Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

CNAHES. Sous-fonds Jacques GUYOMARC'H (1934-1998).

Haut de page
Cotes
AS/208(I)/1-AS/208(I)/232
Date
1934-1998
Importance matérielle
et support
25 mètres linéaires ; 232 boîtes.
Localisation physique
Pierrefitte-sur-Seine
Conditions d'accès
  • Librement communicable, sauf exceptions.
  • AS/208(I)/21, 23, 24 : communicables en 2013.
  • AS/208(I)/12 : communicable en 2014.
  • AS/208(I)/99 : communicable en 2019.
  • AS/208(I)/43, 195 : communicables en 2021.
  • AS/208(I)/101 : communicable en 2024.
  • AS/208(I)/13 : communicable en 2027.
  • AS/208(I)/100 : communicable en 2028.
  • AS/208(I)/209 : communicable en 2032.
  • AS/208(I)/30, 41 : communicables en 2034.
  • AS/208(I)/216 : communicable en 2037.
  • AS/208(I)/223 : communicable en 2044.
  • AS/208(I)/219 : communicable en 2046.
  • AS/208(I)/232 : non communicable (non classé).
  • AS/208(I)/18, 22, 43, 99 : sous réserve de dérogation.
Conditions d'utilisation
  • Reproduction sur autorisation du CNAHES, sauf exception.
  • AS/208(I)/12, 13, 18, 21-24, 30, 41, 43, 99-101, 195, 209, 216, 219, 223, 232 : reproduction interdite.

Description

Présentation du contenu

Sommaire :

  • AS/208(I)/1. Éléments biographiques. 1972-1991.
  • AS/208(I)/1 (suite)-AS/208(I)/10. Mouvements de jeunesse. 1934-1972.
  • AS/208(I)/11-AS/208(I)/28. Centre d’observation de la Prévalaye. 1944-1982.
  • AS/208(I)/29-AS/208(I)/34. Fédération bretonne de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (FBSEA). 1944-1983.
  • AS/208(I)/34 (suite)-AS/208(I)/41. Établissements annexes de la FBSEA. 1942-1994.
  • AS/208(I)/42-AS/208(I)/139. Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés (ANEJI). 1943-1981.
  • AS/208(I)/140-AS/208(I)/168. Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés. 1948-1994.
  • AS/208(I)/168 (suite)-AS/208(I)/183. Union des Associations régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence. 1951-1973.
  • AS/208(I)/184-AS/208(I)/189. Association française de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence. 1978-1993.
  • AS/208(I)/190-AS/208(I)/198. Henri Joubrel. 1943-1987.
  • AS/208(I)/199-AS/208(I)/204. Centre Régional pour l’Enfance et l’Adolescence Inadaptées (CREAI). 1966-1998.
  • AS/208(I)/205-AS/208(I)/208. Centre technique national pour l’enfance et l’adolescence inadaptées (CTNEAI) qui devient en janvier 1975 le Centre technique national d’études et de recherches sur les handicaps et les inadaptations (CTNERHI). 1957-1982.
  • AS/208(I)/209-AS/208(I)/216. Association pour l’action éducative et sociale en Ille-et-Vilaine (APASE). 1973-1995.
  • AS/208(I)/217-AS/208(I)/223. Centre d’aide par le travail (CAT) / Association gestionnaire “ Le Domaine ”. 1986-1997.
  • AS/208(I)/223 (suite)-AS/208(I)/224. Amitiés sociales, Foyer de jeunes travailleurs. 1951-1980.
  • AS/208(I)/224 (suite)-AS/208(I)/226. Collaboration avec des organismes officiels. 1977-1984.
  • AS/208(I)/226 (suite)-AS/208(I)/228. Enquêtes. 1956-1969.
  • AS/208(I)/229. Dossiers annexes. 1954-1998.
  • AS/208(I)/230. École régionale de cadres de jeunesse de Bretagne, la Haye-en-Mordelles. 1941-1942.
  • AS/208(I)/230 (suite). Centre d’observation de la Prévalaye. 1944-1994.
  • AS/208(I)/231. Union nationale des Associations régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence. 1954.
  • AS/208(I)/232. Complément. Sans date.

Langue des documents

Français

Institution responsable de l'accès intellectuel

Archives nationales de France

Historique du producteur

  • Né en 1917, Jacques GUYOMARC'H a passé son enfance et sa jeunesse à Paris, dans le 15e arrondissement où habitait sa famille, d’origine bretonne, ainsi que celle de Juliette sa future épouse. Les deux familles étaient amies, et tous deux se sont connus très jeunes, mais jusqu’à l’année 1940, ils n’avaient pas envisagé de faire leur vie ensemble. Au moment de la déclaration de guerre, en 1939, Jacques est étudiant en lettres à la Sorbonne, et membre actif de la JEC (Jeunesse étudiante chrétienne). Il est alors mobilisé pendant neuf mois et se trouve à Nancy au moment de l’invasion allemande à laquelle il échappe de justesse. Rentré à Paris, il suit en 1940 le stage du Vésinet, organisé par le Secrétariat Général à la Jeunesse, qui rassemble des responsables de mouvements de jeunesse, chargés ensuite de susciter des écoles de cadres pour les centres de jeunesse où l’on espérait éviter que les jeunes ne soient embrigadés par les Allemands. Il est ensuite « chef de chantier » au château de Sillery, à Savigny-sur-Orge, où l’on formait alors de futurs cadres.
  • Il épouse Juliette PORTES le 11 octobre 1941. La même année, il est nommé par le Secrétariat Général à la Jeunesse à la direction de l’école de cadres Ty Armor, en Bretagne, à la Haye-en-Mordelles. Après dix-huit mois de travail, Jacques fait alors un séjour au Centre de Marly-le-Roi, puis est nommé à l’école de la rue Dareau, qui forme des éducateurs.
  • En mars 1944 se crée en Bretagne la Fédération bretonne de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence. Le 18 avril, Jacques est nommé secrétaire général administratif par le Ministère de la Santé. Il reçoit mission de créer un centre d’observation (CO) pour la jeunesse délinquante à l’hôpital psychiatrique de Rennes. En 1944, après la Libération, le centre d’observation es transféré à la Prévalaye, aux environs de Rennes, dans les baraquements occupés par les Allemands qui ont fait sauter avant leur départ le château du 15e siècle. Le CO de la Prévalaye ouvre le 9 octobre 1944. Dans ces baraquements insalubres, sans eau, sans électricité, Jacques GUYOMARC'H va aménager, avec l’aide de son épouse Juliette, un établissement dont il sera le directeur jusqu’en 1963.
  • L’Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés (ANEJI) est fondée le 15 juillet 1947. Jacques GUYOMARC'H en est le premier secrétaire général, puis le président de 1963 à 1971. Il occupe ensuite de nombreuses responsabilités dans le secteur de la protection de l’enfance : directeur du CREAI de Bretagne qui a succédé à la Fédération bretonne de sauvegarde, vice-président de l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés (AIEJI), président de l’IRTS de Bretagne. En 1994, il fait partie des fondateurs du CNAHES dont il sera administrateur jusqu’à son décès en 2006.

Notice biographique par Chantal Duboscq.

Entrée et conservation

Modalités d'entrée

Dépôt devenu don de Jacques GUYOMARC'H au CNAHES le 28 mai 1998.

Historique de la conservation

  • Ce fonds a été déposé au CNAHES en 1997. Ce fonds a été ensuite déposé en 2002 au Centre des archives du monde du travail à Roubaix (CAMT) en vertu d’une convention de partenariat signée le 22 juillet 2002 par le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère de la Justice et le ministère des Affaires Sociales, du Travail et de la Solidarité. Il a été transféré aux Archives nationales en 2014.

Notice rédigée par Mathias GARDET :

  • Le fonds Jacques GUYOMARC'H est l’histoire d’une rencontre par petite touches. Il était tout d’abord présent lors de la première réunion des « Diplodocus » à Bordeaux  en mai 1993, ce fut pour moi la première occasion de le connaître. C’est durant cette réunion qu’a germé pour la première fois l’idée de conserver des archives et ceci grâce à Jacques GUYOMARC'H qui a exposé de façon très concrète le problème de ses propres archives, entreposées chez lui, et dont le sort l’inquiétait. Ce n’est qu’en janvier 1994 que j’ai pu réaliser l’ampleur et la richesse de ce fonds personnel. Pour préparer le colloque sur « le scoutisme et la rééducation dans l’immédiat après-guerre », je me suis en effet rendu chez lui pour l’interviewer à ce sujet. J’ai été sous le charme de sa maison de Saint-Servan, près de Saint-Malo; une petite maison bretonne, ancien café de pêcheurs, près de la mer, très étroite et très haute, avec un cordage dans la cage d’escalier pour se hisser vers les étages et, derrière, un petit jardin en creux, protégé du vent de la mer. Je me suis attelé, lors de ce séjour, au pré-inventaire de ses archives... J’y suis resté deux jours entiers ! et j’étais loin d’avoir recensé l’ensemble des documents. A ma propre surprise, je me suis retrouvé face à des murs d’archives, rangées méticuleusement dans des boîtes, au premier étage mais aussi dans le grenier, où l’accumulation invraisemblable d’objets de toutes sortes représentait une véritable caverne d’Ali Baba pour un historien-spéléologue.
  • Jacques GUYOMARC'H m’a appris alors son secret : il est un homme sans mémoire et, de ce fait, il a pris l’habitude durant toute sa vie de conserver absolument tout ce qui pouvait lui servir d’aide-mémoire. Jacques Guyomarc’h a en effet tout gardé : lettres-circulaires, comptes-rendus de réunions, photos, coupures de journaux, correspondances, tracts, prospectus, brouillons, annotations griffonnées en hâte sur un coin de feuille, coupons de transport...
  • Entre-temps, l’idée émise à Bordeaux avait fait son chemin et Jacques GUYOMARC'H fut aussi un des co-fondateurs du CNAHES et devint  membre de son conseil d’administration. Il participa de même à l’inauguration du CAPEA en octobre 1994 et déposa symboliquement à cette occasion les quatre premières boîtes d’archives de son fonds. Jacques nous versa progressivement le reste de ses archives avec émotion, ayant chaque fois l’impression de nous livrer toute sa mémoire, sa «cervelle », comme il le dit lui-même. Lors des journées du CNAHES sur « les accords collectifs de travail ARSEA-ANEJI », il nous confia toutes les boîtes sur ce thème. Il vint une autre fois en camionnette avec Daniel DUPIED -qui nous versait lui-même un fonds important sur l’AIEJI-  pour nous apporter plus d’une centaine de boîtes. En juillet 1997, je suis allé de nouveau chez lui pour un projet d’exposition sur les « enfants de Justice en Bretagne au tournant de la seconde guerre », j’ai été encore frappé par la richesse des matériaux et des documents conservés. Le vendredi 24 avril enfin, lors d’une autre de mes visites, Jacques GUYOMARC'H m’a fait part de sa décision de verser la totalité de son fonds au CAPEA et le lundi 27 avril, un camion -parce qu’il fallait encore un camion- a acheminé les 190 boîtes restantes au CAPEA à Angers.

Sources et références

Sources complémentaires

Archives nationales :

  • AS/208(II) : ANEJI.
  • AS/208(III) : AIEJI.
  • AS/208(IV) : Serge Ginger - Jacques Leblanc.

Archives d’Ille-et-Vilaine :

  • Dossiers d’enfants de la Prévalaye et fonds du CREAI de Bretagne.

Musée de Bretagne :

  • Fonds photographique.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire