Traitement en cours
Inventaire - Cotes :

Archives du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale — Résistance intérieure : mouvements, réseaux, partis politiques et syndicats

Cotes
72AJ/35-72AJ/89
Date
1938-2003
Nom du producteur
Rachline, Lazare (1905-1968)
Importance matérielle
et support
 55 articles (6,15 ml)
Localisation physique
Pierrefitte-sur-Seine
Conditions d'accès

La communication de ce fonds est libre

Description

Présentation du contenu

Les témoignages de résistants décrits dans cet inventaire sont le fruit d'une initiative pionnière d'enquête orale conduite par la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF) puis par le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. Ils ont été recueillis pour une grande part dès la Libération par des enquêteurs membres de la Commission, au nombre desquels figuraient Yvette Gouineau, Marie Granet, Odette Merlat, Jeanne Patrimonio ou l’historien de la Guerre de Cent ans Édouard Perroy. Les secteurs choisis étaient les suivants : la résistance intérieure (avec des témoignages classés alphabétiquement par mouvement et réseau, puis par département), la résistance outre-mer, la France libre et la résistance extérieure, la France sous l’Occupation et les événements militaires, l’internement, la captivité de guerre, la déportation, l’après-guerre. La méthodologie appliquée différait sensiblement de l'usage actuel, puisque les entretiens étaient la plupart du temps réécrits par l’enquêteur qui les assortissait d’impressions personnelles, parfois savoureuses, sur la personne interviewée.

En dépit de ces réserves et plus largement de toutes celles qui s’appliquent au témoignage, même fidèlement retranscrit, la valeur du corpus mis à disposition est immense, en premier lieu par son étendue : si l'on excepte la résistance communiste, sous-représentée, il offre en effet un panorama assez complet sur les mouvements et réseaux de résistance, avec un éventail très large pour les personnes interrogées, où ne se distinguent pas seulement les "grandes figures". Le choix des témoins s’est souvent fait par ricochet et de manière empirique : après avoir parlé, on conseillait de s’adresser à tel ou tel, susceptible d'apporter précisions et compléments, et le maillage pouvait ainsi se développer.

L'intérêt de cet ensemble réside aussi dans les pistes et les recoupements qu’il suggère, grâce notamment au croisement des informations sur l’appartenance à telle organisation ou sur les liens entre les différentes composantes de la Résistance. Il ouvre ainsi le champ sur la Seconde Guerre mondiale, en recueillant la parole singulière des résistants de l'intérieur, marqués par une expérience clandestine encore très prégnante et à l'abri, pour peu de temps, des reconstructions mémorielles. Une réserve demeure, qui concerne surtout les documents annexés aux témoignages, tant la critique des sources utilisées s'avère délicate. Que faire d’un rapport jugé fondamental s’il a été repris et dactylographié par le correspondant sans indication précise de la source, ce qui rend la vérification d’après l’original fort aléatoire ? Ce bémol assumé, on ne se privera pas d'apprécier les richesses contenues dans la sous-série 72AJ. Qu'il suffise à titre d'exemple d'évoquer le fichier original des membres de l'amicale du réseau Béarn, les rapports manuscrits des instituteurs de Paris et de la banlieue parisienne, qui font revivre sur le terrain les journées de la Libération, ou encore les échanges épistolaires d'une haute tenue entre Daniel Gallois et Gilles Perrault autour de La longue traque.

Mode de classement

Les témoignages présentés dans cet inventaire, souvent complétés de divers documents, sont classés dans l'ordre alphabétique des mouvements et réseaux de résistance, partis politiques ou syndicats. Il n'y avait à l'origine aucun ordre méthodique dans les dossiers, chaque document venant s'ajouter au précédent, à mesure des découvertes et des envois des correspondants de la CHOLF et du Comité. Cette stratification initiale, détaillée sous la forme d'un sommaire en tête de chaque dossier, a été respectée. Il convient en outre de noter que des doublons peuvent exister au sein d'un même ensemble, voire d'un dossier à l'autre, compte tenu des rattachements multiples que pouvait connaître tel ou tel clandestin et des aléas du travail quotidien du Comité. Enfin, certains dossiers ont été enrichis de pièces recueillies ultérieurement par les Archives nationales.

Langue des documents

Français
Allemand
Anglais
Espagnol
Italien
Polonais

Institution responsable de l'accès intellectuel

Archives nationales (France)

Historique du producteur

Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale est issu en décembre 1951 de la fusion de la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF) et du Comité d’histoire de la Guerre, créés respectivement en octobre 1944 et en juin 1945 pour préserver la mémoire du conflit. Ce nouvel organisme, directement rattaché à la présidence du Conseil, était doté d’un important réseau de correspondants. Incarné par l’historien Henri Michel, qui en fut longtemps le secrétaire général, il était principalement chargé de recueillir des témoignages sur divers aspects de la Résistance, de l’Occupation et de la répression, tout en coordonnant des enquêtes et des publications sur la Seconde Guerre mondiale. Il avait aussi vocation à devenir le réceptacle des archives personnelles des acteurs de la période.

Accès et utilisation

Localisation physique

Pierrefitte-sur-Seine

Conditions d'accès

La communication de ce fonds est libre

Conditions d'utilisation

La reproduction de ce fonds est libre.

Entrée et conservation

Modalité d'entrée

Versement

Historique de la conservation

À la dissolution du Comité d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale en 1980, les matériaux historiques et archivistiques qu'il avait réunis, accompagnés de ses dossiers de fonctionnement et d’une collection d’affiches, furent dévolus aux Archives nationales, qui conservaient déjà quelques dossiers en provenance de la CHOLF. L’ensemble de ces documents constitua la matrice de la sous-série 72AJ, qui n’a cessé depuis lors de s’accroître, grâce à une collecte active de papiers privés et de pièces isolées sur les années de guerre.

Sources et références

Bibliographie

Laurent Douzou, La Résistance française, une histoire périlleuse. Essai d'historiographie , Paris, Éditions du Seuil, 2005.

Laurent Douzou (dir.), Faire l'histoire de la Résistance (actes du colloque international organisé par la Fondation de la Résistance et l'Institut d'études politiques de Lyon, 18-19 mars 2008) , Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

François Marcot (dir.), avec la collaboration de Bruno Leroux et Christine Levisse-Touzé, Dictionnaire historique de la Résistance. Résistance intérieure et France libre, Paris, Robert Laffont, 2006.

Stéphane Longuet et Nathalie Genet-Rouffiac (dir.), Les réseaux de résistance de la France combattante. Dictionnaire historique, Paris, Economica, 2013.

Ajouter à mes favoris
Télécharger l'inventaire (PDF)
Permalien