Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds d’Andlau (1655-1886)

Haut de page
Cotes
294AP/1-294AP/2
Date
1655-1886
Nom du producteur
Andlau (famille d')
Localisation physique
Pierrefitte

Description

Présentation du contenu

Le riche chartrier d'Andlau, propriété de la famille de ce nom, est déposé depuis son retour d'Allemagne, où il fut "déporté" durant la dernière guerre mondiale, aux Archives départementales du Bas-Rhin. D'autres fonds sont dispersés dans plusieurs châteaux d'Alsace. Le fonds Andlau conservé aux Archives nationales ne représente donc qu'une partie des archives de cette famille d'ancienne noblesse germanique alliée, au cours de l'histoire, à des maisons lorraines ou, même, comme on le voit dans ces deux importants cartons, à des familles anciennement implantées aux Iles d'Amérique.

Les documents Andlau proprement dits de cette collection proviennent de la branche fondée au début du XVIIIe siècle par Antoine, chevalier d'Andlau, dont le quatrième fils, Eleonore-François, épousa une Helvétius et dont le petit-fils, devenu comte de l'Empire français puis général devait jouer un certain rôle militaire durant les campagnes Napoléoniennes et de la Restauration dont une lot de 47 lettres, écrites à sa mère entre 1806 et 1816 nous fournit quelques impressions.

Félix d'Andlau, mort en 1860, avait épousé une lorraine Pauline d'Hennezel et c'est leur petit-fils, Gaston, militaire comme son père et son aïeul, qui devait par son mariage avec Thérèse Le Pelletier de Saint-Remy, en 1860 être à l'origine de la seconde partie du fonds d'archives donné aux Archives nationales par le comte de Sercey, leur descendant.

Les Le Pelletier de Saint-Remy, famille créole, tirent leur origine d'un négociant parisien devenu, sous Louis XIV, conseiller au Conseil souverain de la Martinique. Ses descendants, riches propriétaires terriens, firent carrière dans la milice locale de l'Ile où ils furent tous, successivement officiers, puis dans l'administration locale avant d'accéder, par le Sénat du Second empire, au Conseil d'Etat et de faire reconnaître leur droit à faire officiellement relever le nom de Saint-Remy pour se distinguer des autres branches de cette importante et noble famille.

Ce sont les nombreuses pièces collationnées et classées par Marie-Pierre-Romuald Le Pelletier de Saint Remy entre 1850 et 1857 qui composent l'essentiel de cette seconde partie du fonds et qui, outre leur intérêt pour l'histoire sociale et généalogique des familles créoles d'ancienne extraction, apportent quelques détails à la connaissance de la vie militaire et mondaine d'une famille française sous le Premier et le Second Empire.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire