Traitement en cours
Les fonds d'archives
Rechercher un fonds :
Ancien Régime | De 1789 à nos jours | Notaires de Paris | Archives de personnes, de familles, d'associations
Fonds d'archives

MASSÉNA (maréchal André). 311AP [304Mi].

Haut de page
Titre :
MASSÉNA (maréchal André). 311AP [304Mi].
Dates :
XVIIIe-XIXe siècles
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Niçois, orphelin de bonne heure, mousse sur un bateau, André Masséna (1758-1817) s’engagea dans le Royal-Italien en 1775. Le 3 août 1789, il quitta l’armée avec le grade d’adjudant sous-officier. Retiré à Antibes, il épousa la fille d’un chirurgien, Rosalie Lamarre (1765-1829). Il fut élu lieutenant-colonel du 2e bataillon des volontaires nationaux du Var. Général de brigade en août 1793, de division en décembre, commandant de Toulon, il s’illustra pendant la campagne d’Italie, notamment à Lodi (10 mai 1796) et à Rivoli (14 janvier 1797). Bonaparte l’appela alors " l’enfant chéri de la Victoire ". En février 1799, l’armée d’Helvétie fut confiée à Masséna, qui remporta la bataille de Zurich sur les Autrichiens et les Russes, les 25 et 26 septembre 1799, et évita ainsi à la France l’invasion des Alliés. Le 18 Brumaire lui fit perdre son commandement mais le premier Consul l’envoya commander les 40 000 hommes de l’armée d’Italie. En 1800, immobilisant les Autrichiens devant Gênes, il permit à Bonaparte d’entrer en Italie et de remporter la victoire de Marengo. Relevé de son commandement, Masséna se retira à Rueil et fut élu député de la Seine au Corps législatif, le 28 juillet 1803. Maréchal en 1804, il conquit le royaume de Naples en 1806 et fut fait duc de Rivoli en 1808. Il se distingua à Essling et Wagram et fut nommé prince d’Essling en 1810. L’empereur lui confia le commandement de l’armée au Portugal (avril 1810), mais il échoua devant les lignes britanniques à Torres Vedras et dut évacuer le pays (mars 1811) où il fut remplacé par Marmont. Gouverneur de la 8e division militaire à Toulon, Masséna se rallia aux Bourbons en 1814 et conserva son poste. Aux Cent-Jours, il se rallia à Napoléon. Au lendemain de Waterloo, il fut nommé par Fouché commandant de la Garde nationale dans la capitale où il maintint l’ordre. Au retour de Louis XVIII, il fut démis de son commandement. Il a laissé des Mémoires. Son fils aîné, le chef d’escadron Jacques-Prosper Masséna (1793-1821), fut le 2e prince d’Essling.

Modalités d'entrée

Prêt pour microfilmage, 1970 et 1971.

Description

304Mi/1-64 [311AP/1-65]. Correspondance d’André Masséna durant ses campagnes. 1792-1812.

304Mi/65-75 [311AP/66-76]. Gouverneur de la 8e division militaire à Toulon. 1813-1815.

304Mi/76 [311AP/77]. Chef de la garde nationale parisienne et gouverneur de Paris pendant les Cent-Jours. 1815. 1815.

304Mi/77-78 [311AP/78-79]. Divers. 1791-[1814].

304Mi/79-80 [311AP/80-82]. Dotations du maréchal. 1807-1813.

304Mi/81-82 [311AP/83-84]. Pièces d’état civil, états de service, titres et décorations, correspondance personnelle. 1758-1821.

304Mi/82 (suite) [311AP/85]. La maréchale Masséna, son fils Jacques-Prosper, et quelques membres de la famille. XVIIIe-XIXe siècles.

304Mi/83 [311AP/86-87]. Divers sur Gênes et la République ligurienne. 1793-1831.

Conditions d'accès

Communication soumise à l’autorisation des ayants-droit et uniquement sur microfilms (304Mi/1-83).

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Langue des documents

Français

Bibliographie

Tulard (Jean), Dictionnaire Napoléon, Paris, 1999, tome II, pages 286-287.

Valynseele (Joseph), Les maréchaux du Premier Empire. Leur famille et leur descendance, 1957, pp. 83-92.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici