Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Fonds Jacques Soustelle (1912-1990)

Haut de page
Cotes
112AJ/1-112AJ/88
Date
1912-1995
Importance matérielle
et support
9,60 m.l. (88 articles)
Localisation physique
Pierrefitte-sur-Seine
Conditions d'accès

Librement communicable

Conditions d'utilisation

Reproduction libre selon le règlement de la salle de lecture

Avertissement :

De nombreuses photographies contenues dans ce fonds sont l'œuvre d'agences de presse ou de photographes indépendants.

Il conviendra donc, avant toute utilisation de ces images, de veiller au respect des droits moraux et patrimoniaux garantis par le Code de la propriété intellectuelle aux auteurs de ces photographies et à leurs ayants-droit.

Description

Présentation du contenu

Les archives décrites dans le présent inventaire sont le reflet fidèle de l’exceptionnel parcours de Jacques Soustelle. De même qu’il a toujours mené de front activités politiques et travaux ethnologiques, ces deux lignes de force de sa vie se retrouvent inextricablement mêlées dans ses papiers.

Les passerelles sont en effet nombreuses entre les diverses parties du fonds Soustelle, par-delà le plan de classement « chrono-thématico-typologique » qui s’est imposé au fil de la découverte des dossiers : papiers personnels ; correspondance ; revue de presse générale ; dossiers relatifs aux engagements politiques de Jacques Soustelle, de la France libre à l’Algérie, en passant par ses fonctions ministérielles et ses mandats électoraux ; documents éclairant ses activités de recherche et d’enseignement ; mémoires.

Au-delà de la partie du fonds qui lui est clairement consacrée, une même thématique est ainsi illustrée dans d’autres rubriques de l’inventaire. C’est particulièrement le cas de l’Algérie, objet du chapitre « Jacques Soustelle et l’Algérie », dont on trouve d’autres traces dans la correspondance, la revue de presse, les livres et articles de Jacques Soustelle, ses interventions publiques et les documents résultant de ses activités ministérielles. Quant au Mexique, qui occupe naturellement une place de choix dans les travaux scientifiques de Jacques Soustelle, il apparaît aussi dans ses papiers personnels, via ses agendas, ou la revue de presse, via les press-books de ses voyages.

L’autre particularité de ce fonds est de rendre compte de l’extraordinaire activité de polygraphe de Jacques Soustelle, à travers ses ouvrages et ses innombrables articles, parus dans Voici pourquoi et une multitude de journaux et revues pour traiter tour à tour de l’actualité, de la vie politique, des événements internationaux et de l’histoire des peuples du monde. S'y rencontrent ainsi de nombreux manuscrits et tapuscrits, soigneusement archivés par l’attachée de presse de Jacques Soustelle, Myriam de la Croix, à laquelle on doit la conservation attentive de l’ensemble de ces archives.

Dernière caractéristique, la présence d’une impressionnante quantité de photographies, clichés amateurs ou professionnels venus enrichir la quasi-totalité des dossiers.

Quelques lacunes sont manifestes dans le fonds Jacques Soustelle, ou à tout le moins une qualité inégale des dossiers. On peut par exemple regretter, au chapitre de ses activités d'américaniste, l'absence de notes de terrain, ou rester sur sa faim au vu des documents retraçant ses activités de gouverneur général de l'Algérie. Les fonds d'archives publiques et privées susceptibles de combler ces manques sont heureusement très nombreux. Ils sont aussi très épars et l'intérêt des papiers de Jacques Soustelle est bien de permettre une approche globale de cette figure de l"intellectuel en action", avant d'en approfondir les multiples facettes en puisant à d'autres sources.

Langue des documents

Français
Allemand
Anglais
Espagnol
Italien
Néerlandais
Portugais
Suédois

Institution responsable de l'accès intellectuel

Archives nationales de France

Historique du producteur

Jacques Soustelle naît à Montpellier le 3 février 1912. Après des études de lettres et de philosophie à Lyon, il est reçu major à l’École normale supérieure en 1929, avant de soutenir à la Sorbonne en 1931 un mémoire sur « Les phénomènes d’extase chez les Eskimo et les Sibériens ». C’est le début de sa carrière d’ethnologue. De 1932 à 1940, il est chargé de plusieurs missions scientifiques au Mexique et devient spécialiste des civilisations autochtones de l’Amérique. Sous-directeur du Musée de l’Homme aux côtés de Paul Rivet, il est aussi à la fin des années trente un homme engagé, tenté par les Brigades internationales et animateur de l’Union des intellectuels français pour la justice, la liberté et la paix.

Mobilisé à la légation de France à Mexico, il rallie le général de Gaulle dès juin 1940 et met en place les comités des Français libres au Mexique et en Amérique centrale. Gagnant Londres en juin 1942, il est chargé des services d’information de la France libre puis se voit confier à Alger, dès juillet 1943, la direction des services spéciaux. À la Libération, il occupe brièvement les fonctions de commissaire de la République à Bordeaux avant de devenir sous le Gouvernement provisoire ministre de l’Information, de mai à novembre 1945, puis des Colonies, de novembre 1945 à janvier 1946. Ses responsabilités politiques s’enchaînent sous la Quatrième République puis la Cinquième : secrétaire général du Rassemblement du peuple français (RPF) en 1947, député du Rhône en 1951 (réélu en 1956, 1958 et 1973), gouverneur général de l’Algérie de février 1955 à janvier 1956, puis, après le retour du général de Gaulle aux affaires, ministre de l’Information de juillet 1958 à janvier 1959 et ministre délégué auprès du Premier ministre Michel Debré de janvier 1959 à février 1960, chargé du Sahara, des départements et territoires d’outre-mer et de l’énergie atomique. Dans le même temps, il participe sans relâche au débat public, par le biais de sa revue Voici pourquoi, de ses ouvrages et de ses innombrables articles.

Les années 1960-1961, point d’orgue du combat de Jacques Soustelle pour l’Algérie française, marquent sa rupture avec le général de Gaulle, avec la fin de ses mandats gouvernementaux puis son exil à l’étranger jusqu’en 1968. Mais son activité inlassable ne connaît aucune inflexion. Par-delà son mandat de député, il conserve ses attaches lyonnaises en devenant en 1971 conseiller municipal aux côtés de Louis Pradel, fonde le Mouvement national "Progrès et Liberté" et conserve une place singulière dans la vie politique française.

La passion pour l’Amérique latine ne l’a pas quitté. Il y effectue de nombreux voyages, enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), rédige un rapport sur la recherche française en archéologie et anthropologie et est élu en 1975 président du groupe PACT (Techniques physiques, chimiques et mathématiques utilisées en archéologie) au Conseil de l’Europe. Son œuvre scientifique exigeante lui vaut de nombreuses récompenses internationales et il est élu à l’Académie française au fauteuil de Pierre Gaxotte en juin 1983, entrant solennellement sous la Coupole en mai 1984. Il décède à Neuilly-sur-Seine le 6 août 1990.

Entrée et conservation

Modalités d'entrée

Don de Mme Alexandra Bilreiro, petite-fille de Myriam de la Croix, attachée de presse de Jacques Soustelle (2013).

Historique de la conservation

La préservation des archives de Jacques Soustelle doit beaucoup à son attachée de presse, Myriam de la Croix.

Née à Bruxelles le 23 juin 1923, Myriam de la Croix fait des études d'histoire de l'art et de dessin. Elle épouse en juin 1946 le diplomate Pierre Marie J. E. de Meester de Ravestein, qu'elle suit en Amérique latine et au Portugal. Le couple, qui se sépare en mars 1966, a trois enfants, Véronique, Marc et Yvan-Pierre.

Myriam de la Croix rencontre Jacques Soustelle au cours des années 1960, alors que ce dernier est en exil au Portugal. Elle travaille alors comme journaliste et devient son attachée de presse, accompagnant Jacques Soustelle tout au long de sa carrière politique et scientifique jusqu'à sa mort en 1990. En 1995, transportant avec elle les archives de Jacques Soustelle, Myriam de la Croix s'installe à Bruxelles où elle réside jusqu'en 2011, puis à Lisbonne où elle décède le 5 août 2012.

Sources et références

Documents de même provenance

Papiers remis aux Archives nationales en octobre 1950 par Jacques Soustelle (72AJ/1923)

Situation en Afrique du Nord et relations Giraud–De Gaulle, situation en Afrique occidentale française, armement et effectifs de la Résistance, envoi de fonds en France, épuration, affaires Peyrouton, Boisson et Massigli, Commission de débarquement, dossier "Vichy" (notamment rapport du général Giraud sur "les causes de la défaite", situation navale dans l’Océan Pacifique ouest, la mer de Chine et l’Océan Indien, échouage du Béarn, pourparlers entre les représentants du maréchal Pétain et les responsables de la Résistance, transfert de Pétain en Allemagne, sabordage de la flotte à Toulon, télégrammes de Georges Mandel et Paul Reynaud), dépêches de l’agence Reuter, communiqués, messages et télégrammes du général de Gaulle, désignation d’un préfet dans les Basses-Pyrénées, entretien du général de Gaulle avec le Field-Marshall Smuts, projet d’accord sur Madagascar et l’île de la Réunion, Libération, résistance ouvrière contre la relève, état d’esprit des officiers du Georges Leygues lors de son passage à Freetown, interrogatoire d’Arsène Le Poitevin, situation de la presse au Maroc, journal clandestin Après, grèves des mineurs du Pas-de-Calais, affaire "Pyramide", politique de bombardement sur l’Allemagne, situation morale en zone occupée, retour en France du général Giraud, engagement des groupes de Résistance dans les Forces françaises libres.

Fonds Jacques Soustelle provenant de Myriam de la Croix, remis par l'Académie française à la bibliothèque de l'Institut de France (Ms 8515)

Manuscrits, tapuscrits, coupures de presses, photographies et diapositives.

L'inventaire de ce fonds est disponible à l'adresse suivante : http://www.calames.abes.fr/Pub/#details?id=Calames-201349134164931

Sources complémentaires

La richesse de la carrière de Jacques Soustelle et la diversité de ses centres d'intérêt font que les sources d'archives le concernant sont extrêmement nombreuses et éparses. Il n'est pas question ici d'en livrer un relevé détaillé mais seulement d'ouvrir quelques pistes de recherche.

Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)

Le témoignage de Jacques Soustelle (72AJ/220), recueilli par Yvette Gouineau, figure dans les archives du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale, où l'on trouvera aussi, à travers la correspondance de Robert Seidner, président du Comité de la France libre au Guatemala, un éclairage singulier sur l'activité des partisans du général de Gaulle dans les États d'Amérique centrale, Honduras, Nicaragua, Salvador ou Costa Rica, en liaison avec les services de Jacques Soustelle à Mexico (72AJ/224). Sur toutes ces questions liées à la Seconde Guerre mondiale, il convient également de puiser dans les archives du général de Gaulle - France libre et Gouvernement provisoire de la République française (AG/3(1) et AG/3(4)), ainsi que dans le fonds du Bureau central de renseignements et d'action (AG/3(2)).

Quant aux engagements politiques de Jacques Soustelle, ils transparaissent dans nombre de fonds, archives de la présidence de la République (et en premier lieu celles du général de Gaulle, AG/5(1)) et fonds de personnalités ou de partis politiques. On peut citer à cet égard les fonds de Georges Bidault (457AP), René Brouillet (110AJ), Michel Debré (DE), Henri-Paul Eydoux (546AP), Christian Fouchet (97AJ), Pierre Lefranc (569AP), Pierre Mendès France (115AJ), René Pleven (560AP), Michel Poniatowski (AP/340(III)), Philippe Ragueneau (663AP), ainsi que celui de l'Union pour la Nouvelle République (103AS), sans oublier les archives de Georgette Elgey (561AP) et celles de Jean-Raymond Tournoux (492AP).

Archives nationales d'outre-mer (Aix-en-Provence)

Y sont conservés d'importants fonds relatifs au rôle de Jacques Soustelle en Algérie, notamment ses activités de gouverneur général (81 F 641), les manifestations de février 1956 (91/1K876) ou son programme de réformes (81 F 24, 1276).

Autres services d'archives et bibliothèques

Les archives du Rassemblement du peuple français (RPF) sont conservées à la Fondation Charles de Gaulle (série B), où l'on trouvera également de la correspondance et de la documentation concernant Jacques Soustelle de 1949 à 1958 (série F1).

La Bibliothèque nationale de France conserve notamment des lettres de Jacques Soustelle, dans les fonds Pierre Lachieze-Rey (NAF 28321), Marcel Martinet (NAF 28352), Jean Guéhenno (NAF 28297), Claude Lévi-Strauss (NAF 28150 (178) - NAF 28150 (206)) et Jean-Richard Bloch (NAF 28222).

Il convient aussi de recourir aux archives du Musée de l'Homme (Bibliothèque centrale du Muséum national d'histoire naturelle, 2 AM 1 et 2 AM 2), où l'on trouvera en particulier des archives relatives à Georgette Soustelle et à sa mission au Mexique avec Jacques Soustelle au début des années trente, et qui constituent un point de départ naturel pour toute recherche de caractère ethnologique.

Bibliographie

Dominique BALVET, Jacques Soustelle et l'Algérie française. Gaullisme et antigaullisme. Du Front populaire aux marges du Front national, thèse à l'université de Lille III, 2003.

Jacqueline de DURAND-FOREST, "Jacques Soustelle (1912-1990)", Journal de la Société des américanistes, vol. 76 (1990), p. 229-231.

Bernard ULMANN, Jacques Soustelle, Paris, Plon, 1995.

Lien vers l'article de Jacqueline de DURAND-FOREST :
Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire