Your request is in progress
Finding aid - Reference codes:

Guerre de 1939-1945. Archives du Comité des œuvres sociales de la Résistance (COSOR)

Top of page
Reference codes
72AJ/2930-72AJ/2935
Date
1944-1985
Material importance
and support
0,60 m.l.
Physical location
Pierrefitte-sur-Seine
Access conditions

Librement communicable

Conditions of use

Reproduction libre dans le respect du règlement de la salle de lecture

Description

Presentation of content

Le fonds d'archives confié par le COSOR en 2001 est très lacunaire. Il garde surtout la trace des activités conduites dans les départements et des personnes qui les animèrent et, centré sur la fin des années quarante et les années cinquante, laisse entrevoir par touches impressionnistes ce que furent les lignes de force du Comité, ses réussites et ses difficultés. On n'y trouve malheureusement pas d'informations nominatives sur les bénéficiaires de l'aide du COSOR, et notamment les orphelins hébergés dans ses maisons d'enfants.

Language of documents

Français

Institution responsible for intellectual access

Archives nationales de France

Creator history

Les œuvres sociales de la Résistance sont nées dans la clandestinité, en réaction aux premières arrestations survenues au sein des mouvements, afin d’aider les victimes de la répression allemande et leurs familles. De premiers services d’entraide sont alors créés, au sein de Combat, puis des Mouvements unis de Résistance (MUR), au Front national et dans les organisations de zone nord. À l’instigation de Jacques Bingen, c’est au père jésuite Pierre Chaillet qu’est confiée en 1943, par le Comité français de la Libération nationale (CFLN), la mission d’opérer l’unification de ces services en mettant sur pied un organisme national chargé de secourir toutes les victimes de la lutte clandestine.

En février 1944, Alexandre Parodi, délégué du général de Gaulle, crée officiellement le Comité des œuvres sociales de la Résistance (COSOR). Présidée par le père Chaillet, l’association est déclarée à la préfecture de police le 16 janvier 1945 et, grâce à la constitution d’antennes départementales, son action s’étend à la France entière, avec pour mission de « secourir, sans distinction de race, d’opinion ou de confession, toutes les détresses nées de l’oppression nazie ».

Bien que la subvention du Gouvernement soit supprimée le 1er juin 1947, date à laquelle l’Office national des anciens combattants se voit confier la charge toutes les victimes bénéficiaires d’une pension, le COSOR, reconnu d’utilité publique par décret du 1er août 1951, continue durant des décennies à porter assistance aux familles d’internés, de déportés et de fusillés. Il gére plusieurs maisons d’enfants pour les orphelins de la Résistance (comme Droiteval, Marcoussis, Saint-Germain-en-Laye ou Aix-en-Provence) et des maisons de retraite médicalisées (tel l’établissement de Sainte-Musse à Toulon), suscite des marrainages, distribue des bourses d’apprentissage et d’études, ou apporte simplement des secours en nature, vestiaire, alimentation ou médicaments. Grâce à ces diverses actions, de nombreux cas isolés, échappant totalement ou partiellement au bénéfice de la législation sur les pensions, peuvent ainsi recevoir assistance.

Après le décès du père Chaillet en 1972, l’association a connu plusieurs présidents : Jean-Pierre Lévy, Marcel Angel, Christian Pierre et enfin Charles Berenholc, qui s’est chargé, entre 2007 et 2012, de transmettre à la Fondation de la Résistance et à la Fondation pour la Mémoire de la Déportation l’héritage matériel et moral de cette œuvre de solidarité exemplaire.

Entry and conservation

Mode of entry

Don du COSOR aux Archives nationales (mars 2001)

Sources and references

Additional sources

Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)

  • Archives de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC)

20050206/64

COSOR : assemblées générales (1951-1953), demandes de subventions (1948), généralités (1946-1948), spécialisation des maisons (1948), inspection (1948), vérification de la situation financière (1948), statuts (1951-1960), Marcoussis, château des Célestins (1951-1953), aérium d'Arrigas (1953-1957), Aix-en-Provence, centre médico-pédagogique de Saint-Yves (1954-1956), institut médico-pédagogique de Saint-Rambert-L'Île-Barbe (1993), institut médico-pédagogique de Saint-Germain-en-Laye (1952-1953), maison de Droiteval-Monthureux-sur-Saône (1952 ).

20050206/66

Centre de Veyrier, "Le Reposoir" (Suisse), relations avec le COSOR (1949).

20050206/70

Foyer des Oiseaux blancs (COSOR) à Sainte Musse, Toulon (1966-1982).

20050299/59

COSOR : prêt de 250 000 francs.

  • Archives du ministère de la Santé, Direction de l'action sociale, Sous-direction de la famille, de l'enfance et de la vie sociale, Bureau enfance, jeunesse.

19830750/37

Maison d'enfants de Droiteval

  • Archives du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale

72AJ/73

Résistance chrétienne : article de L'Agent de liaison relatant l'inauguration à Sainte-Musse d'une plaque à la mémoire de Pierre Chaillet, fondateur du COSOR (1976).

  • Archives de la Fédération des amicales de réseaux Renseignements et Évasion de la France combattante (FARREFC)

72AJ/2422

Relations avec le COSOR (mai 1967-septembre 1976).

Archives départementales

Des archives des antennes locales du COSOR ont parfois été confiées aux Archives départementales. On y trouve notamment les dossiers individuels des personnes secourues. Voir par exemple :

  • Archives départementales de la Haute-Vienne : sous-série 47 J (1,30 m.l.).
  • Archives départementales du Vaucluse : sous-série 79 J (1,50 m. l.).

Des documents relatifs au COSOR ou en émanant ont également été repérés aux Archives départementales de l'Ariège, de l'Aude, du Cantal, du Cher, de la Corrèze, du Maine-et-Loire, de la Moselle, du Nord et des Deux-Sèvres. Cf. La Seconde Guerre mondiale. Guide des sources conservées en France, Paris, Archives nationales, 1994.

New conditions for access to archives.

Add finding aid
to my favourites
Download
the finding aid in PDF format
Finding aide permalink
Finding aid XML export