Traitement en cours
Fonds d'archives

ALLARD (Paul). 638AP.

Haut de page
Titre :
ALLARD (Paul). 638AP.
Dates :
1840-1923
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Fils d’un notaire rouennais, Paul Allard naît en septembre 1841. Il est l’aîné d’une famille de neuf enfants. Très jeune, il est intéressé aux questions sociales grâce à son père, Jules, l’un des membres fondateurs de la société de secours mutuel, l’Émulation chrétienne de Rouen, et partie prenante à la fondation de l’Institution catholique Joint-Lambert où ses fils feront leurs études. En 1862, Paul Allard est avocat, inscrit au barreau de Rouen. Dix ans plus tard il est nommé juge suppléant au tribunal civil de la même ville. Il démissionne de ses fonctions en 1883, marquant sa désapprobation à la suite de la mise à la retraite forcée de certains de ses collègues qui avaient refusé d’appliquer les lois et décrets qui frappaient les congrégations religieuses. La même année, il accepte la présidence de l’Union catholique de la Seine-Inférieure à laquelle il appartenait depuis 1875 et qu’il dirigera jusqu’à sa dissolution en 1900. Il prend une part active aux congrès catholiques tenus à Rouen en 1883 et 1886, et est en relation avec de nombreuses personnalités catholiques, s’intéressant tout particulièrement aux questions d’enseignement et au domaine de l’art. En 1863, Paul Allard avait rencontré l’archéologue romain, Jean-Baptiste de Rossi qui l’avait initié à l’archéologie chrétienne et entraîné dans des travaux historiques qui devaient l’occuper toute sa vie. L’ouvrage qu’il publie, en 1876, sur Les Esclaves Chrétiens marque le début d’une carrière d’historien qu’il mènera parallèlement à ses autres activités. En 1902, la famille de Beaucourt, propriétaire de la Revue des questions historiques, lui en propose la direction. Paul Allard accepte et, lorsqu’il cède son poste à Jean Guiraud en 1908, c’est uniquement pour raisons de santé qu’il préfère se retirer dans sa propriété de Senneville en Seine-Inférieure. Sa retraite forcée de l’empêchera pas de garder un œil sur la revue, ni de continuer à publier. Il meurt le 4 décembre 1916.

Historique de la conservation

Les archives de Paul Allard sont entrées aux Archives nationales en 1954, mêlées aux archives de l’historien et journaliste, Jean Guiraud (362 AP). En 1908, Paul Allard avait remis les archives de la Revue des questions historiques à Jean Guiraud, à savoir, les lettres qu’il avait reçues des auteurs et des abonnés, ainsi qu’une trentaine d’articles qu’il avait en portefeuille. Après le décès de Paul Allard en 1916, sa veuve avait communiqué à Jean Guiraud, un choix de correspondances ainsi qu’un certain nombre de travaux historiques qui devaient l’aider à publier des articles en hommage au disparu. C’est l’ensemble de ces documents qui a été extrait du fonds Jean Guiraud (362 AP) pour reconstituer le fonds Paul Allard (638 AP).

Modalités d'entrée

Dépôt, 1954.

Description

638AP/1. Notices biographiques et papiers personnels. 1861-1918 et s. d.

638AP/2-5. L’historien.

  • 638AP/2. Liste des ouvrages, articles et textes de discours de Paul Allard ; articles consacrés à l’œuvre de Paul Allard. 1869 – post. 1916 et s. d.
  • 638AP/3-5. Notes d’érudition, notes de lecture et notes rédigées. 1864-1909 et s. d.

638AP/6. Le directeur de la Revue des questions historiques : correspondance reçue relative au fonctionnement de la revue et aux articles publiés. 1900-1914 et s. d.

638AP/7. Un catholique social engagé Paul Allard, membre actif puis président de l’Union catholique de la Seine-Inférieure de 1883 à 1900. 1875-1901.

638AP/8. Correspondance reçue et adressée. 1863-1915 et s. d.

638AP/9. Famille de Paul Allard. 1840-1923.

Conditions d'accès

Communication soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Les Archives nationales (site de Paris) conservent le fonds Jean Guiraud (362 AP), successeur de Paul Allard à la tête de la Revue des questions historiques.

Bibliographie

Meeschaert (Marjolaine), « L’évolution intellectuelle et scientifique de Paul Allard (1841-1916) », mémoire de maîtrise d’Histoire contemporaine sous la dir. de Jean-Luc Marais, Université d’Angers, 2000, 88 p.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici