Traitement en cours
Les fonds d'archives
Rechercher un fonds :
Ancien Régime | De 1789 à nos jours | Notaires de Paris | Archives de personnes, de familles, d'associations
Fonds d'archives

GRAMONT (famille de). 101AP.

Haut de page
Titre :
GRAMONT (famille de). 101AP.
Dates :
XIIIe-XXe siècles
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

La maison de Gramont était originaire de Navarre. Le nom fut relevé par la branche cadette de la maison d’Aure. Les Gramont, gouverneurs de Béarn et de Navarre, jouèrent un rôle de premier plan aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Antoine III, duc de Gramont (1604-1678) servit en Allemagne sous Tilly, puis, en 1627, en Italie, où il devint lieutenant-général du duc de Mantoue. De retour en France, il épousa une nièce de Richelieu. Maréchal de camp en 1635, lieutenant-général en 1641 et maréchal de camp en septembre de la même année, il prit part à la guerre de Trente Ans. Resté fidèle à la cour pendant la Fronde, il fut fait ministre d’État en 1653, nommé ambassadeur à la diète de Francfort en 1657, et en 1659 envoyé à Madrid pour demander la main de l’infante Marie-Thérèse. Colonel des gardes-françaises en 1661, il fut reçu duc et pair en 1663. Sa dernière campagne fut celle de Flandre, en 1667. Ses Mémoires ont été publiés par son fils, en 1716.

Son frère, Philibert, chevalier puis comte de Gramont (1621-1707) suivit les armées royales en Italie, combattit au siège de Turin, passa en Flandre, se fit remarquer par Turenne et Condé en Franche-Comté (1668) et en Hollande (1672) et fut nommé lieutenant-général du Béarn et gouverneur de l’Aunis. Ayant disputé à Louis XIV la conquête de Mlle de La Mothe-Houdancourt, il fut exilé et se réfugia en Angleterre, où il brilla à la cour de Charles II. Il y connut Saint-Evremont et Hamilton, dont il épousa la sœur.

Armand de Gramont, comte de Guiche (1638-1673), fils d’Antoine III, reçut en survivance de son père les charges de maître de camp des gardes françaises, de gouverneur et lieutenant général en Béarn et en Navarre. Il fit campagne de 1655 à 1663, puis il tomba en disgrâce. Pendant son exil, il combattit avec les Polonais contre les Turcs, avec les Hollandais contre les Anglais, en 1666. Rentré en France, il accompagne Louis XIV dans la campagne de Hollande (1672) et servit ensuite sous Turenne. Comte de Guiche à la mort de son frère (1674), Antoine IV-Charles de Gramont (1640-1720) servit en Hollande (1672) puis en Franche-Comté (1674). Gouverneur du Béarn en 1678, ambassadeur d’Espagne en 1704, il fut fait par Philippe V ministre d’État. Mais il déplut à la jeune reine et fut rappelé en 1705.

Son fils, Antoine V de Gramont (1672-1725) porta jusqu’en 1720 le titre de duc de Guiche. D’abord mousquetaire, il prit part à toutes les campagnes de 1688 à 1712. Il se distingua comme lieutenant général à Ramillies (1706) et fut grièvement blessé à Malplaquet (1709). A la mort de Louis XIV, le Régent le fit entrer au conseil de guerre, dont il devint vice-président. Il entra au conseil de régence en 1718 et fut créé maréchal de France en 1724.

Sœur du duc de Choiseul, Béatrice de Choiseul-Stainville (1730-1794) épousa, en 1759, le duc Antoine VI Antonin de Gramont, petit-fils d’Antoine IV. Arrêtée sous la Terreur, elle périt sous l’échafaud.

Son neveu, Antoine-Louis-Marie, duc de Gramont (1755-1836), était capitaine des gardes du corps avant la Révolution. Il émigra, revint en France avec les Bourbons (1814), fut mis à la tête de la 11e division militaire et fut créé pair de France. Il fut un des témoins à charge importants au procès du maréchal Ney.

Antoine-Geneviève-Héraclius-Agénor, duc de Gramont (1789-1855), combattit dans les rangs anglais en Espagne. Maréchal de camp en 1814, il accompagna le duc d’Angoulême en Espagne en 1823 et fut promu lieutenant-général à l’issue de la campagne. En 1830, il suivit Charles X en exil.

Son fils, Antoine Alfred Agénor, prince de Bidache, duc de Guiche et de Gramont (1819-1880) fut successivement ministre plénipotentiaire à Cassel, à Stuttgart (1852), à Turin (1853), ambassadeur à Rome (1857) puis à Vienne (1861). Appelé en 1870 au ministère des Affaires étrangères, il tomba avec le cabinet Ollivier, le 10 août.

Le duc Alfred de Gramont eut pour fils Agénor (1851-1925), constructeur du château de Vallière, père de l’académicien Armand de Gramont (1879-1962). Docteur ès sciences en 1911, Armand de Gramont fut mobilisé en 1914 dans la section technique de l’aéronautique militaire. Il siégea alors au Conseil supérieur de l’aéronautique militaire et à la commission des inventions intéressant la Défense nationale. Dès 1917, il réclama la création d’un institut d’optique théorique et appliquée qui ouvrit ses portes en 1919 et dont il devint le président. En 1920, il fut nommé secrétaire du Comité français de l’Union internationale de physique et de mécanique. Membre (1931) puis président (1956) de l’Académie des sciences, président de la Société d’optique et de précision de Levallois, de la Société de physique et du conseil d’administration de la Revue d’optique théorique et instrumentale, Armand de Gramont inventa un grand nombre d’appareils destinés à la marine ou à l’aviation tels que des appareils de télémétrie monostatique, des gyroscopes et altitélémètres.

Historique de la conservation

Lorsque le duc Agénor de Gramont acquit le domaine de Mortefontaine, il fit construire le château de Vallière. La famille du baron de Saint-Marc, qui lui avait cédé Mortefontaine, remit aux Gramont les archives de la propriété pour les XVIIIe et XIXe siècles. Ces documents ont donc rejoint le fonds Gramont, composé des archives Gramont proprement dites (trésor des chartes de Bidache et fonds nouveau).

Modalités d'entrée

Dépôt, 1981-1990, complété par un don de la Bibliothèque nationale, 1989.

Description

101AP/A , 101AP/B , 101AP/E , 101AP/F,101AP/H. Fonds ancien : trésor des chartes de Bidache (séries A, B, E 1-34) ; titres de la seigneurie de Lesparre (série F) ; supplément (série H). XIIIe-XIXe siècles.

100AP/C , 101AP/D , 101AP/E. Fonds nouveau : documents divers sur les Gramont et la seigneurie de Bidache entrés par dons ou achats (série C, XIVe-XIXe s.) ; archives des derniers ducs depuis la Révolution (série ouverte : série D) ; correspondance du duc Alfred de Gramont, ambassadeur de Napoléon III à Rome en 1857, à Vienne en 1861, ministre des Affaires étrangères en 1870 (série E 33-37).

100AP/G. Titres du domaine de Mortefontaine. 1717-1879.

100AP/J. Branche Gramont d’Aster. 1743-1894.

Suppléments (hors plan de classement).

A signaler : papiers concernant Jean Georges de Caulet, marquis de Grammont, maréchal de camp (1743-1752) ; registre de correspondance militaire du duc de Gramont, lieutenant général (1er mai 1816-15 mai 1818) ; archives d’Armand et Élaine de Gramont ; plans du château et du domaine de Vallière.

Conditions d'accès

Communication soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Les documents cotés 101AP/A/1 à 28, 101AP/B/1 à 17, 101AP/C/1 à 3, 101AP/D/1-2 et 7, 101AP/E/1-22 et 24-57, 101AP/F/1-20 et 101AP/G/1-2 sont consultables sur microfilms (63Mi//1-102).

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Les archives des Greffulhe, alliés par mariage aux Gramont (mariage d’Elaine Greffulhe avec Armand de Gramont en 1904) sont conservées aux Archives nationales sous les cotes 101AP/I et 101AP/II. Les archives de la Société optique de précision de Levallois, fondée par le duc Armand de Gramont en 1919, sont conservées sous la cote 188AQ.

Le fonds Émile Ollivier comprend des dossiers du ministre des Affaires étrangères, le duc Antoine Alfred Agénor de Gramont relatifs aux événements de juin et juillet 1870 (542AP/29 et 542AP/31).

Les Archives départementales des Yvelines conservent des papiers des Gramont, ducs de Guiche, sous les cotes E 1186-1187.

Bibliographie

Lettres de louis de Bourbon, prince de Condé au maréchal de Gramont (1641-1678), extraites des archives de la maison de Gramont, Paris, s.d. 63 pages, 37 planches.

La Chesnaye-Desbois (François-Alexandre Aubert de), Dictionnaire de la noblesse de la France, Paris, 1980, 19 tomes en 10 volumes, reproduction en fac-similé de la troisième édition de Paris, 1863-1876, tome IX.

Who’s who du XXe siècle, page 951.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici