Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds Barras, Grand et Rousselin de Saint-Albin (1636-1877).

Haut de page
Cotes
171AP/1-171AP/4
Date
1636-1877
Nom du producteur
Barras, Paul (1755-1829)
Importance matérielle
et support
3 cartons : 0,4 mètre linéaire.
Localisation physique
Pierrefitte

Description

Présentation du contenu

INTRODUCTION

Moins de deux ans après le coup d'état du dix-huit brumaire, le 15 juillet 1801, les papiers de l'ancien Directeur Barras, retiré au château de Grosbois, furent l'objet d'une perquisition de la part du gouvernement du Premier Consul, si l'on en croit Barras lui-même, qui écrit dans ses Mémoires (éd. G. DURUY, t. IV, p. 157) : "Des agents s'étaient glissés parmi cette troupe, avec ordre sans doute de s'emparer des cartons de maroquin rouge et d'un grand portefeuille placé au bas d'une bibliothèque renfermant ma correspondance person nelle, celle de Bonaparte, de sa femme, des lettres de Hoche. Trois grands cartons et portefeuilles étaient renfermés dans une armoire. N'ayant pas trouvé de place dans ma bibliothèque, ils furent soustrai à cette spoliation criminelle. Toutes mes réclamations restèrent sans réponse."

Correspondance personnelle qui avait le plus grand intérêt pour l'histoire de cette époque particulièrement troublée que la France venait de connaître, puisque Pierre Grand, avocat de la veuve de Paul Barras, s'élevant contre l'apposition des scellés sur les papiers du défunt, déclarait le 3 mai 1829 dans son Précis pour la dame de Barras (171AP/2, dossier 8, impr., p. 15) : "On peut proclamer... comme une vérité historique, que le directoire, dans lequel résidait le pouvoir exécutif, n'était dépositaire de rien ; qu'il n'avait ni bureau, ni employés, ni archives ; que tous les papiers intéressant le gouvernement étaient sans délais renvoyés aux ministres, suivant leurs attributions respectives, et qu'il n'existait d'autres papiers à la disposition des directeurs que les registres de leurs arrêtés qui se trouvent déposés dans les archives de l'Etat."

Plus loin, dans ses Mémoires (t. IV, p. 408-409), en juin 1824, Barras reconnaît toutefois : "... Je prépare mes Mémoires, en revoyant les nombreux matériaux que je suis parvenu à conserver encore, après les soustractions et les enlèvements qui ont été faits chez moi par les agents de Bonaparte...".

Dès lors, les vicissitudes des archives privées de Barras furent étroitement liées à la rédaction des Mémoires, dont leur éditeur Georges Duruy a retracé l'histoire (éd. t. I, Paris, 1895, p. V-XXX).

Prévoyant les mesures de séquestre du gouvernement, Barras, vers la fin de sa vie, avait confié, avec l'achèvement de la rédaction des Mémoires, la plus grande partie de ses papiers à son allié, A- Alexandre-Charles Rousselin de Saint-Albin, ancien conventionnel et fondateur du Constitutionnel.

G. Duruy ( ibid., p. XI) ne semble pas avoir connu l'état des papiers remis à Rousselin de Saint-Albin le 19 mars 1829, dressé par Fréderic Blanc, secrétaire de Barras, qui évalue à 15. 000 pièces le contenu de deux malles (171 AP. 3 dr 2).

Du différend qui opposa. les frères Paul et Pierre Grand, avocats, d'une part, à Rousselin de Saint-Albin, au sujet de la publication des Mémoires de Barras, le dossier ici réuni ne donne que les arguments opposés par les frères Grand. Une lettre du 13 mars 1862 ( (171 AP 3 dr 2) adressée par Hortensius de Saint-Albin, fils d'Alexandre, à Paul Grand, nous les montre réconciliés.

Le coup fatal porté aux archives de Barras fut la vente vers 1920 des papiers de Rousselin de Saint-Albin, dont Georges Duruy avait. hérité, après les Jubinal.

C'est peu après cette date que l'Intermédiaire des chercheurs et curieux (vol. LXXX, 1920, LXXXIII, 1921) mentionne des mémoires manuscrits de Barras appartenant à. une famille de la région de Pistoie (Italie), des papiers de Rousselin de Saint-Albin aux mains de Charles Adolphe Cantacuzène.

Les papiers ici réunis proviennent essentiellement de la vente des collections Brouwet (puis Dujardin) et André de Coppet.

L'obligeance de M. Patrice Hennessy et de M. Jacques Lambert a permis de joindre aux dossiers de documents originaux des reproductions photographiques de pièces de leurs collections.

M. Marcel Reinhard a signalé tout récemment l'existence de nombreux papiers de Rousselin de Saint-Albin conservés par le Docteur Lapart (« A propos de Hoche », dans Annales hist. Révolution fr., t. 35, 1963, p. 195-196).

Quant aux Lettres de Barras et de Fréron en mission dans le Midi, publiées par Edmond Poupé (Draguignan, 1910), elles furent adressées au conventionnel Moïse Bayle et sont conservées dans les archives du Marquis de Clapiers, à Entrecasteaux (Var).

A côté de quelques documents de valeur concernant le Directoire exécutif, la reconstitution du fonds Barras est surtout intéressante pour connaître la vie de l'homme d'Etat en exil (correspondance à Victor Grand, son ancien aide de camp : 171AP/2 dr 10 ; administration de ses biens : 171AP/2 dr 5).

Entrée et conservation

Modalités d'entrée

Achats (1955-2001) et legs Dauvergne (1982).

Sources et références

Documents de même provenance

Des archives de Paul Barras sont déposées aux Archives d'État de Genève (Suisse).

Sources complémentaires

Le chercheur devra se reporter également aux archives du Directoire exécutif (arrêtés, minutes de lettres expédiées classées à la suite des minutes d'arrêtés dépêches reçues se rapportant aux relations extérieures ; registres de la correspondance reçue), soit la série AF III des Archives Nationales.

Les pièces de comptabilité des fonds secrets de la Police impériale (an XII-1810), conservées aux Arch. nat. (F7. 12298) prouvent que Barras recevait de l'argent du gouvernement, contrairement à ce qu'il prétend dans ses Mémoires (t. IV, p. 393).

Des pièces relatives aux journées des 13 et 14 vendémiaire an IV, comprenant des autographes de Barras, furent données en 1884 par l'abbé Gautier aux Archives Nationales (AB/XIX/197).

Le Service historique de l'Armée, à Vincennes, conserve les archives militaires du Directoire (série B : armées ; C 18 : justice militaire ; K I : registres de correspondance recueillis par le maréchal Davout ; etc.).

Aux Archives départementales du Var, les articles 1 L 142, 168, 186, 233, 256, 271 et 1992 ; 2 L 66, 127 et 131, contiennent des renseignements sur l'activité de Barras représentant en mission.

L'on a signalé aussi les papiers Gros de la Bibliothèque municipale de Draguignan.

Les Archives nationales conservent également les archives du domaine de Grosbois dans le fonds Berthier (173AP/Bis) et les papiers d'autres membres du Directoire exécutif : François de Neufchâteau (27AP), Reubell (210AP).

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire