Traitement en cours
Fonds d'archives

CASTRIES (chartrier de). 306AP.

Haut de page
Titre :
CASTRIES (chartrier de). 306AP.
Dates :
XIVe-XXe siècles
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

La seigneurie de Castries est mentionnée dans les textes à partir du XIe siècle. Au Moyen Age, les barons de Castries, vassaux des comtes de Melgueil, possédaient une partie de la plaine entre les fleuves côtiers Vidourle et Lez. Cette première famille des seigneurs de Castries s’éteignit vers le milieu du XIIe siècle dans celle des Guilhem, seigneurs de Montpellier. Les rois d’Aragon, successeurs des Guilhem à Montpellier, inféodèrent la baronnie de Castries aux seigneurs de Peyre en Gévaudan. Les Peyre conservèrent la baronnie de Castries jusqu’en 1495, où elle passa à la famille La Croix qui la détient encore aujourd’hui.

Les La Croix sont une très ancienne famille montpellieraine, venue peut-être à Montpellier dans l’entourage des rois de Majorque. Au XVe siècle, Guillaume de La Croix, fils d’un Jean de La Croix, consul de Montpellier (1466) et trésorier des guerres en Languedoc (1489), siégea en qualité de commissaire du roi aux États de Languedoc et fut aussi gouverneur de Montpellier (1494-1498), puis des châteaux de Lattes et d’Aumelas. Déjà seigneur de Gordièges et de Saint-Brès, il acquit en 1495 la baronnie de Castries et mourut en 1502. Son fils Louis, baron de Castries (mort en 1522), était président de la Cour des aides de Montpellier en 1503. Henry, fils aîné de Louis (mort en 1568), opta pour la carrière des armes. Son fils Jacques (mort en 1575), gouverneur de Sommières, Gignac et Frontignan, construisit le château actuel. Son fils cadet, Gaspard, seigneur de Meyrargues, fut l’auteur de la seconde branche qui seule subsiste aujourd’hui. Petit-fils de Jacques, Jean de La Croix, baron de Castries, seigneur de Gordièges (1591-1640), servit dans la compagnie d’ordonnance du duc de Montmorency en 1621 et combattit pour le roi. Gouverneur de Privas, il tint tête au duc de Rohan, chef des protestants. Son fils René-Gaspard (1611-1674) se distingua par ses faits d’armes pendant la guerre de Trente Ans. En 1645, il obtint l’érection de la baronnie de Castries en marquisat. Le fils de René-Gaspard, Joseph-François, second marquis de Castries (1663-1728), épousa en deuxièmes noces, en 1722, la fille du duc de Lévis. Leur fils Charles-Eugène-Gabriel (1727-1820) fit ses premières armes pendant la guerre de Succession d’Autriche. La mort de son frère aîné fit de lui le quatrième marquis de Castries, gouverneur de Montpellier et de Sète et lieutenant du roi en Bas-Languedoc. Maître de camp au régiment du Roi-Cavalerie, il se signala en 1745 à la bataille de Fontenoy, où son comportement lui gagna l’amitié de Maurice de Saxe. La guerre de Sept Ans lui permit d’accéder à la gloire militaire. Il remporta la victoire de Clostercamp (16 octobre 1760), fut reçu dans l’ordre du Saint-Esprit et nommé directeur général de la cavalerie et gouverneur du Lyonnais et du Forez (1762). Inspecteur général de la gendarmerie (1770), il acheta le comté d’Alès en 1777 et remplaça en 1780 Sartine au secrétariat d’État de la Marine. Maréchal de France en 1783, il fut évincé de la Marine en 1787 et demeura désormais à l’écart de la vie politique. Après la mort de Louis XVI, il devint le principal conseiller du comte de Provence.

Son fils, Armand-Charles-Augustin (1756-1842), fut créé duc de Castries en janvier 1784 peu après avoir pris part à la guerre d’Amérique. Élu député aux états généraux, il s’exila et joua un rôle important comme agent diplomatique et colonel du régiment de Castries de 1795 à 1801. Il ne rentra en France qu’en 1814.

Son fils Edmond-Eugène-Philippe-Hercule (1787-1866) suivit la carrière des armes. Il servit comme aide de camp du maréchal Davout dans l’armée impériale et fut promu général en 1823. Ayant quelques domaines en Artois, provenant de la succession de sa mère, née Marie-Louise-Philippine de Bonnières de Guines (1759-1795), et de son grand-oncle, le vicomte Louis-Joseph de Mailly-Marmez, ancien maréchal de camp et député de la noblesse aux états généraux, il se préoccupa de retrouver les archives des Guines et des Mailly-Mamez et les fit transporter à Castries, ainsi que celles du comté d’Alès qu’il réussit à retrouver. Il mourut sans descendance.

Le général de Castries avait légué son château à son neveu, Edmond-Charles-Auguste (1838-1886), qui mourut en 1886. Sa veuve épousa le vicomte Emmanuel d’Harcourt. Elle lui légua le château. En 1886, le titre ducal passa à René-Marie-Edmond-Gabriel de La Croix de Castries, propriétaire du château de Gaujac, issu de la branche des seigneurs de Meyrargues constituée par Gaspard-François au début du XVIIe siècle. A la mort du vicomte d’Harcourt, ses héritiers cédèrent, en 1936, le château familial au duc René-Gaspard-Marie-Edmond de La Croix de Castries (1908-1986), de la branche des seigneurs de Gaujac, membre de l’Académie française (1972).

Modalités d'entrée

Dépôt, 1971-1991 ; complété par trois achats, 1975, 1983 et 1986.

Description

Quand les articles ont été microfilmés (cotes entre crochets), seuls ces microfilms sont consultables.

306AP/1- 270 [326Mi/1-50 et 326Mi/169 - de nombreux articles n’ont pas été microfilmés : voir les conditions d’accès au fonds]. Famille de La Croix de Castries et alliés, biens dans les départements du Gard et de l’Ardèche. XIVe-XXe siècles.

306AP/271- 539 [326Mi/50-162 - de nombreux articles n’ont pas été microfilmés : voir les conditions d’accès au fonds] . Comté d’Alès et mines de la Grand-Combe. XVIIe-XIXe siècles.

306AP/540- 1504 [360Mi/1-312] . Familles de Bonnières de Guines et alliés. XIVe-XIXe siècles.

306AP/1505- 1694 [418Mi/1-34] . Famille de Mailly-Mamez. XIIe-XVIIIe siècles.

306AP/1695- 1720 [326Mi/163-168] . Famille de La Croix de Castries : addenda. XIIIe-XXe siècles.

306AP/1721- 1722 . Lettres adressées au maréchal de Castries. Fin XVIIIe-début XIXe siècles.

306AP/1723- 1724. Famille de La Croix de Castries : addenda. Fin XVIIIe-début XIXe siècles.

306AP/1725- 1779. Manuscrits et correspondance du duc René-Gaspard-Marie-Edmond de Castries. Coupures de presse relatives aux ouvrages du duc de Castries. 1942-1984.

306AP/1780. Mémoires du marquis de Castries, ministre de la Marine. 1942-1984.

306AP/I - XIV. Journal du duc de Castries. 1939-1986.

Suppléments non cotés (11 cartons).

  • Succession de la comtesse de Castries.
  • Agendas, conférences, manuscrits et correspondance du duc de Castries.

Conditions d'accès

Le fonds est librement consultable, essentiellement sous forme de bobines de microfilms (326Mi, 360Mi et 418Mi - voir les cotes indiquées entre crochets dans la présentation du contenu) et selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Les originaux sont communiqués uniquement dans le cas où le microfilm correspondant n’a pas été réalisé, à savoir pour les cotes : 306AP/4, 7, 9-10, 37-40, 45-46, 50-51, 55-63, 70-109, 117, 124, 136-150, 156, 166-181, 193-196, 203, 208-209, 212-214, 240-244, 253-254, 256-270, 277, 295, 355, 380, 1717-1718 et 1721-1780.

Les articles suivants seront communicables 50 ans après le décès des déposants : journal du duc de Castries (306AP/ I à 306AP/XIV) et sa correspondance (306AP/1749 à 306AP/1771, 306AP/1774, 306AP/778 et supplément).

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à l’ autorisation des ayants-droit, sauf copies à usage privé (ne concerne ni le Journal ni la correspondance du duc de Castries, interdits pendant 50 ans après la mort des déposants).

Langue des documents

Français

Bibliographie

Informations extraites de l’avant-propos de Jean Sablou, directeur des Archives départementales du Gard, pages 13-24, dans Le chartrier de Castries (306 AP). Inventaire.

Castries (duc de), Le maréchal de Castries (1727-1800), Paris, 1956, 281 p.

Attention ! Restrictions du jour. Cliquez ici pour en savoir plus.