Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds Philippe Ragueneau (1938-2004)

Haut de page
Cotes
663AP/1-663AP/66, 663AP/AV/67-663AP/AV/68
Date
1938-2004
Nom du producteur
Office de radiodiffusion télévision française - Ragueneau, Philippe (1917-2003) - Anglade, Catherine (1929-1994)Ragueneau, Philippe (1917-2003) - Anglade, Catherine (1929-1994)
Importance matérielle
et support
7 mètres linéaires (68 boîtes d'archives).
Localisation physique
Pierrefitte-sur-Seine
Conditions d'accès

Communication sur autorisation.

Conditions d'utilisation

Reproduction sur autorisation.

Description

Présentation du contenu

Ce fonds d'archives a été donné en 2007 aux Archives nationales par les filles de Philippe Ragueneau. Il rassemble les archives que celui-ci avait conservé dans deux de ses domiciles. Ses papiers contiennent à la fois des documents privés mais également des dossiers professionnels. Parmi ces derniers, beaucoup ont également le statut d'archives publiques puisqu'ils ont été produits dans le cadre des fonctions exercées par Philippe Ragueneau au sein d'organismes publics (Cabinet ministériels, ORTF, Centre d'études d'opinion...). La plus grande partie du fonds concerne la vie d'écrivain de Philippe Ragueneau. On y trouve quelques manuscrits, des critiques de presse, de la correspondance avec ses éditeurs, et beaucoup de lettres d'admirateurs. Ce fonds contient également quelques papiers ayant appartenu à Catherine Anglade, troisième épouse de Philippe Ragueneau.

Plan de classement

663 AP 1-3. Philippe Ragueneau, vie privée. 1941-2004.

663 AP 4-5. Philippe Ragueneau résistant. 1938-2003.

663 AP 6-12. Engagement dans la vie politique. 1947-2003.

6. Partis gaullistes d'après-guerre. 1947-1955.

7. Présidence du Conseil. 1958-1959, 1981.

8. Cabinet du ministre du Travail ; Union des démocrates pour la Ve République ; Rassemblement pour la République. 1969-1999.

9-11. Carrefour du gaullisme. 1980-2003.

663 AP 13. Activités associatives. 1948-2003.

663 AP 14-29. Philippe Ragueneau, vie professionnelle. [1946]-1996.

14-17. RTF puis ORTF. 1959-1982.

18-25. Centre d'études d'opinion. 1974-[1984].

26-28. Sociétés Cécodis et Sécodip. 1985-1996.

29. Autres activités professionnelles ; retraite. [1946]-1995.

663 AP 30-51. Philippe Ragueneau écrivain, journaliste et conférencier. 1964-2003

663 AP 52-56. Philippe Ragueneau auteur de séries télévisées et documentariste. 1971-1997.

663 AP 57-60. Documentation. 1965-2003.

663 AP 61. Papiers de Catherine Anglade, troisième épouse de Philippe Ragueneau. 1965-1994.

663 AP 62-68. Photographies et documents audiovisuels.

Liste des sigles et abréviations

BCRA : Bureau central de renseignement et d'action

C.a. : carte autographe

C.a.s. : carte autographe signée

CEO : Centre d'études d'opinion

CGT : Confédération générale du travail

CIC : Centre d'information civique

CNRS : Centre national des Républicains sociaux

DOM : Département d'Outre-mer

HEC : École des hautes études commerciales

INA Institut national de l'audiovisuel

L.a.s. : lettre autographe signée

L.s. : lettre signée

ONU : Organisation des Nations unies

ORTF : Office de radiodiffusion télévision française

RPF : Rassemblement du peuple français

RPR : Rassemblement pour la République

RTF : Radiodiffusion télévision française

S.d. : sans date

TOM : Territoire d'Outre-mer

TVA : Taxes sur la valeur ajoutée

UDR : Union des démocrates pour la Ve République

UDF : Union pour la démocratie française

UMP : Union pour un mouvement populaire

URSS : Union des Républiques socialistes soviétiques

URSSAF : Unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et des allocations familiales.

Langue des documents

Français

Institution responsable de l'accès intellectuel

Archives nationales

Historique du producteur

Philippe Ragueneau est né le 19 novembre 1917 à Orléans (Loiret). Il fait ses études secondaires à Orléans (collège Saint-Euverte), Roubaix (collège Notre-Dame), Froyennes en Belgique (pensionnat Passy-Froyennes) et Lille (lycée Faidherbe). Il est diplômé de l'École des Hautes études commerciales (HEC).

Alors qu'il poursuit ses études à HEC, Philippe Ragueneau est mobilisé le 1er septembre 1939 à la 51e DI d'Orléans. Après une formation d'élève-officier de réserve (EOR) à Saint-Cyr, il est promu aspirant dans l'Infanterie. En juin 1940, il se trouve à Mondonville (Haute-Garonne), chef de section dans une compagnie de mitrailleuses au 23e RI ; avant même l'appel du général de Gaulle, il refuse de déposer les armes et groupe autour de lui les officiers et sous-officiers de sa compagnie. Une semaine après l'armistice du 22 juin 1940, il diffuse en Haute-Garonne un manifeste intitulé « La guerre continue » dans lequel il définit les principes de la résistance clandestine, puis fonde le mouvement « La Guerre secrète » qui se consacre au renseignement, à la propagande et au sabotage. Fin janvier 1941, P. Ragueneau part pour Lyon afin d'y rencontrer les responsables d'autres mouvements naissants en zone sud. Il rejoint le Mouvement de libération nationale (MLN) créé par Henri Frenay et est chargé par celui-ci de la diffusion des journaux clandestins du mouvement, Les Petites ailes de France puis Vérités. Le 12 août 1941 il est arrêté pour « diffusion d'imprimés de nature à exercer une influence fâcheuse sur l'esprit des populations » (voir 663AP/5), et incarcéré à la prison de Montluc à Lyon. Condamné à une peine légère, il reprend son activité de propagande. Mais, surveillé de près par la police, il doit passer en Algérie où il reprend contact avec le mouvement Combat.

Au moment du débarquement allié de novembre 1942, il fait partie du coup de force qui neutralise Alger. Il s'engage ensuite dans un commando français rattaché à la 1e Armée britannique, le Special Detachment. Nommé sous-lieutenant, Philippe Ragueneau et les 45 hommes du commando débarquent puis occupent pendant près de deux mois, en décembre 1942 et janvier 1943, le phare du Cap Serrat en Tunisie alors qu'ils sont coupés de leur base et presque sans ravitaillement. En mars 1943 le commando opère à l'Oued Zarga puis, le mois suivant, de nouveau au Cap Serrat. Ayant effectué 21 missions de sabotage dans les lignes ennemies, il est promu lieutenant. Après l'entrée des Alliés à Tunis, les volontaires du Special Detachment sont incorporés dans la 1e Division Française Libre au sein du 1er Régiment de DCA Légère. Philippe Ragueneau demande l'autorisation de retourner en France. Dans ce but, il est affecté en novembre 1943, à Alger, au Bureau central de renseignements et d'action (BCRA), avant de partir, le 1er décembre, pour Londres où il suit un entraînement intensif (parachutisme, sabotage, espionnage, etc.).

Le 7 juin 1944, nommé capitaine à titre provisoire, Philippe Ragueneau est parachuté dans le maquis de Malestroit (Morbihan) au sein de l'équipe interalliée de liaison Jedburgh commandée par le capitaine américain Paul Cyr, de l'Office of strategic service. Team George est le nom de code de l'équipe. Leur mission est d'équiper, d'entrainer, et d'organiser la résistance en Bretagne. Dix nuits de suite, ils réceptionnent du matériel. Le 18 juin 1944 à l'aube, le camp est attaqué et Philippe Ragueneau est contraint de se replier avec les FFI du maquis. Après dix jours de marche il atteint le maquis de Saffré en Loire-Atlantique et participe aux combats de défense du maquis puis à ceux d'Ancenis. Quelques jours plus tard, il est nommé Délégué militaire départemental en Loire-inférieure ; il organise le département, obtient des armes et équipe plusieurs bataillons. Après l'arrivée des troupes américaines, fin août, le capitaine Ragueneau rentre à Londres. Parachuté une seconde fois avec l'équipe George II, le 7 septembre 1944, dans la Vienne, il contribue à mettre sur pied le 1er Groupement mobile qui monte au contact des Allemands retranchés sur la ligne Pornic-Paimboeuf et les refoule vers Saint-Nazaire après de durs combats. En octobre 1944, appelé à Nantes à l'État-major du 1er Groupement mobile, il est nommé chef du 2e Bureau ; fin novembre 1944, sa mission terminée, il rentre à Paris.

A la Libération, il fonde et dirige un quotidien régional L'Avenir de l'Ouest, puis rejoint de Gaulle qui vient de créer le Rassemblement du peuple français (RPF). De janvier à novembre 1947, il est délégué départemental du RPF en Loire-Inférieure. Appelé par le général de Gaulle à Paris, il devient chargé de mission pour les onze départements de l'Est et du Centre-est, notamment pour y organiser les élections. En 1949 il devient directeur des services de presse, propagande et information du parti pour la région parisienne puis, en 1952, directeur adjoint des services nationaux de presse et d'information du RPF jusqu'à la dissolution du parti en 1955.

De 1953 à 1955, il est également chargé de mission et des relations avec la presse au cabinet de Maurice Lemaire, ministre de la Reconstruction et du Logement. A la dissolution du RPF, il entre à Jours de France comme chef des services politiques puis à l'hebdomadaire Radar en 1957 comme chef des informations. Il participe également à la Nation (journal des Républicains sociaux), l' Avenir d'Ile-et-Vilaine et l' Oise libérée.

En mai 1958, le général de Gaulle arrive au pouvoir en tant que président du Conseil. Il nomme P. Ragueneau au sein de son cabinet pour y diriger, comme chargé de mission, les services de presse.

En 1959 il entre à la RTF. C'est les début d'une longue carrière dans l'audiovisuel. Il est d'abord Directeur du journal parlé de la radiodiffusion de janvier à avril 1959, puis Directeur de l'actualité d'avril à octobre. Il devient ensuite Directeur adjoint des programmes de télévision d'octobre 1959 à 1964. Il créé et dirige la 2e chaine (1962-1964). D'octobre 1964 à octobre 1968 il devient Directeur des programmes de télévision, avant d'être nommé inspecteur général de l'ORTF (1968-1974). Il est parallèlement président de l'Union des cadres de l'ORTF (1968-1972), membre du conseil d'administration de l'Office (1971-1972) et Délégué aux stations d'Outre-mer (1972-1974).

P. Ragueneau quitte l'ORTF en 1974 au moment de son éclatement. Il est nommé directeur du Centre d'études d'opinion (CEO), organisme public rattaché aux services du Premier ministre et chargé, dans le cadre de la loi de 1974, de mesurer l'audience et la qualité des programmes des sociétés de radio et de télévision afin de répartir entre elles le produit de la redevance. P. Ragueneau joue en 1980 un rôle de premier plan dans la mise en place du système audimétrique de mesure de l'audience de la télévision qu'il décide d'appeler « Audimat ».

Retraité du CEO en 1982, P. Ragueneau reprend cependant des activités dans des sociétés privées d'études du secteur des médias. Il devient administrateur et conseil en développement de la Sécodip en 1983 et vice-président de Cécodis en 1985 postes qu'il quitte en 1993.

Philippe Ragueneau est également un écrivain qui publia près d'une trentaine d'ouvrages, sur des sujets variés. Sa première publication, Julien ou la Route à l'envers (1976), lui permet de revenir sur son activité de résistant. Suivent plusieurs romans, des récits, et quelques ouvrages sur le général de Gaulle. À partir de 1981, il publie plusieurs cycles de récits inspirés de son amour des chats (cycles du chat Moune, de Gros-Mimi et Petit-Lulu et de Tiburce, le chat détective).

Outre une riche carrière professionnelle et littéraire, P. Ragueneau s'investit dans de nombreuses associations. Il est notamment administrateur du Centre d'information civique et du Conseil national de la communication, président de l'Institut de recherche et de promotion audiovisuelles et de l'Association des résistants de l'ORTF. Son engagement gaulliste le conduit à participer, aux côtés de Roland Nungesser, à la création du mouvement Carrefour du gaullisme, dont il sera secrétaire général pendant de nombreuses années.

Philippe Ragueneau est aussi critique littéraire au Figaro, producteur-auteur de télévision et directeur de collection aux éditions Jacques Grancher.

Sa brillante carrière militaire lui confère de nombreuses distinctions. Il est commandeur de la Légion d'honneur et Compagnon de la Libération et reçoit la Croix de guerre 1939-1945, la Médaille de la Résistance, la Médaille coloniale, la Croix du Combattant Volontaire, la Médaille commémorative des Services volontaires dans la France libre, l'Africa Star (GB) et la Silver Star (USA).

Philippe Ragueneau est mort le 22 octobre 2003 à Gordes (Vaucluse).

Entrée et conservation

Modalités d'entrée

Don de Dominique et Sylvie Ragueneau, 2007.

Évaluation, tris et éliminations

Très peu d'éliminations ont été effectuées au cours du classement de ce fonds : seuls les doubles de courriers, notes et rapports en ont fait l'objet.

Sources et références

Sources complémentaires

La liste qui suit n'est pas exhaustive, mais indique les pistes archivistiques les plus intéressantes à suivre.

Archives nationales

Site de Paris

Papiers des chefs d'État

  • Archives de Charles de Gaulle avant 1959 / Bureau central de renseignement et d'action (BCRA) : 3 AG 2. Notamment les articles 8 (BCRA d'Alger) ; 422 (Envoi d'Alger de volontaires pour le BCRA de Londres) ; 427 (Situation en Afrique du Nord et informations sur la Tunisie) ; 428 (Événements du 8 novembre 1942) ; 462, 490 et 580 (Jedburgh et mission Georges).
  • Archives de Charles de Gaulle, président de la République : 5 AG 1. 5 AG 1 SOL SP 162 (dossier de Philippe Ragueneau contenant des lettres adressées à C. de Gaulle, 1960-1970) ; 5 AG 1 846-847 (dossiers sur le Rassemblement du Peuple français).

Fonds divers remis aux Archives nationales : série AJ

  • Comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale : AJ72 46 à 48 (témoignages et documents sur le mouvement Combat) ; AJ72 144 à 152 (Résistance intérieure en Loire-Atlantique) ; AJ72 211 et 212 (Résistance en Afrique du Nord) ; AJ72 231 et 232 (Bureau central de renseignement et d'action) ; AJ72 511, 2026 et 2027 (archives d'Henri Frenay).

Fonds privés : séries AP, AR et AS.

  • Lucien Paye : 364 AP. Contient notamment des documents relatifs à la Commission d'étude du statut de l'ORTF que L. Paye présida de 1968 à 1970.
  • Louis Terrenoire : 449 AP.
  • Pierre Lefranc : 569 AP. Notamment les articles 6 à 26 (Rassemblement du Peuple français), 29 à 38 (Chef de cabinet du général de Gaulle, président du Conseil) et 161 à 202 (Institut Charles de Gaulle).
  • Marie Granet (historienne de la Résistance) : 397 AP.
  • Henri-Paul Eydoux : 546 AP. Notamment les articles 4 et 5 (Eydoux membre du BCRA).
  • Association nationale d'action pour la fidélité au général de Gaulle : 81 AS

Site de Fontainebleau

Archives du ministère de l'Information

  • Versement 20010086 : articles 169-212, activités de la radiodiffusion et télévision française, création de l'ORTF, tutelle de l'ORTF, problèmes de la télévision, 1958-1967.

Archives de l'ORTF

  • Versements 19810226 et 19840277 : dossiers constitués par Marceau Long, président directeur générale de l'ORTF, 1970-1974 et 1973-1975.
  • Versement 19870378 : dossiers rassemblés par André Chamson, membre du conseil d'administration de l'ORTF de 1964 à 1973 : conseils d'administration, budget, émissions, programmes, sondages d'opinion, personnel, documentation, 1964-1973.
  • Versement 19900214 : conseil supérieur des émissions, comité des programmes, 1923-1974.
  • Versement 19990267 : microfilms des arrêtés et décisions de l'ORTF, 1939-1974.
  • Versement 20060483 : organisation et fonctionnement général, actualité télévisée, production et diffusion de fictions et émissions télévisées, relations extérieures, 1947-1976.

Archives du Centre d'études et d'opinion.

  • Versement 19810125 : études sur la qualité des programmes et enquêtes sur l'audience de la radiodiffusion et de la télévision, 1975-1979.
  • Versement 19830553 : idem, 1980.
  • Versement 19850270 : idem, 1981-1983.
  • Versement 19870372 : budgets, dossiers de personnel, chronos du service administratif, 1974-1985.
  • Versement 19870372 : rapports d'activité, chronos des directeurs, études, 1975-1985.
  • Versement 19870650 : calques et graphiques sur l'audience comparée de la radio et de la télévision, 1975-1983.
  • Versement 19920271 : organisation, gestion, 1974-1986.

Fondation Charles de Gaulle

Archives du RPF

  • Série A : collection de documents concernant le général de Gaulle, notamment AC (voyages du général de Gaulle en France et à l'étranger, 1945-1970), AE (correspondance, 1944-1970) et AF (documentation et secrétariat du général au RPF).
  • Série B : archives du Rassemblement du Peuple français.
  • Série C : partis et groupements gaullistes.
  • Série F : archives privées, notamment F 1 (Jacques Soustelle), F 3 (Louis Terrenoire).
  • Série G : presse moyen et grand format, notamment GA (presse du RPF).

Institut national de l'audiovisuel (INA)

Fonds d'archives écrites

  • Fonds Philippe Ragueneau (1963-1974). Ce fonds a été versé par l'intermédiaire de Jacques Durand, qui l'a déposé dans les années quatre vingt au Centre de Documentation de l'INA. Quand le Centre ferme ses portes en octobre 1998, c'est l'Inathèque qui devient dépositaire de ce fonds. Il est constitué de 21 cartons cauchard.
  • Fonds Jacques Durand (1945-2008).
  • Fonds Comité d'histoire de la télévision : Centre d'études d'opinion (1971-1988)
  • Fonds Comité d'histoire de la télévision : Jean d'Arcy (1955-1983).
  • Fonds Comité d'histoire de la télévision : Régie française de publicité (1967-1987).
  • Fonds INA : 2e chaîne et Antenne 2 (1957-1990).
  • Fonds INA : documents CEO (1967-1985).
  • Fonds INA : mai 68 à l'ORTF (1968).
  • Fonds INA : personnalités (1949-1974).
  • Fonds INA : programmes avant diffusion de l'ORTF (1966-1973).
  • Fonds INA : programmes de télévision (1949-1974).
  • Fonds INA : radio et télévision de 1947 à 1975 (1947-1975).
  • Fonds INA : radio et télévision de 1976 à 1998 (1976-1998).
  • Fonds TF1 : dossiers de la RTF et de l'ORTF (1955-1982).

Bibliographie

Écrits de Philippe Ragueneau

  • Julien ou la Route à l'envers. [Paris] : A. Michel. 1976. 283 p.
  • La Marée montante. Paris : A. Michel. 1977. 353 p.
  • Un homme à vendre. Paris : A. Michel. 1979. 310 p.
  • L'histoire édifiante et véridique du chat Moune. Paris : A. Michel. 1981. 206 p.
  • Les Nouvelles aventures du chat Moune. Paris : A. Michel. 1982. 202 p.
  • Sacrées vacances. Paris : A. Michel. 1982. 221 p.
  • Si vous passez par Meillanne. Paris : A. Michel. 1984. 236 p.
  • Le grand voyage du chat Moune : et autres histoires. Paris : A. Michel. 1985. 209 p.
  • Le Chat Moune et ses copains. Paris : A. Michel. 1988. 181 p.
  • Les Marloupins du roy. Paris : le Pré aux clercs. 1989. 330 p.
  • Le Chat Moune exagère. Paris : A. Michel. 1990. 153 p.
  • Humeurs et humour du Général. Paris : J. Grancher. 1990. 241 p.
  • Un amour de chat. Paris : J. Grancher. 1991. 173 p.
  • Les 400 coups de Gros-Mimi et Petit-Lulu. Paris : J. Grancher. 1993. 203 p.
  • Paris libéré : ils étaient là. Paris : Éd. France-Empire. 1994. 317 p.
  • Le dictionnaire du gaullisme. Paris : A. Michel. 1994. 506 p.
  • L'autre côté de la vie : dialogues avec l'invisible. Monaco ; [Paris] : Éd. du Rocher - J.-P. Bertrand. 1996. 208 p.
  • Tiburce, le chat qui parlait comme vous et moi. Monaco ; [Paris] : Éd. du Rocher. 1997. 209 p.
  • Un homme de l'ombre. Monaco ; [Paris] Éd. du Rocher. 1998. 310 p.
  • Le bel été de Gros-Mimi et Petit-Lulu. Monaco ; [Paris] : Éd. du Rocher. 1999. 156 p.
  • Ulysse, le chat qui traversa la France. Monaco ; [Paris] : Éd. du Rocher. 2000. 276 p.
  • Grains de sable ou Le hasard et le destin. Monaco ; [Paris] : Éd. du Rocher. 2001. 161 p.
  • Drôles de bêtes et drôles d'histoires : de l'humour à l'émotion. Paris : Grancher. 2002. 236 p.
  • Tiburce, le chat qui démasqua l'assassin. Monaco ; [Paris] : Éd. du Rocher. 2002. 177 p.
  • Le Général a dit : sarcasmes et boutades. Paris : Grancher. 2003. 261 p.
  • Médecins des bêtes sauvages. Paris : Grancher. 2003. 221 p.
  • Tiburce, le chat qui démêla l'énigme de l'hécatombe. Monaco ; [paris] : Éd. du Rocher. 2003. 151 p.
  • Tiburce, le chat qui piégea les terroristes. Monaco ; [Paris] : Éd. du Rocher. 2003. 194 p.
  • Tiburce, le chat qui déjoua le piège du gangster. Monaco ; [Paris] : Éd. du Rocher. 2004. 175 p.
  • Tiburce, le chat qui mit en échec la mafia. Monaco ; [Paris] : 2005. 177 p.

Ouvrages sur la Résistance

  • Azéma (Jean-Pierre) et Bedarida (François) [dir.]. La France des années noires. Paris : Éd. du Seuil. 2000. 2 vol. (580, 632 p.)
  • Bourderon (Roger) et Willard (Germaine). 1940 : de la défaite à la Résistance. Paris : Messidor, Éd. sociales. 1990. 245 p.
  • Granet (Marie) et Michel (Henri). Combat histoire d'un mouvement de Résistance de juillet 1940 à août 1943. Paris : Presses universitaires de France. 1957. 330 p.
  • Guillon (Jean-Marie) et Laborie (Pierre). Mémoire et histoire : la Résistance. Toulouse : Privat. 1995. 352 p.
  • Kedward (Harry Roderick). Naissance de la Résistance dans la France de Vichy : 1940-1942 : idées et motivations. Seyssel : Champ Vallon. 1989.350 p.
  • Marcot (François) [dir.]. Dictionnaire historique de la Résistance : Résistance intérieure et France libre. Paris : R. Laffont. 2006. 1187 p.
  • Noguères (Henri). Histoire de la Résistance en France. Genève : Famot. 1982. 10 vol.

Ouvrages sur la France libre

  • Crémieux-Brilhac (Jean-Louis). La France libre : de l'Appel du 18 juin à la Libération. [Paris] : Gallimard. 1996. 969 p.
  • Muracciole (Jean-François). Histoire de la France libre. Paris : Presses universitaires de France. 1996. 126 p.
  • Muracciole (Jean-François). Les Français libres : l'autre Résistance. Paris : Tallandier. 2009. 424 p.
  • Passy (colonel). Mémoires du chef des services secrets de la France libre. Paris : O. Jacob. 2000. 801 p.

Ouvrages sur la Libération

  • Aron (Robert). Histoire de la Libération de la France. Paris : J. Tallandier. 1976. 2 vol. (515, 523 p.).
  • Azéma (Jean-Pierre) et Wieviorka (Olivier). Les libérations de la France. Paris : Éd. de la Martinière. 1993. 233 p.
  • Kaspi (André). La Libération de la France : juin 1944-janvier 1946. Paris : Perrin. 2004. 563 p.

Ouvrages sur les opérations Jedburgh

  • Calmette (A.). « Les équipes Jedburgh dans la bataille de France », dans la Revue d'Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n°61, janvier 1966, p. 35-48.
  • Will (Irwin). Les Jedburghs : l'histoire secrète des Forces spéciales alliées en France en 1944. [Paris] : Perrin. 2008. 434 p.

Ouvrages sur le Rassemblement du Peuple français (RPF) et le gaullisme

  • Berstein (Serge). Histoire du gaullisme. Paris : Perrin. 2002. 574 p.
  • Charlot (Jean). Le gaullisme d'opposition (1945-1958). Paris : Fayard. 1983. 436 p.
  • Charlot (Jean). « Le gaullisme », dans Histoire des Droites en France, vol. 1, de Sirinelli (Jean-François). [Paris] : Gallimard. 2006. 794 p.
  • Charlot (Jean). « RPF », dans Dictionnaire historique de la vie politique française au XX e  siècle (dir. Jean-François Sirinelli). Paris : Presses universitaires de France. 1995.
  • De Gaulle et le rassemblement du peuple français, 1947-1955 : [actes du colloque, Bordeaux, 12-14 novembre 1997] / [organisé par la] Fondation Charles de Gaulle ; le Centre aquitain de recherches en histoire contemporaine. Paris : A. Colin. 1998. 864 p.
  • Fredj (Claire) et Mazzuccheti (Denis). Le gaullisme de 1940 à nos jours. Paris : Hatier. 1995. 79 p.
  • Lachaise (Bernard). « Le Rassemblement du Peuple français (RPF) 1947-1955 », dans Historiens et Géographes, n°357, avril-mai 1997, p. 323-334.
  • Morelle (Chantal). De Gaulle, le gaullisme et les gaullistes. Paris : A. Colin. 1998. 95 p.
  • Morelle (Chantal). Le gaullisme. Paris : First éditions. 2010. 335 p.
  • Rémond (René). 1958, le retour de de Gaulle. Bruxelles ; [Paris] : Éd. Complexe. 1998. 190 p.
  • Soustelle (Jacques). Vingt-huit ans de gaullisme. Paris : la Table ronde. 1968. 479 p.
  • Touchard (Jean). Le gaullisme (1940-1969). Paris : Éd. Du Seuil. 1978. 379 p.
  • Vaïsse (Maurice). La grandeur : politique étrangère du général de Gaulle (1958-1969). [Paris] : Fayard. 1998. 726 p.

Ouvrages sur la télévision

  • Bachmann (Sophie). L'éclatement de l'ORTF : la réforme de la délivrance ? Paris ; Montréal : l'Harmattan. 1997. 254 p.
  • Bourdon (Jérôme). Histoire de la télévision sous de Gaulle. Paris : Anthropos / Ina. 1990. 359 p.
  • Brochand (Christian). Histoire générale de la radio et de la télévision en France. Paris : la Documentation française. 1994. 2 vol. (692, 690 p.).
  • Cohen (Évelyne). La télévision sur la scène du politique : un service public pendant les Trente Glorieuses. Paris : l'Harmattan ; [Bry-sur-Marne] : INA. 2009. 202 p.
  • Cohen (Évelyne) et Lévy (Marie-Françoise) [dir.]. La télévision des Trente Glorieuses : culture et politique. Paris : CNRS éditions. 2007. 318 p.
  • Jeanneney (Jean-Noël) [dir.]. L'écho du siècle : dictionnaire historique de la radio et de la télévision en France. Paris : Hachette littératures. 2001. 815 p.
  • Jost (François) [dir.]. Années 70, la télévision en jeu. Paris : CNRS éditions. 2005. 254 p.
  • Méadel (Cécile). Quantifier le public histoire des mesures d'audience de la radio et de la télévision. Paris : Économica. 2010. 283 p.
  • Méadel (Cécile). « L'audimat à la conquête du monopole » dans Le Temps des médias n°3, automne 2004, p. 151-159.
  • Sablier (Édouard). La télé du Général : par un gaulliste non alimentaire. Monaco ; [Paris] : Éd. du Rocher. 2000. 258 p.
  • Vassallo (Aude). La télévision sous de Gaulle : le contrôle gouvernemental de l'information (1958-1969). Bruxelles ; [Paris] : De Boeck ; [Bry-sur-Marne] : INA. 2005. 310 p.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire