Traitement en cours
Fonds d'archives

CONDÉ / BOURBON (correspondance). 34AP.

Haut de page
Titre :
CONDÉ / BOURBON (correspondance). 34AP.
Dates :
1789-1825
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Dès l’âge de quinze ans, Louis-Henri-Joseph de Bourbon, prince de Condé (1736-1818) reçoit le titre de grand maître de la Maison du roi et le gouvernement de la Bourgogne, qu’il administre après avoir participé à la guerre de Sept Ans. Le prince de Condé est général au moment de la Révolution. Il émigre après la prise de la Bastille, gagne la Belgique, se rend à Turin, se fixe ensuite à Worms. Sommé de rentrer en France, il s’y refuse et équipe un corps de 5 000 hommes qui reste en observation sur le Rhin pendant la campagne de 1792 puis passe à la solde de l’Autriche. En 1793, il proclame Louis XVII roi de France et coopère aux opérations de l’armée de Wurmser, se bat à Haguenau et à Berstheim. En l’an II, Condé engage des pourparlers avec Pichegru, mais Wurmser refuse de se prêter à cette combinaison et le secret est vendu au Directoire. Entraîné par la retraite de l’armée autrichienne, battu par Moreau, Condé perd la bataille d’Ober-Kambach (26 thermidor an IV). Il établit ensuite son quartier général dans la Pologne russe puis rentre à la solde du cabinet de Londres. Après la bataille de Hohenlinden, son corps est définitivement licencié ; il se retire en Angleterre et obtient des secours du gouvernement britannique. Il revient, en 1814, à la suite de Louis XVIII, et en 1815, rentre dans ses anciennes charges de grand maître de la Maison du roi et prend siège à la Chambre des pairs comme prince du sang.

La fille du prince de Condé, Louise-Adélaïde de Bourbon (1757-1824), destinée d’abord au comte d’Artois, est nommée en 1786 abbesse de Remiremont. Elle émigre, vit à l’étranger dans divers couvents, prend le voile en Pologne (1802) et reçoit de Louis XVIII, en 1815, l’ancien prieuré du Temple où elle fonde l’institution de l’Adoration perpétuelle.

Le fils du prince de Condé, Louis Antoine Henri de Bourbon-Condé, duc d’Enghien (1772-1804), fait partie de l’armée de Condé. Quand elle est licenciée en 1801, le duc d’Enghien se retire à Bade, à Ettenheim. Il s’y trouve encore en 1804, lorsque les conspirations royalistes contre Bonaparte incitent le Premier consul à se saisir de lui. Enlevé le 15 mars à Ettenheim, le duc d’Enghien est conduit à Vincennes, traduit comme conspirateur devant un conseil de guerre, sans défenseur, et fusillé.

Historique de la conservation

Ces seize dossiers de correspondance (1050 pièces) ont été légués à Napoléon III par le baron de Surval, exécuteur testamentaire du prince de Condé. L’Empereur les fait ensuite remettre aux Archives impériales.

Modalités d'entrée

Legs du baron de Surval, 1868, complété par des achats, 1956 et 2016.

Description

  • 34AP/1. Lettres du prince de Condé. 1791-1815.
  • 34AP/2. Lettres de la princesse Louise de Condé. 1792-1820.
  • 34AP/3. Lettres du duc d’Enghien. 1793-1804.
  • 34AP/4. Lettres du duc de Bourbon. 1790-1825.
  • 34AP/5-12. Lettres reçues par les mêmes du duc de Berry, des comtes de Provence et d’Artois, des duc et duchesse d’Angoulême, de plusieurs souverains et de la princesse Charlotte de Rohan. 1791-1821.
  • 34AP/13. Fichier de cette correspondance et bibliographie.
  • 34AP/14. Journal manuscrit du duc d’Enghien. 1789-1793.

Conditions d'accès

Communication libre, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Conditions d'utilisation

Reproduction autorisée, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Une autre partie du fonds Surval est conservée au château de Chantilly dans la série Z réservée à la correspondance du prince de Condé.

Bibliographie

  • Boulay de La Meurthe (Alfred), Correspondance du duc d’Enghien (1801-1804) et documents sur son enlèvement et sa mort, t. I : Le licenciement, la conspiration de Georges Cadoudal, Paris, 1904, LXVIII-524 p.
  • Bittard des Portes (René), Histoire de l’armée de Condé pendant la Révolution française (1791-1801), Paris, 1896, VIII-404 p.
  • Crétineau-Joly (Jacques), Histoire des trois derniers princes de la maison de Condé. Prince de Condé, duc de Bourbon, duc d’Enghien, Paris, Amyot, 1867, 2 vol.
  • Libois (Anne), Étude de la correspondance de la princesse Louise de Condé, 1792-1820 et sans date, 1952, 28 p. dactyl.
  • Robinet (Jean-François), Robert (Adolphe) et Le Chaplain (Julien), Dictionnaire historique et biographique de la Révolution et de l’Empire, 1789-1815, Paris, Librairie historique de la Révolution et de l’Empire, 1898, t. 1, p. 455.

Attention ! Restrictions du jour. Cliquez ici pour en savoir plus.