Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds Dejean (1793-1831)

Haut de page
Cotes
554AP/1-554AP/20
Date
1793-1831
Nom du producteur
Dejean, Jean-François-Aimé (1749-1824)
Localisation physique
Pierrefitte

Description

Présentation du contenu

Dates extrêmes :1766-1866

Importance matérielle : 5 cartons et 1 portefeuille (554 AP 1-20), 1 mètre linéaire

Modalités d'entrée : achats, 1993-2003

Conditions d'accès : libre

Instrument de recherche : rép. num. dét., par C. Sibille et P. Ardei, 2001-2003, dact., 14 p.

Introduction

Elevé à l'école du Génie de Mézières, Jean-François Aimé, comte Dejean (1749-1824) fut nommé ingénieur en chef en 1770 et capitaine en 1777. Ses services dans les armées du Nord et du Rhin de 1792 à 1795 – il fut notamment chef de brigade au siège du fort de l'Ecluse (30 juillet-25 août 1794) et commandant du génie de l'armée du Nord – lui valurent de remplacer temporairement Beurnonville comme général de division commandant l'armée du Nord et les troupes franco-bataves, de septembre 1796 à septembre 1797.

Conseiller d'Etat en 1799, chargé de veiller à l'organisation de la république ligurienne, Dejean fut nommé ministre de l'administration de la Guerre le 12 mars 1802. Il resta à cette fonction jusqu'au 2 janvier 1810, date à laquelle sa démission devint effective. Grand trésorier de la Légion d'honneur en 1803, sénateur le 5 février 1810, Dejean fut nommé comte d'Empire, le 1 er juin 1808. Choisi par Napoléon pour présider les collèges électoraux de l'Indre-et-Loire et de la Somme en 1805, il devint premier inspecteur général du génie, le 25 octobre 1808, et fut chargé de l'inspection générale en Hollande, le 21 avril 1810.

Gouverneur de l'Ecole polytechnique, le 21 avril 1814, commissaire extraordinaire dans la 11 e division militaire en mai 1814, il fut pair de France, le 4 juin 1814. Il ne vota pas la déchéance de l'Empereur aux Cent-Jours, il retrouva ses fonctions de premier inspecteur général du génie en juin 1815. Exclu de la chambre des pairs en juillet 1815, il reprit du service en 1817, comme directeur général des subsistances militaires, poste qu'il occupa jusqu'à sa démission, en 1821.

Fils du premier mariage de Jean-François-Aimé Dejean et d'Alexandrine-Marie-Elisabeth Le Boucher d'Ailly, Pierre-François-Marie Auguste (1780-1845) fut pris comme aide de camp par son père, en mars 1795. L'année suivante, il était nommé sous-lieutenant, et lieutenant, le 5 août, après avoir fait les campagnes de Sambre-et-Meuse et du Nord. Capitaine en 1801, il passa aux Dragons et servit en Italie et à l'armée des Côtes de l'Océan (1804-1807), devint chef d'escadrons, le 22 septembre 1805, et colonel du 11 e de l'arme, le 13 février 1807, après avoir fait, à la Grande Armée, les campagnes d'Austerlitz, d'Iéna et d'Eylau.

En Espagne de 1808 à 1811, il fut, le 6 août 1811, nommé général de brigade. Employé d'abord en Allemagne, dans la 5 e division de cuirassiers, il devint, le 20 février 1813, aide de camp de l'Empereur, puis, le 6 août suivant, commandant la 1 re brigade des gardes d'honneur et combattit en Saxe. Nommé commandant supérieur de la place de Nimègue en décembre 1813, puis de la levée en masse du département de la Meurthe en janvier 1814, il fut promu, le 23 mars, général de division, et chargé par Napoléon de porter au roi Joseph l'ordre de s'opposer à la capitulation de Paris, mais il n'arriva qu'après la reddition de la ville.

Pair de France en 1824, il reprit du service en 1830 et commanda la division de cavalerie au siège d'Anvers. Il acheva sa vie en s'occupant de sa collection d'insectes, à partir de laquelle il établit le Catalogue des Insectes coléoptères (1821-1823). Par ailleurs, il publia en collaboration avec Latreille une Iconographie des coléoptères d'Europe (1822).

Petit-fils de Jean-François Aimé et second fils de Pierre-François-Marie-Auguste, Pierre-Charles, vicomte Dejean (1807-1872) était polytechnicien et ancien élève de l'Ecole d'application de Metz, dont il était sorti dans l'arme du génie. En 1830, il fut de l'expédition d'Alger. Lieutenant le 1 er octobre 1831, il participa au siège d'Anvers et fut décoré. Détaché ensuite aux travaux de défense de Paris, puis à Belfort et à Arras, capitaine en 1833, il fut envoyé en Algérie en décembre 1841, puis revint à Paris et fut promu chef de bataillon en 1843. Il retourna en Algérie en février 1846 comme chef de l'expédition de Bougie et fut promu officier de la Légion d'honneur.

Lieutenant-colonel en 1851, colonel en 1853, il fut promu général de brigade en 1858. Il commanda l'Ecole d'application du génie, à Metz, en 1859. Inspecteur général de son arme, membre du comité des fortifications, il devint directeur de la 4 e direction au ministère en 1863 et fut promu général de division en 1867. En 1870, il fut appelé par intérim au ministère de la Guerre et commanda le Génie de l'armée du maréchal de Mac-Mahon. Fait prisonnier à Sedan, il fut, à son retour de captivité, nommé inspecteur général du 3 e arrondissement du génie.

Le fonds Dejean (554 AP), objet du présent répertoire numérique détaillé, a été reconstitué artificiellement, puisqu'il est entré au Centre historique des Archives nationales par des achats successifs. Les papiers provenant de François-Aimé Dejean en constituent la partie la plus importante (554 AP 1-17), les documents émanant de son fils Pierre-Auguste (554 AP 18-19) et de son petit-fils Pierre-Charles (554 AP 20) sont très fragmentaires (correspondance, quelques papiers personnels). Après les papiers personnels de François-Aimé Dejean (554 AP 1) viennent ses papiers de fonctions, classés selon les grandes étapes de la carrière de ce général (554 AP 2-17). Cette partie comprend un ensemble exceptionnel de rapports, mémoires, plans et croquis manuscrits au crayon, à l'encre ou à l'aquarelle, ayant servi à la mise en place des ponts de bateaux sur le Rhin, en septembre 1795, puis au début de 1797. La première de ces extraordinaires réalisations techniques, dues au talent du général Dejean, permit aux armées françaises de conquérir la rive gauche du Rhin, après avoir traversé ce fleuve les 5 et 6 septembre 1795. Dejean fut alors promu général de division le mois suivant. Commandant le génie de l'armée du Nord et spécialiste des ponts de bateaux, il dirigea ensuite la préparation et la mise en place des ponts nécessaires aux mouvements des armées de Sambre-et-Meuse et de Rhin-et-Moselle, en Allemagne. Concepteur et organisateur de cette formidable entreprise, Dejean rassembla les bateaux nécessaires, puis fit établir les ponts sur lesquels passèrent plusieurs dizaines de milliers d'hommes et de chevaux, et des milliers de véhicules et de canons attelés.

Parmi les papiers provenant de Pierre-Auguste, il convient de citer un ensemble de lettres adressées à sa femme Adèle, pendant la campagne de Belgique, en 1831. Quant à Pierre-Charles, aucun aspect de sa carrière n'apparaît ici, hormis des lettres à lui adressées sur l'expédition du Mexique, sous le Second Empire, expédition à laquelle il ne prit pas part.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire