Traitement en cours
Fonds d'archives

BADOR (Jacques). 627AP.

Haut de page
Titre :
BADOR (Jacques). 627AP.
Dates :
1893-2000
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Né en 1920 à Paris, Jacques Bador fut contraint, pour des raisons familiales, d’interrompre ses études et d’entrer aux Papeteries Prioux, comme apprenti papetier, en 1937. La même année, il rencontra M. Bouvier-Ajam, directeur de l’Institut d’études corporatives et sociales, dont il devint le secrétaire et grâce auquel il put reprendre ses études. Après son diplôme de l’École pratique des hautes études, il se fit inscrire à la Sorbonne à la section des sciences économiques. Il se lança successivement dans deux thèses, jamais soutenues, l’une sur Jean Bodin, économiste du XVIe siècle, l’autre sur la corporation des bouchers à Rennes au XVIIIe siècle. En octobre 1940, il rejoignit à Vichy son patron, devenu directeur adjoint de la Jeunesse, au Secrétariat général de Lamirand. Il découvrit le scoutisme à travers les Eclaireurs de France (E.D.F.). Secrétaire des études et professeur à l’Institut d’études corporatives (1941-1944), il fut chargé par les E.D.F. de reprendre contact avec les éléments dispersés du Mouvement. Devenu, à la Libération, rédacteur en chef de leur journal Le Routier, il collabora à des enquêtes menées par l’Institut français d’Opinion Publique ainsi qu’à l’INED.

En 1948, René Pleven lui proposa de fonder un service d’information, Le Club de l’Union Démocratique et Socialiste de la Résistance, dont le but était d’organiser des réunions entre parlementaires de l’UDSR et patrons d’une profession. Après la mise en sommeil de l’activité du club, en 1950, Jacques Bador devint rédacteur en chef du journal international Le Combat républicain. Maître de conférences et professeur à l’Institut de Droit appliqué de 1948 à 1975, Jacques Bador reprit son poste de rédacteur en chef à temps partiel aux Eclaireurs de France, en 1949.

En 1946, il rencontra Eugène Claudius-Petit, qui lui demanda de venir travailler à la Société nationale de construction de logements pour les travailleurs immigrés (Sonacotra) et à la Société HLM de Paris (Logirep), où il fut successivement conseiller d’entreprise (1953-1957), chef du service foncier (1957-1966), chef du service d’études et chef du service animation (1966-1974).

Installé à Carnac en 1979, Jacques Bador prit contact avec les Eclaireuses et Eclaireurs de France de Bretagne et s’engagea notamment auprès du groupe de Lorient. Il mourut en 2002.

Modalités d'entrée

Don de monsieur Dominique Claudius-Petit, juin 2002.

Description

627AP/1-4. Yvonne Bador, mère de Jacques Bador : correspondance. 1893-1981.

627AP/5-58. Jacques Bador. 1929-2000.

  • 627AP/5-11. Papiers personnels. 1938-1993.
  • 627AP/12-17. Correspondance et photographies. 1940-2000.
  • 627AP/18-20. Etudes et activités professionnelles : thèses (1939), Institut de droit appliqué (1947-1978), association Jeunesse et Reconstruction (1947-1963). 1939-1963.
  • 627AP/21-55. Les Eclaireuses et Eclaireurs de France : vie nationale du mouvement (1941-1999), régions et groupes locaux (1929-1998), documentation sur la jeunesse (1937-1985). 1937-1999.
  • 627AP/56-58. Documentation personnelle. 1962-1995.

627AP/59-110. Eugène Claudius-Petit. 1946-1994.

  • 627AP/59-82. Activités politiques : membre du Club de l’U.D.S.R., ministre de la Reconstruction et de l’urbanisme, ministre du Travail et de la Sécurité sociale, député de la Loire, maire de Firminy. 1946-1971.
  • 627AP/83-95. La Sonacotra et ses filiales HLM. 1952-1983.
  • 627 AP/96-107. Logement et promotion sociale : correspondance, comptes rendus de réunions, rapports d’activités, études. 1971-1994.
  • 627AP/108-110. Le Club des jeunes Canibouts et équipements sociaux, sanitaires et culturels à Nanterre. 1960-1981.

Conditions d'accès

Communication soumise à l’autorisation des ayants-droit, sauf :

627AP/83, 86, 88, 89, 91, 92 : communication libre, selon le règlement de la salle de lecture des Archives nationales.

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à l’autorisation des ayants-droit, sauf :

627AP/83, 86, 88, 89, 91, 92 : reproduction autorisée, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Les Archives nationales conservent les archives de l’Union démocratique et socialiste de la Résistance, UDSR (420AP) ainsi que celles d’Eugène Claudius-Petit (538AP) et de René Pleven (560AP).

Bibliographie

Informations extraites de l’introduction du répertoire numérique de Sophie Baron.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici