Your request is in progress
Finding aid - Reference codes:

Archives des musées nationaux Registres des Collections, répertoires et inventaires (série *DD)

Top of page
Reference codes
20150162/1-20150162/400
Date
1686-1995
Name of creator
Direction des musées nationaux (1889-1945) - Direction des musées de France (1945-2010)
Material importance
and support
400 registres soit 13,1 mètres linéaires
Physical location
Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine
Access conditions

Librement communicable à l'exception des articles 213, 214, 240 et 241 communicables au terme d'un délai de 50 ans à compter de la date de clôture des dossiers.

Conditions of use

Selon règlement de la salle de lecture

Description

Presentation of content

Cette série rassemble les inventaires des collections des musées nationaux à l'exception de ceux qui n'ont pas été versés par les musées. Les registres d'inventaires les plus récents sont conservés par les musées.

Les grands inventaires des musées nationaux [cf. MATHIAS, Annabelle, projet d'article sur les « Inventaires », in Dictionnaire historique du Louvre, 2011]

Aujourd'hui le terme d'inventaire est utilisé de manière générique alors qu'il désigne des registres de natures différentes : livres d'entrées, registres d'entrées de collections, livres de mouvements, inventaires généraux.

Ce document, seul, fait foi juridiquement de la propriété des œuvres et garanti la permanence de la collection. Les registres constituent également une source essentielle de connaissance des collections du musée et témoignent en cela de la politique d'acquisitions de l'établissement.

1) L'inventaire Napoléon

Il est commandé par Pierre Daru, Intendant général des domaines de la Couronne à Dominique Vivant Denon, directeur du musée, par courrier du 7 février 1810 (AMN, Z3), pour mettre en œuvre le sénatus-consulte du 30 janvier 1810. Dès le 27 octobre 1810 Henri Beyle soumet à Denon un modèle d'inventaire en tableau à plusieurs colonnes. Travail non terminé à la chute de l'Empire, il se présente sous forme de minutes rassemblées par département du musée du Louvre et typologie en 17 volumes. Il apporte des informations sur la provenance des œuvres, mais aucun numéro ne leur a été attribué. Il contient, en outre, les œuvres provenant des saisies révolutionnaires et des conquêtes napoléoniennes qui ont été restituées en 1815.

2) L'inventaire général des musées royaux de 1814 (MR)

Cet inventaire est le plus important, car il fait état des collections conservées au Louvre après ces restitutions. Il est demandé par la loi sur la dotation de la Couronne du 18 novembre 1814 complétée par l'ordonnance du 16 janvier 1816. Achevé en 1824, il présente l'état des collections en 1814. Il comporte 24 volumes. Ces registres contiennent aussi les œuvres de résidences royales (Versailles, Saint-Cloud ou Fontainebleau). Les œuvres sont présentées par typologie, époque et matière et se voient attribuer un numéro d'inventaire.

3) L'inventaire général des musées royaux de 1832

Ordonné par la loi du 2 mars 1832 et composé de 19 volumes. Il est utile pour les informations concernant les œuvres entrées dans les collections depuis 1814.

4) L'inventaire général des musées impériaux de 1852

Ordonné par sénatus-consulte du 12 décembre 1852. Pour les peintures et les dessins, l'inventaire Villot-Daudet achevé en 1860 (INV) répertorie les collections de tous les musées nationaux y compris pour les dépôts. Pour les Antiques, relevant aujourd'hui du département des antiquités grecs, étrusques et romaines et du département des antiquités orientales, trois inventaires se succèdent : 1) l'inventaire provisoire de 1857 rédigé par Sauzay (N) et dont la numérotation est celle qui est restée en usage 2) l'inventaire de Longpérier (1859) pour les bronzes et les monuments assyriens, resté inachevé 3) et celui de 1870 terminé après le départ de Longpérier par Froehner et Héron de Villefosse.

Les livres d'entrées

Le livre d'entrée contient les objets acquis par le musée dans l'ordre chronologique d'arrivée avec un numéro d'ordre. Ils renseignent sur la date précise de l'entrée de l'œuvre dans les collections, le mode d'acquisition, le nom du précédent propriétaire, parfois des mentions d'envoi ou de dépôt (cf. liste des appellations et types de numérotation ci-dessous).

Lors de la création du musée d'Orsay en 1986 à partir des collections du Louvre, il a été décidé de continuer à utiliser les mêmes registres d'entrée pour préserver l'unité des collections nationales.

Les acquisitions de grandes collections

Quand une collection importante était acquise par le musée, un registre particulier lui était consacré. Les numéros d'ordre constituaient en fait le numéro d'entrée des objets. C'est par exemple le cas pour les collections Chauchard, Durand (ED), Salt, Drovetti, Campana (Cp). Le même principe a été retenu plus tard pour les collections importantes provenant de fouilles ou de missions : Suse, Myrina, Eléonte (Elé)… qui ont leur propre numérotation.

Autres registres et inventaires spéciaux

De nouveaux registres ont été ouverts pour inventorier a posteriori des œuvres sans numéro : Inventaire supplémentaire S pour certaines pièces de la Galerie Campana, par exemple.

Des inventaires spéciaux recensent des œuvres attribuées au musée du Louvre au titre de la récupération artistique, par l'Office de Biens privés (1950-1967) : MNR, RFR, OAR, ER.

Les livres de mouvements

Dès la réalisation de l'inventaire Napoléon, Daru prend conscience de la nécessité de tenir de façon complémentaire un cahier de mouvement (AMN, Z3, courrier du 9 novembre 1810. Ce livre consigne les entrées et sorties des œuvres, désignées par leur numéro d'inventaire qui sert d'identifiant.

Les catalogues

Pour certains départements, le catalogue des collections publiés au XIXe siècle ou au début du XXe siècle sont considérés comme des références scientifiques. Le numéro de catalogue sert alors de numéro usuel pour identifier l'oeuvre. Exemple : numérotation A, d'après la Notice des monuments exposés dans la galerie d'antiquités égyptiennes du musée du Louvre de Rougé (1883), ou le catalogue sommaire des bijoux, publié par A.Ridder en 1924 (Bj).

Les inventaires ont fait l'objet de diverses appellations et types de numérotation dont la signification est rappelée ci-dessous :

Les inventaires

MR : inventaire général des musées royaux de 1814

INV : Inventaire général des musées impériaux de 1852 : inventaire Villot-Daudet achevé en 1860

N : L'inventaire général des musées impériaux, inventaire provisoire de 1857 rédigé par Sauzay

Les livres d'entrées :

LL : Livre d'entrée en vigueur sous Louis XVIII

CC : sous Charles X

LP : sous Louis Philippe

- Sous la 2e République (1850-1853) :

MN : musées nationaux sauf sculpture

ML :musée du Louvre, sculptures

- Second Empire :

MS : musée des souverains, comporte des objets déposés par d'autres institutions

OA : 1856, objets entrés depuis le Second Empire

MI : musées impériaux, peinture et sculpture

E : antiquité égyptienne en vigueur à partir de 1849

- Sous la 3e République (1870-1940)

MNB : Antiquités orientales (1871-1881)

AO : Antiquités orientales à partir de 1881

MAO : entrées département des arts de l'Islam

AM : antiquités méditerranéennes (1886-1990)

MNC : antiquités grecques et romaines, excepté la céramique (1881-1898)

CA : céramique antique (1886-1968)

MND : antiquités grecques et romaines, excepté la céramique (1899-1967)

MNE : antiquités grecques et romaines (depuis 1968)

RF : Département des sculptures (depuis 1871), mais y figurent des œuvres entrées dès 1853, inventoriés a posteriori.

Le département des arts graphiques possèdent également un livre d'entrée « RF » depuis 1871 (RF 1 à 3990, puis à partir de 1937, nouvelle numérotation : sous la forme RF 1937-1)

Collections

ED : collection Durand

Cp : collection Campana

Elé : fouilles d'Eléonte

Inventaires spéciaux (récupération artistique) :

MNR : peinture

RFR : sculpture

OAR : objets d'arts

ER : département des antiquités égyptiennes

AGRR : département des antiquités grecques, étrusques et romaines

AOR : département des antiquités orientales

REC : département des arts graphiques

Catalogue

Bj : catalogue sommaire des bijoux, publié par A.Ridder en 1924

Classification method

Les documents étaient classés aux Archives des musées nationaux soit par séries et sous-séries dites « anciennes cotes » établies par Gaëtan de Maussion vers 1858 ou par séries et sous-séries dites « nouvelles cotes » instaurées en 1970. L'organisation par séries et sous-séries a été maintenue ainsi que leurs intitulés.

Les trois types d'entrées ont été respectées : par type de document (inventaire, catalogue, registre d'entrée), par collections (écoles ou techniques) ou par provenance géographique (résidences royales ou impériales).

La série *DD se subdivisait ainsi :

*1DD Grands inventaires datés et inventaires d'ancien régime

*2DD Commandes et acquisitions, dons

*3DD Peintures

*4DD Dessins, chalcographie

*5DD Luxembourg

*6DD Département des Antiques

*7DD Département des Antiquités égyptiennes

*8DD Département des Sculptures

*9DD Département des Objets d'art

*10DD Département des Antiquités orientales

Musées nationaux

*11 DD : Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye (vacant)

*12 DD : Cluny (vacant)

*13 DD : Arts et traditions populaires (vacant)

*14 DD : Monuments français (vacant)

*15 DD : Sèvres et Limoges : céramique (vacant, mais copie de la collection Grollier)

*16 DD : Guimet (vacant)

*17 DD : Arts africains et océaniens (vacant)

*18 DD : Petits musées nationaux (vacant, sauf Maisons-Laffitte)

*19DD1 et 2 : Musées impériaux. : mouvements d'œuvres. 1850-1860

*20DDà *30DD Cotes vacantes

*31DDà *40DD Résidences-musées, résidences disparues, autres résidences, ministères et services de l'État.

Certaines sous-séries sont vacantes, car aucun document n'a finalement été versé aux Archives des musées nationaux.

Language of documents

français

Institution responsible for intellectual access

Archives nationales

Creator history

Voir la notice des producteurs Direction des musées nationaux (FRAN_NP_050981) et Direction des musées de France (FRAN_NP_005237).

Entry and conservation

Mode of entry

Les archives conservées aux Archives des musées nationaux ont fait l'objet d'un versement aux Archives nationales par la Mission des archives du Ministère de la Culture et de la Communication sous le numéro 15V0141.

Conservation history

Les documents étaient initialement conservés aux Archives des musées nationaux [AMN] au sein du musée du Louvre depuis 1858. Ce pôle appartient au Service des bibliothèques et de la documentation générale créée en 1999. Il rassemble le témoignage écrit de plus de deux siècles de gestion des musées de l'État. La constitution des fonds est donc étroitement liée à l'histoire de cette administration

Historique des inventaires des collections nationales [cf. Alain Prévet, responsable du pôle des Archives des musées nationaux, No te interne , 2011]

Les inventaires des collections nationales et les registres complémentaires étaient déjà rassemblés au Palais du Louvre, siège de la direction des musées nationaux, dans la première moitié du XIXe siècle (cf. Rapport du Directeur des Musées nationaux, Philippe-Auguste Jeanron, au Ministre de l'Intérieur, Alexandre Ledru Rollin, sur l'organisation de la Bibliothèque et des Archives, AMN, H1, 1848, 1er mai, et le Projet de Budget adressé par Jeanron au même ministre, AMN, O30-121, 1848, 7 août, notamment page 16).

Le directeur des Musées nationaux, Jeanron, confie la direction de la bibliothèque et des archives à Edouard Kolloff qui rédigea un projet de règlement sur l'accès des archives. Ce projet n'aboutit pas et Kolloff quitte son poste en 1849.

Les inventaires et autres registres complémentaires n'ont commencé à être cotés et décrits aux Archives des Musées impériaux (puis, à nouveau, nationaux), qu'à partir de 1858, avec l'ensemble des fonds, lorsqu'il y eut véritablement un archiviste pérenne, Louis Gaétan Urbain de Maussion, en poste jusqu'en 1880.

Par arrêté du Directeur général des Musées impériaux, Intendant des Beaux-Arts de la Maison de l'Empereur, en date du 10 mai 1860, toutes les archives de cette direction, ainsi que celles de l'Exposition (c'est-à-dire des Salons), furent réunies dans un même local, sous la responsabilité de l'archiviste.

Gaétan de Maussion a alors dressé une première liste sommaire des inventaires (5 pages, AMN H3, 1871), complétée par un fichier donnant plus précisément les caractéristiques individuelles de chaque registre. Ce travail n'a pu être totalement achevé, ni tenu à jour après son départ à la retraite en 1880. La cotation n'était pas spécifique à ces registres, ils étaient cotés de la même manière que les documents non reliés.

En 1907, un nouveau « catalogue […] des registres, volumes, etc, appartenant aux Archives des Musées » était, semble-t-il, en préparation (rapport de l'archiviste, E. Morand, au Directeur des musées nationaux, H1, 1907, 15 avril et éléments de réponse du même archiviste fournis au Directeur des Musées nationaux en vue de sa réponse au sous-secrétaire des Beaux-Arts, Dujardin-Baumetz, annonçant l'achèvement de l'inventaire des registres pour août 1907, AMN, H2, 1907, 15 avril). Mais dans un rapport de 1912, ces divers registres ne faisaient toujours pas l'objet d'une cotation spécifique, « leur nombre [étant] resté trop restreint pour nécessiter des cotes spéciales » (H1-1912, 21 mai, page 10). En revanche, le même archiviste reconstitua, entre 1910 et 1912, un certain nombre d'inventaires qui avaient été « autrefois mis en feuilles et répartis dans toutes les divisions » (il en donne la liste dans son rapport de 1912 et précise que ce travail est encore à poursuivre).

En février 1926, sur ordre ministériel, une visite des inspecteurs généraux des Archives et des bibliothèques, Pol Neveux et A Vidier, conduisit à un rapport prescrivant, entre autres, « la création de séries propres aux registres » et notamment d'une série « DD ». Collections, répertoires et inventaires. Sous la lettre de série, chaque collection de registres recevrait un seul numéro commun à toute la collection, avec son numéro pour chaque volume, de telle façon que les additions et intercalations puissent être effectuées dans les collections vivantes, sans en rompre l'harmonie ».

Ce travail de cotation fut effectué, dans la foulée, sous la direction de Lucie Mazauric, première archiviste paléographe du service nouvellement nommée en 1927, et les règles de consultation furent fixées par un « Règlement des Archives des Musées nationaux » signé par le Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts Édouard Herriot, le 29 novembre 1926 (AMN H1-1926, 29 novembre).

L'article 12 précisait : « Certains documents indispensables au travail quotidien d'un département du Louvre ou d'un Musée national, peuvent être, à défaut de doubles et après autorisation spéciale du Directeur des Musées nationaux, confiés en permanence à ce département ou Musée sur la demande du Conservateur en chef, qui en donnera reçu. Il sera tenu par l'Archiviste un registre spécial des dossiers ou documents ainsi mis en dépôt et ceux-ci feront l'objet d'un récolement avant la prise de service de tout nouveau Conservateur chef de département. ». Un tel registre spécifique aux dépôts n'a pas été retrouvé mais, en revanche, nombreux sont ceux qui ont été portés sur le registre des emprunts temporaires, prévu quant à lui par l'article 11 (« livre de sortie »). Des emprunts antérieurs à ce règlement de 1926 constituent des dépôts de facto : de tels emprunts ont notamment été enregistrés par Maussion, avant 1880, pour des registres qui se trouvent aujourd'hui dans les départements.

La cotation mise au point en 1927 a été entièrement refondue en 1967-1968 par Yvonne Coutin, sous la direction de Louis Carolus-Barré, archiviste paléographe successeur de Lucie Chamson-Mazauric, sans doute afin d'intégrer de nombreux registres jusque-là non pris en compte. Une table de concordance a été dressée entre l'ancienne et la nouvelle cotation. [Voir le courrier de Carolus-Barré au directeur des musées nationaux en date du 28 mars 1966 et la relance du 10 juillet 1973, AMN 4EE 25].

Le nouveau répertoire qui en découle (environ 600 pages) précise les registres reconnus comme « en dépôt » à cette date (sans malheureusement créer pour autant un registre spécifique pour les gérer). Sur les 481 registres décrits par le répertoire d'Yvonne Coutin, 110 étaient signalés comme « en dépôts ». Huit registres, alors en dépôt, ont été réintégrés depuis cette date. Un registre en dépôt n'a pas été retrouvé. Dix-huit cotations spécifiques supplémentaires étaient créées en 1967-1968 pour des musées nationaux qui n'ont jamais versé aucun inventaire ancien, malgré un rappel du Directeur des Musées de France par note du 26 mai 1972 (AMN 4 EE 25 cf PJ 6).

Actuellement, le musée du Louvre conserve 45 registres d'inventaire ou de collection en sus de ceux mentionnés par le répertoire d'Yvonne Coutin, soit qu'ils n'existaient pas encore en 1967 ou étaient à peine ouverts, soit qu'ils étaient déjà clos.

Ces documents ont fait l'objet de campagnes de numérisation ou de microfilmage en raison de leur état de conservation. Chaque article renvoie donc vers la cote de son support de substitution.

Evaluation, sorting and elimination

Pas d'élimination

Sources and references

Additional sources

20150044/44-20150044/46 : sous série Z3 des AMN, et les sous séries 3 de toutes les séries relatives aux départements du Louvre

Other finding aids

COUTIN, Yvonne, « Répertoire numérique de la série *DD », in Histoire des inventaires anciens (1793-1870), mémoire de l'École du Louvre, 1968.

POIZAT, Gilles et REY-FREUDENREICH, Élisabeth, Les archives des musées nationaux : guide de recherche, dernière mise à jour en 2011

PREVET, Alain, REY-FREUDENREICH, Élisabeth et VAILLANT, Séverine (pôle des Archives des musées nationaux, SBADG), État général des fonds des archives des musées nationaux, dernière mise à jour en 2011

PREVET, Alain, REY-FREUDENREICH, Élisabeth et VAILLANT, Séverine (pôle des Archives des musées nationaux, SBADG), Répertoires numériques et inventaires sommaires par séries ou sous-séries, dernières mises à jour en 2014

Bibliography

CHAMSON-MAZAURIC, L., « L'inventaire du musée Napoléon aux Archives du Louvre » , Archives de l'art français, XXII, 1959, p. 335-339

COUTIN, Yvonne, Histoire des inventaires anciens (1793-187 0), mémoire de l'École du Louvre, 1968.

BARNAUD, G., « Les anciens inventaires de tableaux au Louvre », Revue de l'art, n°18, 1972.

MATHIAS, Annabelle, « Inventaires », in Dictionnaire historique du Louvre, à paraître, projet d'article, 2011.

Warning! Communication restrictions. Click here to find out more.

Add finding aid
to my favourites
Download
the finding aid in PDF format
Finding aide permalink
Finding aid XML export