Your request is in progress
Finding aid - Reference codes:

Ministere de l'Education Nationale, archives audiovisuelles du Centre d'enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes (CEDREF)

Top of page
Reference codes
20150317/1-20150317/6
Date
1987-1997
Name of creator
Université Paris Diderot
Material importance
and support
● 2 cassettes audio et 4 cassettes VHS
● archives audio-visuelles
Physical location
Fontainebleau
Access conditions

Le Code de la Propriété Intellectuelle protège les œuvres contenues dans ce fonds d'archives. Les œuvres sont la propriété exclusive de leur auteur ou ayant droit. Toute utilisation ou modification d'un contenu protégé doit faire l'objet d'une autorisation du titulaire des droits, auteurs ou ayants droit, y compris si l'utilisation ou la modification est réalisée sans but lucratif (CPI, notamment ces articles L. 111-1, L. 121-1 et suivants, L. 122-1 et suivants).

Les archives, en dehors d'un usage strictement privé, sont également soumises à une autorisation de réutilisation des données publiques pour laquelle les Archives nationales doivent être saisies :

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/fr/web/guest/reutilisation-des-donnees-publiques .

Conditions of use

Sous réserve des droits des auteurs et ayants droit et des règles de réutilisation des données publiques.

Description

Presentation of content

Les archives audio et audiovisuelles du CEDREF sont composées d'enregistrements lors de manifestations scientifiques, internes ou externes au CEDREF.

Classification method

Le classement distingue les colloques internes des colloques externes au CEDREF.

Language of documents

Français
Anglais

Institution responsible for intellectual access

Archives nationales

Creator history

L'histoire des études féministes à l'université Paris 7 commence deux ans après sa création, en octobre 1973. Pauline Schmitt, Fabienne Bock et Michelle Perrot obtiennent l'autorisation de commencer un cours en niveau DEUG, intitulé « Les femmes ont-elles une histoire ? ». Comme le raconte Michelle Perrot dans un numéro des Cahiers du CEDREF sur les études féministes à Jussieu, deux séances sont consacrées aux femmes chinoises au premier semestre. Au deuxième semestre, Pierre Vidal-Naquet, Jacques Le Goff, Jean-Louis Flandrin, Emmanuel Leroy-Ladurie, Mona Ozouf et Marc Ferro se succèdent pour parler de la condition des femmes dans leurs périodes historiques respectives (Source : numéro spécial des Cahiers du CEDREF, 25 ans d'études féministes à Jussieu, p. 13-15).

Le groupe d'études féministes (GEF) est officiellement créé le 13 janvier 1975. L'année suivante, il se transforme en un séminaire plus organisé et les demandes d'inscription en maîtrise sur les femmes commencent à affluer (Source : numéro spécial des Cahiers du CEDREF, p. 17). Dès 1978, le groupe développe des liens étroits avec le Centre de recherches historiques de l'Ecole des Hautes Etudes. Ces liens mènent à la publication de Pénélope, Cahiers pour l'histoire des femmes entre 1979 et 1985.

En 1982, un premier colloque national sur l'histoire des femmes se tient à Toulouse. L'année suivante, les chercheuses du GEF obtiennent la création d'une action thématique programmée « recherches sur les femmes et recherches féministes » (Source : numéro spécial des Cahiers du CEDREF, article d'Hélène Rouch).

Le GEF devient Centre d'enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes (CEDREF) en 1985 et est reconnu dès 1986 comme une équipe de recherche universitaire pluridisciplinaire rattachée aux sciences sociales, codirigée par Claude Zaidman et Marcelle Marini. Depuis sa création, le CEDREF a mené plusieurs projets de recherche :

  • Il participe au projet Grace pour une banque de données européenne d'études féministes. L'idée de répertorier la production scientifique des études féministes est née au sein du GRIF (Groupe de recherches et d'informations féministes, association belge). Son objectif premier était de faciliter les échanges et la connaissance mutuelle des travaux de recherche menés par les chercheurs et chercheuses de différents pays européens. De 1987 à 1989, une enquête préparatoire est réalisée et le projet commence officiellement en 1990
  • Depuis 1989, il participe au réseau Socrates puis Erasmus NOISE (Network of interdisciplinary Women Studies in Europe).
  • Le CEDREF obtient pour le contrat quadriennal 1996-1999 la reconnaissance d'un programme pluri-formations national « Genre, sciences et sociétés ». Il est à l'initiative du Réseau inter universitaire et interdisciplinaire national sur le genre (RING), constitué d'équipes de Paris 7, Paris 8-Saint-Denis, Louis Lumière Lyon 2 et Toulouse 2-Le Mirail dans le cadre du programme pluri-formations.
  • En 1996, Louise Bruit et Gabrielle Houbre fondent le Groupe de recherche en histoire des femmes (GREHF) dans le cadre du laboratoire « Sociétés occidentales » du département Histoire de l'université Paris Diderot.
  • En 2005-2006, le CEDREF coordonne le projet « Fédérer les composantes de l'Université autour de la réflexion et de l'action concernant l'égalité entre hommes et femmes et la promotion de l'accès des femmes aux carrières scientifiques », obtenu suite à un appel d'offres du ministère de l'Education nationale et financé par l'université et le Fonds social européen. Coordonné par Sophie Lhenry, doctorante en sociologie, il porte sur l'égalité femmes/hommes à Paris 7 et repose en partie sur une enquête dans les filières de mathématiques, physique et biologie.

Le CEDREF a coordonné également un diplôme d'études approfondies (DEA) intitulé « Sexes et sociétés ». Depuis 2005 il présente un parcours, actuellement composé de trois cours obligatoires sur le genre en Licence à  l'UFR Sciences sociales et depuis 2009 un Master spécialité Genre et développement devenu « Genre et changement social et politique : perspectives transnationales » (responsable Jules Falquet), auquel est adossé un séminaire de recherche.

Dirigé par Azadeh Kian depuis 2007, tous les travaux du CEDREF concourent à montrer comment les rapports entre les sexes (les rapports de genre) sont historiquement et socialement construits. Le CEDREF affirme également depuis de nombreuses années l'importance de prendre en compte l' imbrication des rapports sociaux de pouvoir (de sexe, classe et « race »), sans les hiérarchiser a priori. Enfin, il travaille dans une perspective de  confrontation et la comparaison à l'échelle internationale, sans perdre de vue l'ancrage local et national.

Le CEDREF dispose également d'une publication, Les Cahiers du CEDREF, publiés depuis 1989. La revue comprend  21 numéros. Les Cahiers du CEDREF sont disponibles sur Revues.org depuis 2011 et OpenEdition Freemium. La liste de ces numéros est répertoriée dans la partie « Bibliographie » de l'instrument de recherche.

Claude Zaidman a dirigé le CEDREF depuis la création jusqu'à son décès en 2005. Membre du Laboratoire de sociologie industrielle d'Alain Touraine en 1968, elle oriente sa réflexion sur l'école et s'intéresse particulièrement les revendications et prises de positions des lycéens et lycéennes. En 1978, elle soutient sa thèse « Le mouvement lycéen en 1968 » sous la direction de Viviane Isambert-Jamati. Nommée assistante en sociologie à Paris 7 en 1971, elle devient maitresse de conférences sur l'un des premiers postes créés en études féministes en 1984, puis professeure des universités en 2005, également sur un poste sur le « genre ». Elle participe à la fondation du CEDREF en 1985 et prend une part importante à la création du DEA « Sexe et société » . Le CEDREF lui rend hommage dans un numéro spécial des cahiers du CEDREF, intitulé « Genre et socialisation. Un parcours intellectuel : Claude Zaidman » en 2007.

Liliane Kandel devient co-responsable du CEDREF en 1994 suite au départ en retraite de Marcelle Marini. Militante au mouvement de libération des femmes, elle consacre ses recherches aux relations entre féminismes et régimes totalitaires.

Entry and conservation

Mode of entry

Versement en 2015

Conservation history

Le fonds a été collecté en 2012 par le bureau des archives de l'Université Paris Diderot lors d'un déménagement qui a conduit à la fermeture du centre de documentation du CEDREF. Les enseignements d'histoire et de sciences sociales, hébergés temporairement dans l'immeuble Montréal près des Olympiades à Paris, ont alors rejoint le bâtiment Olympe de Gouges sur le nouveau campus de l'université .

Les cassettes n'ont pas pu être écoutées ou visionnées par les Archives Nationales.

Accruals

Fonds ouvert.

Sources and references

Additional sources

  • Archives papier de l'université Paris Diderot

395W 186-188, UFR Sciences sociales : correspondance avec la Présidence, questionnaires budget (1973-1984).

  • Archives audiovisuelles de l'université Paris Diderot

« Michelle Perrot, histoire d'une femme », film de Samia Serri, université Paris Diderot, 2014

« Etre enseignant-chercheur à l'université Paris Diderot » : collection de témoignages d'enseignants-chercheurs retraités sur leur carrière, 2012- [Chaque témoignage comprend une question sur l'égalité femmes/hommes.]

Bibliography

Cahiers du CEDREF

n°1, 1989, « Silence/émancipation des femmes entre privé et public »

n°2, 1990, « Femmes / Sujets des discours »

n°3, 1993, « Sexisme et exclusions »

n°4/5, 1995, « Continuités et discontinuités du féminisme »

n°6, 1996-1997, « Politiques féministes et institutions. Regards croisés : Brésil, Québec, France »

n°7, 1998, « Gayle Rubon : l'économie politique du sexe : transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre »

n°8/9, 2000, « Femmes en migration »

Colloques et travaux :

« Femmes, nations, Europe », sous la direction de Marie-Claire Hoock-Demarle, 1995

« Féminismes et nazisme (en hommage à Rita Thalmann) », sous la direction de Liliane Kandel, 1997

« Vingt-cinq ans d'études féministes, l'expérience Jussieu », sous la responsabilité de Françoise Basch, Louise Bruit, Monique Dental, Françoise Picq, Pauline Schmitt-Pantel, Claude Zaidman, 2001

« L'arrangement des sexes par Erving Goffman », coédition La Dispute/Cahiers du CEDREF, préparé et présenté par Claude Zaidman, 2002

« La démocratie « à la française » ou les femmes indésirables », sous la direction d'Eliane Viennot, 2002

« Sciences et genre. L'activité scientifique des femmes. Etats-Unis, Grande-Bretagne, France. » coordonné par Dominique Fougeyrollas-Schwebel, Hélène Rouch, Claude Zaidman, 2003

« Genre, travail et migrations en Europe », coordonné par Madeleine Hersent et Claude Zaidman, 2003

« (Ré)articulation des rapports sociaux de sexe, classe et « race », coordonné par Jules Falquet, Emmanuelle Lada et Aude Rabaud, 2006

« Transmission : savoirs féministes et pratiques pédagogiques », coordonné par Soline Blanchard, Jules Falquet, Dominique Fougeyrollas, 2006

« Genre et socialisation. Un parcours intellectuel : Claude Zaidman », textes réunis par Louise Bruit, Claude Zaidman et Dominique Fougeyrollas-Schwebel, 2007

« Femmes, genre, migrations et mondialisation : un état des problématiques », coordonné par Jules Falquet, Aude Rabaud, Jane Freedman et Francesca Scrinzi, 2008

« Genre et perspectives postcoloniales », textes réunis et présentés par Azadeh Kian, 2010

« Théories féministes et queers décoloniales : interventions Chicanas et Latinas états-uniennes, coordonné par Paola Bacchetta et Jules Falquet, avec Norma Alarcón, 2012.

« Le harcèlement sexuel dans l'enseignement supérieur. Quand l'impunité et la pédagogie font mauvais ménage», coordonné par Azadeh Kian, 2014 .

« Genre et tournant spatial », coordonné par Lucia Direnberger et Camille Schmoll, 2014.

« L'intersectionnalité et colonialité : débats contemporains », coordonné par Jules Falquet et Azadeh Kian. 2015.

Warning! Communication restrictions. Click here to find out more.

Add finding aid
to my favourites
Download
the finding aid in PDF format
Finding aide permalink
Finding aid XML export