Traitement en cours
Fonds d'archives

BONNET (Georges). 685AP.

Haut de page
Titre :
BONNET (Georges). 685AP.
Dates :
XIXe-XXe siècles
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Georges Bonnet, né à Bassillac (Dordogne) le 23 juillet 1889 et mort à Paris le 18 juin 1973, est un homme politique français, député radical-socialiste de la Dordogne de 1924 à 1940 et de 1956 à 1968 et plusieurs fois ministre entre 1925 et 1940.

Fils de François Gaston Bonnet et de Catherine Berthe Texier, il épouse en 1920 Odette Pelletan, fille d’André Pelletan et petite-fille d’Eugène Pelletan, ce qui le fait entrer de plain-pied dans le monde de l’« aristocratie républicaine ». Georges et Odette Bonnet ont un fils unique, Alain-Paul Bonnet, né à Paris le 10 janvier 1934.

Licencié en droit, licencié ès lettres, diplômé d’études supérieures de philosophie, G. Bonnet est brillamment reçu au concours d’auditeur au Conseil d’État, en 1913. Mobilisé comme maréchal des logis en août 1914, il termine la guerre comme lieutenant d’artillerie avec la Croix de guerre et celle de chevalier de la Légion d’honneur. Après l’armistice, il est nommé directeur des services de la démobilisation.

Délégué de la France à la Conférence de la Paix, dont il est l’un des secrétaires, il approche les grands hommes d’État étrangers qui participent à la préparation du traité de Versailles, notamment Wilson et Lloyd-Georges.

Chef de cabinet du sous-secrétaire d’État aux Postes, Télégraphes et Téléphones, Louis Deschamps, de 1919 à 1921, il est nommé chef de la délégation française à la Conférence de l’Union postale de Madrid, et fait adopter le franc-or comme monnaie internationale.

Candidat malheureux aux élections législatives de 1919 dans son département natal, il est finalement élu le 11 mai 1924, sur la liste d’Union des gauches. A nouveau battu en avril 1928, il emporte en février 1929, à une élection partielle, le siège laissé vacant dans la première circonscription de Périgueux par l’élection de Félix Gadaud au Sénat ; il est par la suite réélu aux renouvellements du 1er mai 1932 et du 26 avril 1936.

Georges Bonnet sera quinze fois ministre : sous-secrétaire d’État à la Présidence du Conseil en avril 1925 dans le deuxième cabinet Painlevé; en 1925, ministre du Budget dans le troisième cabinet Painlevé, puis successivement ministre des Pensions dans le deuxième cabinet Herriot du 19 juillet 1926, ministre du Commerce et de l’Industrie dans le premier cabinet Chautemps du 21 février 1930, ministre des P.T.T. dans le cabinet Steeg du 13 décembre 1930, ministre des Travaux publics dans le cabinet Paul-Boncour du 18 décembre 1932. Il est ministre des Finances dans le premier cabinet Daladier du 31 janvier 1933, dans le premier cabinet Sarraut du 26 octobre 1933 et dans le deuxième cabinet Chautemps du 26 novembre 1933.

C’est en qualité de ministre des Finances qu’il créé la loterie nationale qui devait survivre à tous les évènements, et obtient du Parlement le vote de mesures de redressement financier qui, à trois reprises, en février, en mai, et en décembre 1933, réduisent de plusieurs milliards le déficit budgétaire.

Il est à nouveau ministre du Commerce et de l’Industrie dans le quatrième cabinet Laval du 7 juin 1935 et dans le deuxième cabinet Sarraut du 24 janvier 1936. Il prépare, à ce titre, l’exposition internationale de 1937, approuve les plans du Palais de Chaillot et signe le premier traité de commerce avec les États-Unis.

Entre-temps, il est délégué à la Conférence de Lausanne qui le nomme président de celle de Stresa en 1932 et en 1933, il prend la tête de la délégation française à la Conférence de Londres. Nommé en janvier 1937 ambassadeur de France à Washington, il informe le président Roosevelt du danger imminent de la guerre et lui demande de ne pas laisser voter la loi de neutralité par le Congrès.

Lors de la crise financière de 1937, il est rappelé en France pour prendre le ministère des Finances et de l’Économie nationale dans le troisième cabinet Chautemps formé le 22 juin pour « sauver le franc », selon l’expression de Paul Reynaud. Grâce aux pleins pouvoirs que lui accorde le Parlement, il rétablit la situation financière.

En janvier 1938 le président Albert Lebrun fait appel à lui pour former une nouvelle équipe. Assuré du concours de Joseph Caillaux et d’Henri Bérenger, il lance un appel radiodiffusé au pays et lui demande de consentir à l’Union nationale face à la guerre qui menace. Il demande au président Lebrun de prendre l’engagement de dissoudre la Chambre au cas où le Gouvernement serait renversé. Mais le Président refuse de lui donner cette assurance et il renonce à former un cabinet. Il consent malgré tout à entrer dans le quatrième cabinet Chautemps, en qualité de ministre d’État chargé de la coordination de l’action économique et financière.

Il est ensuite nommé ministre des Affaires étrangères dans le troisième cabinet Daladier formé en avril 1938. Il multiplie les efforts en vue d’éviter la guerre en 1938 (accords de Munich) et en 1939. Sa politique visant à tendre la main à l’Italie et à l’Allemagne lui vaudra d’être poursuivi après la Libération.

Après la déclaration de guerre (septembre 1939) il quitte le Quai d’Orsay pour la place Vendôme où il assume les fonctions de Garde des Sceaux dans le même cabinet jusqu’en mars 1940. Georges Bonnet participe au mois de juin, à Bordeaux, où le Gouvernement s’est réfugié, aux pressions des « pacifistes » contre le départ des autorités en Afrique du Nord. Il appelle à l’Union sacrée autour de Philippe Pétain et c’est sans surprise que le 10 juillet 1940, à Vichy, il vote les pouvoirs constituants au Maréchal, comme la majorité de ses collègues du Parlement. Proche du nouveau pouvoir, G. Bonnet ne réside cependant que très peu à Vichy et se retire le plus souvent en Dordogne auprès de son épouse, très malade. En janvier 1941, G. Bonnet est nommé pour siéger au Conseil national nouvellement créé. Il en est révoqué au début de l’année 1943 alors qu’il prend de plus en plus de distance avec le régime. Les Allemands le qualifient alors d’ « attentiste ». Inquiété à la fois par la Résistance et par les Nazis qui enquêtent sur lui, G. Bonnet décide de s’exiler et trouve refuge en Suisse à partir du 5 avril 1944.

Il ne rentre en France qu’en 1951. Il est élu conseiller général du canton de Champagnac, puis maire de Brantôme (1955-1965). En 1956, il entre à nouveau au Palais-Bourbon, élu sur la liste radicale aux élections générales du 2 janvier. Il quitte l’Assemblée en 1968.

Outre une riche carrière politique, Georges Bonnet exerça également la profession d’avocat et rédigea près d’une quinzaine d’ouvrages, essentiellement des souvenirs dont Vingt ans de vie politique et Dans la tourmente publiés en 1969 et 1971.

Historique de la conservation

Déposées aux Archives nationales en novembre 2011 par les ayants-droits de Georges Bonnet, ces archives étaient conservées jusqu’à présent sur trois sites : en région parisienne au domicile des ayants-droits, à Brantôme et à Saint-Georges-de-Didonne dans les propriétés ayant appartenu à Georges Bonnet.

Modalités d'entrée

Dépôt, 2011.

Description

685AP/1-27. Georges Bonnet, vies privée et familiale. 1891-1973.

685AP/28-146. Georges Bonnet, vie publique et professionnelle. 1900-1973.

  • 685AP/28-32. Correspondance. 1900-1973.
  • 685AP/33-47. Georges Bonnet élu de la République. 1910-1973.
  • 685AP/48-100. Georges Bonnet haut fonctionnaire et ministre. 1914-1973.
  • 685AP/101-104. Georges Bonnet durant l’Occupation et après la guerre. 1940-1955.
  • 685AP/105-128. Georges Bonnet, écrivain, journaliste et conférencier. 1907-1973.
  • 685AP/129-146. Documentation de travail.1863-1972.

685AP/147-155. Papiers des familles Bonnet et alliées (Ordinaire et Pelletan). 1837-1974.

685AP/156-160, 685AP/AV/1. Photographies et documents audiovisuels. Vers 1890-1973.

Conditions d'accès

Communication soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

I) Archives nationales

Fonds privés : série AP.

Paul Painlevé : 313AP.

René Mayer : 363AP/11, dossier 6.

Léon Noël : 433AP.

André François-Poncet : 462AP.

Jacques Kayser : 465AP.

Édouard Daladier : 496AP.

Vincent Auriol : 552AP.

Léon Blum : 570AP.

Archives du chef de l’État, papiers Pétain : 2AG, notamment :

Papiers relatifs à l’ambassade du maréchal Pétain en Espagne : 2AG/10.

Correspondance adressée au maréchal Pétain (1940-1944) : 2AG/74 et 75.

Archives du Conseil national : 2AG/630-2AG/650, 2AG/652-2AG/655.

Archives du ministère de l’Intérieur : sous-séries F/1cII sur les élections et les incapacités électorales.

Dossier personnel de Georges Bonnet, maîtres des requêtes au Conseil d’État : F/1cII/135.

Rapports politiques de préfets de la Dordogne : F/1cII/145, 203 et 1263.

Jury d’honneur : F/1cII/157 et 158.

Dossiers de personnalités inéligibles dont G. Bonnet : F/1cII/159.

Cantonales de 1951 : F/1cII/289.

Rapports de préfets, élections législatives de 1958 : F/1cII/561.

Législatives de 1968 : F/1cII/716.

Archives judiciaires.

Concernant Georges Bonnet, auditeur au Conseil d’État (1913) et garde des Sceaux (1939-1940) : BB/18 et BB/30.

Concernant le procès de Riom (notamment les dépositions de Georges Bonnet) : 2W/30, 2W/33, 2W/39, 2W/44, 2W/53.

Inculpation de Georges Bonnet, dossier d’instruction devant la Cour de Justice du département de la Seine : Z/6NL/256.

Archives du ministère du Commerce et de l’industrie : sous-série F/12.

Archives du ministère des Travaux publics : sous-série F/14.

Archives du ministère des Postes, Télégraphes et Télécommunications : F/90.

II) Autres centres d’archives français.

Centre des archives économiques et financières (CAEF).

Fonds Cabinet : 1A 401 4148.

Fonds Trésor

  • Notes de trésorerie du Mouvement général des fonds : B 32 319 à 32 336, B 33191 à 33196.
  • Trésorerie et affaires monétaires : B 18 675, B 18 731, B 44 234, B 44 239, Z 14 266.
  • Mouvement des fonds : B 50 977 et 50 999.
  • Trésor : B 23 039, 32 308 à 32 314, 34 028, 34 137, 49 912, 50 332, 50 339.

Fonds Comptabilité publique : B 47 631, 47 638 et 47 639.

Fonds Administration générale : B 13 382.

Fonds Budget. Pelurier courrier départ de la direction du contrôle financier et des participations publiques : B 46 064 à 46 067.

Centre des archives diplomatiques.

Papiers 1940.

  • Papiers Bonnet, cabinet Georges Bonnet et direction politique.
  • Papiers Charvériat.
  • Papiers Daladier.
  • Papiers Hoppenot.
  • Papiers Rochat.
  • Reconstitution Fouques-Duparc.

Papiers d’agents – archives privées.

  • Fonds Hoppenot (AP – PA12).

Archives départementales de la Dordogne.

Élections législatives : 3 M 80 à 91 et 135 ; 1 W 1009 à 1029, 1660 et 2909.

Élections locales : 3 M 117, 118, 120 et 128 ; 1 W 1213, 1238 à 1243 et 1479.

Commission départementale et conseil départemental : 3W 6 à 8, 53 et 55.

Rapports préfectoraux : 1 W 49, 53 à 57, 1812 à 1815, 1818, 1877 et 3068.

État français : 1 W 1245, 1247, 1857, 1866 et 1875.

Archives de l’Assemblée nationale.

Dossiers individuels des députés Georges Bonnet et Alain-Paul Bonnet.

Archives de la Fondation nationale des Sciences politiques (FNSP).

Fonds privés : Gaston Monnerville (GM) ; Pierre Avril (RA) ; Wilfrid Baumgartner (AWB) ; Roger Génébrier (GE) ; Anatole de Monzie ; Émile Roche – Joseph Caillaux (ERJC).

Archives historiques de la Banque de France.

Délibérations du Conseil général.

Finances publiques : 1069 1997 02.

Coopération monétaire : 1397 1994 03.

Réformes d’ordre général apportées aux Finances publiques (1923-1959) ; politique financière : 1397 1994 04.

Politique monétaire : 1069 1988 10.

Débats sur les questions monétaires : 1069 1996 04.

Relations Banque de France et Trésor : 1069 1996 09.

Avances à l’État (Fonds de soutien des rentes, Fonds de stabilisation des changes).

Fonds du secrétariat du conseil général (Fonds de stabilisation des changes).

Institut national de l’audiovisuel (INA)

L’Inathèque de France conserve de nombreux enregistrements radiophoniques (Phonothèque de la Maison de la radio) et télévisuels (Archives télévisuelles, Bibliothèque François-Mitterand) de Georges Bonnet.

III) Centres d’archives étrangers.

Suisse

Archives cantonales vaudoises (Chavannes).

Service des populations et migrations (AD UD 14 890), dossier de Georges Bonnet : K VII 1948/423.

Secrétariat général du département de justice et police, dossier « Affaire Bonnet ».

Archives fédérales suisses (Berne).

Dossiers individuels sur Georges Bonnet et quelques-unes de ses relations.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici