Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds Bourrut Lacouture (1903-2017)

Haut de page
Cotes
660AP/1-660AP/6
Date
1903-2018
Nom du producteur
Bourrut-Lacouture (famille)Etienne Bourrut Lacouture - Marie-Thérèse Bourrut Lacouture - 
Importance matérielle
et support
6 cartons (660 AP 1-6) ; 0,80 mètre linéaire.
Conditions d'accès

Communication et reproduction sur autorisation des ayants droit.

Description

Présentation du contenu

660AP/1. Étienne Bourrut Lacouture. 1915-2006.

660AP/2-5. Marie-Thérèse Bourrut Lacouture. 1916-1994.

660AP/6. Familles Bourrut Lacouture et alliées. 1907-2017.

Historique du producteur

La famille Bourrut est originaire de Charente, où elle est attestée depuis le XVIe siècle et a donné plusieurs branches : les Bourrut de l'Ecoutet (1548-1745) ; les Bourrut de l'Estang (1651-1745) ; les Bourrut de la Boussardie (1658-1779) ; les Bourrut des Nauves (depuis 1646) ; les Bourrut du Vivier (depuis 1679) ; et les Bourrut de La Couture et de Lémerie (depuis 1624).

Au début du XVIIIe siècle, Pierre Bourrut, sieur des Pascauds (né le 10 mars 1667), est avocat au Parlement, juge des seigneuries de Gurat et de Sainte-Catherine en 1698, juge assesseur au duché de Lavalette en 1702 et juge sénéchal au même duché en 1712. Il a rédigé un livre de raison publié en 1903 par la Société historique et archéologique de la Charente, sous le titre : Papier de raison de Pierre Bourrut, sieur des Pascauds (1692-1725), publié et annoté par M. l'abbé A. Mazière.

La branche Bourrut Lacouture trouve son origine avec Jean, marchand à Lavalette en 1624. Au XVIIIe siècle, Jean Bourrut, sr de Lémerie, achète en 1729 une pièce de terre à La Cousture de Lesmerie, relevant de la seigneurie de Gurat, d'où le nom de cette branche de la famille. Le « logis » actuel de Lémerie est construit vers 1810. Au XIXe siècle, Hector Bourrut Lacouture (1796-1873) et son épouse Marie-Augustine née Boussiron (1822-1892) gèrent une exploitation agricole de 450 hectares. Bien que disséminée à travers le monde au XXe siècle : Espagne, Grèce, Venezuela, Allemagne, Chine, Québec, États-Unis, la famille Bourrut Lacouture continue à garder des ressortissants à Gurat (Charente), son berceau d'origine.

Étienne Bourrut Lacouture (1894-1959), petit-fils d'Hector Bourrut Lacouture, naît à Gurat (Charente), le 7 mai 1894, dans la maison familiale de Lémerie, où son père, Auguste Bourrut Lacouture (1853-1911) est propriétaire terrien. Après des études de droit, il entre à l’École des Sciences Politiques jusqu’à la Première Guerre mondiale. Engagé volontaire en août 1914, il est incorporé au 34e régiment d'infanterie en décembre 1914 puis au 249e régiment d'infanterie (son journal de guerre a été édité en 2005, éditions Galaxy à Versailles). Blessé grièvement à Verdun, devant Douaumont le 13 mai 1916, il finit la guerre à l’état-major du Gouvernement militaire de Paris. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur le 28 décembre 1916 et reçoit la croix de guerre.

Après la guerre, Étienne Bourrut Lacouture reprend ses études à l’École des Sciences Politiques ; recalé au concours de l'inspection des finances, il entreprend une carrière préfectorale et devient en 1920, à Pau, chef de cabinet du préfet des Pyrénées-Atlantiques, Henri Maupoil, qu'il suit dans son affection suivante à Rennes, en Ille-et-Vilaine. C'est là qu'il rencontre sa future épouse, Marie-Thérèse Deniaud (1901-1997), avec qui il se marie le 27 juin 1922. Le couple aura quatre enfants : Nelly (née en 1924), Luc (né en 1927), Alain (né en 1929), Jean-François (né en 1942). Après son mariage, Étienne Bourrut Lacouture s’inscrit comme avocat à la Cour d’Appel de Rennes (Ille-et-Vilaine) et installe son cabinet à Rennes, rue Hoche. Dès 1919, Étienne Bourrut Lacouture s'engage dans l'Union Nationale des Combattants, en devient le dirigeant départemental, anime la Mutuelle Retraite de l'UNC, ainsi que le groupement « Ceux de Verdun ». Il se présente aux élections législatives de 1928 en tant que candidat républicain d'Union Nationale mais n'est pas élu. Il adhère ensuite aux Croix de Feu et en 1937 au Parti Social Français (P.S.F.) du colonel de La Rocque. A la fin de la seconde guerre mondiale, il est interné durant six mois à Rennes sur une dénonciation et remis en liberté le 20 février 1945, sans jugement ni condamnation, le dossier étant vide. Étienne Bourrut Lacouture reprend son activité d'avocat à Rennes et est élu batônnier de l'ordre en 1957. Il décède à Rennes le 16 mars 1959.

Son épouse, Marie-Thérèse Deniaud (1901-1997) est née à Redon le 31 mai 1901. Son père, Francis Deniaux (1868-1960), diplômé de l'École centrale, a créé en 1897 à Redon une minoterie qui fonctionnera jusqu'en 1926. A la fin des années 20, il reporte son activité sur la construction et l'exploitation de plusieurs usines hydro-électriques dans le Morbihan et en Mayenne. Il dirige notamment la société hydro-électrique de Beaumont et la société des Forces motrices de l'Oust. Sa fille Marie-Thérèse étudie au pensionnat du Cleu à Redon mais ses parents lui refusent de passer le baccalauréat. Elle épouse le 27 juin 1922 Étienne Bourrut Lacouture. Ils ont ensemble quatre enfants : Nelly (née en 1924), Luc (né en 1927), Alain (né en 1929), Jean-François (né en 1942). De 1930 à 1940 et de 1950 à 1955, Marie-Thérèse et son époux font tous les ans un voyage en Europe : Grèce (1930), Espagne (1931), Italie et Pays-Bas (1932), Balkans (1933), pays nordiques (1934), Europe centrale (1935), Balkans (1936), URSS (1937)... D'abord adhérente comme son époux, au mouvement des Croix de Feu, Marie-Thérèse Bourrut Lacouture s'engage activement dans l'action politique et dans l'action sociale : elle adhère en 1937 au Parti Social Français du général de La Rocque, elle participe aux congrès du PSF de 1937 et 1938, rédige de nombreux articles pour le journal La volonté bretonne, crée à Rennes une section d'action sociale et favorise le développement des jardins ouvriers au sein de l'association Loisirs au Jardin. En 1939, elle crée une entreprise de travail à domicile pour les femmes dont les maris sont mobilisés et un groupe d'Auxiliaires de la Défense Passive (ADP) à Rennes. En 1942 et 1943, elle se lance dans la diffusion de cours pour les parents (les Cours Educatifs, diffusés par abonnement). De juin à septembre 1944, elle organise, à la demande de la mairie de Rennes, deux restaurants communautaires pour les familles victimes des bombardements.

Après la seconde guerre mondiale, Marie-Thérèse Bourrut Lacouture s'éloigne de la vie politique mais poursuit son engagement : de 1946 à 1956, elle est commissaire régionale des Guides de France (en Bretagne) ; à partir de 1961, elle fait partie des instances régionales puis nationales de l’Association des veuves civiles chefs de famille (AVCCF) et oeuvre activement pour l'obtention de droits (allocation orphelin, pension de réversion à 55 ans) ; elle fonde en 1976 la Fédération internationale des associations des veuves civiles chefs de famille (la FAVEC qui accueille les veufs à partir de 1997 et devient la Fédération des Associations de Conjoints Survivants et Parents d'orphelins). Faite chevalier de la Légion d’honneur en 1976, promue Grand officier (1980) puis Grand Croix (1982) de l'ordre national du Mérite, Marie-Thérèse Bourrut Lacouture décède à Versailles le 14 décembre 1997.

Marie-Thérèse Bourrut Lacouture a tenu un journal personnel pendant une longue période de sa vie dont une partie a été publiée après sa mort, sous le titre Cahiers 1936-1983.

Entrée et conservation

Modalités d'entrée

Don, 2007-2018.

Existence et lieu de conservation des documents originaux

Pierrefitte-sur-Seine

Sources et références

Sources complémentaires

Sources complémentaires aux Archives nationales.

F/1bI/596. Dossiers de personnel de l'administration préfectorale au nom d'Étienne Bourrut Lacouture et de Lémery Jean Bourrut Lacouture.

20170176/253. Dossier d'étudiant reçu à l'Institut de Médecine coloniale au nom d'Antoine Bourrut-Lacouture (né en 1919). 1948.

19800035/59/7203. Dossier de demande de Légion d'honneur d'Hector Ernest Lémerie Bourrut Lacouture (né en 1879).

19800035/305/40991. Dossier de demande de légion d'honneur de Joseph Ernest Etienne Bourrut Lacouture (né en 1894).

Le dossier de Légion d'honneur de Marie-Thérèse Bourrut Lacouture n'est pas encore librement communicable (délai : 50 ans).

Sources complémentaires

451 AP. Fonds du colonel François de La Rocque et du PSF.

Bibliographie

Bourrut Lacouture (Étienne), Journal de guerre 1915-1916, Versailles, Galaxy, 2005.

Bourrut Lacouture (Marie-Thérèse), Cahiers 1936-1983 (extraits), Versailles, Galaxy, 2006.

Bourrut Lacouture (Ernest), La vie d’une famille terrienne dans le duché de Lavalette, Issoudun, Gaugnault éd., sans date [1974].

Chabert-Collonier (Maguelonne), Bourrut-Lacouture (Jean-François), Les 7 familles et leurs « Je », Bruges (France), édition des Lièvries, 2017.

Fabre-Luce (Alfred), Au nom des silencieux, Paris, 1945.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire