Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds Oreste Rosenfeld (1902-1994).

Haut de page
Cotes
26AR/1-26AR/21
Date
1902-1994
Nom du producteur
Rosenfeld, Oreste (1891-1964)
Importance matérielle
et support
21 cartons (26 AR 1-21) ; 2,32 mètres linéaires.
Localisation physique
Pierrefitte
Conditions d'accès

Libre sauf 26AR/3, 5, 21.

Description

Présentation du contenu

Outre les papiers d'Oreste Rosenfeld et de son épouse, on notera la présence de trois dossiers documentaires constitués à partir de papiers remis à Oreste Rosenfeld ou à sa femme :

- les papiers de Léon Blum et de son épouse Lise, née Bloch, la correspondance adressée par Oreste Rosenfeld ayant été remise en 1965 par leur belle-fille Renée Blum, épouse de Robert Blum, née Bloch, à Madame Rosenfeld ;

- la documentation et la correspondance (en russe) confiées par Lydia Dan à Oreste Rosenfeld, qui y a inséré les lettres que cette dernière lui avait adressées ;

- les manuscrits de Dragoljub Jovanovic, homme politique yougoslave (1895-1977), auxquels Oreste Rosenfeld a joint la correspondance adressée par Dragojlub Jovanovich, son épouse et Mlle Carroi concernant la remise des manuscrits de ce dernier à Oreste Rosenfeld.

Historique du producteur

Fils d’un haut fonctionnaire russe, Oreste Rosenfeld est né le 1er septembre 1891 à Astrakhan (Russie). Menchevik lors de la révolution démocratique de mars 1917, il fut nommé attaché militaire à l’ambassade de Russie en France. Opposé au régime bolchevique au pouvoir en Russie à partir d’octobre 1917, Rosenfeld demeura en France. Il devint journaliste au Populaire, aux côtés de Léon Blum : responsable du service de politique étrangère, puis rédacteur en chef.

Engagé volontaire en 1939, il fut fait prisonnier en 1940 et resta cinq ans en captivité en Oflag, à Colditz (Allemagne, Saxe) puis Lübeck (Allemagne, Schleswig-Holstein).

À la Libération, Rosenfeld reprit ses activités de journaliste au Populaire, puis à l’Agence européenne de presse (1946-1947) ; il fonda l’hebdomadaire Populaire dimanche.

Oreste Rosenfeld fut également un responsable du Parti socialiste : de sensibilité blumiste, il fut membre du comité directeur du Parti socialiste, de 1948 à 1954. Son engagement contre le colonialisme et, en particulier, contre la guerre d’Algérie (il fut conseiller de l’Union française de 1947 à 1958), le conduisit vers les minoritaires socialistes, tels Marceau Pivert (1895-1958) ou Jean Rous (1908-1985). Choisissant de quitter la Section française de l’Internationale ouvrière (S.F.I.O.), il fonda le Parti socialiste autonome (P.S.A.) le 14 septembre 1958 et dirigea son organe de presse, Tribune du socialisme. En avril 1960, il fut l’un des fondateurs du Parti socialiste unifié (P.S.U.), fusion du P.S.A., de l’Union de la gauche socialiste et du groupe communiste dissident Tribune du communisme.

Oreste Rosenfeld est décédé le 4 avril 1964 dans le quatrième arrondissement de Paris. Il avait épousé Marie-Louise Hermann, avocate.

Entrée et conservation

Modalités d'entrée

Don manuel de Maître Marie-Louise Rosenfeld, née Hermann, veuve d’Oreste Rosenfeld, avocate, 29 décembre 2004.

Sources et références

Sources complémentaires

Les Archives nationales conservent :

- le fonds du Parti socialiste unifié (P.S.U., 581AP) ;

- les archives d'Édouard Depreux (456AP), de Marceau Pivert (559AP) et de Léon Blum (570AP) ;

- le fonds des Amis de Marceau Pivert (22AS).

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire