Traitement en cours
Fonds d'archives

DAMPIERRE (famille de). 289AP.

Haut de page
Titre :
DAMPIERRE (famille de). 289AP.
Dates :
XIIIe-XXe siècles
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

La famille de Dampierre, qui compte encore aujourd’hui des représentants, est originaire de Haute-Normandie. Les premiers Dampierre, Élie et Guillaume, sont cités dans les grands rôles de l’Echiquier comme habitant le bailliage d’Arques en 1196. Au XVe siècle, Jourdain, seigneur de Dampierre et de Biville, panetier du roi en 1405, s’illustre dans la défense du château des Moulineaux (Hauts-de-Seine). Il est père d’Hector de Dampierre, seigneur de Dampierre, maître d’hôtel de Louis XI et sénéchal de Limousin, et de Guillaume de Dampierre, seigneur de Biville-la-Baignarde, lieutenant général de Normandie. De son mariage avec Jeanne de Roye, Hector de Dampierre a deux fils, Joachim et Giraud, qui continue la descendance. Au XVIe siècle, Pierre de Dampierre, par son mariage avec Marie de Loisel, devient seigneur de Millencourt en Ponthieu.

Au XIXe siècle, Aymar, deuxième marquis de Dampierre (1787-1845), se pose comme champion des Bourbons après Waterloo et devient pair de France en 1827. Son fils, Élie, marquis de Dampierre (1813-1896) est élu député des Landes en 1848, combat la politique personnelle du prince Napoléon, et, après le coup d’État du 2 décembre, rentre dans la vie privée. Député des Landes à l’Assemblée nationale en 1871, il siège à droite, contribue à renverser Thiers en 1873, appuie la politique du duc de Broglie et vote contre la constitution de 1875. Non réélu en 1876, il se consacre à l’agriculture et devient président de la Société des agriculteurs de France, de 1878 à sa mort. Élie de Dampierre a trois fils : Aymar (1844-1876), qui épouse une fille du général de Lamoricière, Isabelle, Éric (1851-1927) et Septime (1853-1922). D’Aymar sont issus les marquis de Dampierre (branche aînée) ; d’Eric descendent les comtes de Dampierre (branche cadette).

Fils d’Aymar de Dampierre et d’Isabelle de Lamoricière, Léon Michel Marie Jacques de Dampierre (1874-1947), entre à l’École des chartes en 1896 et en sort premier avec une thèse intitulée Les Antilles françaises avant Colbert. Les sources, les origines. Il participe aux Sources inédites de l’histoire du Maroc, en collaboration avec le lieutenant-colonel de Castries, son père adoptif. Créateur de la fondation Richelieu pour l’histoire des activités françaises hors de France, Jacques de Dampierre publie de 1918 à 1930 l’Annuaire général de la France et de l’étranger. Conseiller général de Maine-et-Loire, Jacques de Dampierre préside aussi la Société d’information documentaire et le comité directeur de l’Agence française pour la normalisation.

Grand-père maternel de Jacques de Dampierre, Christophe Louis Léon Juchault de Lamoricière (1806-1865), fait partie de l’expédition d’Alger de 1830 comme lieutenant du génie. Directeur du premier bureau arabe (1833), lieutenant-colonel (1835), colonel à la suite du siège de Constantine (1837), maréchal de camp (1840) après le combat de la Mouzaïa, lieutenant-général (9 avril 1843), il bat les Marocains à Lalla-Marnia (1844) et contribue à la victoire d’Isly (14 août 1845). En novembre 1845, il reçoit de Bugeaud le commandement intérimaire de l’Algérie. Député de la Sarthe de 1846 à 1851, Lamoricière est ministre de la Guerre dans le gouvernement Cavaignac, de juin à décembre 1848. Emprisonné au fort de Ham puis banni par Napoléon III de 1852 à 1859, il est autorisé à revenir en France après la mort de son fils en bas-âge, en 1859. Général en chef de l’armée du gouvernement pontifical en 1860, le général de Lamoricière se retire ensuite dans son château de Prouzel (Somme). Il a épousé Marie-Amélie Gaillard d’Auberville. Leur fille Isabelle (1853-1919) épouse, en 1873, Aymar de Dampierre, puis le colonel comte Henry de Castries (1850-1927), qui adopte son beau-fils Jacques de Dampierre en 1902.

Entré à Saint-Cyr comme officier-élève en 1871, Henry de Castries est envoyé par mesure disciplinaire en Afrique, en 1873, et affecté aux affaires indigènes. Il demeure sept ans à Aflou, aux confins marocains. Il s’occupe de cartographie dans la région de Figuig et de l’Oued Draa. En avril 1881, il coopère sous Négrier à la répression de Bou Amana et assiste au combat du Chott Tigri. Attaché à la mission chargée en 1887 de présenter au sultan du Maroc une carte de son empire, il explore l’itinéraire de Casablanca à Fez. Il démissionne peu après, s’établit en Anjou, suit en amateur les cours de l’École des chartes, écrit et fait de la politique locale comme conseiller général. Lyautey l’appelle à Tanger en 1910 comme colonel de territoriale et le prend à son état-major. Le colonel de Castries entre à Fez avec Lyautey en 1912. Pendant la Première Guerre mondiale, il combat sur l’Ourcq, l’Aisne et la Somme avec le 68e régiment d’infanterie territoriale. Réformé en 1917, il crée l’Institut historique du Maroc. Le colonel de Castries meurt sans postérité. Il laisse : L’Islam (1896), Agents et voyageurs français au Maroc (1911), ainsi que plusieurs traductions d’auteurs arabes.

Notices des producteurs d'archives

Historique de la conservation

Le fonds Dampierre comprend deux ensembles distincts :

- les archives de la branche aînée (marquis de Dampierre), qui proviennent du château du Chillon (Maine-et-Loire), propriété du général de Lamoricière, et de Jacques-Audouin, dernier marquis de Dampierre de cette branche aînée (1905-1996) ;

- les archives de la branche cadette (comtes de Dampierre), qui proviennent du château de Plassac (Charente-Maritime) construit par Victor Louis (1731-1811).

Modalités d'entrée

289AP/1-289AP/150 (archives de la branche aînée) : dépôt, 1967-1971, transformé en don par Mmes Aymardine Matray, Françoise de Dampierre et Éliane de Dampierre, le 8 janvier 2001, complété par un achat, 11 février 1993, et quatre dons de Mmes Matray et Dampierre, 2001-2017.

289AP/151-289AP/168 (archives de la branche cadette) : dépôt, 1970-1971.

Description

289AP/1-150. Fonds Dampierre-Lamoricière-château du Chillon. XIIIe-XXe siècles.

289AP/1. Généralités. XVIIe-XIXe siècles.

289AP/2-3. Les premiers Dampierre. 1250-1463.

289AP/4. Les seigneurs de Biville. 1610-1667.

289AP/5. Les seigneurs de Montlandrin. 1560-1663.

289AP/6-49. Les seigneurs de Sainte-Agathe et de Millencourt et leurs descendants, dont Jacques I, marquis de Dampierre. 1525-XXe siècle.

289AP/50-149. Familles alliées. XVIIe-XXe siècle.

289AP/50. Famille de Carbonneau. XVIIIe-XIXe siècle.

289AP/51. Famille d’Abbadie de Saint-Gerain. XVIIIe-XIXe siècle.

289AP/52. Famille Barthélémy. XVIIIe-XIXe siècle.

289AP/53-149. Famille Juchault de Lamoricière. XVIIe-XXe siècle.

289AP/53-94. Archives seigneuriales et familiales ; archives du général Lamoricière. XVIIIe-XXe siècle.

289AP/95-149. Familles alliées. XVIIe-XXe siècles.

289AP/95-96. Famille de Robineau. XVIIIe-XIXe siècles.

289AP/97-119. Famille d’Auberville. XVIIe-XIXe siècles.

289AP/120-149. Famille de Castries, principalement comte Henry de Castries, gendre de Lamoricière. XIXe-XXe siècles.

289AP/150. Dampierre non identifiés. XVIe-XVIIIe siècles.

289AP/151-168. Fonds de Plassac. XVIe-XIXe siècles.

289AP/151-160. Famille Bigot de Saint-Quentin et familles alliées. XVIe-XIXe siècles.

289AP/161-167. Archives domaniales et seigneuriales : comté de Plassac et baronnie de Quissac. XVe-XVIIIe siècles.

289AP/168. Documents sans lien direct avec le fonds de Plassac. 1498-1718.

Conditions d'accès

Communication soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Les Archives nationales détiennent, sous la cote 102Mi/1, n° 8, le microfilm des archives Dampierre-Millencourt provenant du château d’Yzengremer (Somme).

Le Service historique de l’armée de Terre conserve des documents provenant du général de Lamoricière (registres sur la place de Lalla-Marnia au Maroc, 1K 26, et correspondance militaire du XIXe siècle, 1K 73), ainsi que les dossiers de carrière du général de Lamoricière et du colonel de Castries (7 Yd 1170 et 5 Ye 47908).

Bibliographie

Larquier-Rochefort (Bernard de), Dictionnaire de Dampierre, descendance complète d’Aymar, marquis de Dampierre, ... de 1787 à 1978, Paris, 1979, 341 p.

Mouton (Claude), Lamoricière : de l’Algérie française aux zouaves pontificaux ; vendéen, africain, romain, un grand soldat de la chrétienté, Monsûrs, Résiac, 1990, 32 p. ill.

Robert (Adolphe) et Cougny (Robert), Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Paris, 1890, t. II, p. 249, et t. III, p. 568.

Attention ! Restrictions du jour. Cliquez ici pour en savoir plus.