement de l'administration des beaux-arts aux archives nationales. - Paris, 1909 (Extrait desArchives de l'art français, nouvelle série, tome II, 1908).

Etat sommaire des versements faire aux archives nationales par les ministères et les administrations qui en dépendent...tome III, fasc. l. - Paris, 1933 (Etat de F21, par Pierre CARON et Jacques CHASSAING de BORREDON).

Ministère de l'éducation nationale. Direction des archives.Les sources de l'histoire de l'art aux archives nationales, par Mireille RAMBAUD, ... - Paris, 1955.

Until further notice, the reservation of a place in the reading room is compulsory for any consultation of documents.

Add finding aid
to my favourites
Download
the finding aid in PDF format
Finding aide permalink
Finding aid XML export