Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds du comité français des sciences historiques (CFSH) (1929-2001)

Haut de page
Cotes
113AS/1-113AS/13
Date
1929-2001
Nom du producteur
Comité international des sciences historiques (1926-...)
Localisation physique
Pierrefitte

Description

Présentation du contenu

INTRODUCTION
Présentation matérielle du fonds :

Dates extrêmes : 1929-2001.

Importance matérielle : 13 cartons (113 AS 1-13) ; 1,50 mètre linéaire.

Modalités d'entrée : don de Jean-françois SIRINELLI, président du CFSH, du 8 novembre 2004 [entrée n° 4996].

Conditions d'accès : libre.

Notice biographique du Comité français des Sciences Historiques :

Le Comité français des Sciences Historiques ou C. F. S. H est né en 1926, suite au désir émis par plusieurs historiens de doter la France d'un organisme chargé de la représenter lors des différents congrès internationaux et d'être susceptible de participer à l'élaboration des différentes méthodes et normes historiques, de pouvoir ainsi apporter sa contribution au renouvellement de la science historique.

Le V e Congrès international des Sciences Historiques, tenu à Bruxelles en 1923, eut un grand succès et suscita, dans une Europe que l'on croyait pacifiée, un vif désir de rapprochement, dans l'espoir que la science pure et objective pourrait en fin dominer les nationalismes intransigeants.

Dès 1924, M. Homolle, l'un des présidents du Congrès de Bruxelles prit l'initiative de grouper les corps savants français spécialisés dans les études historiques. Il créa, tout d'abord, un comité d'Action. La première assemblée générale de ce nouvel organisme, tenue en 1925, approuva unanimement la Constitution du " Comité National français des sciences Historiques "mais l'état de santé de M. Homolle en retarda la mise en œuvre. Ce fut seulement quand Gustave Glotz eut accepté de remplacer M. Homolle que le premier bureau du Comité français entra en fonction le 9 avril 1926.

Le C.F.S.H. est membre du Comité International des Sciences Historiques ou C.I.S.H. Leur création est concomitante puisque le C.I.S.H. a aussi été fondé le 14 mai 1926 à Genève (Suisse) en présence de 28 délégués de 19 pays dont la France. Le C.I.S.H. est une " organisation non gouvernementale en forme d'association […], créée pour promouvoir les sciences historiques par voie de coopération internationale […] Il défend la liberté de pensée et d'expression dans le domaine de la recherche historique et veille au respect de la déontologie professionnelle de ses membres

Article 1 des statuts révisés du 4 septembre 1992, adoptés par l'assemblée générale tenue à Prague. On notera que le texte en français des statuts est le seul officiel.

". Il y a donc une histoire commune entre les deux comités car il y eut plusieurs historiens français membres du bureau du C.I.S.H. à l'instar de Michel François (1906-1981), docteur ès lettre, archiviste-paléographe, diplômé de l'Ecole pratique des hautes études ou de François Bédarida. En outre, le C.I.S.H. organise tous les cinq ans des Congrès internationaux d'historiographie auxquels participent les comités nationaux membres du C.I.S.H ; certains ont eu lieu à Paris à l'invitation du C.F.S.H.

Ce dernier qui a toujours siégé à Paris, siège depuis 1986 au 60, rue des Francs-Bourgeois, site du Centre Historique des Archives Nationales puisque les quatre derniers secrétaires généraux sont conservateurs aux Archives nationales

Françoise Hildesheimer (1981-1985), Jean-Pierre Brunterc'h (1986-1990), Ghislain Brunel (1991-1995) et Bruno Galland (1996-2000 et 2001-2005).

. Le C.F.S.H. a connu des phases d'activité plus ou moins intense au gré de ses présidents successifs

Il s'agit de Gustave Glotz (1926-1929), Alfred Coville (1929-1940), Charles Petit-Dutaillis (1945-1946), Robert Fawtier (1946-1952), Lucien Febvre (1952-1956), Yves Renouard (1956-1965), Jean Schneider (1965-1971), Roland Mousnier (1971-1975), Michel Devèze (1976-1980), René Girault (1980), Robert-Henri Bautier (1981-1985), Paul Gerbod (1986-1990), Yves-Marie Bercé (1991-1995), Michel Balard (1996-2000), Jean-François Sirinelli (depuis 2001).

, aujourd'hui il semble être moins dynamique. Ses statuts on été modifiés à deux reprises d'abord le 1/04/1946 puis le 23/01/1971. De ces modifications, il ressort que le C.F.S.H. est une représentation de l'ensemble des historiens français, qu'ils se trouvent dans des établissements d'enseignement supérieur, de recherche ou de conservation, dans des associations professionnelles ou dans des fédérations de société savantes. Ces organismes élisent chacun un délégué à l'assemblée général. Cette dernière élit pour cinq ans les membres de la commission permanente, au nombre de trente, à son tour, la Commission permanente élit le bureau quinquennal

Le bureau se compose classiquement d'un président, d'un ou plusieurs vice-présidents, d'un trésorier, d'un secrétaire général.

. La durée du mandat du bureau coïncide de la sorte avec l'intervalle qui sépare les Congrès internationaux des sciences historiques. Le C.F.S.H. participe donc aux rencontres internationales du C.I.S.H. mais aussi dans le domaine intérieur comme le prouve son rôle lors des assises nationales sur la recherche en 1981 et sur l'élaboration des manuels scolaires.

Présentation du contenu :

Le fonds du Comité français des Sciences Historiques se compose des archives du comité qui ont été tenues par les secrétaires généraux successifs. La majeure partie des documents conservés est issue des années 1960, notamment lors de la présidence d'Yves Renouard (1956-1965) assisté de Jean Glenisson, secrétaire général. On y trouve aussi les archives des années 1980 et de la seconde moitié de la décennie 90 ainsi que tous les procès-verbaux de réunion de la commission permanente depuis 1929, ce qui fait que nous pouvons avoir un aperçu global de la vie du comité. Cependant, les dossiers relatifs aux années 1970 sont quasi inexistants, il en est de même pour la première moitié de la décennie 1990. L'explication réside peut-être dans une moindre activité du comité pendant certaines périodes, ou dans le fait que des secrétaires généraux n'ont pas versé leurs archives.

Le fonds du Comité Français des Sciences Historiques présente un intérêt historiographique. En effet, les différents thèmes de recherche historique qui étaient à l'honneur au cours de la seconde moitié du XX e apparaissent clairement. Ils permettent ainsi de mieux comprendre quelles ont été les motivations des historiens. Ainsi peut-on savoir quels étaient les historiens prépondérants, et suivre l'évolution des grands courants historiographiques notamment autour de la Révolution française.

Un autre intérêt de ce fonds réside dans le fait que nous voyons les relations qu'entretenaient les historiens français avec leurs collègues étrangers, notamment lors des périodes où les relations entre la France et ces pays étaient tendues. Ainsi les journées franco-soviétiques ont-elles parfois subi les retombées des évènements de la guerre froide comme ce fut le cas en 1968 après le printemps de Prague ou en 1983 au moment de la " guerre fraîche " où l'organisation de ces journées prit un retard certain.

Plus globalement, nous pouvons mieux percevoir grâce à toutes ces notes dactylographiées et manuscrites le fonctionnement et les vicissitudes d'une association française au XX e siècle.

En revanche, plusieurs documents polycopiés ainsi qu'une bonne partie de la correspondance liée aux questions purement administratives et matérielles n'offrent que peu d'intérêt pour l'historien.

Comité Français des Sciences Historiques - sommaire

113 AS 1-5. ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT INTERNE (1929-2001).

113 AS 1. Statuts et activités en France (1946-1986).

113 AS 2-3. Correspondance administrative (1952-2000).

113 AS 2. Secrétaire général

113 AS 3. Président

113 AS 4-5. Procès verbaux des commissions permanentes (1929-2001).

113 AS 6-12. RENCONTRES INTERNATIONALES (1958-1999).

113 AS 6. Congrès internationaux organisés par le C. F. S. H à Paris (1956-1986).

113 AS 7-9. Echanges bilatéraux (1957-1988).

113 AS 10-12. Relation avec le Comité International des Sciences Historiques (1957-1995).

113 AS 12 (suite). RELATIONS AVEC LA DIRECTION GENERALE DES RELATIONS CULTURELLES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES (1971-1972).

113 AS 13. SUPPLEMENT.

Sources et références

Sources complémentaires

Sources complémentaires :

Bilhaut, Laetitia et Lacousse, Magali, Fonds du comité international des sciences historiques (105 AS 1-513), répertoire numérique détaillé dactylographié, Paris, 2001, 69 p.

Sibille, Claire, Fonds Michel François (636 AP), état sommaire dactylographié, Paris, 2003.

Bibliographie

Bibliographie :

Bulletins d'information du C. I. S. H :

Le premier numéro est paru en 1953 à Paris et le dernier (n°29) en 2003 à Montréal. Cette publication donne la liste des membres et l'adresse du bureau des comités nationaux dont celui de la France. On y trouve aussi certaines informations relatives au C. I. S. H :

Dans le Bulletin d'information n°14, série Lettre d'information n°5, Paris, 1987, p. 35-37, on trouve un historique du C. F. S. H, une présentation de ses statuts et un bilan de son activité dans le domaine national et international au début des années quatre-vingt.

Publications du C.F.S.H.

- Vingt-cinq ans de recherche historique en France, Paris, C. N. R. S., 1965, 2 volumes

- Colloque franco-suédois à Paris du 9 au 10/10/1978, publié avec le soutien du Comité suédois pour la coopération internationale des sciences historiques et de l'université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 172 p.

- Actes du Congrès historique du centenaire de la Révolution de 1848, Paris, P. U. F., 1948, 435 p.

Site Internet du C. I. S. H : http ://www.cish.org/

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire