Your request is in progress
Finding aid - Reference codes:

Fonds d’Etampes (1380-XXe siècle)

Top of page
Reference codes
508AP/1-508AP/55
Date
1380-XXe siècle
Name of creator
Etampes (famille d')
Physical location
Pierrefitte

Description

Presentation of content

Intérêt du fonds

A ce jour, le fonds d'Estampes n'a suscité de véritable intérêt que pour la partie qui concerne Madame Geoffrin et Madame de la Ferté-Imbault, sa fille. Au XIX e siècle, le comte de Ségur mène des recherches pour l'écriture de son ouvrage "Le royaume de la rue Saint-Honoré". Madame Geoffrin et sa fille". Plus récemment, d'autres recherches ont été réalisées à partir de ces archives dans le cadre d'études sur ses deux femmes d'"esprit", plus généralement sur les salons parisiens du XVIII e siècles ou encore par Maurice Hamon et Dominique Perrin, historiens de la Manufacture des glaces et de la société Saint-Gobain.

De fait, les trois quarts des archives d'Estampes sont restées en désuétudes et inconnues du public des chercheurs. Ce manque d'intérêt pour les archives de la famille d'Estampes, en tant que tel, révèle l'oubli dans lequel est tombé ce lignage ancien. L'absence d'ouvrage ou même de référence bibliographique, à son sujet, témoigne également de ce désaveu.

Pourtant, les archives d'Estampes présentent un intérêt historique réel. Essentiellement individuelles, dépourvues de documentation seigneuriale ou domaniale, elles sont, néanmoins, riches de papiers individuels, à caractère privé ou de fonction, comportant d'importants dossiers de correspondance familiale, mondaine, royale, etc.

Les archives généalogiques se composent d'arbres généalogiques et héraldiques, portant sur la famille d'Estampes et sur ses familles alliées. De nombreuses notes historiques et biographiques, résultat de recherches pour les constitutions des preuves de noblesse ou d'érudition, viennent compléter cette documentation et permettent d'acquérir une bonne représentation de la généalogie de la Maison d'Estampes.

Les archives personnelles sont inégalement réparties en fonction des individus. Principalement présente pour le XVIII e siècle, elles recueillent néanmoins dès le XVI e siècle des certificats de baptême, des testaments, des pièces de successions, etc. On trouvera à partir du XVIII e siècle, d'importants dossiers de tutelle, de garde-noble (508 AP 13 - tutelle et garde-noble de Louis-Roger d'Estampes - 1719-1743 ; 508 AP 14 - Tutelle de Louis et d'Hector-Joseph d'Estampes - 1757-1760), et de succession (508 AP 11 - Succession de Charles d'Estampes - 1716-1737 ; 508 AP 13 - Succession de Louis-Roger d'Estampes - 1740, s.d.).

Les archives de fonctions sont vraisemblablement les plus intéressantes. Elles présentent une documentation continue, génération après génération, marquant la progression sociale des différentes branches de cette famille par la qualité des charges militaires, des fonctions diplomatiques royales ou pontificales. On trouve depuis le début du XVI e siècle, une grande quantité de brevets de grades militaires, de pensions, de commissions d'office. Deux personnages retiennent particulièrement l'attention. Jacques d'Estampes, mort en 1668, seigneur de la Ferté-Imbault, maréchal fut après une carrière militaire mouvementée, envoyé par Louis XIII comme ambassadeur en Angleterre. Quasiment son contemporain, Jacques II d'Estampes, seigneur de Valençay, remplit d'importantes charges de gouverneur en Languedoc et à Montpellier, suite à la première guerre de religion menée par Louis XIII, puis à Calais. Une nombreuse correspondance, envers l'un comme l'autre, de Louis XIII, de ses ministres et quelques princes du sang, vient enrichir les connaissances historiques sur ces périodes tout comme sur les rapports existants entre la cour et ses officiers.

Les papiers de Madame Geoffrin et principalement de Madame de la Ferté-Imbault, sa fille, tiennent une place toute particulière dans ce fonds. S'il y a peu de documents à caractère privé, le chercheur sera comblé par la richesse de la correspondance mondaine de ces deux femmes. A noter en particulier, la correspondance active et passive de Madame Geoffrin et du roi de Pologne Stanislas Poniatowski pour la période 1764-1777 (508 AP 34). Quant à Madame de la Ferté-Imbault, ses papiers sont surtout remarquables par les nombreux écrits qu'elle a faits sur les philosophes encyclopédistes, les portraits, parfois satiriques, des gens de la cour, les mémoires sur la cour de Louis XV et de Louis XVI, les nombreux recueils de chansons, de vers et de poèmes, etc. (508 AP 37-38).

Enfin, certaines archives attirent notre attention, pour leur aspect esthétique. Les arbres généalogiques et surtout héraldiques présentent de très belles armoiries figurées sur parchemin. Les nombreux brevets, lettres de commission et de provision royales sont très souvent accompagnés des sceaux des rois de France. On trouvera également un livre, relié en parchemin, de 1628, écrit par Ponthus de Thiard, seigneur de Bissy et baron de Pierre, sur le "Discours du temps, de l'an et de ses parties", adressé au roi de France et de Pologne (508 AP 30, dossier 3).

Classification method

Le fonds d'archives de la famille d'Estampes couvre une période étendue qui s'échelonne de l'extrême fin du XIV e siècle au tout début du XX e siècle, soit sur cinq siècles. Cependant, son importance matérielle est modeste, aux vues de l'échelle chronologique qu'il couvre, puisqu'il ne représente qu'environ 3,5 mètres linéaires. Il révèle l'évolution d'un fonds d'archives à travers les aléas de l'histoire d'une famille, héritier des dislocations inévitables dues aux successions et des accaparements des fonds extérieurs entrés par la voie des alliances matrimoniales. Ainsi, nous ne pouvons que regretter l'absence de pans entiers d'archives qui constituent le fonds d'un ancien lignage seigneurial comme les archives seigneuriales ou domaniales. Et a contrario, nous remarquerons l'existence de nombreuses archives héritées de familles alliées, parfois importantes comme celles des familles Rodet-Geoffrin ou des comtes de Thiard de Bissy.

La structure du fonds respecte la structure généalogique de la famille d'Estampes. Le fonds est divisé en quatre parties distinctes, mais d'importance matérielle inégale. La première rassemble les archives des premiers d'Estampes (508 AP 1-4), ancêtres communs des trois branches de la Ferté-Imbault (508 AP5-39), de Valençay (508 AP 40-53) et d'Autry (508 AP 54) qui se succèdent. Enfin, on trouvera au terme de ce répertoire les documents n'ayant pas de liens apparents avec le fonds d'Estampes (508 AP 55).

Chaque branche est déclinée jusqu'à épuisement des héritiers. Au début de chacune d'elle sont placées les documents généraux de la famille, souvent apparentées aux pièces généalogiques, aux recherches historiques et notes biographiques ou correspondant à des ensembles de documents réunis en liasse et qui couvrent plusieurs générations.

A la suite, les archives sont classées par individu avec en premier lieu l'héritier du titre auquel sont associés ses enfants et occasionnellement les branches cadettes réduites qui en découlent et que l'on épuise immédiatement. L'hériter suivant est rapporté au même niveau que celui de son père.

Une fois la branche épuisée, nous avons classé les archives des familles alliées se rapportant à la lignée en suivant le même ordre généalogique. On trouvera, rapportées aux familles alliées, les épouses des d'Estampes. Ce choix, de dissociation des femmes et de leur époux, répond avant tout à la volonté de ne pas provoquer un éclatement des archives de Madame Geoffrin et de sa fille Madame de la Ferté-Imbault. Par conséquent, le respect d'une logique de classement, nous oblige à appliquer cette démarche à l'ensemble des épouses.

D'une manière générale, le classement des archives suit un plan constant : d'abord, sont rangés les documents privés (état civil, tutelle, garde-noble, pièces de compte, affaires privées, testaments, succession, etc.). Ensuite viennent les archives de fonction dans l'ordre chronologique des charges exercées. Les correspondances sont quant à elles dissociées et sont classées successivement à la suite des archives privées et de fonction. Elles respectent un cadre de classement précis dans lequel on trouve d'une part la correspondance active (minutes, copies, originaux), et d'autre part la correspondance passive (reçue). Pour la correspondance passive privée, nous avons, quant elle présente une importance matérielle conséquente, fait la distinction entre la famille (proche et alliée) et les relations amicales et mondaines. Cependant, chaque catégorie de document n'est pas systématiquement représentée dans les archives d'un individu.

Creator history

La famille d'Estampes.

Cette famille doit son nom à une ancienne seigneurie du Berry. D'origine non noble, elle prend possession à la fin du XIV e siècle des seigneuries de la Ferté-Imbault et de la Ferté-Nabert, accomplissement d'une ascension sociale qu'elle développe dans l'entourage des princes de la Maison de France

Contamine (Philippe), La noblesse au royaume de France. De Philippe le Bel à Louis XII, P.U.F. Le Moyen Age, Paris, 1997, p. 93.

. Au cours des siècles, la famille d'Estampes se divise en plusieurs branches. Dès le XV e siècle Jean, fils de Robert I er, fonde la branche des seigneurs de la Ferté-Nabert et de Sancergues. Mais c'est au XVI e siècle que l'on distingue les trois branches de la Ferté-Imbault, de Valençay et d'Autry. Chacune d'entre elle se distingue par d'éminents personnages qui évoluent dans les plus hautes fonctions de la monarchie française (militaires, diplomatiques), ecclésiastiques, de l'Ordre de Malte et pontificales.

Les premiers d'Estampes.

Le premier membre du lignage connu est Jean d'Estampes qui fut garde des joyaux du duc Jean de Berry, à la fin du XIV e siècle. Peu connu, il apparaît dans le fonds d'Estampes à la faveur d'une lettre d'amortissement, du roi Charles VI, pour la fondation d'une chapelle en l'église de Bourges. Son fils, Robert I er, conserve et développe sa fidélité auprès du duc de Berry. Il maintient la charge de son père de garde des joyaux de Jean, duc de Berry. Enfin, il devient conseiller, puis exécuteur testamentaire du duc en 1416.

Contemporain à ces deux personnages, Raoul d'Estampes est vicomte de Caen. Aucun lien de parenté n'a pu être établi avec la famille d'Estampes. Il n'est connu que par sa charge d'officier royal, qu'il occupe en Normandie, au début du XIV e siècle. Ces fonctions qui éloigne Raoul du centre originel du lignage rendent incertain le lien de filiation. Cependant, l'établissement, en Normandie, à la fin du XVI e siècle, de ce qui deviendra la branche de la Ferté-Imbault, et l'alliance matrimoniale contractée avec la famille de Hautemer, laisse penser qu'il y a bien un lien entre Raoul d'Estampes, vicomte de Caen, et la famille d'Estampes.

Les enfants de Robert I er d'Estampes sont les premiers à être bien connus et à révéler l'importance sociale, politique et religieuse qu'occupe cette famille. Trois d'entre eux sont évêques. Jean, évêque de Carcassonne, tient également l'office royal de trésorier de la sénéchaussée de Nîmes. Un deuxième Jean est d'abord chanoine de Bourges puis évêque de Nevers et Guillaume est évêque de Montauban, en 1452, avant de devenir celui de Condom en 1455. Un troisième Jean donne naissance à la branche des seigneurs de la Ferté-Nabert, des Roches et de Sancergues. Cette branche est mal connue mais le fonds d'archives d'Estampes, renferme quelques documents importants, notamment sur les successions des derniers membres de la branche au XVI e siècle.

Robert II, mort aux environ de 1453, est seigneur de Salbris, de Valençay, de la FertéImbault, dont il a hérité de la succession de Robert I er, son père. Conseiller et chambellan du roi Charles VII, il est également maréchal et sénéchal de Bourbonnais. Il épouse, en 1438, Marguerite de Beauvilliers, dame d'Autry-lès-Vierzon.

Son second fils Robert III, mort aux environ de 1494, est seigneur de Salbris, d'Ardreloup, de Tillay, etc. Il est également maréchal et sénéchal du Bourbonnais. Il épouse Louise Levrauld et teste en 1487. De lui, naissent les trois branches majeures qui constituent le fonds d'Estampes.

La branche d'Estampes de la Ferté-Imbault.

A Jean III d'Estampes revient la seigneurie de la Ferté-Imbault, de Salbris et de Soesmes. Il épouse, en 1499, Blanche de Sains, puis Marie Du Lac et Marie de Presles.

Louis, seigneur de la Ferté-Imbault, de Salbris, etc., épouse Edmée le Motier, dame de Villefargeau et de Mont-Saint-Sulpice, puis de Françoise de Boucard.

Claude, seigneur de la Ferté-Imbault, de Salbris, de Mont-Saint-Sulpice, de Villefargeau, de Soesmes, etc., capitaine des Gardes du Corps de François, duc d'Alençon, épouse, en 1579, Jeanne de Hautemer, dame de Mauny, fille et héritière de Guillaume de Hautemer, seigneur de Fervaques et de Mauny.

Jacques d'Estampes (1590-1668), marquis de la Ferté-Imbault, seigneur de Salbris, est le fils de Claude, cité précédemment. Il sert la couronne de 1610 à 1648, comme enseigne des gendarmes de Monseigneur en 1610, sous-lieutenant des gendarmes de Monsieur en 1620, il participe à la guerre qui oppose Louis XIII au parti de Marie de Médicis, sa mère. Capitaine-lieutenant des gendarmes de Monsieur et premier chambellan de ce prince en 1626, il est présent à la prise de La Rochelle (1628), de Privas (1629), puis participe à la campagne de Piémont en 1630 (combat de Veillane et prise de Casale), il combat à Avein (1635), à Corbie (1636), etc.

En 1641, le roi l'envoie comme ambassadeur en Angleterre, il empêche l'embarquement de 14000 Irlandais qui devaient secourir les Espagnols et Perpignan, il recrute, pour le compte du roi de France, 6000 Ecossais, il rentre deux ans plus tard et devient colonel général des écossais qu'il a levés et sert au siège de la ville et citadelle de Gravelines (1644).

Lieutenant-général des armées du roi en 1645, il participe à plusieurs sièges et batailles (Cassel, Mardyck, Bourbourg, Courtrai, etc.), il commande en Nivernais, Bourbonnais et en Auvergne (1650), puis à Dieppe et en Normandie, la même année.

En 1651, il obtient le bâton de commandement. Il est nommé cette même année conseiller d'honneur dans tous les parlements et cours souveraines du royaume. En 1661, il devient chevalier des Ordres du roi.

Il meurt, le 20 mai 1668, au château de Mauny, près de Rouen. Il s'était marié, en 1610, à Catherine Blanche de Choiseul, fille de Charles, marquis de Praslin, maréchal de France et de Claude de Cazillac, première dame d'honneur de la duchesse d'Orléans.

François (+1667), marquis de Mauny, 1 er écuyer de Gaston, duc d'Orléans, lieutenant de ses compagnies de gendarmes, il épouse, en 1641, Charlotte Brulart, fille de Pierre de Sillery et de Puisieux et de Charlotte d'Estampes-Valençay.

Charles (+1716), marquis de Mauny, de la Ferté-Imbault, appelé "Marquis d'Estampes". D'abord maître de camp d'un régiment de cavalerie, il devient chevalier d'Honneur de Madame, en 1681, capitaine des gardes de Philippe d'Orléans, chevalier des Ordres du roi, en 1688. Il épouse, en 1674, Marie du Régnier, fille et héritière de Louis du Régnier, seigneur de Droué et de Montigny.

Roger (1679-1718), marquis de Mauny, guidon des gendarmes Dauphin, capitaine-lieutenant des gendarmes d'Orléans, il épouse, à Avignon, Marie-Elysabeth Dierk Van Augeran, née, en 1693, à Hussen dans le duché de Clèves.

Louis-Roger (1711-1754), marquis de Mauny, dit "Marquis d'Estampes", mousquetaire du roi en 1727, il épouse en 1727 Angélique d'Estampes-Valençay, sa cousine, fille d'Henri-François, marquis de Valençay (morte sans enfant), puis Marguerite-Lidie de Becdelièvre de Cany (+ 1742)

Louis (1734-1815), marquis d'Estampes, colonel au grenadier de France puis du régiment provincial de Rouen, il épouse Adélaïde Godefroy-Julie de Fouilleuse qui meurt sans enfant en 1759, puis Françoise-Bonne-Geneviève Joly de Fleury, en 1762.

Louis-Félicité-Omer (1763-1833), marquis d'Estampes, il épouse Angélique Le Camus qui meurt sans enfant, puis Christine Rouille Du Coudray (1766-1832), en 1787.

Ludovic-Omer (1795-1875), marquis d'Estampes, il épouse Blanche-Claudine de Thiard, héritière d'Auxonne-Théodose de Thiard, comte de Bissy, dernier du nom.

La branche d'Estampes Valençay.

Louis ( ?-1530), seigneur de Valençay, chevalier de l'ordre du roi, bailli et gouverneur de Blois en 1519, il épouse, en 1512, Marie Hurault, fille de Jacques, seigneur de la Grange et de Chiveri.

Jacques I er (1518- ?), seigneur de Valençay, député des nobles aux Etats Généraux de 1560, il épouse, en 1540, Jeanne Bernard, dame d'Estiaux en Anjou et teste en 1574.

Jean (1548-1620), seigneur de Valençay, chevalier de l'ordre du roi, capitaine de 50 hommes (brevet de 1586), il épouse, en 1594, Sara d'Happlaincourt fille et héritière de Jean et Barbe d'Ognies.

Jacques II d'Estampes, seigneur d'Happlaincourt et de Valençay, né en 1579, mort en 1639. Il épouse Louise d'Oudart Blondel de Joigny, héritière des seigneurs de Joigny et de Bellebrune, décédée le 12 novembre 1635.

Chevalier de l'Ordre du roi, puis grand maréchal des logis de la Maison de S.M. et lieutenant-colonel de cavalerie légère.

Il devient gouverneur de la place et de la ville de Montpellier, en 1622, suit à la première guerre de Religion que mène Louis XIII et la paix signée sous les remparts de la ville. De cette fonction, le fonds d'Estampes conserve une importante correspondance du roi adressée à son gouverneur et de la correspondance relative aux guerres de religion dans le Pays du Languedoc.

En 1627, Jacques II est nommé gouverneur de la citadelle et de la ville de Calais et des Pays conquis. Là encore, le fonds d'Estampes conserve une importante correspondance du roi. On ajoutera au dossier de fonction de Jacques, des papiers personnels, provenant de son prédécesseur, Dominique de Vic et de sa femme.

Dominique (+1691), seigneur de Happlaincourt et marquis de Valençay, député de la noblesse du Berry pour les Etats de 1619, il épouse, en 1649, Marie-Louise de Montmorency, fille de François de Montmorency.

Henri-Dominique (+1682), marquis de Valençay et de Fiennes, il épouse, en 1671, Anne-Elysabeth d'Estampes-Valençay, sa cousine, seconde fille de Jean (+1679).

La branche d'Estampes d'Autry.

Cette branche est sans doute la moins connue de toute la famille. Aucun membre de cette lignée n'a retenu l'attention des biographes. Les quelques renseignements dont nous disposons ont été collectés dans les papiers généalogiques du fonds d'Estampes.

Robert, est le troisième fils de Robert III d'Estampes. Il fonde la branche d'Autry, du nom de la seigneurie dont il hérite, ainsi que de celle d'Ardreloup et de Thellay. Il est marié à Marie Cleret de la Maison de Saint-Julien.

Jean I er d'Autry, également seigneur d'Ardreloup, d'Autry et de Thellay, est chevalier des Ordres. En 1534, il avait épousé Suzanne de Villebresme.

Jean II d'Autry, petit-fils du précédent, était seigneur d'Autry de l'Isle et baron d'Ardreloup. Il est marié à N. Le Grand.

Robert, frère du précédent, était chevalier de Malte. Il est mort en 1625.

Robert, seigneur d'Autry, de Theillay, baron d'Ardreloup, est le petit-fils de Jean II d'Autry et fils de François d'Autry. Il semble qu'il soit le dernier porteur du nom de cette branche.

La famille de Thiard.

Alliée à la famille d'Estampes par le mariage de Ludovic-Omer (1795-1875), fils de Louis-Félicité-Omer d'Estampes (1763-1833), marquis de Mauny, et de Blanche-Claudine de Thiard de Bissy, fille et héritière d'Auxonne-Théodose de Thiard (1772-1852), comte de Bissy.

Ce dernier était le dernier héritier mâle d'une famille bourguignonne connue depuis le début du XV e siècle. En 1415, Claude de Thiard reçut de Jean, duc de Bourgogne, la seigneurie de Bissy. Attachés durant tout le XVe siècle à la Maison de Bourgogne, les Thiard confirment leur ascension sociale en occupant de multiples charges militaires et ecclésiastiques.

Ponthus de Thiard (1520-1605), premier membre de ce lignage à figurer dans les archives conservées dans le fonds d'Estampes, était évêque de Chalon-sur-Saône en 1578.

Son petit-neveu, Ponthus de Thiard, seigneur de Bissy, était homme de lettres. Le fonds conserve son ouvrage sur le "Discours du temps, de l'an et de ses parties" écrit en 1628. Mais celui-ci est également connu pour ses archives concernant l'acquisition de la baronnie de Pierre, détenue par Claude Bouton, d'une famille noble bressane, et dont il avait épousé la fille Jeanne en 1608.

Claude III de Thiard (1620-1701), seigneur de Bissy, baron de Pierre, était lieutenant-général des armées du roi et des provinces de Lorraine et de Barrois, puis gouverneur d'Auxerre et chevaliers des Ordres du roi en 1668. Il s'est marié à Léonore-Angélique, fille du baron de Neuchèze. A partir de ses enfants, deux branches se poursuivent.

La première de ces branches acquiert le titre de marquis de Bissy, avec Jacques de Thiard (1648-1744). Il était lieutenant général des armées du roi et gouverneur des villes et châteaux d'Auxonne. Il s'était marié à Bonne-Marguerite d'Harancourt. Son fils, Anne-Claude (1682-1785), occupait les mêmes fonctions que son père. Il s'était marié à Angélique-Henriette-Thérèse Chauvelin en 1712. Son fils, Anne-Louis (1715-1748), meurt avant son père, Anne-Claude, au siège de Maëstrich en 1748, sans descendance.

La deuxième branche qui conserve le titre de comte de Bissy se poursuit par des membres moins éminents. Ce n'est qu'Auxonne-Théodose-Marie (1772-1852) qui redonne de la célébrité à ce nom. Celui-ci intègre l'armée des émigrés, dans laquelle il sert comme officier auprès de Condé. Puis il devient général sous Napoléon Ier et commande la place de Dresdes. A la restauration, il occupe différente fonction politique.

La famille Rodet-Geoffrin.

Marie-Thérèse Geoffrin est née Rodet à Paris en 1699 et morte également à Paris en 1777. Elle épouse, à l'âge de 14 ans, François Geoffrin, bourgeois de Paris, écuyer puis lieutenant-colonel de la milice bourgeoise de Paris. Il est associé de la Manufacture royale des glaces.

Malgré sa petite naissance, son manque d'éducation et un mariage avec un homme médiocre, Marie-Thérèse Geoffrin parvient grâce à la fortune amassée par ce dernier et son esprit à conquérir, non seulement les hautes sphères parisiennes, mais celles de toute l'Europe.

Très tôt, elle s'occupe de créer un salon, appelé alors "bureau d'esprit". Entreprise difficile et sérieuse, elle attire des hommes de sciences, de lettres, des philosophes et la plus haute noblesse. De l'étranger, quand ils se rendent à Paris, les grands personnages ne manquent pas de se présenter chez Madame Geoffrin. Ainsi, on y rencontre Walpole, Hume, le jeune comte Stanislas Poniatowski, futur roi de Pologne, dont le fonds d'Estampes conserve la correspondance échangée avec Madame Geoffrin entre 1764, date d'accession au trône de Poniatowski, et 1777, année de décès de Marie-Thérèse Geoffrin.

Mais Madame Geoffrin est surtout connue pour la libéralité qu'elle a accordé aux philosophes encyclopédistes, dont d'Alembert et Voltaire ont été les plus marquants. On retiendra comme marque de cet attachement, la correspondance échangée entre les philosophes et Madame de La Ferté-Imbault, fille de Madame Geoffrin, après la mort de celle-ci. Correspondance dans laquelle, d'Alembert accable Madame de La Ferté-Imbault de lui avoir refusé l'entrée de la chambre de sa mère, alors sur son lit de mort. Cet épisode témoigne de la coupure profonde qui existe entre l'esprit libéral de Madame Geoffrin et de celui de sa fille plus portée à l'esprit de la réaction nobiliaire de la fin du XVIII e siècle.

En effet, Madame de La Ferté-Imbault présentait un caractère plus à même à fréquenter la vieille aristocratie plutôt que les "esprits des Lumières".

Entry and conservation

Conservation history

Ce fonds qui demeure d'une importance matérielle modeste pour la période qu'il couvre (cinq siècles) résulte d'associations et de dislocations successives des archives de la famille suite aux partages de succession, aux ventes de domaines, entraînant la perte d'une partie des documents, et inversement enrichi par les alliances matrimoniales, les héritages de branches éteintes qui sont venues enrichir le fonds.

L'absence de tout inventaire dans le fonds permet de penser que celui-ci n'a fait l'objet d'aucun classement ou inventaire avant le XVIII e siècle. A cette période, on constate qu'une partie des archives suscite l'intérêt des marquis d'Estampes. Certaines d'entre elles, d'une façon ciblée et non exhaustive, font l'objet d'une opération de conservation et de mise en valeur. Ainsi, les papiers de Jacques d'Estampes, seigneur de la Ferté-Imbault, et en particulier la correspondance qu'il reçoit de Louis XIII (508 AP 9 - dossier 2), sont conservés individuellement dans des chemises papier. Certains documents servant à l'histoire de la famille sont copiés et regroupés en liasse. C'est le cas notamment de plusieurs transactions contractées par différents membres de la famille d'Estampes entre 1531 et 1668 (508 AP 5 - documents généraux de la branche d'Estampes de la Ferté-Imbault).

Depuis cette période, aucune campagne de classement ne semble avoir été menée. Bien au contraire, les recherches historiques réalisées au cours du XIX e siècle, paraissent avoir semé la confusion dans le classement d'origine. C'est ainsi, que l'on peut expliquer l'intrusion de nombreux documents de la famille de Thiard de Bissy (508 AP 30 et 31), alors qu'un fonds en tant que tel était conservé aux côtés de celui d'Estampes et a été déposé aux Archives départementales de la Côte-d'Or en 1877 par Blanche de Thiard, héritière du nom.

Quant au fonds d'Estampes, après être transmis de génération en génération tout au long XX e siècle, il est vendu aux Archives nationales, en 1989, par Anne d'Estampes, comtesse de Brusse. Par ailleurs, le traitement du fonds d'Estampes a permis le regroupement de certaines archives conservées dans le fonds du marquis de Rasilly, coté AB XIX 364, liasse n°1. Ces archives dont on ne connaît pas l'histoire du cheminement sont entrées en 1904 par voie de don. Celles-ci comprennent notamment des papiers provenant Dominique d'Estampes et Henri-Dominique, son fils.

Sources and references

Additional sources

Archives conservées aux Archives Nationales (CHAN).

Section Ancienne

Série J Trésor des Chartes

Sous-série JJ Registre

- JJ 34-232 : Titres d'anoblissement, inventaire et tables, 1308-1479. Robert d'Estampes, garde des joyaux de Jean, duc de Berry, anobli en 1404 et Jean d'Estampes, junior, anobli en 1441.

- JJ 158 n°384 : Lettres patentes de Charles VI relatives à la famille d'Estampes (1404).

Série M Ordres militaires et hospitaliers. Universités et collèges. Titres nobiliaires. Mélanges.

- M 616 n°16 : Textes relatifs au marquis d'Estampes (1769).

Série R Papiers des princes.

Sous-série R1 Apanage d'Artois

- R1 152 : Anciens actes de propriété (1589-1789).

Série T Papiers privés tombés dans le domaine public

- T 152 7-9 : Partage de la succession de la famille d'Estampes (1770-1774).

- T 300 1 : Saisies de terres sur Jacques d'Estampes (1632).

- T 300 5 : Partages et actes relatifs aux familles Amelot et Estampes Valençay (1632-1791).

- T 300 7 : Procès entre Marie Philiberte Amelot, marquise de Valençay et Angélique Françoise de Rémond, comtesse de Valençay (1744).

Série X Parlement de Paris

Série X1 Parlement civil

- X1a 15, folio 246 : Prébende du chapitre canonial de Reims conférée à Jean d'Estampes (1354).

- X1a 1485, folio 287 v. : Jean d'Estampes, seigneur de Salbris (1472).

Série Y Châtelet de Paris et prévôté d'Ile-de-France

- Y 274 folio 182 : Marie Louise d'Estampes, insinuations au châtelet de Paris (1700).

- Y 275 folio 294 : Marie Louise d'Estampes, insinuations au châtelet de Paris (1701).

- Y 276 folio 195-195 v. : Henri François d'Estampes, insinuations au châtelet de Paris (1702-1703).

Section des Archives Privées, série AP

1 AP Chartrier de Thouars.

- 1 AP 609 : Marie d'Estampes, correspondances, XVe siècle.

- 1 AP 1935 : Jacquette d'Estampes, femme de François Brezille (cf François Brezille), 1481.

3 AP Archives de la famille de Nicolay.

- 3 AP 20, C15 6 : Léonor d'Estampes, évêque de Chartres (cf. Nicolay Aynard), 1631.

26 AP Papiers Pontard.

- 26 AP 20 : Ambroisine Marie Joséphine d'Estampes, fille de Louis, marquis d'Estampes et de Françoise Joly de Fleury ; Louis, marquis d'Estampes et Françoise Joly de Fleury, sa femme, rentes procurations, gestion d'une maison sise à Paris, rue St-Avoye ; Louise d'Estampes de Blangy, dossier de rentes, XVIIIe siècle.

90 AP Archives du château de Saint-Fargeau.

- 90 AP. Lanhers (Yvonne), "Archives du château de Saint-Fargeau", Archives Nationales, Paris, 1981, 191 p.

- 90 AP 18 : Procès de René d'Anjou contre Jean d'Estampes et Claude, son fils, baron des Roches, puis Nicolas d'Anjou contre Michelle Gaillard, veuve de Florimond Robertet, tutrice de Louis d'Estampes (généalogie de la famille d'Estampes). 1514-1534.

- 90 AP 32 : Ordre de Malte ; lettres de Henri IV adressées pour la plupart à Alof de Wignacourt, grand maître de l'ordre : recommandations en faveur de divers chevaliers, notamment Achille d'Estampes de Valençay, 19 juin 1603.

100 AP Archives Rostaing.

- 100 AP 1, dossier 1 : Jean d'Estampes, trésorier de Beaucaire et de Nîmes, 1445.

115 AP Archives des familles de Montholon et de Sémonville.

- 115 AP 9, classeur 1 : Charles d'Estampes, marquis de Mauny. Lettres au procureur général de Rouen, 1694, s.d.

152 AP Papiers Salvandy.

- 152 AP 15 : Comtesse Hector d'Estampes, née Sainte-Marie, 1853.

Fonds de la Marine

Inventaire des archives de la marine. Série B, service général, tome IV, Paris, Imprimerie Nationale, 1899

BOYER (P.), MENIER (M.A.) et TAILLEMEITE (E) (dir.), Etat général des fonds. Les Archives nationales. Marine et Outre Mer, tome 3, Paris.

- B3 4, folio 128, 135 : Embarquement du cardinal d'Estampes (1645).

Archives conservées aux Archives départementales

Archives départementales du Cher

Série E : famille et titres féodaux.

Famille de La Brisse. Marquisat de Sancergues, Précy, Le Coudray, Les Barres (E 10-169).

- E 22-31 (10 registres) : Comptes rendus à Jean d'Estampes, puis à Claude d'Estampes, chevalier, seigneurs des terres des Roches, de Sancergues, Bion et Chaumasson. 1483-1528.

- E 43 (liasse), 1230-1782 : dont un acte de vente au prix de mille écus d'or de la terre de Sancergues, au profit de Jean d'Estampes, chevalier, sieur de la Ferté-Nabert, par Etienne d'Aventois, écuyer, sieur d'Herry.

- E 44 (liasse), 1299-1618 : dont une sentence par provision rendue par le bailli du Berry, entre le commandeur des Bordes, demandeur en complainte pour raison de la justice dudit bois, et Jean d'Estampes, chevalier, sieur de Sancergues et des Roches, qui adjuge au demandeur la recréance des choses contentieuses.

E 45 (liasse), 1509-1519 : procédures faites aux requêtes du Palais pour raison de la propriété du bois d'Augy, situé dans la justice de Sancergues, impliquant Jean d'Estampes, chevalier, sieur de Sancergues.

- E 58 (liasse), 1552-1745 : dont une vente par Jacqueline Damoulin, veuve de Guichard de Thou, en son vivant commissaire des guerres, au profit de Jean de Culon et de Claude d'Estampes, sa femme, du fief noble et manoir de Trois-Brioux, situé dans la paroisse de Charentonnay, moyennant 4600 livres tournois.

- E 59 (liasse), 1458-1787 : actes de foi et hommages, aveux et dénombrement aux seigneurs de Sancergues.

- E 63 (liasse), 1494-1593 : dont des procédures entre Claude d'Estampes, seigneur de Sancergues et Me Guillaume Guinon, curé de Lugny-Champagne, au sujet de la moitié du dismes du Pougand, indivis entre les deux parties.

- E 64 (liasse), 1406-1787 : dont une transaction entre le seigneur de Sancergues, Jean d'Estampes, et le chapitre dudit lieu au sujet d'une rente.

- E 106 (liasse), 1457-1757 : dont une commission du bailli de Sancergues en faveur de Louise d'Estampes, dame dudit Sancergues, pour saisir les dismes de Jussy, se partageant avec le commandeur des Bordes.

- E 122 (liasse), 1397-1724 : dont un hommage par Charles de Mehun, sieur de Précy, à Louise d'Estampes, dame de La Ferté-Nabert, pour le quart de la disme des Petous, dans la paroisse de Jussy-le-Chaudrier, et la moitié des usages de Soullerins.

- Série G, archives ecclésiastiques

- Gandilhon (Alfred), Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Série G, archives ecclésiastiques, Bourges, 1931.

G1 (registre de 886 pages). P 398 : quittances données par Pierre Allasseur, représentant de l'archevêque, à Jean d'Estampes, seigneur temporel de La FertéImbault, de la quantité de 90 livres de cire vierge qu'il était tenu de fournir chaque année, la veille des Rameaux, à l'archevêque pour la confection du cierge Pascal (27 mars 1518).

- G7 (liasse). 83-84 : sentence de la chambre des requêtes condamnant Philippe d'Estampes, comme propriétaire de la seigneurie de La Ferté-Imbault, à fournir chaque année à l'archevêque de Bourges, la veille des Rameaux, 70 livres de cire jaune pour la confection du cierge Pascal (22 mars 1627).

- G61 (registre de 365 feuillets). F° 214 : partage de la succession de Guyot et Méry de Rivaude effectué par devant Robert d'Estampes, écuyer, baron de La FertéImbault, Jean Grenaisie, conseiller du roi et maître de la Chambre des comptes de Blois, et Jean Maillard, lieutenant général du bailliage de La Ferté-Imbault (13 juin 1541 et jours suivant).

Archives départementales de la Côte d'Or

Archives de la famille Thiard de Bissy

J. Garnier, Inventaire sommaire de la sous-série 3F. Fonds Thiard de Bissy, Dijon 1891.

Ce fonds a été déposé par la marquise d'Estampes, Blanche de Thiard de Bissy, fille aînée d'Auxonne Théodose de Thiard, dernier du nom, suivant son testament daté du 28 janvier 1875.

Ce fond est composé de 355 articles couvrant la période de 1314 à 1849. Il comporte, en plus des archives de Thiard, des documents de familles alliées que l'on retrouve dans le fonds d'Estampes.

- Bouton (1421-1661), articles 103, 104, 27 parchemins et 152 papiers.

- Charreton de Chassey (1580-1629), article 106, 1 parchemin et 66 papiers.

- Gorrevod de Pont de Vaux (1687), article 117, 1 parchemin et 85 papiers.

Archives départementales de l'Indre

Raoul R.P., Inventaire des archives conservées au château de Valençay, 1968, dactylo. Inv. 36, salle des inventaires de la section AP.

Raoul R.P., Relevé des sources manuscrites et imprimées de l'histoire de Valençay et des environs, 1969.

H 747 : Prétentions de M. de Valençay (Hector-Joseph) sur Varenne-sur-Fouzon (1777).

Q 1067 : Inventaire du château de Valençay (1815).

Archives départementales du Loir-et-Cher

Série E : familles.

- E 181 : Famille d'Estampes ; ventes, échanges et adjudications (1561-1737).

- E 182 : Famille d'Estampes ; reconnaissances de rentes, arréages et transports de rentes (1617-1749).

- E 183 : Partage de la succession de Marguerite Louis Thérèse de Montmorency, veuve de Dominique d'Estampes ; émancipation de Dominique Jacques Henri d'Estampes (1697-1736).

- E 184 : Quittances diverses (1714-1746).

- E 185-189 : Procès entre Marie Philiberte Amelot et Antoine Paul de Quélen ; entre Pierre Blanchard, étudiant en l'Université de Bourges, et le marquis et la marquise de Valençay ; bail judiciaire des terres de Varennes et de Valençay ; nomination d'experts pour l'estimation de la terre de Valençay ; sentence rendue à la demande d'Angélique Françoise de Rémond ; etc. (1703-1744).

- E 316 : Vente par Jean d'Estampes à Pasquier Préault, du lieu de Brosses ; par Etienne Bézard à Jacques d'Estampes du Petit-Liot (1517-1720).

- F 231 : Hommages rendus par Henri d'Estampes au comte de Blois (1735).

- 3 H 17 : Mariage de Louis d'Estampes et de Marie Hurault (1519).

- 10 H 2 : Lettres de Ferrier pour Gabrielle de Malo du Bousquet, veuve de Jean Hippolyte d'Estampes (1697).

- 17 H 4 : Sentence relative à Gabrielle de Malo du Bousquet (1696).

Archives départementales de la Saône-et-Loire

En complément du fonds principal de la famille de Thiard, déposé aux Archives départementales de la Côte d'Or, nous trouverons des archives concernant le château de Pierre en Bresse, ayant appartenu aux Bouton puis aux Thiard de Bissy, à partir du XVII e siècle, aux Archives départementales de Saône-et-Loire.

Ce fonds, d'une longueur de 13, 3 mètres linéaires a été légué en 1893 par Jeandet.

L. Lex, Inventaire sommaire imprimé, 1910.

Archives départementales de Seine-Maritime

Série J : documents entrés par voies extraordinaires.

- 100 J 6 n °42 : Reçu par Richard Wydeville, trésorier général de Normandie, 767 l. 10 s. t. versés Raoul d'Estampes, vicomte de Caen, 1423.

- 100 J 6 n°43 : Reçu par Guillaume Clerc, receveur des aides à Rouen pour le régent duc de Bedford, de 70 saluts d'or versés par Raoul d'Estampes, vicomte de Caen, 1424.

- 100 J 20 n°13, 16, 19, 21 : Quittances pour Raoul d'Estampes, clerc en la Chambre des comptes de Rouen pour ses gages, 1444.

- 100 J 21 n°16 : Quittance délivrée par Raoul d'Estampes, vicomte de Caen, de 40 s.t., à Jean Baruel dit Maillet, maître et exécuteur de la haute justice à Caen, pour son salaire d'avoir traîné et pendu Michel Barre, 1422.

- 100 J 37 n°41 : Ordre de bailler écrou à Raoul d'Estampes, receveur général du domaine en Normandie, de 106 l. t., par assignation faite à Me Pierre Morice, docteur en théologie et chanoine de Rouen, pour un voyage qu'il a fait en Angleterre, 1436.

Archives départementales de l'Yonne

- E 182/4 : Traité entre Guillaume de Sabrevois, avocat au parlement, et les héritiers de Robinet d'Estampes, sieur de Salbris, à propos de plusieurs rentes, dont une constituée en 1416 par le cardinal de Bar. 1491.

- E 182/7 à 12 : Procédure entre René d'Anjou et Jean d'Estampes, sieur de la Ferté-Imbault. 1515.

Archives conservées à la Bibliothèque nationale de France

Fonds français

- 2760, folio 350 : Lettres de Léonor d'Estampes (1623).

- 3668, folio 77 : Bref d'Urbain VIII à Léonor d'Estampes (1626).

- 3739, folio 25 : Négociation de Léonor d'Estampes (163-).

- 3761, n°3 : Lettre du maréchal d'Estampes (1638).

- 4222, folio 436 : Don d'une prébende (1626).

- 4779, folio 51 : Harangue de Léonor d'Estampes (1627).

- 4850, folio 531 : Désavoeu du livre de Léonor d'Estampes (1626.

- 6211, n°39 : Reçu d'Achille d'Estampes (1628).

- 6882 : Lettres et correspondance de Henri d'Estampes, bailli de Valençay (1645-1650).

- 11772 : Déclaration de Henri d'Estampes (1675).

- 15584, folio 39 : Lettres de Jacques d'Estampes, gouverneur de Calais (1628).

- 15900, folio 700 : Lettres d'Achille d'Estampes (1643).

- 15916, folio 24, 29 sq. : Lettres de Jean d'Estampes (1637-16--).

- 15957, folio 325 : Lettre d'Achille d'Estampes (1618).

- 16071, folio 53 : Copies de dépêches d'Honoré d'Estampes (1652-1653).

- 16166, folio 63 : Textes sur le cardinal d'Estampes (1618).

- 17362, folio 110 : Lettre de Léonor d'Estampes (1642).

- 17831, folio 460 : Lettre au maréchal d'Estampes (1621).

- 17840, folio 7 : Mission à Montpellier (1621).

- 18025 : Négociations de Henri d'Estampes à Rome (1647).

- 18035 : Négociations de Henri d'Estampes à Rome (1653).

- 18159 : Solde de la garnison du château de Valençay (1594).

- 18736, folio 109 : Mémoires sur Gravelines (1628).

- 18737, folio 99 : Mémoires sur Gravelle (1628).

- 18977, folio 253 : Voyage de Henri d'Estampes en Provence (1649).

- 20250, folio 42 : Lettres de la famille d'Estampes (XVII e siècle).

- 20552 : Lettre de M. d'Estampes, seigneur de la Ferté-Imbault (1551).

- 20556 : Lettre de Henri d'Estampes (1648).

- 20560 : Lettre d'Achille d'Estampes (1643).

- 20562, folio 99 : Mémoire sur Gravelle (1628).

- 20589, folio 24 : Pièces sur Raoul d'Estampes (XVII e siècle).

- 20660, folio 273, 371 : Lettre de Henri d'Estampes (1652-1659).

- 20663 : Affaires traitées à Rome par Henri d'Estampes (1653-1654).

- 20686 : Inventaire des bijoux de Jean, duc de Berry, par Robinet d'Estampes, chambellan du duc (1416).

- 20687, folio 261 : Titres de la famille d'Estampes (XVII e-XVIII e siècles).

- 23027, folio 281 : Harangue de Léonor d'Estampes (1627).

- 26274 : Titres de la famille d'Estampes (1540).

Archives conservées à l'Arsenal

- Ms. 7054 : Lettres du cardinal d'Estampes Valençay (1643).

Archives conservées à l'Institut de France

- Fonds Godefroy, vol. 273, folio 344 : Lettre de Mazarin au cardinal d'Estampes, avec réponse de celui-ci (1645).

Archives conservées aux Affaires étrangères

Etat numérique des fonds de la correspondance politique de l'origine à 1871, Paris, Imprimerie Nationale, 1936.

Inventaire sommaire des archives du département des Affaires étrangères. Correspondance politique, Paris, Imprimerie Nationale, 1903

- Correspondance politique, Rome, vol. 82-84-91 : Séjour du cardinal d'Estampes à Rome (1643-1645).

Archives du ministère de la guerre, conservées à Vincennes au Service Historique de l'armée de Terre (S.H.A.T.)

Inventaire sommaire des archives historiques, série A1 archives anciennes, correspondances avant 1792, Paris, Imprimerie Nationale, 1898-1930.

- A 1 28, 32 : Lettres relatives au cardinal d'Estampes (1636).

Bibliography

Bibliographie

Famille d'Estampes

Ouvrage généraux

- ANSELME (père), ANGE (père), SIMPLICIEN (père) et POL POTIER DE COURAY, Histoire généalogique et chronologique de la Maison de France, des pairs, grands officiers de la couronne, 12 vol., Paris, 1776-1879.

- Balteau (J.), Barroux (M) et Prevost (M), Dictionnaire de biographie française, tomes 1-3, Paris, 1933-1939.

- Catalogue général des livres imprimés de la bibliothèque nationale, Auteurs, Bibliothèque nationales, Paris.

- DUPONT ERRIER-FERRIER (Gustave), Gallia Regia ou état des officiers royaux des bailliages et sénéchaussées de 1328 à 1515, 6 vol. et 1 table, éd. Imprimerie Nationales, Paris, 1942-1966.

- JOUGLA DE MORENAS (Henri), Grand armorial de France, 6 vol. et supplément, Les éditions héraldiques, Paris, 1934-1952.

- LA CHESNAYE DESBOIS (DE) et BADIER, Dictionnaire de la noblesse, 19 vol., 3 éd., Paris, 1863-1876.

- REVOST (M), ROMAN D'AMAT, TRIBOUT de MOREMBERT (H) et LOBIES (J.P.), Dictionnaire de biographie française, tomes 4-19, Paris, 1948-1995.

- SAMMARTAN (Denis), Gallia Christiana, Paris, 16 tomes, 1716-1765.

Etudes particulières

- ANSELME (Père), Histoire généalogique d'Estampes-Valençay, t. VII, p. 548-552.

- GUILLAUME (Jean), "Le château de Valençay", dans Congrès archéologique de France, 142 e cession, 1984, p. 363-374.

- RAOUL (R.P.), Pages d'histoire sur Valençay et sa région, Issoudun, 1968.

- RAOUL (R.P.), "Les archives du château de Valençay", dans Revue de l'Académie du Centre, 1972, p. 13-30.

Madame Geoffrin et Madame de la Ferté-Imbault, sa fille.

Ouvrages généraux.

- ABRANTES (duchesse d'), Histoire des salons de Paris, Paris, Garnier, 1893, t.II.

- GLOTZ (Marguerite) et MAIRE (Madeleine), Les Salons du XVIIIe siècle, Paris, Nouvelles éditions latines, 1949.

- HAECHLER , Le règne des femmes. 1715-1793, éd. B. Grasset et Fasquelle, Paris, 2001, 493 pages.

- HELLEGOUARC'H (Jacqueline), L'Esprit de société. Cercles et "salons" parisiens au XVIIIe siècle, éd. Garnier, Paris, 2000, 524 pages.

Etudes particulières.

- ABRANTES (duchesse d'), Une soirée chez Madame Geoffrin, Gallimard, Le Promeneur, 2 e éd., 2000, 174 pages.

- GARIN (Jérôme), "Un livre de la duchesse d'Abrantès", dans Le Nouvel Observateur, 2000, p. 144.

- GOODMAN (Dena), "Filial Rebelion in the Salon : Madame Geoffrin and her Daughter", dans French Historical Studies, vol. 16, n°1 (Spring 1989).

- HAMON (Maurice) et PERRIN (Dominique), Au cœur du XVIIIe siècle industriel. Condition ouvrière et tradition villageoise à Saint-Gobain, édition P.A.U., 1993, p.142-154.

- HUART (Suzanne d'), "Un aimable marivaudage", dans Eventail, n°39, septembre 1991.

- KERIMA (Françoise), "Madame Geoffrin en Pologne", dans Historia, n°537, septembre 1991, p.20-29.

- PHOTIADES (Constantin), La reine des Lanturelus, Marie-Thérèse Geoffrin, marquise de la Ferté-Imbault (1715-1791), Paris, Plon, 1928.

- Ségur (Pierre, marquis de), Le royaume de la rue Saint-Honoré, Madame Geoffrin et sa fille, Paris, Calmann-Lévy.

Ecrits contemporains

- ALEMBERT (Jean Le Rond d'), Lettre de M. d'Al*** à M. le marquis de C*** sur Madame Geoffrin, Paris, 1777, p.1-16.

- MORELLET (abbé de), Mémoires sur le XVIIIe siècle et sur la Révolution, Paris, 1821, rééd. Par J.P. Guicciardi, Mercure de France, 1988.

Portrait de Madame Geoffrin, par M.L.M. A Amsterdam, et se trouve à Paris, 1777, p. 1-43.

Eloges de Madame Geoffrin, contemporaine de Madame du Deffand, par MM. Morellet, Thomas, d'Alembert, suivis de Lettresde Madame Geoffrin et à Madame Geoffrin et d'un Essai sur la conversation, par M. Morellet, Paris, H. Nicolle, 1812. Portrait de Madame Geoffrin, par A. Morellet, p. 3-74 ; A la mémoire de Madame Geoffrin, par Thomas, p. 77-100 ; Lettre de d'Alembert à Condorcet, sur Madame Geoffrin, p. 101-130.

- PONIATOWSKI (Stanislas-Auguste), Correspondance inédite du roi Stanislas-Auguste Poniatowski et de Madame Geoffrin (1764-1777), éd. Charles de Mouÿ, Plon, 1875.

- THOMAS (Antoine-Léonard), A la mémoire de Madame G***, s.l., 1777, p. 1-21

Warning! Communication restrictions. Click here to find out more.

Add finding aid
to my favourites
Download
the finding aid in PDF format
Finding aide permalink
Finding aid XML export