Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds Viénot de Vaublanc (1773-1830)

Haut de page
Cotes
239AP/1-239AP/2
Date
1773-1830
Nom du producteur
Vaublanc, Vincent-Marie Viénot de (1756-1845) - Vaublanc, Charles Viénot de (1721-1804)
Localisation physique
Pierrefitte

Description

Présentation du contenu

INTRODUCTION

Vincent Marie VIENOT, comte de VAUBLANC naquit à Fort-Dauphin (Saint-Domingue) le 3 mars 1756 [ Cf. AB XIX 3044, dossier genealogique VIENOT].

Il fit ses études à Paris puis à la Flèche et entra à l'Ecole militaire à 14 ans. Sous-lieutenant au régiment de la Sarre (dont son oncle était colonel) en 1774, il fut envoyé Saint-Domingue où il épousa Melle Charlotte de Fontenelle et devînt successivement capitaine et lieutenant breveté.

Revenu en France en 1782, il fut nommé lieutenant des maréchaux de France et se fixa dans les environs de Melun. Secrétaire de l'Assemblée de la Noblesse du bailliage de Melun en 1789, président de l'administration départ tementale de Seine-et-Oise en 1790, il fut élu le 1er septembre 1791 député de Seine-et-Marne à l'Assemblée législative. Elu président le 14 novembre il se fit remarquer par son loyalisme à l'égard du roi bien qu'il ait le 29 novembre 1791 rédigé un message pour dénoncer les rassemble ments d'émigrés à la frontière.

Sauvé lors du 10 août par le dévouement d'un jeune officier, le futur général BERTRAND, il se cacha pendant la Terreur et reparut après le 9 thermidor.

Pour sa participation à la journée du 13 vendemiaire il fut condamné à mort par contumace le 26 vendemiaire. Deux jours auparavant, il avait été élu député de Seine-et-Marne au Conseil des Cinq-Cents. Il ne fut admis à siéger qu'en fructidor VI après l'annulation de sa condamnation.

Proscrit au 18 fructidor, il se réfugia en Suisse, puis en Italie et ne revint en France qu'après le coup d'Etat du 18 brumaire. Il fut élu au Corps législatif (An IX), devint préfet de la Moselle (12 pluviose an XIII) et fut crée baron, puis comte d'Empire (19 décembre 1809).

Il accueillit avec transport le retour des Bourbons et fut maintenu dans sa préfecture.

Aux Cent jours, il rejoignit la cour à Gand et après Waterloo fut nommé conseiller d'Etat et préfet des Bouches-du-Rhône (12 juillet 1815).

Le 24 septembre, il acceptait dans le ministère Richelieu le portefeuille de l'Intérieur. Louis XVIII désapprouvant ses violences d'ultra se sépara de lui le 8 mai 1816.

Elu député du Calvados en 1820, il fut battu en 1827. Il fut appelé au Consei d'Etat quelques jours avant l'exil de Charles X. Il acheva dans la retraite sa longue existence et mourut à Paris le 21 août 1845. Il à publié un assez grand nombre d'oeuvres littéraires et politiques et quelques ouvrages de statistique commerciale [voir Huit siècles... p. 41, n°114-115 et p. 63 n° 239-240.

Le fonds comporte en outre quelques lettres intéressantes adressées à Charles VIENOT, comte de VAUBLANC, lieutenant-colonel au régiment de Sarre (1773), puis maréchal de camp.

L'ensemble du fonds est essentiel pour la connaissance de l'esprit public en France après la seconde Restauration. Les lettres et les rapports du duc d'Angoulême sont vraiment très riches et complètent par faitement les indications contenues dans les papiers Eymard.

Entrée et conservation

Modalités d'entrée

Achats, 1955-1958.

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire