Traitement en cours
Les fonds d'archives
Rechercher un fonds :
Ancien Régime | De 1789 à nos jours | Notaires de Paris | Archives de personnes, de familles, d'associations
Fonds d'archives

MONDOR (Henri). 675AP.

Haut de page
Titre :
MONDOR (Henri). 675AP.
Dates :
1863-1971
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Fils d’un instituteur, Armand Mondor, et de Jeanne Vidal, Henri Jean Justin Mondor naît à Saint-Cernin (Cantal), le 20 mai 1885. Après son certificat d’études et des études au lycée d’Aurillac, Henri Mondor s’inscrit à la faculté de médecine de Paris en 1903. Il est reçu docteur en médecine en 1913, chirurgien des hôpitaux de Paris en 1920 et agrégé de la Faculté de médecine en 1923. De 1927 à 1955, Henri Mondor occupe divers postes dans plusieurs hôpitaux de la capitale ou proche de Paris, à Beaujon, Necker, Broussais, Bichat, l’Hôtel-Dieu et à la Salpêtrière. Médecin et chirurgien réputé, Henri Mondor est élu à l’Académie de chirurgie en 1926, puis à la chaire de pathologie chirurgicale en 1938, enfin à l’Académie de médecine en 1945. À titre médical, il publie plusieurs ouvrages relatifs à la chirurgie abdominale, dont certains réédités jusqu’à une période récente ; ainsi que des monographies sur l’histoire de la médecine à travers la vie de médecins célèbres.

Parallèlement à sa carrière médicale, il se consacre aussi à des œuvres littéraires, dès 1937 il publie Lettres et images pour Georges Duhamel, puis, en 1941-1942, deux volumes relatifs à la vie de Stéphane Mallarmé. Henri Mondor entre à l’Académie française en 1946 au fauteuil de Paul Valéry. Suite à une hémiplégie en 1958, il cesse toute activité pour se consacrer en priorité à sa rééducation physique. Il est également élu à l’Académie des sciences en 1961. Henri Mondor décède à Neuilly-sur-Seine le 6 avril 1962 à soixante-seize ans, il est inhumé à Aurillac près de ses parents.

Après sa disparition, deux hôpitaux ont pris le nom “ Henri Mondor ”, le premier à Créteil (Val-de-Marne), inauguré en 1969, et celui d’Aurillac (Cantal) où existe un musée Henri Mondor, conservant sa statue de cire revêtue de son habit d’académicien.

Historique de la conservation

Les papiers du professeur Henri Mondor ont été disjoints des archives de l’amiral Marcel Duval, ce dernier les avait donnés en 1993 avec son propre fonds mais provenaient d’une source totalement différente sans aucun lien apparent entre eux. Les archives de l’amiral Marcel Duval sont cotées 551 AP. Le fonds Henri Mondor avait bénéficié d’un début de classement, vraisemblablement par le docteur Marthe Lamy, d’après les indications figurant sur certaines chemises ou enveloppes.

Modalités d'entrée

Don (1993).

Description

675AP/1-3. Jeunesse, activités professionnelles et personnelles d’Henri Mondor. 1863-1962.

  • 675AP/1. Papiers personnels et souvenirs. 1863-1962.
  • 675AP/2. Activités médicales et ouvrages de médecine. 1923-1955.
  • 675AP/3. Activités littéraires et artistiques. 1932-1962.

675AP/4-5. Manuscrits autographes et divers. 1936-1961.

  • 675AP/4. Biographies de grands médecins. 1936-1961.
  • 675AP/5. Manuscrits d’ouvrages et préfaces diverses. 1943-1960.

675AP/6-8. Documentation et archives rassemblées par le docteur Marthe Lamy. 1937-1971.

  • 675AP/6. Bibliothèque et collection Henri Mondor. 1937-1970.
  • 675AP/7. Hommages à Henri Mondor. 1962-1971.
  • 675AP/8. Photographies grands formats. 1921-1956.

Conditions d'accès

Communication libre, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Conditions d'utilisation

Reproduction autorisée, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Les Archives nationales (site de Pierrefitte) conservent le dossier d’auteur d’Henri Mondor dans le fonds de la Société des gens de lettres (454 AP 290).

Les Archives nationales (site de Fontainebleau) conservent le dossier de légion d’honneur d’Henri Mondor sous le numéro de versement 19800035/357/48014.

Les archives de l’assistance publique des hôpitaux de Paris (A.P.H.P.) conservent le dossier de carrière de Henri Mondor dans la série K, personnel.

La bibliothèque littéraire Jacques Doucet possède la collection Henri Mondor principalement transmise par un legs quelques années après son décès, présentée dans une reconstitution à l’identique de son cabinet de travail. Elle est constituée de l’ensemble de ses archives littéraires, de papiers personnels et surtout de sa collection privée consacrée à Stéphane Mallarmé, le mouvement symboliste et à d’autres écrivains : Maurice Barrès, Pierre Louys, Paul Valéry, etc.

Bibliographie

Fontaine (Anne), Henri Mondor, Paris, Grasset, 1960.

Binet (Jean-Paul), Les vie multiples de Henri Mondor, Paris, Masson, 1993.

Hamonet (Claude), Henri Mondor raconté aux étudiants, site internet : claude.hamonet.free.fr/shared/mondor.pdf

Who’s who in France xxe siècle, Qui était qui, 2e éd., 2005, p. 1394.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici