Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Collection Coppet.

Haut de page
Cotes
AB/XIX/3622-AB/XIX/3629
Date
XVIe -XIXe siècles
Localisation physique
Pierrefitte

Description

Présentation du contenu

Parmi les différents fonds entrés par achat aux Archives nationales, la collection COPPET revêt un caractère spécialement important. André de Coppet, collectionneur averti, qui bénéficia de l'aide et des conseils éclairés de Jacques Arlès-Dufour, dit Jacques Arnna, expert en autographes, avait réuni des pièces spectaculaires, mais aussi d'une grande valeur historique.

Les documents achetés au cours de différentes journées de vente aux enchères et chez des libraires en 1955 et 1956, se groupent en majorité autour de deux centres d'intérêt : luttes et problèmes protestants dans le Midi de la France, surtout en Languedoc, histoire militaire de la Révolution et de l'Empire. Mais on y trouve aussi des actes et de la correspondance privés et des documents divers depuis le XIIIe jusqu'au XIXe siècles, des registres de copies de textes diplomatiques et des plans. De nombreux dossiers et pièces ont été intégrés dans des fonds de la série AP (132 AP ; 136 AP ; 159 AP ; 171 AP ; 176 AP ; 215 AP).

Un premier inventaire de cette collection avait été entrepris par Guillemette de Bauffremont, aide-archiviste contractuelle. Après son départ des Archives nationales en 1969, le travail fut repris par deux élèves de l'Ecole des chartes, en stage aux Archives privées, Mme Marie-Claude BUXTORF et Mlle Martine CONSTANS, qui opérèrent le classement et l'inventaire de la plus grande partie de cet ensemble.

Un certain nombre des pièces avaient été décrites dans le catalogue de l'Exposition Huit siècles d'Archives, organisée en 1957. Quelques documents figurent encore au Musée de l'Histoire de France.

Suzanne d'HUART 1972

La collection Coppet est constituée par ce que les Archives nationales ont pu acheter de la collection d'autographes d'André de Coppet.

André de Coppet était un financier américain d'origine suisse et anglaise ; il avait constitué, entre 1929 et 1935, une collection d'autographes extrêmement importante, aidé par un expert, Jacques Arlès-Dufour, dit Jacques Arnna. Cette collection méritait d'ailleurs plus que le nom de "collection d'autographes", car les documents qu'elle comportait présentaient un intérêt bien supérieur à celui que l'on peut porter à des lettres signées de Napoléon considérées comme objet de curiosité. Ce n'était pas un amas hétéroclite de pièces isolées, et les documents se regroupaient en deux centres d'intérêt : les guerres de religion d'une part, et l'époque impériale d'autre part. Coppet avait acquis près d'un millier de lettres de Napoléon, et entre autres la correspondance de l'Empereur avec son ministre des affaires étrangères, Maret, avec Talleyrand, avec le général Berthier ; on peut aussi mentionner les papiers du maréchal Ney et ceux du ministre des finances Mollien.

Coppet avait l'intention de faire, à partir de ces documents, des publications de luxe destinées non à être commercialisées, mais à être offertes aux bibliothèques et aux universités des Etats-Unis et d'Europe. Ce projet fut en partie réalisé et Jacques Arnna signa le premier volume Pages de l'épopée Impériale. Le second devait être consacré aux guerres de religion. Mais Coppet mourut subitement.

Sa collection fut alors vendue aux enchères chez Sotheby, à Londres. Etant donné l'intérêt de cette collection pour l'histoire de France, les Archives nationales se rangèrent parmi les acheteurs ; mais elles se trouvèrent en concurrence avec des hommes d'affaires américains ou cubains disposant de moyens beaucoup plus considérables, si bien que l'Etat français ne put acquérir qu'une partie de la collection Coppet.

J'ai travaillé sur ce fonds avec Mlle Constans ; il fallait donc le diviser en deux, afin de ne pas dissocier les centres d'intérêt, nous avons décidé que l'une s'occuperait du XVIème siècle et que l'autre classerait les documents du Moyen âge, des XVIIè et XVIIIè siècles et de la période révolutionnaire et impériale : c'est ce que j'ai fait.

La partie du fonds se rapportant à la Révolution et à l'Empire, bien qu'encore importante après la vente de la collection, fut à nouveau amputée, les papiers se rapportant à certaines familles ayant été reclassés dans les fonds de celles-ci (exemple fonds Barras, fonds Cacault). On peut toutefois distinguer tout une série de pièces se rapportant à la campagne d'Egypte. De même, parmi les papiers assez disparates des XVIIè et XVIIIè siècles, on en remarque un certain nombre concernant le protestantisme. La partie la moins intéressante du fonds est constituée par le Moyen âge s qu'ils soient actes royaux ou privés, les documents, extraits de leur contexte, présentent en eux-mêmes peu d'intérêt.

Cette suite de documents ne pouvait être classée que par ordre chronologique, j'ai toutefois distingué du reste, les pièces concernant l'histoire du protestantisme et celles se rapportant à la campagne d'Egypte. Chaque pièce m'a semblé nécessiter une analyse, puisqu'elle ne peut pratiquement présenter d'intérêt térêt qu'isolément. On trouve d'ailleurs de fort belles pièces : ainsi, entre autres, ce récit sur un épisode de la rébellion des camisards.

Les numéros précédant chaque groupe d'analyse renvoient aux articles à l'intérieur de chaque carton, certains étant déjà constitués auparavant, il ne m'a pas paru utile de les dissocier, d'où certaines entorses à l'ordre chronologique.

Marie-Claude BUXTORF 1971

André de COPPET, financier américain d'origine suisse et anglaise, mourut au mois de Juillet 1953 ; laissant une collection d'autographes d'une qualité et d'une richesse exceptionnelles. Ces documents avaient été acquis entre 1925 et 1939 aux Ventes de Collections privées, telles que les collections Brouwet, Roseberry, Crawford..., dans le but de faire des publications destinées uniquement aux bibliothèques et universités d'Europe et des Etats-Unis.

De fait, André de Coppet ayant rassemblé des documents relatifs aux guerres de religion et au Premier Empire, un premier volume, établi par Jacques Arnna, expert en autographes et ami du collectionneur, parut sous le titre de Pages de l'Epopée impériale. La publication d'un second volume, consacré aux documents du XVIème siècle, fut compromise, et de façon définitive, par la mort d'André de Coppet et la vente de sa collection par ses héritiers.

Les Archives nationales, faute de moyens financiers, ne purent malheureusement acquérir qu'un très petit nombre de documents, d'un intérêt pourtant capital pour l'histoire de la France : des lettres de François 1er, Henri XI, Charles IX, des documents concernant la politique internationale du XVIè siècle et Marie Stuart, le serment de Montauban (1581) unissant les protestants autour d'Henri de Navarre, des lettres de Napoléon pendant la campagne d'Egypte, etc...

L'ensemble des documents acquis alors a formé aux Archives nationales un fonds spécial dont le classement a été confié à deux stagiaires du stage technique organisé par la Direction des Archives de France.

Je me suis occupée pour ma part des documents du XVIè siècle.

Ceux-ci comprennent pour une faible partie des documents privés de la première moitié du siècle, quelques lettres de François Ier et Henri II d'un intérêt isolé et un dossier de lettres envoyées en 1557 à M. de Mausental, maître des Ports et passages de la Sénéchaussée de Toulouse..., qui permettent de saisir le fonctionnement des "douanes" au XVIè siècle, avec leur rôle dans la lutte contre la fuite clandestine des métaux précieux, et l'arrestation des espions. D'autres documents concernant l'emprisonnement et le procès de Marie-Stuart, d'autres, encore épars, la politique internationale dans la seconde moitié du siècle.

Il est regrettable, à ce sujet, que les Archives nationales, n'aient pu acquérir qu'une faible partie des archives de Fourquevaux, homme de guerre - auteur des célèbres Instructions sur le fait de la guerre, traité des théories militaires de la Renaissance - et diplomate, dont l'Abbé Douais avait signalé l'existence et l'importance dans une communication faite à l'Académie des Inscription et Belles Lettres en 1891. En 1935, lorsque les héritiers de Fourquevaux dispersèrent ses archives, encore conservées dans son château près de Toulouse, la Bibliothèque d'Edimbourg acquit les papiers qui concernaient sa mission en Ecosse de 1548 à 1550, Coppet ceux de sa mission en Espagne de 1565 à 1572, la famille restant en possession de ceux de sa mission en Italie de 1550 à 1557 dont Jean Brunon publia les plus importants. L'intérêt de ces documents est capital car, dans une correspondance bihebdomadaire, le roi et la reine exposèrent à leur ambassadeur leur pensée politique aux cours des guerres de Religion.

L'essentiel du fonds Coppet est constitué par des pièces qui ont trait aux guerres de Religion, mais il faut reconnaître qu'elles sont disparates, allant des protestations de loyalisme de Coligny à Catherine de Médicis (1563), au serment de Montauban 1581 ou à la délivrance d'un certificat de la catholicité à un habitant de Loudin pendant le siège de cette ville en 1577. Une quantité non négligeable de documenta concerne la Provence et plus spécialement la petite ville de Saint Savornin dans l'actuel département du Vaucluse ; il est ainsi possible de suivre le rôle et l'activité d'une agglomération moyenne en période troublée, de vivre ses alertes, de voir ses marchandages et ses négociations avec les protestants dans le but d'obtenir une relative coexistence pacifique avec eux, etc...

Pour ce qui est du classement, étant donné l'origine et la diversité du fonds, il a été déconseillé de dissocier les dossiers constitués soit par Coppet, soit pour la vente. Je me suis cependant efforcée de regrouper, en fonction de ces dossiers, les documents soit par sujet, soit par expéditeur ou destinataire, évitant chaque fois que cela était possible les incohérences qui par ailleurs sont trop nombreuses.

Les pièces étant, pour la plupart, indépendantes, j'ai respecté l'ordre chronologique. En ce qui concerne les papiers relatifs aux Guerres de Religion en Provence, les documents qui concernent les Protestants étant trop disparates, je ne les ai pas classé ensemble, d'autre part, le plus grand nombre d'entre eux étant émanés des Consuls de Saint Savornin ou destinés à eux, j'ai préféré - toujours dans la limite des possibilités offertes par l'existence de dossiers constitués - dans une série chronologique, faire voir les péripéties de cette petite ville en temps de troubles, plutôt que de chercher à regrouper la correspondance qui la concerne par expéditeurs ou par destinataires. J'ai ainsi voulu mettre le chercheur éventuel en contact immédiat avec l'intérêt de ces papiers ; les incidences de la politique générale dans la vie quotidienne d'une petite ville de Provence pendant les guerres de religion.

C'est sous cet angle, me semble-t-il, que le fonds Coppet sera le plus utile à l'historien. Les documents de premier plan ne sont pas absents mais la majorité des papiers est d'un intérêt secondaire, et, à ce point de vue, les impératifs budgétaires des Archives nationales n'ont malheureusement pas permis - pour le XVIè siècle - de donner une image fidèle de l'importance et de la qualité de la collection du riche financier américain, André de Coppet.

Martine CONSTANS

Ajouter l'inventaire
à mes favoris
Télécharger
l'inventaire en PDF
Permalien
de l'inventaire
Export XML
de l'inventaire