Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Papiers du parfumeur Houbigant (1777-1927).

Haut de page
Cotes
AB/XIX/5183
Date
1777-1927
Importance matérielle
et support
1 carton ; 0,10 cm
Localisation physique
Pierrefitte

Description

Présentation du contenu

Ce petit fonds est constitué de documents d'archives épars relatifs à la famille Houbigant et la parfumerie (pièces 1-14), de catalogues des produits (pièces 15-24), d'étiquettes pour les boîtes et flacons (pièces 25-152) et de documentation concernant la parfumerie (pièces 153-156).

Historique du producteur

Jean-François Houbigant est né à Paris le 2 décembre 1752 de Nicolas Houbigant et Geneviève Rolinard, tous deux serviteurs du duc et de la duchesse de Charost. Ces derniers l'encouragèrent à faire des études et à devenir apprenti chez le parfumeur Deschamps, rue Saint-Honoré. En 1775, il ouvrit une boutique, 19 faubourg Saint-Honoré, sous l'enseigne "A la corbeille de fleurs". En 1781, il épousa Adélaïde Nicole Deschamps, la fille de son ancien patron, qui donna naissance à leur unique fils, Armand Auguste, le 29 janvier 1790.

Lorsque Jean-François Houbigant mourut, le 22 octobre 1807, la parfumerie était dans une situation très prospère. Un an plus tard, sa veuve se remaria avec son ex-premier commis, M. Magny. Les produits Houbigant eurent tant de succès que les propriétaires de la parfumerie furent nommés parfumeurs de Mademoiselle Adélaïde, de la reine d'Angleterre, de la Cour de Russie et de la haute société d'alors.

Quant à Armand Houbigant (29 janvier 1790-12 janvier 1863), érudit, ami de Stendhal, conseiller général de l'Oise, il fut une des personnalités marquantes du département.

L'immeuble dans lequel Jean-François Houbigant s'installa en 1775 appartenait depuis peu à la famille Vignon qui le vendit aux époux Chardin en décembre 1822. C'est en 1815, selon les almanachs de l'époque, que les Houbigant-Magny cédèrent la parfumerie aux Chardin qui formaient déjà toute une dynastie de parfumeurs. A partir de cette période la parfumerie appartint toujours à des parfumeurs. En 1829, Charles Gabillot fils en devint le propriétaire et dirigea la maison pendant de longues années, avant de laisser la main à son fils, P. Gabillot, qui s'associa à M. Dommange vers 1860. Plus tard, entre 1879 et 1882, seul le nom de M. Parquet apparaît comme propriétaire de la parfumerie. Puis M. Javal devint co-propriétaire. La parfumerie Houbigant s'était si bien développée (avec des succursales dans le monde entier, en particulier à New-York) qu'à partir de 1880 la fabrication des produits ne se fit plus au 19 faubourg Saint-Honoré, mais à Neuilly-sur-Seine où avaient été installés de vastes laboratoires. En 1892, Alfred Javal racheta l'immeuble en son entier. Parquet mourut en 1916, Javal en 1912 et les fils et petit-fils de ce dernier poursuivirent ce qu'il avait entrepris jusque dans les années 1980 où il fut procédé à la liquidation de l'affaire.

Entrée et conservation

Modalités d'entrée

Don de M. Javal, mars-avril 2002 (entrées n° 4751 et 4771).

Sources et références

Sources complémentaires

Archives départementales de Paris : reconstitution des actes d'état civil (famille Houbigant).

Archives nationales : O1/678 (acte de baptême de Jean Houbigant, parrain d'Armand, pensionnaire de la Maison du Roi).

Musée des arts décoratifs de Paris : collection de flacons de parfums Javal du XVIIIe siècle.

Musée Carnavalet, Paris : boiseries du magasin Houbigant de la rue du faubourg Saint-Honoré.

Bibliographie

La revue des arts, août 1955, pp. 628-630.

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire