Traitement en cours
Les fonds d'archives
Rechercher un fonds :
Ancien Régime | De 1789 à nos jours | Notaires de Paris | Archives de personnes, de familles, d'associations
Fonds d'archives

SIMÉON (famille). 558AP.

Haut de page
Titre :
SIMÉON (famille). 558AP.
Dates :
1736-1957
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Avocat puis titulaire d’une chaire de droit à l’Université d’Aix, Joseph-Jérôme Siméon (1749-1842) fut d’abord spectateur de la Révolution dans le Midi, puis il prit une part active à l’insurrection contre la Convention. Mis hors-la-loi en 1793, il passa en Italie, d’où il revint après la chute de Robespierre pour être député des Bouches-du-Rhône au Conseil des Cinq-Cents, dont il devint ensuite secrétaire, puis président. Il s’opposa personnellement aux soldats d’Augereau venus sur ordre du Directoire empêcher une réunion du Conseil, et il s’exila volontairement à l’île d’Oléron. Après le 18 Brumaire, rappelé aux affaires par le Premier Consul, il siégea au Tribunat et travailla à l’élaboration du Code civil avec son beau-frère Portalis, futur ministre des Cultes de l’Empire, et à celle du Concordat. Il devint conseiller d’État en 1804. L’Empereur le fit nommer en 1807 ministre de la Justice et de l’Intérieur du gouvernement du roi Jérôme en Westphalie. Il occupa cette fonction jusqu’à la dissolution du royaume en 1813, en étant également membre du Conseil de régence et président du Conseil d’État de Westphalie. Appelé à la préfecture du Nord en 1814 par Louis XVIII, il représenta les Bouches-du-Rhône à la Chambre des représentants pendant les Cent-Jours, puis à la “ chambre introuvable ” de la Seconde Restauration. Nommé à nouveau conseiller d’État, il reçut la charge d’inspecteur général des écoles de droit (1819), devint sous-secrétaire d’État à la Justice (1820). Ministre de l’Intérieur dans le second gouvernement Richelieu (1820-1821), il fut créé pair de France (1821) et nommé ministre d’État. Rallié à Louis-Philippe en 1830, il retrouva la Chambre des pairs et fut nommé membre de la section de législation de l’Académie des sciences morales et politiques. Appelé à la présidence de la Cour des comptes en 1837, il s’éteignit à l’âge de 93 ans. Il a laissé divers Mémoires et publié un Choix de discours et d’opinions.

Son fils, Joseph-Balthazar Siméon (1781-1846) entra dans la carrière diplomatique sous les auspices de Talleyrand, d’abord en poste à Florence et à Rome, puis à Cassel auprès de son père qui le fit nommer chambellan. Il adhéra à la Restauration, fut préfet du Var, du Doubs, puis du Pas-de-Calais, et maître des requêtes au Conseil d’État (1821). Révoqué à cause de son libéralisme, il fut ensuite appelé au poste de directeur général des Beaux-Arts (1828). Pair de France sous Louis-Philippe en 1835, il fut aussi peintre, graveur, collectionneur. Il a laissé de nombreuses relations de ses voyages à travers l’Europe.

Auditeur au Conseil d’État, préfet des Vosges, du Loiret, de la Somme, le fils de Joseph-Balthazar, Henri-Siméon (1803-1874) fut nommé en 1842 directeur général des manufactures de l’État et directeur des tabacs. Élu député des Vosges en 1843, représentant du Var en 1850, il adhéra au Coup d’État et fut nommé sénateur (1852). Président du Conseil de surveillance de la Caisse générale des chemins de fer, il fut impliqué dans le procès du banquier Mirès en 1861.

Historique de la conservation

Les archives de la famille Siméon ont été dispersées après la mort de Marie-Sylvain- Jacques- Henri Siméon (1888-1980). La partie conservée aux Archives nationales provient d’achats effectués essentiellement en ventes publiques en 1994, puis auprès du libraire parisien Grolée-Virville en 2006. En 1994, les Archives du ministère des Affaires étrangères ont aussi acheté des papiers provenant de Joseph-Balthazar et d’Edgar Siméon. De leur côté, les Archives départementales des Vosges ont acheté en 2010 une partie des papiers d’Henri Siméon (1803-1874), préfet et député des Vosges ; ils fournissent un complément important à ceux qui sont rassemblés aux Archives nationales. Avant leur dispersion, les archives Siméon avaient fait l’objet d’un classement qui subsiste en majeure partie.

Modalités d'entrée

Achats, 1993-2006.

Description

558AP/1-3. Papiers des comtes Joseph-Jérôme, Joseph-Balthazar et Henri Siméon. 1776-1890.

558AP/4-25. Activités politiques diverses, affaire et procès Mirès, livres de raison et correspondance. 1736-1871.

  • 558AP/4-5. Mission de Joseph-Jérôme en Westphalie et travaux politiques. 1749- 1862.
  • 558AP/6-15. Henri Siméon : affaire Mirès. 1847-1871.
  • 558AP/16-17.Papiers de fonctions de Jospeh-Jérôme et d’Henri Siméon. 1791-1862.
  • 558AP/18. Livres de raison de Sextius et Joseph-Jérôme Siméon. 1736-an XIII.
  • 558AP/19-25. Correspondance de Joseph-Jérôme et de Joseph-Balthazar Siméon. 1793-1846.

558AP/26-31. Supplément. An III-1957.

  • 558AP/26-28. Papiers du comte Joseph-Jérôme Siméon. An III-1841.
  • 558AP/29-31. Papiers des comtes Joseph-Balthazar, Henri et Edgar Siméon. 1819- 1957.

Conditions d'accès

Communication libre, selon le règlement de la salle de lecture des Archives nationales.

Conditions d'utilisation

Reproduction libre, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Les Archives nationales conservent notamment :

– la transmission de majorat à Joseph-Balthazard puis Henri Siméon (BB11 460, dossier 5442 X3) ;

– les dossiers individuels de membres de l’administration préfectorale : Joseph-Jérôme Siméon (F1b I 17317), Joseph-Balthazard Siméon (F1b I 17317 et F1b I 901*, n°793), Henri Siméon (F1b I 17317 et F1b I 279) ;

– les dossiers de Légion d’honneur suivants : Joseph-Jérôme Siméon (LH 2519, dossier 30), Joseph-Balthazard Siméon (LH 2519, dossier 31), Henri Siméon (LH 2519, dossier 23), Henri-Joseph-Edgar Siméon (LH 2519, dossier 24) ;

– un dossier complémentaire relatif à l’affaire Mirès (1861-1862) dans la correspondance générale de la division criminelle du Ministère de la Justice (BB18 1625, dossier 4315 A3).

La Bibliothèque administrative de la Ville de Paris conserve des papiers du comte Joseph-Jérôme Siméon : brouillons de lettres aux ministres, de rapports au Conseil d’État, de discours à la Chambre des pairs et à la Chambre des députés, lettres reçues. 1814-1833.

La série des acquisitions extraordinaires des Archives du ministère des Affaires étrangères conserve des papiers du comte Joseph-Balthazar Siméon : lettres reçues, minutes de réponse, journal de voyages et notes diverses (Vol. 34 et 37), et des actes d’état civil ou autres documents relatifs à la carrière de diplomate du comte Edgar Siméon (vol. 35 et 36).

Les Archives départementales du Loiret conservent le microfilm des pièces relatives aux fonctions de préfet du Loiret du comte Henri Siméon.

Les Archives départementales des Vosges conservent un important fonds Henri Siméon (1803-1874), préfet et député des Vosges, sous la cote 280 J ; voir l’inventaire du fonds par Isabelle Chave, conservatrice du patrimoine et directrice des Archives départementales des Vosges.

Bibliographie

Jacquot (Alain), « Compagnie Générale des Eaux. Rapport du conseil d’administration lu par son président, le comte Henri Siméon, lors de la première assemblée générale des actionnaires de la société tenue à Paris le 16 octobre 1853 (note de recherche), dans Eau : le temps d’un bilan, Flux [Noisy-le-Grand], n° 52-53 (avril-septembre 2003), p. 100-110.

Révérend (Albert), Armorial du Premier Empire, Paris, 1974, t. III, p. 251-252

Tulard (Jean), dir., Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1999, 2 volume, t. II, page 772.

Tulard (Jean), « Siméon et l’organisation du royaume de Westphalie (1807-1813) », dans Francia, I, 1973, p. 557-568.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici