Your request is in progress
Finding aid - Reference codes:

Recherche ; Centre d'études des systèmes et des technologies avancées (CESTA) (1977-1987)

Top of page
Reference codes
20010410/1-20010410/7
Date
1977-1987
Name of creator
Centre d'études des systèmes et des technologies avancées
Physical location
Pierrefitte

Description

Presentation of content

INTRODUCTION
Historique :

Le 17 janvier 1982, à l'initiative de Pierre MAUROY, le Conseil des Ministres, à la suite du rapport de Joël DE ROSNAY, décidait la création du Centre d'études des systèmes et des technologies avancées (CESTA), sous la tutelle du ministère de la Recherche et de la technologie.

Un délégué général intérimaire pour la mise en place du CESTA, Jacques ROBIN fut désigné ; il constitua une délégation d'une dizaine de personnes chargée de mettre sur pied une organisation qui préfigure les structures définitives. Par ce fait, il sera créé en 1982, une association transitoire CESTA, association loi 1901, afin de permettre le fonctionnement administratif et financier immédiat. Il lui sera attribué d'ailleurs pour cette même année un budget exceptionnel d'environ 20 millions de francs.

La délégation de mise en place eut comme objectif de transformer l'association loi 1901 par la création du CESTA en un EPIC, avec mise en place des organismes définitifs : Haut Collège scientifique et culturel, Conseil d'administration et Direction. Sur le plan financier, concrétiser et ventiler le Budget 1982 et préparer le Budget 1983, avec pour mission de faire connaître l'existence du CESTA, ses objectifs, ses projets et former les équipes du CESTA, constituées d'un noyau permanent d'une soixantaine de professionnels.

Dès 1982, le CESTA assurera le secrétariat exécutif du Réseau international des biotechnologies constitué par le groupe de travail Technologie, croissance, emploi à l'initiative des chefs d'Etats et de gouvernements réunis au Sommet de Versailles en Juin 1982, ainsi que celui du programme Eurêka.

Le CESTA et l'ADEMAST :

A la suite du colloque national sur la recherche et la technologie, en janvier 1982, des associations régionales et une association nationale destinées à en exploiter les résultats ont été mises en place. Elles ont été regroupées sous le sigle ADEMAST (Association pour le développement et la maîtrise des sciences et des techniques).

Les relations avec le CESTA qui hébergea l'ADEMAST ont été très étroites. Le CESTA sera tenu régulièrement au courant des programmes et actions envisagés, de façon à collaborer sur ceux relevant de ses préoccupations.

Par décret 83-126 du 22 février 1983, le CESTA devient établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle du ministère de la recherche et de l'industrie. Ce statut lui assurait un rôle clé à la charnière du secteur public et privé, l'incitant à explorer des projets innovants, non immédiatement rentables (aspect public) et à fournir des produits pointus et des services aux entreprises lui procurant une part d'autofinancement croissante et assurant son contact avec le terrain (aspect industriel et commercial).

En 1987, la subvention du ministère de tutelle était de 19,8 MF (HT), ses ressources propres : 11,5 MF (HT). 62 personnes constituaient l'équipe de permanents de l'EPIC.

CESTA, ses missions :

Le CESTA a eu pour mission :

- "de faire progresser la connaissance des systèmes complexes, l'évaluation et la diffusion des technologies avancées ;

- d'étudier l'impact des technologies de pointe sur les industries traditionnelles et les services ;

- d'évaluer les répercussions économiques, sociales et culturelles de l'insertion des techniques dans la vie des individus, des organisations et des sociétés".

Ses partenaires :

"Les organismes, collectivités et entreprises, les départements ministériels intéressés, les industriels, syndicalistes, chercheurs, fonctionnaires, les associations qualifiées dans le domaine des sciences et des techniques"

Son organisation :

Il était organisé autour de quatre missions : études et recherche, assistance aux choix technologiques, formation, animation et diffusion.

Pour ce faire, quatre départements, en étroite liaison les uns avec les autres, se répartissent les domaines d'investigations technologiques correspondant à des publics spécifiques :

- Le département Entreprises, qui sensibilise les entreprises de toutes tailles aux risques et aux opportunités des technologies nouvelles (MM. Daniel BACHET et Philippe CLERC) ;

- Le département Communication, qui s'adresse aux industriels des médias et de l'informatique ainsi qu'aux professionnels des entreprises et groupes de communication, avec, en 1987, un programme "Multimédias" et un programme "Intelligence artificielle, Sciences cognitives et Image électronique" (Mme Hélène MONNET, M.J. MATHIEU) ;

- Le département Technologies du Vivant, qui s'efforce de rapprocher les partenaires nationaux et internationaux, développe des outils d'information et de sensibilisation et canalise ses activités autour de trois axes : le Réseau international des Biotechnologies, les journées technologiques, les études (MM. CHOPPLET e P.J. THIERRY)

- Le département Education, qui promeut l'utilisation des outils de l'informatique dans les milieux de l'éducation, de la formation et des technologies nouvelles. Il a constitué, avec la Didacthèque, le premier centre de ressources européen sur les applications de nouvelles technologies à l'éducation (Mme C. HERMANT et E. BARCHECHATH).

Quelques exemples de produits et de services :

Le CESTA organisa des colloques scientifiques internationaux doublés de forums technologiques et d'expositions industrielles. Ce sont des lieux de rencontre privilégiés entre la communauté scientifique et la communauté industrielle : "Technologies en milieux extrêmes" (Marseille 1986), "Image électronique" (Biarritz 1984, Nice 1986), "Intelligence artificielle" (Paris, Cognitiva 1985), "Image électronique et intelligence artificielle" (Paris, MARI 1987), "Matériaux nouveaux" (Bordeaux Expermat, novembre 1987).

Le CESTA proposa également des journées technologiques pour des publics plus restreints : "Technologies nouvelles à l'hôpital", "Technologies agro-alimentaires", "Technologies nouvelles et mode", "Téléports"...

Le CESTA conçoit des séminaires de formation pilote : ainsi en 1987 :

- Le séminaire "Multi-Médias", à l'intention de 30 décisionnaires du monde de la communication, réalisé en partenariat avec le journal Le Monde et clôturé par une mission d'étude aux Etats-Unis ;

- le séminaire "Maîtriser la démarche productique" organisé avec le Conseil régional d'Ile-de-France ;

- la série de séminaires "Cognitiva" destinés à sensibiliser les industriels aux systèmes experts et à leur fournir une formation à l'intelligence artificielle ;

- les séminaires de formation à la création de didacticiels, à la mise en œuvre de l'EAO dans l'entreprise,...

- Des missions d'étude firent l'objet de rapports (en 1987, dans le domaine des téléports et des immeubles intelligents, trois voyages furent organisés aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et au Japon).

- La banque de données "Eurêka", sur les Entreprises européennes à Technologies avancées a été réalisée par le CESTA.

Le Centre de documentation

Le Conseil des ministres du 4 novembre 1981 avait décidé de créer sur le site de la Montagne Sainte Geneviève, aux côtés des services du ministère de la Recherche et de la Technologie et du CESTA, un centre de documentation internationale sur les technologies. Le CESTA, devenu établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) fut chargé de la maîtrise d'oeuvre de ce projet qui devait être étudié en liaison étroite avec les autres organismes concernés : MIDIST, ministère de l'Education, Centre Georges Pompidou, musée des sciences et des techniques, le GRET, le CDST, l'INA, le CEDOCAR...

Resté à l'état de projet sous la houlette de M. DELAVERGNE, directeur du CESTA et de M. DULONG, chef de ce projet au CESTA, des efforts devaient être consentis néanmoins pour l'information des entreprises sur l'amélioration des technologies utilisées, la diversification de la production ou la reconversion des activités. En effet, la plus grande partie du tissu industriel français était à la fois saturé d'informations de toutes sortes et sous-informé technologiquement bien que des améliorations sensibles avaient été apportées par la création des ARIST (agences régionales de l'information scientifique et technique).

Ce fut l'une des missions du CESTA à compter de 1983, aidé de son centre de documentation. Celui-ci devait diffuser l'information scientifique et technique aux divers membres composant les quatre départements du CESTA : technologies du vivant, éducation, entreprise et communication.

Initialement, une documentaliste était attachée à chacun de ces secteurs. En 1983, elles furent réunies en un pool et constituèrent le centre de documentation jusqu'à la date d'abrogation de cet organisme.

Cette information scientifique et technique diffusée en interne, permettait l'élaboration de séminaires et journées d'études. Elle était également mise au service des membres participants de ces séminaires.

Fonds versés

Il s'agit de séries non exhaustives puisque recueillies après abrogation du CESTA, répertoriées selon leur provenance et catégories de documents. Même partielle, cette documentation souligne l'activité de veille technologique qu'exerçait cet organisme, notamment dans les secteurs de l'électronique, du multimedia et de l'entreprise ainsi que son appartenance, en qualité de secrétariat exécutif, au groupe de travail Technologie - Croissance - Emploi (Groupe TCE), créé au sommet de Versailles des ministres de la Recherche européens en 1982.

Ces études essentiellement issues du CESTA, soulignent également l'émergence de deux instituts dépendant tous deux du CESTA : l'Institut des défis du futur et l'Institut de prospective des sciences et de prévision technologique.

Sommaire

Editions Art 1-7 : Publications internes du CESTA concernant notamment la prospective technologique, les technologies nouvelles, les innovations, l’intelligence. Artificielle, la robotique, le développement régional, le cinéma, les biotechnologies, l’environnement, les télécommunications, les ressources humaines et la bureautique : comptes rendus des groupes de travail, rapports, notes, congrès, dossiers documentaires, dossiers de presse, 1977, 1979-1987

Sources and references

Additional sources

Fonds complémentaires

(versés au Centre des Archives contemporaines à Fontainebleau)

1999/0298 CESTA, service de l'édition, Fonds M. GAULT, 1982-1987

2000/0379 CESTA, centre de documentation, fonds Mme LHERMYTHE, 1981-1987

Indexing terms

veille technologique ;  télécommunication ;  technologie nouvelle ;  région ;  recherche appliquée ;  presse ;  intelligence artificielle ;  étude prospective ;  environnement ;  congrès ;  commission scientifique ;  cinéma ;  bureautique ;  biotechnologie ;  étude ;  documentation ;  compte-rendu de séance ;  gestion du personnel ;  étude  

Until further notice, the reservation of a place in the reading room is compulsory for any consultation of documents.

Add finding aid
to my favourites
Download
the finding aid in PDF format
Finding aide permalink
Finding aid XML export