Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Archives de Pierre Sudreau

Haut de page
Cotes
91AJ/1-91AJ/39
Localisation physique
Pierrefitte-sur-Seine

Description

Présentation du contenu

Évoquant dans son récit Au-delà de toutes les frontières son singulier parcours et les engagements qui l'animèrent, Pierre Sudreau met en lumière les figures tutélaires que furent pour lui Antoine de Saint-Exupéry et le général de Gaulle. Chacun à sa manière, l'un et l'autre ont de fait tracé les lignes de force de son existence.

Né à Paris le 13 mai 1919 dans une famille d'industriels, et placé très tôt en pension au lycée Hoche après le décès de son père, le petit garçon trompe son désarroi en se réfugiant dans les livres. Enthousiasmé par Vol de nuit, il écrit à Saint-Exupéry qui, contre toute attente, lui répond. S'ensuivront plusieurs rencontres et une exceptionnelle amitié qui marquera profondément Pierre Sudreau.

Après des études de droit et de sciences politiques, il est mobilisé en novembre 1939 et affecté à l'École de l'Air, repliée en mai 1940 à Bordeaux-Mérignac. Après l'armistice de juin 1940, désireux de poursuivre la lutte contre l'occupant, Pierre Sudreau participe à des récupérations d'armes et, après divers contacts, entre au réseau Brutus, fondé par André Boyer et Pierre Fourcaud, où il côtoie notamment Gaston Defferre et Jean-Maurice Hermann. Sous le pseudonyme de Sillans, il devient en 1942, à vingt-trois ans, le responsable du réseau pour la zone nord, engageant pour le seconder ses amis Pierre Bernard, Michel Bauer et André Clavé. Ses activités consistent principalement à transmettre à Londres des renseignements militaires et des informations sur la construction du Mur de l'Atlantique, mais il participe également avec Louis Armand à des sabotages ferroviaires dans le Nord et l'Est.

Infiltré par un agent double de l' Abwehr, Brutus subit une vague d'arrestations à l'automne 1943. Pierre Sudreau tombe aux mains de la Gestapo le 10 novembre. Torturé, il est enfermé à Fresnes pendant six mois, avant d'être envoyé à Compiègne et déporté à Buchenwald en mai 1944.

De retour en France, il est, avec d'autres déportés, présenté le 5 mai 1945 au général de Gaulle, qui s'étonne de voir là « ce gosse » et, instruit de son parcours, ordonne « qu'il serve l'État, comme Jean Moulin ». Il est alors nommé sous-préfet hors classe. En 1946, il devient directeur général adjoint du Service de la documentation extérieure et du contre-espionnage (SDECE), en 1947, directeur de l'administration et des affaires générales de la Sûreté nationale, et en 1949, directeur des services financiers et du contentieux du ministère de l'Intérieur. De 1951 à 1955, il est préfet dans le Loir-et-Cher et lance le premier spectacle de son et lumières au château de Chambord. Il est ensuite désigné commissaire à la Construction et à l'Urbanisme pour la région parisienne, sous l'autorité du préfet de la Seine Émile Pelletier. En juin 1958, le général de Gaulle, de retour aux affaires, le choisit comme ministre de la Construction. C'est l'époque de la résorption des "taudis" et de l'aménagement de la région parisienne, avec la mise en chantier du Réseau express régional (RER) et du périphérique et le lancement du quartier de la Défense. On parle aussi beaucoup d'aménagement du territoire et de sauvegarde du patrimoine architectural et Pierre Sudreau est ainsi l'artisan du ravalement des façades parisiennes, souvent attribué à André Malraux.

Devenu ministre de l'Éducation nationale en avril 1962, dans le premier gouvernement de Georges Pompidou, il se trouve en désaccord constitutionnel avec le général de Gaulle sur le projet de référendum touchant à l'élection au suffrage universel du président de la République et finit par démissionner en octobre 1962. L'année suivante, sur les instances de Louis Armand, il prend les rênes de la Fédération des industries ferroviaires (FIF), dont il sera le président jusqu'en 1996, et joue dès lors un rôle pionnier dans le rayonnement industriel et commercial de la France. Promoteur du TGV, il préside aussi l'association Mer du Nord-Méditerranée, le Groupement pour la promotion de la coopération industrielle entre la France et le Japon, le Comité permanent des foires et manifestations économiques à l'étranger et, de 1976 à 1983, occupe les fonctions de vice-président du conseil d'administration du Centre français du commerce extérieur. En 1974, le président de la République Valéry Giscard d'Estaing lui confie la charge de présider le Comité d'étude pour la réforme de l'entreprise. Le rapport présenté en février 1975 préconise notamment la cogestion au sein des sociétés, en réévaluant la place des salariés dans les prises de décisions.

Après son départ du Gouvernement, Pierre Sudreau n'a pas renoncé à la vie politique : député du Loir-et-Cher de 1967 à 1981, il est maire de Blois de 1971 à 1989 et président de la région Centre de 1976 à 1979. Militant activement contre la prolifération des armes nucléaires, pour la construction européenne – il préside l'Organisation française du mouvement européen de 1968 à 1972 – et le rapprochement Nord-Sud, il s'emploie avec la même ardeur à unir les anciens résistants et déportés par-delà leurs sensibilités politiques et leurs antagonismes. Il est à ce titre à l'origine, avec son ami Jean-Pierre Lévy, ancien chef du mouvement Franc-Tireur, de la Fondation de la Résistance, créée en 1993.

Pierre Sudreau a fait don des ses archives au Centre historique des Archives nationales en juin 2002, y adjoignant un lot de documents provenant d'André Pélabon, dont il fut le collaborateur au ministère de l'Intérieur.

Dans son fonds propre a été naturellement opérée une distinction entre archives personnelles et dossiers relevant de la carrière publique. La première partie, organisée dans l'ordre chronologique, comporte ainsi un chapitre consacré à la Résistance et à la Déportation, de nature foncièrement historiographique. Les cérémonies commémoratives organisées à Blois, terre d'élection de Pierre Sudreau, y occupent une place privilégiée, de même que le souvenir de Gaston Defferre, compagnon de lutte et ami, et de Marcel Paul, côtoyé au sein du comité clandestin de Buchenwald. Puis vient un ensemble couvrant les années 1964-1996, qui reflète les diverses activités de Pierre Sudreau, particulièrement dans le domaine économique, au travers des relations franco-japonaises et de la promotion du commerce extérieur. Sa participation au débat public au cours de cette période a laissé par ailleurs de notables traces : joutes politiques, engagement européen, mises en garde contre la course aux armements et le péril nucléaire, qui ont été aussitôt traduits dans des articles, des interviews, des conférences et des ouvrages de réflexion.

Le versant public des archives de Pierre Sudreau déroule dans un second temps les diverses étapes de sa carrière au service de l'État, de 1946 à 1962. Son passage au SDECE permet de disposer du dossier très complet de l'"affaire Passy" et d'éclairer ainsi les accusations qui pesèrent sur la gestion de l'ancien chef du Bureau central de renseignements et d'action (BCRA). Puis, après quelques documents sur la préfecture du Loir-et-Cher, vient un ensemble très nourri consacré à la construction et à l'urbanisme de 1955 à 1962, structuré en différents thèmes. À la rubrique "politique générale du ministère", on pourrait mettre en exergue les échanges réguliers avec le Premier ministre Michel Debré, dont témoigne un volumineux dossier de notes et correspondance, ou encore s'intéresser au voyage que fit Pierre Sudreau en URSS en septembre 1959, à la demande du général de Gaulle, pour y rencontrer Khrouchtchev. La question du logement, l'équipement de la région parisienne, l'aménagement du territoire ou encore la sauvegarde du patrimoine architectural et naturel sont ensuite autant de scansions de l'action ministérielle.

Les quelques mois passés à l'Éducation nationale, d'avril à octobre 1962, sont illustrés par de petits dossiers relatifs entre autres à la "Commission de réflexion du mercredi" et aux préoccupations quotidiennes de la rue de Grenelle : budget, enseignement supérieur, établissements et personnel d'Algérie, conférences de presse et voyages du ministre. Après sa démission à l'automne 1962, Pierre Sudreau ne retrouvera une charge publique qu'en 1974, avec la présidence du Comité d'étude pour la réforme de l'entreprise, dont les archives de fonctionnement sont ici livrées, constituant un fonds très complet et homogène, des premières consultations conduites auprès des organisations professionnelles jusqu'à la présentation du rapport et l'accompagnement de ses propositions. Quelques dossiers ferment la marche, reflétant les initiatives de Pierre Sudreau à la tête de la région Centre de 1976 à 1979 ainsi que ses réflexions sur la réforme régionale.

Ce rapide tour d'horizon laisse, on l'espère, entrevoir la richesse et la cohérence des archives ainsi mises à disposition (y font naturellement défaut les archives relatives à la présidence de la Fédération des industries ferroviaires, restées la propriété de cet organisme, situé 60, rue Anatole France, 92300 Levallois-Perret). Restituant pour une grande part les engagements et la carrière exemplaire d'un grand serviteur de l'État , elles offrent aussi un éclairage singulier sur la modernisation et le développement économique de la France dans la seconde moitié du XXe siècle, qu'il s'agisse de construire des logements décents, de tenter d'aménager et d'équilibrer le territoire national ou de repenser la place de chacun dans l'entreprise.

Quant aux archives d'André Pélabon, qui viennent clore le fonds 91 AJ, elles sont aussi l'occasion de s'arrêter sur un personnage en somme méconnu, ingénieur du Génie maritime, résistant de la première heure en Afrique du Nord, qui s'illustra dans la carrière préfectorale.

Né en mars 1910, polytechnicien, André Pélabon se trouve au Maroc au début de la Seconde Guerre mondiale. Ses premières activités de résistance consistent à camoufler des matières premières et à transmettre des renseignements économiques et militaires via les filières américaines. Il se rallie à la France combattante puis aux Forces navales françaises libres (FNFL) en juillet 1942. Chargé à Londres d'organiser les services de construction et d'artillerie navale, il est ensuite détaché en Afrique du Nord, à la direction des services de renseignements et d'action. Directeur technique des services spéciaux à partir d'avril 1944, il s'occupe aussi de mettre en place des moyens de sabotage et d'action en vue du débarquement d'août 1944 en Provence. Il devient à l'automne 1944 directeur général de la Sûreté nationale puis enchaîne les responsabilités : préfet de Loire-Inférieure en septembre 1946, secrétaire général du Gouvernement général de l'Algérie en janvier 1947, plusieurs fois chargé des fonctions d'IGAME (inspecteur général de l'administration en mission extraordinaire) de 1950 à 1955, préfet des Bouches-du-Rhône en août 1953, par deux fois directeur du cabinet de Pierre Mendès France, alors président du Conseil en juin 1954 puis ministre d'État dans le cabinet Guy Mollet en février 1956. André Pélabon est décédé à Paris en octobre 1984.

Ses archives concernent essentiellement la période de la Résistance, avec le ralliement à la France combattante et les activités liées au BCRA, et surtout ses fonctions à la tête de la Direction générale de la Sûreté nationale. Pour cette période, les documents apportent d'utiles précisions sur le personnel de la Sûreté ou font état de diverses affaires bien révélatrices de leur époque : la surveillance du Parti communiste y figure en bonne place, au même titre que les séquelles de la guerre ou les affaires de collaboration. Ce ne sont là bien sûr que des bribes, à rapprocher des archives versées depuis par le ministère de l'Intérieur, mais elles méritent de retenir l'attention des chercheurs, comme elles avaient retenu celle d'André Pélabon.

Après le décès de Pierre Sudreau le 22 janvier 2012, un complément de ses archives a été confié aux Archives nationales. Conservé sous les cotes 91AJ/40-91AJ/80, il a fait l'objet d'un second inventaire.

Sources et références

Sources complémentaires

Sources complémentaires

Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)

Ministère de l'Intérieur

Notamment F/7/14966. Constitution et activité de la commission de Sûreté (1944-1945), Sous-commission d'épuration de la Sûreté nationale (1945-1946).

19920178/14. Dossier de préfet d'André Pélabon.

19920347/24. Dossier de préfet de Pierre Sudreau.

Secrétariat général du Gouvernement

F/60/2718-F/60/2760. Dossiers de séances du Conseil des ministres (juin 1958-octobre 1962).

Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale et documents divers relatifs à la période 1939-1945

72AJ/37. Témoignages et documents sur le réseau Brutus.

72AJ/1932. Archives de l'Organisation des fonctionnaires résistants. Assemblées générales : lettre de Pierre Sudreau (1961).

72AJ/2209. « Le réseau Brutus-Boyer », témoignages et documents recueillis par Daniel Latapie (1997).

72AJ/2312. Coupures de presse relatives à l'affaire Passy et à la publication des souvenirs d'André Dewavrin (septembre 1946-juin 1947).

72AJ/2463-72AJ/2467. Fonds Brutus-Boyer : matériaux de l'ouvrage de Bernard Boyer et Jean-Marc Binot, Nom de code : Brutus. Histoire d'un réseau de la France libre, et bulletins de l'amicale Brutus-Boyer.

Général de Gaulle : la France libre

Notamment AG/3(1)/372. Lettres, notes, télégrammes et messages (1943) : [à] André Pélabon (pièce 469).

Bureau central de renseignements et d'action

Notamment AG/3(2)/37-AG/3(2)/38. Réseaux Froment-Brémond (1941-1943) et Brutus (1943-1944).

Présidence de la République : général de Gaulle

AG/(5(1)/2718-AG/(5(1)/2733. Construction et logement

AG/5(1)/544-AG/5(1)/571. Conseil des ministres : dossiers du Président (janvier 1959-octobre 1962).

AG/5(1)/291, AG/5(1)/391-AG/5(1)/393, AG/5(1)/482, AG/5(1)/946, AG/5(1)/1052. Voyage de Nikita Khrouchtchev en France (mars-avril 1960).

Michel Debré. Fonds Matignon (1958-1962)

2 DE 10. Gouvernement. Textes officiels : ministère de la Construction.

2 DE 14. Organisation et fonctionnement du Gouvernement. Correspondance avec le ministère de la Construction (décembre 1959-janvier 1960 et septembre 1961).

2 DE 21. Correspondance avec les ministères : Construction (septembre 1959-novembre 1965).

2 DE 46. Organisation de la région parisienne (décembre 1960-décembre 1961).

2 DE 58. Travaux législatifs. Construction : lettre de Michel Debré à Pierre Sudreau (août 1959).

2 DE 67. Conversations franco-soviétiques : Voyage de Nikita Khrouchtchev en France (mars-avril 1960).

Ministère de la Construction

19770814/1-19770814/8. Cabinet. Réunions du Conseil interministériel et permanent pour la région de Paris, rénovation urbaine et travaux d'urbanisme, notamment à la Défense et dans les quartiers des Halles, de la Villette, de Maine-Montparnasse, décentralisation industrielle, logement (1959-1965).

19770815/1-19770815/12. Cabinet. Urbanisme et aménagement du territoire (notamment Comité de sauvegarde du littoral Provence-Côte d'Azur-Corse, décentralisation et déconcentration, aménagement de la région parisienne), construction et bâtiment, rénovation urbaine, dommages de guerre, logement et amélioration de l'habitat, loyers, logement des rapatriés (1956-1965).

19770816/-19770816/7. Dossiers de Gérard Dupont, conseiller technique du ministre de la Construction. Politique du logement, problèmes immobiliers, rénovation, grands ensembles, aménagement rural, législation sur les loyers, projets pour le Code de l'urbanisme et de l'habitation (1948-1964).

19770829/1-19770829/5. Dossiers de Gérard Dupont, conseiller technique du ministre de la Construction. Commission de simplification des procédures, secteurs sauvegardés, rénovation immobilière, grands ensembles (1955-1964).

19770828/1-419770828/6. Dossiers de Louis Morel, conseiller technique de la Construction (1958-1962), puis directeur du cabinet (ministère Jacques Maziol, 1963-1965). Logement en région parisienne, urbanisme, problèmes fonciers, construction et habitat, budget, aménagement régional (1936-1965).

19770830/1-19770830/4. Dossiers d'Alain Gayet, conseiller technique du ministre de la Construction. Construction HLM en Algérie, réforme de la fiscalité immobilière, notes de l'Inspection générale des Finances sur les problèmes de construction, d'aménagement foncier et d'urbanisme (1957-1964).

19780035/1. Dossiers de Pierre Raynaud, conseiller technique du ministre de la Construction. Politique du logement et de la construction, recensement des logements vacants pour les rapatriés d'Algérie, loi du 2 août 1960 sur les primes et redevances sur les locaux à usage industriel et usage de bureaux (1958-1962).

19790660/51-19790660/57. Service de presse et d'information. Documentation sur la construction, l'urbanisme et l'aménagement du territoire.

19790660/58-19790660/61. Service de presse et d'information. Communiqués de presse de Pierre Sudreau, Edgard Pisani, François Ortoli, Robert Galley, Philippe Dechartre, Pierre Vivien et Albin Chalandon (1960-1970).

Ministère de l'Éducation nationale

19870221/23-19870221/31. Cabinet. Interventions parlementaires (avril-décembre 1962).

Présidence de la République : Georges Pompidou

AG/5(2)/1003. Georges Pompidou Premier ministre (avril 1962-juillet 1968) : Éducation nationale (juin 1962-avril 1972).

AG/5(2)/1073. Correspondance adressée au Président (octobre 1969-février 1974) : Pierre Sudreau.

Secrétariat général pour la Communauté puis les Affaires africaines et malgaches de la Présidence de la République (1958-1974). Dossiers de Jacques Foccart

5AGF/198. Correspondance échangée avec les ministres et secrétaires d'État : quelques lettres de Pierre Sudreau, ministre de la Construction (1958-1962) et ministre de l'Éducation nationale (1962) ainsi que le rapport rédigé à la suite d'une mission effectuée aux Antilles (mars 1962).

Présidence de la République : Valéry Giscard d'Estaing

AG/5(3)/1528. Dossiers de Lionel Stoleru. Réforme de l'entreprise, rapport Sudreau : lettre de G. Ventejol, président du Conseil économique et social, à V. Giscard d'Estaing, documentation (juin-juillet 1975).

AG/5(3)/1857. Dossiers de François Polge de Combret. Réforme de l'entreprise, mise en place : notes au président de la République, notes manuscrites de Pierre Sudreau, comptes rendus de réunions interministérielles, rapport du Comité d'étude pour la réforme de l'entreprise, rapport du Conseil économique et social, dossiers du comité interministériel du 23 février 1976 et du conseil restreint du 2 mars 1976, coupures de presse et documentation (1974-1976).

AG/5(3)/2100-AG/5(3)/2106 Dossiers d'Olivier Fouquet. Réforme de l'entreprise, notamment Comité d'étude pour la réforme de l'entreprise : constitution et travaux, observations des ministères, du Conseil économique et social, des conseils économiques et sociaux régionaux et de diverses associations syndicales, politiques et professionnelles sur la politique de réforme de l'entreprise (1974-1975).

AG/5(3)/3491. Service photographique de la Présidence de la République. Audience de Pierre Sudreau : reportage photographique n° 2978 (7 février 1975).

Fonds Eugène Claudius-Petit

538AP/59-538AP/73, 538AP/77-538AP/78, 538AP/80, 538AP/82-538AP/83, 538AP/88-538AP/89, 538AP/93, 538AP/100, 538AP/108. Débats parlementaires concernant notamment la construction et l'urbanisme et la lutte contre l'alcoolisme ; ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, aménagement du territoire et logement.

Fonds Jean Donnedieu de Vabres

539AP/5. Premier gouvernement Pompidou : lettre de démission du ministre de l'Éducation nationale Pierre Sudreau en octobre 1962.

Archives nationales (Fontainebleau)

Sources audiovisuelles

6AV/772. Entretiens réalisés par Danièle Voldman sur la reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954 : témoignage de Pierre Sudreau (16 novembre 1989).

1AV/487-1AV/490 (11AV/191-11AV/195) . Entretiens réalisés par l'Association Georges Pompidou sur Georges Pompidou, son entourage et la France du début des années soixante-dix : témoignage de Pierre Sudreau (26 mai, 22 juin, 13 juillet et 21 octobre 1999).

Archives nationales du monde du travail (AMT)

Et notamment 2000050/0300. Fonds de l'Abbé Pierre - Emmaüs International. Attribution des logements HLM : correspondance adressée au général de Gaulle et à Pierre Sudreau (1958).

Institut national de l'audiovisuel (INA)

Enregistrements vidéo d'émissions sur la construction auxquelles participa Pierre Sudreau en 1958 et 1961 :

Problèmes de la construction, de Pierre Sabbagh et Roland Bernard :

Logement... notre honte (30 octobre 1958, 36') ;

Le taudis (6 novembre 1958, 48') ;

Aménagement du territoire (13 novembre 1958, 30') ;

Aménagement de la région parisienne (20 novembre 1958, 37') ;

La France de demain (27 novembre 1958, 32').

Faire face, d'Igor Barrère et Étienne Lalou :

Le logement (29 septembre 1961, 1 h 22').

Enregistrement d'une série de cinq émissions diffusées sur France-Culture en mai 2003 : À voix nue, Pierre Sudreau par François George : Du Petit Prince à la Résistance, Buchenwald, D'une République à l'autre, Conflit avec de Gaulle, Regards sur le monde actuel (5-9 mai 2003).

Le dossier "officiel" de l'affaire Passy, relevant des archives militaires, est conservé au Service historique de la Défense.

Concernant l'urbanisme parisien, voir aux Archives de Paris les dossiers consacrés notamment aux opérations de résorption de l'habitat insalubre.

Sur les liens de Pierre Sudreau avec le département du Loir-et-Cher et la ville de Blois (fonctions de préfet de 1951 à 1955, de député de 1967 à 1981, de maire de 1971 à 1989), le recours aux Archives départementales du Loir-et-Cher et aux Archives municipales de Blois s'impose, complété par une visite au Service des archives de l'Assemblée nationale.

Bibliographie

Ouvrages de Pierre Sudreau

L'Enchaînement, Paris, Plon, 1967.

La Stratégie de l'absurde, Paris, Plon, 1980.

De l'inertie politique, Paris Stock, 1985.

Au-delà de toutes les frontières, Paris, Éditions Odile Jacob, 1991, 1re édition, et 2002, 2e édition.

Sans se départir de soi. Entretiens avec François George, Paris, Éditions Tirésias, 2004.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire