Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Registres de nationalité ouverts par les Forces françaises libres à Londres

Haut de page
Cotes
20000247/1
Date
1940-1945
Nom du producteur
Importance matérielle
et support
Trois registres.
Localisation physique
Pierrefitte
Conditions d'accès

Librement communicable

Documents de
substitution

Ces registres ont été numérisés ; les images sont librement accessibles sur les postes informatiques de la Salle des inventaires du site de Pierrefitte-sur-Seine (se renseigner auprès de la présidence de salle).

Description

Présentation du contenu

Ces registres de nationalité se composent de deux ensembles.

Le premier est constitué de deux cahiers portant les initiales GR (George Rex), marque des services administratifs britanniques, ouverts à Londres au quartier général des Forces françaises libres le 23 septembre 1940. René Cassin ouvre de sa main le premier registre qui est scrupuleusement tenu à jour de 1940 à 1943 par François Marion, chef du service de la Chancellerie au Comité national de Londres. Ils rassemblent les acquisitions, conservations, consolidations ou pertes de la nationalité française.

Outre l’inscription des demandes de nationalité française, ces registres ont des usages multiples : déclarations de naissances, affirmation de son attachement à la France et de sa volonté de demeurer français « quoi qu’il arrive ». Ces déclarations sont enregistrées et suivies de la délivrance de récépissés. Les postulants à l’obtention de la nationalité française sont informés que l’inscription sur les registres n’a pas valeur officielle et que leur demande devra faire l’objet d’une régularisation après la guerre. En effet, on ne statue pas sur les naturalisations. Les lois sur la nationalité d’avant 1940 sont parfaitement respectées : autant les épouses de Français peuvent obtenir la nationalité française même en dehors de la résidence en France, autant une naturalisation ne peut être accordée à un étranger hors de France. Quant à la perte de la nationalité française, si elle était prévue lors de l’ouverture des registres, aucune procédure ni inscription de ce type n’y figure.

Les notices des registres concernent essentiellement des acquisitions de la nationalité par mariage et donnent donc également des éléments biographiques sur le conjoint, la date et le lieu du mariage. Il semble d'ailleurs que dans le courant de l'année 1943, seule l'acquisition par mariage ait continué à être enregistrée, et que les FFL aient décidé à ce moment-là de les faire transcrire au consulat et de ne garder qu'une copie des actes.

Cette copie constitue la deuxième partie de ce versement. Il s'agit d'une liste dactylographiée des actes transcrits dans deux registres tenus au consulat général de France à Londres pour enregistrer les déclarations d'intention souscrites par des étrangères ayant épousé des Français pendant la guerre depuis 1943.

Entrée et conservation

Modalités d'entrée

Ces trois registres ont été versés en 2000 par la sous-direction des Naturalisations, direction de la Population et des migrations du ministère de la Santé.

Historique de la conservation

Ces registres ont été tenus à Londres pour la durée de la guerre. Ils ont été ramenés en France à la Libération, et déposés à la sous-direction des Naturalisations. C'est cette même sous-direction qui les a versés aux Archives nationales en 2000.

Attention ! Restrictions du jour. Cliquez ici pour en savoir plus.

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire