Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds des établissements Guilbert-Martin (1807-1973)

Haut de page
Cotes
166AQ/1-166AQ/6
Date
1807-1973
Localisation physique
Pierrefitte

Description

Présentation du contenu

PRESENTATION

L'origine de l'entreprise remonte à 1807, date à laquelle Dumas et Raisin, venus de Suisse, fondèrent à Sèvres une fabrique d'émaux pour cadrans de montres, bijouterie, bonbonnières et tabatières, et de pierres synthétiques.

En 1840, cette fabrique fut transférée à Grenelle, Elle devint la propriété de Gineston, qui, en continuant les mêmes productions, y ajouta celles de baguettes de toutes couleurs ainsi que de tubes de verre et de cristal. J.-B. Vigier acheta l'établissement en 1859 et le loua en 1862 à Honoré Guilbert et à Auguste Martin, genà.re de ce dernier, qui formèrent une société en nom collectif pour son exploitation. Augu.ste Martin fit valoir le procédé d'émaillage de la tôle et de la fonte qu'il avait découvert ; la maison Guilbert-Martin était fondée. En 1866, de nouveaux accords avec Vigier établirent une société en nom collectif à l'égard de Guilbert et de Martin, et en commandite à l'égard de Vigier.

Après l'annexion de la commune de Grenelle, incoxporée à Paris en 1867, la fabrique fut transférée à Saint-Denis (275 avenue de Paris), afin d'éviter le paiement de droits sur le charbon.

Grâce à d'importants travaux, l'affaire prit de l'ampleur et à la mort de Guilbert en 1874, elle était en plein essor.

A la suite de plusieurs voyages en Italie, Auguste Martin eut l'idée de créer à Saint-Denis un atelier de mosaïstes encadrés au début par des maîtres italiens. De grandes compositions furent réalisées par la suite. Parallèlement des dallages de mosaïque de marbre étaient exécutés.

L'usine de l'avenue de Paris ayant été vendue à la Compagnie du Gaz de Paris, une nouvelle usine fut construite 20 rue Génin en bordure du canal Saint-Denis et inaugurée en 1887.

Le fils d'Auguste Martin, Charles, étant mort en 1882, c'est son petit-fils René qui lui succéda à la tête de l'usine. Les héritiers (filles et gendres) formèrent une société en commandite simple « René Martin et C ie ». Ce dernier, à la fois gérant et directeur technique continua l'oeuvre de son grand'père et poursuivra l'exécution des grandes mosaïques comme celles de Fourvières, du Grand Palais et du Sacré Coeur, en même temps qu'il faisait breveter plusieurs tubes à haute résistance.

A sa mort, survenue prématurément en 1921, la société fut mise en liquidation et fit place à la Société anonyme des anciens établissements Guilbert-Martin qui devint une société à responsabilité limitée en 1929. Après diverses transformation (suppression de la mosatque, fabrication de pavés de verre, fabrication de ressorts), les bâtiments et le terrain furent vendus en 1960 à la Société Casino pour l'établissement d'une grande surface.

Le fonds présente un intérêt du point de vue de la technique de la fabrication du verre et des émaux et du point de vue de l'histoire de la mosaïque

Voir pour l'historique de l'établissement, Verreries, émaux et mosaïques Gu !lbert Martin, dans le Bulletin de la Société des amis de la Bibliothèque Forney, juillet-septembre 1980, pp. 7-10, placé sous la cote 166 AQ 1, dossier 3.

.

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire