Your request is in progress
Finding aid - Reference codes:

Ministère en charge des affaires sociales, bureaux de la politique familiale : actions à destination des mères de famille (médaille de la famille française et autres prix, fête des mères, cartes de priorité) (1920-1989)

Top of page

Description

Presentation of content

Les dossiers accueillis aux Archives nationales dans le fonds faisant l'objet de cet inventaire proviennent du bureau chargé de la politique familiale de la direction de l'action sociale (DAS). Ils sont plus particulièrement issus du secteur de ce bureau chargé des actions spécifiques de l'Etat destinées à valoriser la fonction de "mère de famille" en la mettant à l'honneur, en lui apportant aide et avantages et en soutenant les oeuvres qui agissent au service de la famille.

I - Hommage rendu à la fonction de "mère de famille".

Les deux grandes marques nationales d'honneur rendues à la mère de famille sont une distinction honorifique (la médaille de la famille française) et une journée commémorative (la fête des mères).

La médaille de la famille française a été créée en 1920 pour encourager la natalité après les pertes en vies humaines de la guerre 1914-1918. Les textes de base d'ordre législatif et réglementaire ont été plusieurs fois réformés en fonction de la volonté plus ou moins nataliste des gouvernements du moment ainsi que de la prise en compte de l'évolution des mentalités sur le concept de famille.

Curieusement ces textes réformateurs recréent en général la distinction au lieu de la réformer alors qu'elle n'a jamais cessé d'être décernée depuis ses débuts. Conférée aux mères de famille qui ont élevé de nombreux enfants dans des conditions de mérite et d'honorabilité bien définies, elle comprend 3 grades : médaille d'or, médaille d'argent et médaille de bronze, correspondant chacune à un certain nombre d'enfants.

Sa collation est décentralisée au niveau des préfectures, l'administration centrale ne se réservant que la promotion pour les familles françaises résidant à l'étranger. Les distinctions accordées, dont les procédures sont instruites par les préfets, sont publiées dans les recueils des actes administratifs des départements, tandis que celles instruites au niveau ministériel paraissent au bulletin officiel des médailles et décorations.

La fête des mères a été légalisée en France par la loi n°50-577 du 24 mai 1950 dont la teneur a été insérée au Code de la famille et de l'aide sociale (Titre 1er, chapitre 1er, articles 17 à 19). Elle est l'aboutissement de nombreuses célébrations plus ou moins officielles en faveur des familles nombreuses et des enfants organisées depuis la fin du XIXe siècle par des associations, des collectivités locales ou même l'Etat lui-même qui institue à partir de 1920 une journée nationale des mères de familles nombreuses. En 1926, une décision gouvernementale établit une cérémonie officielle pour fêter la journée des mères, dont l'organisation est confiée, à partir de 1946, à des comités départementaux placés sous la présidence des préfets et la vice-présidence des Unions départementales des associations familiales (UDAF).

Depuis l'intervention de la loi de 1950, la fête des mères est célébrée en France le dernier dimanche de mai. Si cette date coïncide avec celle de Pentecôte, la fête des mères a lieu le 1er dimanche de juin. La fête des mères a été doublée par une "journée nationale de la mère et de l'enfant", convertie à certaines époques, en "semaine nationale de la mère et de l'enfant", donnant lieu à des quêtes organisées sur la voie publique au profit d'oeuvres ou d'organismes défendant les intérêts des familles défavorisées.

II - Aides et avantages accordées aux mères de famille, soutien aux oeuvres qui agissent au service de la famille.

Depuis 1941, des cartes nationales de priorité ont été instituées en faveur des mères de familles nombreuses pour leur éviter des stations debout pénibles dans les lieux publics ou les transports en commun et écourter leur temps d'attente lors de démarches administratives ou d'affluence dans les magasins. En 1980, un projet avait cherché à étendre cette mesure aux femmes enceintes.

Un autre avantage semi-officialisé est le parrainage d'enfants de familles nombreuses par le Président de la République ou par des ministres. Le ministère chargé de la famille sert d'intermédiaire, renseigne sur les pratiques adoptées et donne un avis sur les candidatures à cette marque d'honneur.

Enfin, le ministère chargé de la famille, dans son action d'accompagnement, de contrôle et de soutien de toutes initiatives faites en faveur des familles, suit les fondations, les oeuvres et les prix divers destinés à aider, encourager et récompenser le mérite de femmes travaillant au service de leur foyer, surtout dans les familles nombreuses et déshéritées. Il recense ces institutions, donne leurs coordonnées aux personnes intéressées, établit des liens de contact, contrôle leur gestion comptable et les subventionne.

Ce fonds forme la trame historique de l'élaboration des textes de base concernant la politique familiale du gouvernement en matière de promotion de la natalité par le biais de la mise en valeur du rôle de la mère de famille.

Il porte sur une longue période s'étendant de 1920 à 1989, soit près de 60 ans d'histoire de regard public sur le domaine privé que constitue le coeur de la cellule familiale, à savoir la mère de famille.

Il est donc d'un très grand intérêt, non seulement pour le suivi de l'action sociale de l'Etat au service de la famille, mais aussi pour l'étude de l'évolution des mentalités sur le rôle de la cellule familiale au XXe siècle.

Classification method

Classement thématique

Indexing terms

parent ;  famille ;  enfant ;  action sociale ;  président de la République ;  réglementation  

New conditions for access to archives.

Add finding aid
to my favourites
Download
the finding aid in PDF format
Finding aide permalink
Finding aid XML export