Traitement en cours
Fonds d'archives

sous-série AJ/43 : Organisation internationale pour les réfugiés (OIR)

Haut de page
Titre :
sous-série AJ/43 : Organisation internationale pour les réfugiés (OIR)
Dates :
1936-1953
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

L'OIR succéda à différents organismes créés entre les deux guerres pour venir en aide aux réfugiés. Sa constitution fut approuvée par l'Assemblée générale des Nations unies le 15 décembre 1946 et entra en vigueur le 20 août 1948. Il s'agissait d'une agence spécialisée à caractère non permanent, siégeant à Genève et recevant directement mandat des Nations unies. Ses attributions consistaient essentiellement à assumer la protection des réfugiés et à les aider à reprendre une vie normale. Elles comportaient donc l'identification, l'inscription et le classement des individus, l'aide et l'assistance (nourriture, logement, vêtements, soins médicaux, enseignement professionnel), la protection juridique et politique, le "rétablissement" par rapatriement, réinstallation dans des pays d'accueil ou intégration dans le pays de premier asile, ce qui amena l'OIR à mettre sur pied une vaste organisation de transports.

À la tête de l'OIR étaient placés un conseil général, pourvu de la direction suprême, comprenant un représentant de chacun des quinze États membres et se réunissant au moins une fois par an, un comité exécutif, composé des délégués de neuf États désignés pour deux ans par le conseil général, et un directeur général chef de l'administration, nommé par le conseil général. Jusqu'à 5700 personnes travaillèrent pour l'OIR.

L'organisation fonctionna jusqu'au 1er mars 1952, date à laquelle fut installé un comité de liquidation qui poursuivit ses activités jusqu'au 30 septembre 1953.

Notices des producteurs d'archives

  • Haut-Commissariat de la Société des Nations pour les réfugiés.
  • Comité intergouvernemental pour les réfugiés.
  • Organisation internationale pour les réfugiés (OIR);
  • Comité intergouvernemental provisoire des migrations européennes (CIME).
  • Henri Ponsot, conseiller du Comité de liquidation.

Historique de la conservation

Durant la période de liquidation, les archives de l'OIR connurent de profonds remaniements : transferts vers d'autres organismes voire destructions volontaires de documents confidentiels. Dans le même temps, l'organisation s'occupait de faire rédiger un historique de l'œuvre accomplie et désigna à cette fin une "section historique" placée sous la direction de Michaël L. Hacking, qui se consacra essentiellement, jusqu'à la fin de janvier 1952, au choix des matériaux à considérer comme "archives historiques". Le sort de ces documents fut débattu au cours de la session du comité de liquidation de février 1953. En réponse à l'offre de la Direction des Archives de France d'accueillir ce fonds à Paris, un accord fut conclu le 10 juin 1953 entre l'OIR, représentée par le colonel Cound, liquidateur, et les Archives nationales. Les versements furent effectués de juillet 1953 à janvier 1955.

Modalités d'entrée

Versement

Description

Seule une infime partie de la masse gigantesque des archives de l'OIR a été recueillie (AJ/43/85-AJ/43/1219), à savoir les "archives historiques", collection artificielle de documents prélevés par l'équipe Hacking et intégrés dans un cadre de classement fondé sur le système décimal. La sous-série AJ/43 ne constitue donc plus un fonds organique mais un matériau hybride intégré dans un cadre factice, ayant perdu tout lien avec l'organisation interne de l'institution et de ses différents bureaux. Cet éclatement des dossiers a conduit à une grande dispersion des informations, réparties de façon anarchique au fil des neuf parties qui composent le fonds :

  • les textes de l'historique de l'OIR et les documents élaborés en vue de sa rédaction ;
  • la "documentation de base", relative notamment aux accords passés avec les gouvernements, les organisations bénévoles et les compagnies de navigation, au fonctionnement de l'OIR, au budget, à l'éligibilité des réfugiés ;
  • les archives provenant du siège central de Genève ;
  • les archives des bureaux de Genève ;
  • les archives ayant servi à la préparation de l'historique, elles-mêmes subdivisées en deux parties : archives organisées en chapitres méthodiques et documents provenant des services de l'OIR à l'étranger, classés par pays ;
  • les statistiques ;
  • les organigrammes, cartes, plans et photographies ;
  • la "bibliographie" et les publications ;
  • la liquidation de l'OIR.

Ces archives propres de l'OIR sont précédées par des fragments provenant du Haut-Commissariat de la Société des Nations pour les réfugiés (AJ/43/1-AJ/43/11) et du Comité intergouvernemental pour les réfugiés (AJ/43/12-AJ/43/84). On trouvera en outre, en fin de classement, quelques documents émanant du Comité intergouvernemental provisoire des migrations européennes (AJ/43/1220-AJ/43/1221), ainsi que des archives de l'ambassadeur de France Henri Ponsot, conseiller du Comité de liquidation de l'OIR (AJ/43/1222-AJ/43/1270).

Il importe de souligner que ni les fichiers nominatifs, ni les dossiers individuels des réfugiés (à l'exception d'un échantillon de dossiers du conseil de recours) ni les dossiers de personnel de l'OIR ne figurent dans la sous-série AJ/43.

Conditions d'accès

Communicables selon les articles L.213-1 à 213-7 du Code du patrimoine et sous réserve des restrictions imposées par l'état matériel des documents.

Conditions d'utilisation

Reproduction selon le règlement en vigueur aux Archives nationales.

Langue des documents

Français

Langue des documents

Anglais

Sources complémentaires

Autres parties du même fonds 

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (UNHCR, Case postale 2500, CH - 1211 Genève 2) et les Archives des Nations Unies à New York (ARMS FF-109, Nations Unies, New York, NY 10017) sont susceptibles de détenir des documents de l'OIR, essentiellement des épaves de dossiers individuels (les autres ayant été soit détruits, soit remis aux gouvernements membres de l'OIR qui avaient accueilli des réfugiés ou aux organisations bénévoles qui les avaient pris en charge) et des dossiers de personnel transférés après la liquidation.

Archives d'autres producteurs en relation

Les archives de la Société des Nations sont conservées à la Bibliothèque de l'Office des Nations Unies à Genève (Palais des Nations, CH - 1211 Genève 10). Celles de l'United Nations Relief and Rehabilitation Administration ( UNRRA), chargée elle aussi des personnes déplacées de novembre 1943 à juillet 1947, se trouvent aux Archives des Nations Unies à New York.

Le Service international de recherches (SIR) de Bad Arolsen, qui a reçu pour mission d’« œuvre[r] en faveur des victimes des persécutions nazies et de leurs familles en établissant leur sort à l’aide de ses archives », conserve par ailleurs dans ses archives de nombreux documents en provenance de l'UNRRA et de L'OIR, qui l'ont successivement dirigé de 1945 à 1951.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici