Your request is in progress
Finding aid - Reference codes:

Musée pédagogique

Top of page
Reference codes
AJ/71/1-AJ/71/90
Name of creator
Wallon, Henri (1879-1962)
Physical location
Pierrefitte

Description

Presentation of content

SIGLES

B.A.I.P. Bulletin administratif de l'Instruction publique.

B.I.E. Bureau international de l'éducation.

B.O.E.N. Bulletin officiel de l'éducation nationale.

B.U.S. Bureau universitaire de statistiques.

C.I.E.P. Centre international d'études pédagogiques.

C.N.D.P. Centre national de documentation pédagogique.

C.N.E.C. Centre national d'enseignement par correspondance.

C.R.D.P. Centre régional de documentation pédagogique.

I.N.R.D.P. Institut national de recherche et de documentation pédagogique.

I.P.N. Institut pédagogique national.

O.F.R.A.T.E.M.E. Office francais des techniques modernes d'éducation.

U.F.O.D. Union francaise des organismes de documentation.

ABREVIATIONS

Ms Manuscrit

S.d. Sans date

INTRODUCTION

Rassembler les documents qui permettraient d'écrire l'histoire de l'enseignement en France pour en juger les effets aux diverses périodes a été un souci constant du XIXème siècle, notamment pendant les débuts de la Troisième République. C'est bien dans cette perspective que se situe la création du Musée pédagogique dont les ministres de l'Instruction publique définissaient ainsi la mission :

"Réunir entre autres documents tous les renseignements qu'il est possible de rassembler sur l'enseignement primaire en France". (1)

"J'ai décidé qu'il serait constitué une collection aussi complète que possible des documents propres à établir bibliographiquement l'histoire de l'enseignement primaire en France, en remontant aussi loin que possible". (2)

De là procède un fonds d'archives original, composé pour une grande part d'enquêtes à caractère rétrospectif et de documents rattachés par leur origine à d'autres institutions mais volontairement et progressivement groupés sous le nom de "Collections historiques".

I - RAPPEL INSTITUTIONNEL

La publication de plusieurs brochures a marqué le centenaire célébré en 1979 sans qu'aucun ouvrage d'ensemble n'ait encore été consacré à l'histoire de cette institution. (3) Dans le cadre de cette introduction, il ne peut être question que de rappeler les principales dates et textes dont la connaissance est indispensable à la compréhension et à l'utilisation du fonds inventorié. En outre, d'anciens opuscules qui décrivent la vie de l'institution dans ses phases successives ont été regroupés dans le premier carton. (4)

La création

Le 14 décembre 1872, le ministre de l'Instruction publique, Jules Simon, annonce aux recteurs l'organisation d'un musée scolaire au ministère avec le concours de la Ville de Paris ; il s'adresse de même aux inspecteurs primaires le 4 mai puis le 6 août suivants. Les réponses sont nombreuses mais sans suite. (5)

Le projet est relancé avec succès à l'occasion de l'Exposition universelle de 1878. Le Palais du Champ-de-Mars est désigné pour accueillir une bibliothèque d'ouvrages publiés par les professeurs français de 1867 à 1878. (6) Enfin, le 13 mai 1879, sur rapport de Jules Ferry au Président de la République Jules Grévy, se fondant sur des précédents étrangers et rappelant les tentatives avortées, un décret porte création d'un " Musée pédagogique et une bibliothèque centrale de l'enseignement primaire, comprenant des collections diverses de matériel scolaire, des documents historiques et statistiques et des livres de classe provenant de la France et de l'Etranger". (7) Dès le 30 mai suivant, le ministre reprend dans une circulaire aux recteurs les termes de son prédécesseur le 14 décembre 1872, en s'y référant même explicitement. (8)

Les organisations successives

Le 11 juillet 1881, le conseil d'administration approuve un règlement intérieur. (9) Quatre sections vont former le cadre durable dans lequel les fonctions assignées à la nouvelle institution seront remplies : matériel scolaire, appareils d'enseignement, bibliothèque centrale, documents relatifs à l'histoire de l'éducation (article 2).

En février 1882, s'y ajoute la bibliothèque circulante pour aider par des prêts gratuits les aspirants et aspirantes à divers concours de l'enseignement. Le 15 juillet de la même année, paraît le premier numéro de la Revue pédagogique qui se veut "En quelque sorte un congrès pédagogique permanent et universel" (10).

En 1896, le service des vues est créé pour "Mettre à la disposition des sociétés d'instruction populaire des appareils de projections lumineuses et des collections de vues photographiques pouvant servir à l'enseignement dans les cours d'adultes et les conférences populaires". (11).

L'activité du Musée, intense en période d'Expositions, est moindre au début du XXème siècle et la création parallèle le 10 juin 1901 d'un Office d'informations et d'études rend une réorganisation inévitable. (12). Cet office est chargé de réunir, classer et répertorier des documents officiels et les publications de nature à faire connaître la législation et l'administration de l'Instruction publique à l'Etranger. Il est donc doté d'une bibliothèque destinée à "ta centralisation et la mise en valeur des documents imprimés et manuscrits, rapports sur mission, communications de conseils etc ... qui étaient dispersés dans les archives des directions et bureaux du ministère". Le décret du 1er avril 1903 fond les deux institutions sous le nom de Musée pédagogique, bibliothèque, office et musée de l'Enseignement publique (article 1 ) dont la compétence s'étend désormais à tous les degrés d'enseignement avec trois départements et deux services auxiliaires : bibliothèque dont la bibliothèque circulante reste distincte, office chargé notamment des relations avec l'Etranger, musée auquel sont adjoints le service des vues lumineuses et l'office des oeuvres auxiliaires et complémentaires de l'école. (13). Ce dernier, dirigé par Pellisson (14), centralise les documents statistiques, prépare les enquêtes, attribue des récompenses dans le domaine des cours d'adultes et de l'éducation populaire (15). Les structures de l'établissement sont désormais stables et les textes officiels ne concernent que le personnel. L'un entraîne toutefois une modification structurelle en rattachant la fonction de bibliothècaire-conservateur du musée à celle d'archiviste de l'office (16) ; enfin, en 1908, il apparaît nécessaire de rappeler qu' "Une commission instituée en 1904 a été chargée d'examiner les objets d'enseignement primaire élémentaire auxquels les auteurs et éditeurs voudraient assurer la publicité du Musée". (17)

Dans les années qui suivent la première guerre mondiale, la nécessité d'une nouvelle réforme se fait jour : le décret du 20 mare 1926 modifié le 14 septembre suivant, en fixant les cadres du personnel, consacre officiellement l'existence du service des films créé en 1920 (18). Peu après, Langevin est désigné pour présider une commission de réorganisation (19). Le besoin nouveau se fait sentir d'utiliser le Musée comme "Un centre d'études théoriques de pédagogie où la sociologie et la psychologie expérimentale entreraient en contact avec la pédagogie pratique ..." (20). Le Musée ainsi conçu serait le modèle de musées régionaux. Ces travaux de réforme aboutissent le 28 avril 1932 à la constitution du Centre national de documentation pédagogique, installé le 15 octobre suivant dans de nouveaux locaux, 29 Rue d'Ulm (21). De 1932 à 1936, diverses commissions centrales sont mises en place tandis que des relais départementaux décentralisent les activités.

Après la seconde guerre mondiale, les tâches de recherche pédagogique se développent sous l'impulsion du Centre national de documentation pédagogique organisé par les arrêtés du 27 février puis du 7 octobre 1950 (22). Il comporte des services centraux de documentation et d'information, un musée de l'enseignement public, une bibliothèque, cinémathèque, phonothèque centrales de l'enseignement public, des services administratifs, techniques, de recherche et d'information pédagogique, d'enseignement par correspondance.

Peu à peu, lui sont rattachés à des degrés divers le Centre international d'études pédagogiques et le Centre national d'enseignement par correspondance.

En 1956, l'institution prend le nom d' Institut pédagogique national et, dès lors, une impulsion est donnée aux actions régionales développées par les Centres régionaux de documentation pédagogique (23).

Dans l'après mai 1966, l' I. P. N., fait place en 1970 à l' Institut national de recherche et de documentation pédagogique (I. N. R. D. P.) et à l' Office français des techniques modernes d'éducation (O. F. R. A. T. E. M. E.) mais les documents inventoriés ci-après sont tous antérieurs à ces avatars successifs du Musée pédagogique depuis à nouveau transformé (24).

II - LES ARCHIVES

En 1980, lors du départ pour Rouen du Musée de l'histoire de l'éducation, la décision de verser aux Archives nationales une partie des documents qui constituaient les "Collections historiques" a été prise en accord avec Monsieur Caplat, Chef du département de la recherche historique à l'Institut national de la recherche pédagogique. Avec l'aide de Mademoiselle Claude Monnerat qui assurait alors leur conservation, un récolement rapide a été effectué pour séparer les documents à caractère plus muséographique qu'il convenait de ne pas éloigner du musée et les archives proprement dites dont la place se trouvait aux Archives nationales.

Ainsi les autographes achetés dans des ventes diverses, les copies de textes concernant l'enseignement, les documents iconographiques, les collections de cahiers d'élèves sont partis pour Rouen. En revanche, ont été versés aux Archives et font l'objet du présent inventaire les documents suivants :

- les brochures imprimées, éditées par le Musée sur lui-même.

- Les documents liés à la vie de l'institution : rapports, correspondance, notes, dossiers classés par tranche chronologique. Un état assez complet de chaque pièce, analysée et numérotée, a été joint en annexe bien qu'il ait déjà été publié (25).

- Les enquêtes : certaines d'entre elles ont pour objet l'établissement de statistiques, d'autres la collecte des documents ; d'autres encore traitent des matières enseignées ou de l'organisation scolaire. Quelques unes enfin sont destinées à orienter les activités du Musée.

Beaucoup sont malheureusement lacunaires. Ainsi, les dossiers de l'enquête menée par Maggiolo portent exclusivement sur quelques arrondissements de l'Académie de Nancy, une lettre laissant entendre que la majeure partie des pièces seraient conservées dans les écoles normales d'instituteurs (26).

- Les monographies d'écoles (27), rédigées dans leur presque totalité par les instituteurs, souvent à l'occasion d'Expositions.

D'intérêt inégal selon leurs auteurs, elles n'en constituent pas moins une source importante pour l'histoire locale, particulièrement dans certains départements. Un récolement en a été effectué pour rendre compte de pertes constatées et de quelques documents nouvellement insérés.

- L'atlas de l'enseignement primaire, édité en 1884 par le ministère de l'Instruction publique qui indique, en vingt-huit volumes pour l'ensemble des départements, les types d'écoles leur importance relative et leurs particularités.

- Les documents collectés lors de la commémoration du " Cinquantenaire de l'école laïque" en 1931. Pour chaque département, un tableau donne la nature des documents (programmes, photographies, presse, affiches, compte-rendus, bulletins, correspondance, circulaires, brochures). De nombreux documents iconographiques illustrent de manière très vivante l'enseignement primaire des années 1930.

- Les dossiers de diverses commissions de réforme quelle qu'ait été la suite institutionnelle donnée à leurs travaux : section des questions intellectuelles et de l'enseignement au sein de la commission pour l'étude des problèmes d'après guerre, d'ordre juridique et intellectuel à Londres en 1942-1943 ; commission de réforme de l'enseignement présidée par R. Capitant à Alger en 1944 ; commission d'études pour la réforme de l'enseignement dite commission Langevin-Wallon du nom de leurs présidents, dont les travaux se poursuivirent de 1944 à 1947 (28) ; commission d'étude du problème des rapports entre l'enseignement public et l'enseignement privé, présidée par A. Philip puis élaboration de la loi n° 51-1140 du 28 septembre 1951 dite loi Barangé ; commission chargée de l'étude des rapports entre l'Etat et l'enseignement privé présidée par P. O. Lapie avant l'élaboration de la loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959 sur les rapports entre l'Etat et les établissements d'enseignement privés dite loi Debré ; enfin, documents divers de réflexion ayant appartenu à Louis Cros.

Ces archives, formées des procès-verbaux de séances, de correspondances, de listes de membres, de contributions de personnalités les plus diverses, étaient conservées rue d'Ulm tantôt parce que les séances s'y étaient tenues, tantôt parce que l'un de ses membres les avait confiées aux conservateurs successifs des collections. Cet ensemble de tout premier ordre doit être exploité en complément des dossiers arrivés parallèlement aux Archives nationales par voie de versement, cotés F. 17 17 499 à F.17 17 513, concernant les réformes de l'enseignement entre 1923 et 1958.

- Il semble que la fille de Ferdinand Buisson (20 décembre 1841-16 février 1932) ait séparé des archives familiales et personnelles de son père les dossiers relatifs à l'instruction publique et les ait déposés rue d'Ulm (29). Une partie d'entre eux aurait été égarée ou serait actuellement conservée à la bibliothèque de l'I. N. R. P.- ; le reste, regroupé sous les cotes 71 AJ 69 à 71 AJ 76, se compose de dossiers d'enquêtes adressés à F. Buisson en tant que secrétaire de la commission de statistiques de l'enseignement primaire, directeur du Manuel général, auteur du dictionnaire de pédagogie ... et, plus tard, député de Paris. On y trouve, en outre, les dossiers composés de correspondance et de documentation sur les questions dont F. Buisson eut à se préoccuper : statut des instituteurs, laïcité, syndicalisme, assistance, Alsace-Lorraine ... Une liasse y est jointe, probablement utilisée par lui : il s'agit du dossier général du concours organisé par la circulaire du 14 décembre 1960, ouvert aux instituteurs, sur les besoins de l'instruction primaire. Il est à rapprocher du fonds auquel il appartient manifestement, conservé aux Archives nationales dans la sous-série F. 17 (Instruction publique) (30).

- Des documents divers collectés le plus souvent par don aux collections historiques et notamment :

. correspondance quotidienne d'un élève du collège Rollin à Paris entre 1831 et 1837.

. papiers personnels de Claude Cuénot et de Jean Onimus, 1928-1965 (31).

. notes d'instruction, 1901-1918.

. conférences cantonales pour les instituteurs.

. papiers de Cyr Bigot, instituteur à Chartres à la fin du XIXème siècle.

. conférences pédagogiques, 1932-1933 et 1950-1951.

. lectures du soir, 1848-1850.

. dossier sur la commune de Maillezais (Vendée), établi par son instituteur en 1906-1907.

. dossier sur l'école normale d'instituteurs de Savenay, composé par A. Chagot, son directeur de 1936 à 1942.

. recueil des contributions rédigé en vue du Congrès international de l'enseignement primaire à Paris, en 1889 (32).

. dossier composé par Francisque Sarcey de lettres d'institutrices de province. Cet ensemble a déjà été étudié et publié d'abord par Ida Berger puis par D. Delhome, N. Gault et J. Gonthier (33).

. rapports sur la situation de l'enseignement du second degré présentés aux conseils académiques entre 1945 et 1948.

- Des tracts et compte-rendus de réunions collectés pendant les " Evènements de mai 1968" et ultérieurement placés par thème et provenance.

L'hétérogénéité de ce fonds pouvait faire hésiter à le faire éclater en sous-ensembles qui auraient repris leur place dans les séries auxquelles ils étaient destinés. En fait, ainsi constitué, il reflète l'activité du Musée pédagogique et, à ce titre, mérite d'être considéré comme un fonds d'archives malgré son caractère un peu particulier qui l'apparente à la collection. Tel quel, il a déjà très souvent été exploité et cité ; on a donc respecté autant que possible l'organisation préexistante. Toutefois, le classement des fonds anciens de la bibliothèque de l'Institut National de la Recherche Pédagogique permettra sans doute de combler les nombreuses lacunes constatées.

Paule RENE-BAZIN

juillet 1983

IMPLANTATIONS SUCCESSIVES

1878 - Le Musée est installé provisoirement dans quelques salles du Palais-Bourbon alors vacant puisque la Chambre siège encore à Versailles.

1879 - Le Musée est transporté 42 Rue Lhômond dans des bâtiments dépendant de l'ancien collège Rollin.

1884 - Le 30 décembre, un décret affecte les bâtiments de l'ancienne école normale du travail manuel au Musée pédagogique et à la bibliothèque centrale de l'enseignement primaire. Le 17 avril 1885, le Musée ouvre donc ses portes au coin de la rue Louis-Thuillier et de la rue Gay-Lussac (n° 42).

1932 - Le 15 octobre, les services déménagent pour le 29 Rue d'Ulm.

NOTES

1) Circulaire du 4 mai 1873 dans B. A. I. P, n° 306, p. 312 - 313.

2) Circulaire aux recteurs du 30 mai 1879 dans B. A. I. P., n° 441, p. 409 - 410.

3) Majault (J.), le Musée pédagogique, origines et fondation, 1872-1879, C. N. D. P., 1978 ;

Majault (J.), les origines de l'Institut pédagogique national : le Musée pédagogique, 1872-1879, I. P. N., 1959, 95 p.

Guillemoteau (R.), du Musée pédagogique à l'Institut pédagogique national, 1879-1956, C. N. D. P., 1979, 135 p.-.

Le Musée pédagogique d'hier à aujourd'hui, 1869-1979, catalogue de l'exposition dans la Galerie Condorcet et la Galerie F. Buisson, mai-octobre 1979, I. N. R. P., 30 p.-.

4) 71 AJ 1.

5) B. A. I. P., n° 297, p. 893-894. Cf. 71 AJ 15-18.

6) Circulaire du 3 septembre 1877, dans B. A. I. P., n° 415, p. 738-741.

Commission désignée le 11 septembre 1877, dans B. A. I. P., n° 415, p. 749-750.

7) B. A. I. P., n° 441, p. 372-378.

8) B. A. I. P., n° 441, p. 409-410.

9) 71 AJ 1. Les procès-verbaux du conseil d'administration ne sont pas conservés dans le fonds d'archives mais ils ont été largement utilisés par les auteurs des brochures les plus anciennes.

10) Revue pédagogique, n° 1, 15 juillet 1882.

11) B. A. I. P., n° 1 155, p. 283.

12) Décret du 10 juin 1901, dans B. A. I. P., n° 1 479, p. 233.

13) B. A. I. P., n° 1575, p. 793.

14) Inspecteur d'académie, futur directeur.

15) Circulaire du 17 mars 1904, dans B. A. I. P., n° 1614, p. 431-432.

16) Décret du 13 octobre 1096, dans B. A. I. P., n° 1 747, p. 757.

17) B. A. I. P., n° 1857, p. 1 017.

18) B. A. I. P., n° 2571, p. 36-43.

19) B. A. I. P., n° 2579, p. 266.

20) 71 AJ 1, rapport d'activité pour l'année scolaire 1926-1927 présenté par C. Lebrun, directeur par intérim, le 15 septembre 1927.

21) Décret du 6 décembre 1936.

22) B. O. E. N., n° 9, 2 mars 1950, p. 677.

23) Décret du 23 octobre 1956 dans B. O. E. N., n° 38, 1er novembre 1956, p. 2 771. 24) Décret n° 70-798 du 9 septembre 1970 et arrêté du 30 décembre suivant.

25) Dans Majault (J.) , op. cit., appendice II.

26) 71 AJ 14.

27) Cf. Inventaire des documents constituant les collections historiques de l'Institut pédagogique national, Paris 1961, 101 p.-. Préface de M. M. Rabecq - Maillard par département, p. 41-57.

28) Cf. la thèse de Monsieur et Madame Magnan, actuellement en cours de préparation.

29) Renseignements donnés par J. Schermack, archiviste-généalogiste.

30) F.17 10 757 à 10 798.

31) Communication réservée en raison de leurs dates.

32) B. A. I. P., n° 840, p. 155-159 ; Mémoires et documents scolaires publiés par le Musée pédagogique congrès international de l'enseignement primaire, Paris, 1889, 228 p.- ; Mémoires et documents scolaires publiés par le Musée pédagogique, congrès international de l'enseignement primaire, compte-rendu des séances, Paris, 1889, 94 p.-.

Le comité d'organisation fut constitué par l'arrêté du 11 décembre 1888 et son bureau le 9 janvier 1889 avec comme président O. Gréard, vice-présidents F. Buisson et Ollendorf, secrétaire-général Lénient et secrétaire-adjoint Defodon. Le règlement général fut adopté le 16 janvier 1889 et la deuxième question choisie porte sur "La part qu'il convient de faire aux femmes dans l'enseignement primaire comme institutrices, directrices d'établissement et comme inspectrices".

Le congrès se tint le 12 août suivant, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, en présence du Ministre et de F. Buisson, directeur de l'enseignement primaire.

La comparaison des listes des mémoires manuscrits et imprimés fait apparaître quelques différences. On notera par exemple que les manuscrits proposés par Paul Robin, directeur de l'Institution Prévost, n'ont pas été publiés alors qu'un texte de Pauline Kergomard, publié, ne figure pas dans le recueil des manuscrits.

33) Ida Berger, Lettres d'institutrices rurales d'autrefois, Paris, 1957. in 8°, 88 p. pl.

Danielle Delhome, Nicole Gault, Josiane Gonthier, Les premières institutrices laïques, Paris, 1980, 256 p.-. Cf. compte-rendu de P. Caspard dans la revue Histoire de l'Education, n° 9, décembre 1980, p. 55 à 57.

SOMMAIRE DE L'INVENTAIRE

BROCHURES, PIECES ET DOSSIERS 71 AJ 1 à 6

ENQUETES 71 AJ 7 à 21

enquête de Maggiolo 71 AJ 7 à 14

enquêtes tendant à rassembler des documents se rapportant à l'instruction primaire, prescrites par circulaires des 14 décembre 1872, 6 août 1873 et 30 mai 1879 71 AJ 14 à 18

enquête relative à l'enseignement des langues prescrite par circulaire du 30 décembre 1828 71 AJ 19

enquête sur l'enseignement de la morale prescrite par note de service du 18 février 1889 71 AJ 19

enquête sur l'organisation pédagogique des écoles primaires élémentaires prescrite par note de service du 8 juin 1895 71 AJ 19

enquêtes sur les musées scolaires, 1903 et 1913-1914 71 AJ 20

enquêtes sur les bibliothèques scolaires prescrite par la circulaire du 28 février 1907, sur les bibliothèques circulantes intercommunales prescrite par la circulaire du 16 avril 1913 71 AJ 20

enquête sur le musée historique de l'enseignement français prescrite par circulaire du 23 octobre 1951 71 AJ 21

l'école marraine du combattant, 1940 71 AJ 21

MONOGRAPHIES SCOLAIRES (par département) 71 AJ 22 à 29

ATLAS 71 AJ 30 à 57

municipal de la ville de Paris, 1883 71 AJ 30

de l'enseignement primaire, 1884 71 AJ 31 à 56

de l'arrondissement de Saint-Denis, 1900 71 AJ 57

CINQUANTENAIRE DE L'ECOLE LAÏQUE (par département) 71 AJ 58 à 62

COMMISSIONS D'ETUDES & DE REFORMES 71 AJ 63 à 68

commission pour l'étude des problèmes d'après-guerre, Londres, 1942-1943 71 AJ 63

commission de la réforme de l'enseignement, Alger, 1944 71 AJ 63

commission d'études pour la réforme de l'enseignement dite Langevin-Wallon 71 AJ 63 à 65

commission d'études du problème des rapports entre l'enseignement privé présidée par A. Philip, 1944-1945 71 AJ 66

loi n° 51-1140 du 28 septembre 1951 relative à l'enseignement privé dite loi Barangé 71 AJ 66

loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959 sur les rapports entre l'Etat et les établissements d'enseignement privés 71 AJ 67

commission chargée de l'étude des rapports entre l'Etat et l'enseignement privé présidée par P. O. Lapie, 1959 71 AJ 68

réformes diverses - dossier de L. Cros 71 AJ 68

ARCHIVES DE FERDINAND BUISSON 71 AJ 69 à 76

enquêtes sur la fréquentation scolaire, 1908-1925 71 AJ 69 - 70

enquête sur les oeuvres de guerre dans les écoles, 1918 71 AJ 71

concours ouvert aux instituteurs par la circulaire du 14 décembre 1860 71 AJ 72

Ecoles normales d'instituteurs, carrière des instituteurs, syndicats 71 AJ 73 - 74

loi du 16 juin 1881 - enfants assistés de la Seine - neutralité scolaire - conseil d'école - bataillons scolaires - enseignement commercial - Alsace-Lorraine - législation de l'Instruction publique à la Martinique 1871-1926 71 AJ 75 - 76

DOCUMENTS DIVERS COLLECTES 71 AJ 76 à 84

Léopold Delaire, élève du collège Rollin, 1831-1837 71 AJ 76

Claude Cuénot, 1928-1965

Jean Onimus, 1965 71 AJ 77

notes d'inspection, 1901-1918 ;

conférences cantonales pour les instituteurs, 1829-1893 ;

conférences pédagogiques, 1880-1951 ;

lectures du soir, 1848-1850 71 AJ 78 - 79

Maillezais (Vendée), 1906-1907 ;

Savenay (Loire-Atlantique), 1936-1942 71 AJ 80

congrès international de l'enseignement primaire, Paris, 11 août 1889 ; 71 AJ 81

dossier "Francisque Sarcey", 1894-1897 ; l'anti-alcoolisme, 1900 ; société protectrice des animaux,

1932-1935 ; pupilles de guerre, 1916-1921 ; constructions scolaires à Sannois (Seine-et-Marne), 1951-1953 ; à Domont (Seine-et-Oise), 1959 71 AJ 82

rapports sur la situation de l'enseignement du second degré ;

1946-1948 71 AJ 83-84

MOUVEMENT DE MAI 1968 71 AJ 85 à 90

annexe 1.

Warning! Communication restrictions. Click here to find out more.

Add finding aid
to my favourites
Download
the finding aid in PDF format
Finding aide permalink
Finding aid XML export