Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Cultes. Travaux dans les cathédrales. (An X - 1905)

Haut de page

Description

Présentation du contenu

INTRODUCTION

Un important versement de liasses provenant du 5ème bureau de la Direction générale des Cultes fut opéré en février 1932 par la Direction générale des Beaux-Arts. Dans cette énorme masse documentaire figuraient trois groupes relatifs aux travaux exécutés pendant la période concordataire dans les séminaires (F19 7286 à 7421), dans les évêchés (F19 7422 à 7574) et dans les cathédrales (F19 7577 à 7926). Ces groupes ont fait l'objet d'un répertoire numérique établi par M. P. Caillet, répertoire somme toute largement suffisant puisque le classement est simple, par diocèse et à l'intérieur de ce cadre géographique, chronologique dans l'ordre des affaires traitées. Cependant pour le groupe documentaire le plus important et le plus consulté relatif aux travaux exécutés dans les cathédrales, l'état des cartons verts d'origine provenant du ministère des Cultes exigeait une remise en cartons indispensable ; à cette occasion, l'état des plans joints aux dossiers de correspondance appelait une mesure conservatoire urgente si l'on voulait sauver ces documents fragiles dont le format s'accommode mal de celui des cartons renfermant les dossiers ; enfin, très consultés, beaucoup d'articles étaient en désordre. Ainsi à une remise en cartons, s'ajoutèrent d'abord l'extraction des plans remplacés dans les dossiers par des fantômes, ensuite un reclassement de la correspondance, enfin une refonte de l'inventaire. Les plans extraits ont été versés au Service des Plans des Archives nationales où ils sont conservés dans de grands portefeuilles ; les notices qui les accompagnent permettent de retrouver le dossier d'origine dont ils ont été retirés. Naturellement quelques plans collés à un rapport ou à tout autre document et non détachables ont été gardés dans les cartons.

Il ne nous a pas paru inutile de reprendre le répertoire numérique de ce groupe documentaire et de la développer quelque peu. En effet, ces trois cent cinquante articles ne renferment pas seulement l'historique des travaux, restaurations ou constructions des cathédrales du régime concordataire. On peut trouver mêlés aux dossiers relatifs à ces travaux, des dossiers concernant le personnel ecclésiastique surtout au début du Premier Empire ; le cadre de classement des archives du ministère des Cultes s'est élaboré peu à peu mais la division entre questions matérielles et questions personnelles a été un certain temps indécise dans les premières années qui ont suivi le rétablissement du Culte catholique. Mais par la suite encore on peut trouver ce genre de confusion, par exemple une correspondance concernant les visites pastorales effectuées dans le diocèse de Reims entre 1831 et 1836 par Mgr. de Rouville, évêque de Numidie.

Pour les bâtiments, les crédits étaient affectés aux édifices diocésains, cathédrales, évêchés et séminaires, et on peut trouver des renseignements sur le montant et l'emploi des sommes affectées aux travaux effectués dans ces bâtiments, évêchés et séminaires et sur la nature des travaux eux-mêmes : citons comme exemples, les réparations de l'archevêché de Besançon, les travaux exécutés dans le grand séminaire de Cahors, la restauration de l'évêché et du séminaire de Gap, etc.

Le sort des bâtiments ou des églises attenant à la cathédrale est souvent rappelé : ainsi pour l'ancienne église de la Basse-Oeuvre attenante à la cathédrale de Beauvais, l'acquisition par l'Etat d'une ancienne chapelle attenante à la porte de la cathédrale de Périgueux, l'acquisition par un entrepreneur de deux nefs de l'église du Vieux Saint-Jean à Perpignan pour y installer une usine. Le milieu du XIXème siècle est également l'époque du dégagement des abords des cathédrales en démolissant les maisons et les échoppes attenantes et aussi d'autres bâtiments : le poste du XIème corps d'armée à Nantes, la "Maison des Suisses" à Bourges etc. Ce dégagement des abords des cathédrales est intéressant pour les questions de voierie, d'aménagement de squares, de percement ou de modifications des rues avoisinantes, pour l'établissement des grilles de protection qui datent de cette époque.

Des dossiers ou des rapports complètement étrangers aux travaux exécutés dans les cathédrales apparaissent quelquefois : un rapport de Hazé sur les monuments du département du Cher et notamment sur l'église d'Orval, une demande de rachat du château de Mercuès, ancienne résidence des évêques de Cahors, des états de situation relatifs à la maison d'arrêt de Boulogne-sur-Mer et au nouveau cimetière de Calais etc.

Pour les travaux proprement dits exécutés dans les cathédrales, il n'était pas question d'entreprendre un inventaire détaillé du genre "semi-analytique". Tout historien d'art qui s'intéresse à une cathédrale doit avoir recours aux documents originaux. Nous avons essayé de relever au contraire ce qu'on ne s'attendrait pas à trouver dans un groupe documentaire relatif aux cathédrales : travaux ou rapports concernant des bâtiments autres que la cathédrale, ou bien dans les dossiers concernant les cathédrales des dossiers pas toujours faciles à repérer. Par exemple, les orgues des cathédrales très étudiées depuis une décennie ; chaque cathédrale a un dossier, quelquefois un article (Paris) relatif à l'orgue ; mais on peut trouver en dehors de ce dossier des correspondances ou des notices relatives également à l'orgue (en général pour une période antérieure à celle du dossier) ; ces correspondances et ces notices ainsi que celles concernant les buffets d'orgue ont toutes été soigneusement relevées.

Ont été également notées les fouilles, ouvertures de tombeaux anciens, découvertes archéologiques, et si possible ce que sont devenus les objets trouvés au cours de ces travaux. De même les cathédrales possédaient (possèdent encore) de nombreux objets d'art ; nous avons relevé les dons, les envois de tableaux, de tapisseries, de statues, et au contraire les ventes par les fabriques des stalles, tapisseries, chemins de croix pour les remplacer par des oeuvres plus au goût du jour. Les dépôts de sculpture ou fragments de sculpture en général au musée de la ville mais quelquefois au musée du Louvre ont été signalés ainsi que les actes de vandalisme ou les vols d'oeuvres d'art. On a noté aussi quelques faits jugés très importants : les incendies (la cathédrale de Cambrai par exemple), la démolition volontaires ou accidentelles de parties entières d'un édifice donné, et on a développé quelque peu les articles relatifs aux constructions de nouvelles cathédrales. En fait on s'est attaché à faire ressortir tout ce qui sortait un peu de l'ordinaire des travaux d'entretien ou même de restauration banale : remplacement des vitraux, érection des tombeaux des évêques, pose de plaques commémorative, etc.

Cet inventaire pourrait évidemment faire l'objet de nombreuses critiques, mais dans l'impossibilité d'établir des inventaires détaillés, il se présente comme un palliatif. L'index mentionne les noms de nombreux architectes, peintres, statuaires, facteurs d'orgues et maîtres verriers sur lesquels par ailleurs on est toujours à la recherche de renseignements.

Je ne voudrais pas terminer sans remercier Madame Felkay, conservateur chargée du service des Plans, qui a bien voulu se charger des plans des cathédrales et sans l'aide de laquelle, ce travail n'aurait pu être mené à bien.

Octobre 1984

J. Charon-Bordas.

Attention ! Restrictions de communication. Cliquez ici pour en savoir plus.

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire