Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds Flandin (1870-1946)

Haut de page
Cotes
423AP/1-423AP/19
Date
1870-1946
Localisation physique
Pierrefitte

Description

Présentation du contenu

Etienne Flandin, né le 1 er avril 1853 à Paris, était le fils du Dr. Charles Flandin, médecin et chimiste, rendu célèbre par son expertise lors de l'affaire Lafarge, tenant de l'opposition républicaine sous l'Empire, et vice-président du conseil général de l'Yonne.

Etienne Flandin quitta très vite la maison familiale de Domecy-sur-Cure (Yonne) pour compléter ses études au lycée Saint-Louis, puis faire son Droit et consacrer son doctorat aux assemblées provinciales dans l'Empire romain. Sa carrière juridique est courte : professeur de droit civil à la faculté d'Alger de 188o à 1882, il assuma diverses charges aux parquets de Pau, Paris, et Alger, jusqu'en 1893.

Il commença sa carrière politique en entrant, en 1893, au conseil général de l'Yonne. Cette même année, il fut élu dans l'Yonne aux élections législatives. Battu par son adversaire radical Gallot en 1898, il retrouva un nouveau mandat en 1902, puis en 1906. Le 3 janvier 1909, encore député, il fut élu sénateur de l'Inde française ; il le restera jusqu'à sa mort, le 20 septembre 1922.

Deux domaines principaux retiennent tout spécialement l'attention d'Etienne Flandin au long de sa carrière politique : les questions juridiques, auxquelles ses fonctions de magistrat l'ont préparé ; les problèmes coloniaux, dont le goût lui est venu lors de ses passages à Alger -goût renforcé par son long mandat de sénateur de l'Inde, où il n'a cependant jamais séjour né-.Cet intérêt pour les colonies françaises explique aussi sa mission à la Résidence générale de Tunis, d'octobre 1918 à novembre 1920.

Toute sa vie, le personnage garde sa cohérence de bourgeois républicain, anti-dreyfusard, conservateur épris des traditions éminent spécialiste des problèmes coloniaux, éloquent parlementaire de la Troisième République.

Le fonds Flandin comporte 19 cartons, dont 16 seulement son consacrés à l'activité du parlementaire. Le classement, chronologique, suit la carrière juridique (423 AP 1), puis politique d'Etienne Flandin (423 AP 2 à 16).

Des documents variés retracent l'activité de l'homme politique :coupures de presse, mais surtout textes des projets de loi auxquels travailla Flandin, rapports des commissions dont il fut membre, principalement au Sénat, brouillons de ses discours politiques, brochures et documentations réunies sur quelques problèmes précis ; citons les questions de la magistrature coloniale, de la justice militaire, de la représentation proportionnelle, pour lesquelles Flandin fit campagne.

Une importante correspondance est classée à la suite de chaque tranche chronologique :423 AP 1 dr. 3, pour l'activité juridique ; 423 AP 4, dr. 4, pour l'époque de la députation ; 423 AP 14, 15 et 16, pour le mandat sénatorial.Pour cette dernière tranche, en raison de son importance, la correspondance a été classée par année, et seuls les principaux correspondants figurent sur l'inventaire. Les autres dossiers de correspondance sont classées par ordre alphabétique des noms des correspondants Le lecteur pourra ainsi suivre les relations entretenues par Flandin avec ses alliés, ses informateurs, ses opposants, ou les quelques colons de l'Inde qui cultivent son appui.

La seconde partie du fonds est composée des papiers d'Hippolyte Ribière, Préfet de l'Yonne et père d'Hélène Ribière l'épouse de Flandin.Ces papiers recouvrent une petite période qui s'étend de juillet 1870 à 1872 (423 AP 17 à 423 AP 18, dr. 2). 0n y trouve, outre des documents officiels sur la guerre et les évènements politiques des années 1870-71, les archives du cabinet du préfet : dépêches reçues, commentant l'avancée des troupes prussiennes, informations sur l'organisation de la défense du département, arrestations de traitres ou de mouchards, placards manuscrits décollés des murs d'Auxerre, correspondance échangée avec les diverses mairies du canton ou du département.

La troisième et dernière partie du fonds rassemble quelques pièces émanées de l'activité de Charles Flandin, fils d'Etienne Flandin, et frère aîné de Pierre-Etienne Flandin, de 1905 à 1945 (423 AP 18, dr.3 & 423 AP 19).Médecin des hopitaux de Paris, le Docteur Charles Flandin renoue avec la spécialité d son grand-père en consacrant ses travaux à la chimie (étude sur les armes chimiques employées pendant la première guerre mondiale) et aux maladies infectieuses (syphilis).

Les Archives départementales de l'Yonne n'ont aucun fonds particulier susceptible de préciser les débuts provinciaux d'Etienne Flandin. Toutefois le lecteur avide de compléter sa documentation pourra glaner, aux Archives du ministère des Relations Extérieures, des informations utiles sur le séjour du sénateur à la Résidence générale de Tunis : Série P (Tunisie), P 4,5 (Résidence générale) P 11 (protocole) P 28 (affaires du sud) P 33, 35, 61 (administration générale).

Pour les problèmes plus précisément relatifs à la colonie indienne de 1909 à 1922 pendant le mandat de Flandin, le :dépôt des Archives d'Outre- Mer d Aix-en-Provence sera éventuellement d'un recours fructueux (archives des établissements français dans l'Inde, fonds moderne et contemporain).

Enfin, les papiers de Pierre-Etienne Flandin, fils du sénateur, conservés au Cabinet des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale, pourront éventuellement fournir des renseignements d'ordre politique ou familial (v. le Guide des papiers des ministres et secrétaires d'Etat de 1871 à 1974, par Chantal de Tourtier-Bonazzi et François Pourcelet, 1978, p. 74.)

Sources et références

Bibliographie

OUVRAGES D'ETIENNE FLANDIN

- L'Allemagne en 1914 : institutions, gouvernement, armée ; Empire allemand, états confédérés.- Paris : H. Le Soudier, 1915.- In-16, I-451 p.

- Institutions politiques de l'Europe contemporaine. - Paris : H. Le Soudier, 1902-1914.- 5 vol. in-16, T. * : Angleterre, Belgique ; T. 2 : Allemagne ; T. 3 : Suisse, Italie ; T. 4 : Pays-Bas, Luxembourg, Danemark, Suède, Norvège ; T.5 : Espagne, Val d'Andorre.

- Un des fondateurs de l'unité italienne, le marquis Giorgio Pallavicino Trivulzio.- Paris : impr. de G. Chamerot, 1880.- In-8°, 36 p. (ou : extr. de La Nouvelle Revue, 1er juillet 1880.)

- Vauban, sa vie, ses oeuvres.- Avallon : impr. E. Odobé, 1873.- In-8°, 35 p.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire