Traitement en cours
Les fonds d'archives
Rechercher un fonds :
Ancien Régime | De 1789 à nos jours | Notaires de Paris | Archives de personnes, de familles, d'associations
Fonds d'archives

VEIL (Simone). 688AP.

Haut de page
Titre :
VEIL (Simone). 688AP.
Dates :
1832, 1946-2017
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Née à Nice en 1927, Simone Veil (née Jacob) est une figure incontournable de la politique à partir du milieu des années 1970. Pionnière, elle occupe au sein de l’administration des postes réservés jusqu’alors aux hommes. Rescapée de la Shoah, elle entame des études de droit et devient magistrate dans l’administration pénitentiaire après la seconde guerre mondiale. Elle débute dans la politique en intégrant le cabinet de René Pleven, garde des Sceaux du gouvernement Chaban-Delmas. Elle occupe par la suite la fonction de ministre de la Santé de Valéry Giscard d’Estaing dans les gouvernements Chirac et Barre (1974-1979). Par son engagement en faveur de la contraception (1974) et de l’interruption volontaire de grossesse (loi Veil, 1975), elle acquiert une grande renommée auprès du public. Première femme assurant la présidence du Parlement de Strasbourg de 1979 à 1982, elle représente un symbole d’émancipation. Elle poursuit sa carrière au ministère des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville avec rang de ministre d’État dans le gouvernement d’Édouard Balladur. Présidente du haut conseil à l’Intégration (1997-98) et du comité directeur du Fonds au profit des victimes relevant de la Cour pénale internationale (2003-2009), elle siège au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007.

En 2007, elle publie son autobiographie intitulée Une vie. Le 20 novembre 2008, elle est élue à l’Académie française, au fauteuil de Pierre Messmer (13e fauteuil). Son travail est récompensé par plusieurs prix et médailles : prix Athènes de la Fondation Onassis (1980), prix Charlemagne (1981), prix de la Fondation Éléonore et Franklin Roosevelt (1984), prix Truman pour la paix (Jérusalem, 1991), médaille d’or du B’Nai Brith (Washington, 1993), médaille d’or de l’association Stresemann (Mayence, 1993), médaille d’or de la santé pour tous de l’Organisation mondiale de la santé (1997), prix Prince des Asturies et prix Grand Siècle Laurent-Perrier (2005), prix Scopus (Paris, 2007), prix Charles V (Espagne, 2008), prix franco-allemand du journalisme (Paris, 2009), prix Heinrich-Heine (Düsseldorf, 2010), prix européen des droits civiques des Sinti et Roma (Berlin, 2010), prix Schiller (Stuttgart, 2011), médaille Ambroise Paré (Paris, 2012), médaille d’honneur de la Santé et des Affaires sociales (Paris, 2012).

Elle est également docteur honoris causa de multiples universités dont Princetown (1975), l’Institut Weizmann (1976), l’université de Cambridge (1980), l’université de Georgetown (1981), l’université libre de Bruxelles (1984), les universités de Yale (États-Unis, 1980), de Glasgow (Grande-Bretagne, 1995), de Pennsylvanie (États-Unis, 1997), l’université de Montréal (Canada, 2007), l’université de Netanya (Israël, 2008), l’université de Bologne (Italie, 2009), l’université Ben Gourion (Israël, 2010), l’université de Tel Aviv (Israël, 2011), l’université de Meiji (Japon, 2011).

Après le décès de Denise Vernay (née Jacob), sa sœur, ancienne résistante, en mars 2013 à 88 ans, puis de son époux, Antoine Veil, en avril 2013, Simone Veil décide de se retirer de toute activité publique et interrompt sa carrière politique. Durant de nombreuses années, des enquêtes d’opinions indiquent régulièrement qu’elle figure toujours parmi les personnalités les plus populaires auprès des Français.

Simone Veil décède à son domicile parisien le 30 juin 2017 à 89 ans.

Notices des producteurs d'archives

Historique de la conservation

Le fonds Simone Veil est le premier fonds d’archives privées entré directement sur le nouveau site des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine en septembre 2012, quelques mois avant le transfert de l’ensemble des fonds et séries du site parisien du département des archives privées (DAP). Il a été complété fin 2013, par un important supplément en provenance du secrétariat particulier de Simone Veil, rue de Rome à Paris. Afin de rendre le classement du fonds cohérent les deux entrées ont été fusionnées au cours de l’année 2015. Un dernier supplément s’est ajouté en avril 2018.

Modalités d'entrée

Dons de la famille Veil, 2014-2018.

Description

Le fonds Simone Veil conserve principalement les archives de ses activités ministérielles au gouvernement de 1974 à 1979 et de 1993 à 1995, à la présidence de l’Europe de 1979 à 1982 ou comme députée au Parlement européen jusqu’en 1993, ainsi que les articles ou interviews publiés dans de nombreux médias au cours de sa longue carrière politique en France ou en Europe et à l’étranger. Plusieurs séries de discours, de correspondance et de dossiers thématiques ou documentaires cloturent le fonds.

688AP/1-688AP/35. Papiers personnels et œuvres autobiographiques. 1959-2014.

688AP/36-688AP/117. Carrière professionnelle et politique. 1957-2008.

  • 688AP/36-688AP/71. Fonctions ministérielles et gouvernementales. 1957-2008.
  • 688AP/72-688AP/117. Mandats au Parlement européen (PE). 1950-2006.

688AP/118-688AP/130. Hautes juridiction françaises et internationales. 1985-2010.

688AP/131-688AP/169. Commissions, fondations ou associations françaises et internationales. 1977-2013.

688AP/170-688AP/228. Discours, interviews, déplacements et participations. 1974-2012.

688AP/229-688AP/232. Pétitions et refus divers. 1980-2012.

688AP/233-688AP/336. Correspondance sérielle. 1963-2014.

688AP/337-688AP/420. Dossiers thématiques, personnels, revue de presse et documentation. 1882, 1958-2013.

  • 688AP/337-688AP/340. Dossiers personnels. 1965-2010.
  • 688AP/341-688AP/349. Politique française, européenne et divers. 1975-2013.
  • 688AP/350-688AP/361. Politique internationale et droits de l’homme. 1882, 1965-2010.
  • 688AP/362-688AP/365. Mémoire de la Shoah et du judaïsme. 1977-2012.
  • 688AP/366-688AP/391. Séries de coupures de presse. 1974-2013.
  • 688AP/392-688AP/395. Travaux universitaires, biographiques et scolaires sur Simone Veil. 1958-2013.
  • 688AP/396-688AP/420. Documentation thématique, publications, affiches et enregistrements. 1978-2013.

688AP/421-688AP/468. Supplément : papiers personnels, fonctions ministérielles, mandats au Parlement européen, correspondance, documentation et enregistrements, photographies. En cours de classement. Pour toute information, contacter le département des archives privées (dap.an@culture.gouv.fr).

Évaluation, tris et éliminations

Aucune élimination n’a été effectuée au cours du classement du fonds.

Conditions d'accès

Communication soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Langue des documents

Français

Langue des documents

Allemand

Langue des documents

Anglais

Sources complémentaires

Les Archives nationales conservent certains dossiers ou fonds d’archives relatifs à Simone Veil et sa famille :

  • AJ/52/588. André Jacques Jacob, élève architecte aux Beaux-Arts entre 1921 et 1930.
  • AJ/16/8850 et 8865. Simone Jacob, dossiers individuels des boursiers de l’enseignement supérieur accordés pour faits de guerre de l’Académie de Paris (1945-1958).
  • 742AP. Fonds Antoine Veil (1926-2013).

Plusieurs autres fonds ou sous-séries complètent le fonds Simone Veil, notamment les références ci-dessous (liste non exhaustive) :

  • 19930592/6. Santé ; Direction générale de la santé ; conseiller technique (1974-1979). [Politique ministérielle de santé publique : discours du ministre de la santé.]
  • 19960368/1-150. Santé ; Cabinet et services rattachés au ministre de la Santé ; Cabinet (1987-1995). [Cabinet commun de Simone Veil, ministre d’état des affaires sociales, de la santé et de la ville et de Philippe Douste-Blazy, ministre délégué à la santé.]
  • 19970081/18-23. Santé ; Service information, communication. Discours et retombées de presse (1993-1995).
  • 19970090/4. Justice ; Direction des affaires criminelles et des grâces, sous-direction de la législation criminelle. Élaboration de la « Loi Veil » et débats parlementaires (1974-1975).
  • 19980401/15-22. Services communs à la santé et au travail ; Cabinet et services rattachés au ministre ; Bureau presse, information, œuvres (1993-1995).
  • 19990286/1. Condition féminine ; Service du droit des femmes et de l’égalité ; Bureau de la communication, de l’information et de la culture- Bureau de la communication (1993-1995).
  • 20060283/3. Santé ; Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). 1974-1976.
  • 20120246/1-107. Division des cabinets courrier parlementaire et courrier des élus adressé aux ministres chargés des affaires sociales et de la santé. Classement alphabétique (1993-1995).

Les tables nominatives des interventions devant l’Assemblée nationale du ministre Simone Veil, sont consultables sur le site internet suivant : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/tables_archives/simone-veil.asp.

À l’étranger, les archives historiques du Parlement européen disposent d’un centre archivistique et documentaire (CARDOC) établi dans la ville de Luxembourg, ce dernier conserve des archives Simone Veil dans les fonds des présidents (fonds classé en 3 séries organiques et 2 annexes) :

  • Personnage public. PE1 P1 100/PERS.
  • Présidence du Parlement. PE1 P1 200/PRES.
  • Secrétariat du Parlement. PE1 P1 300/SEC.
  • Élection au Parlement européen. PE1 P1 400/ANN1.
  • Intégration européenne. PE1 P1 410/ANN2.

Bibliographie

  • Briand (Sarah), Simone, éternelle rebelle, Paris, Fayard, 2015.
  • Pfaadt (Laurent), Simone Veil, une passion française, [Saint-Victor-d’Épine], City, 2011.
  • Sarazin (Michel), Une femme, Simone Veil, Paris, Robert Laffont, 1987.
  • Sauvard (Jocelyne), Simone Veil, la force de conviction, Paris, L’Archipel, 2012.
  • Szafran (Maurice), Simone Veil, Paris, Flammarion, 1994.
  • Veil (Simone), Les hommes aussi s’en souviennent, Paris, Stock, 2004.
  • Veil (Simone), Une vie, Paris, Stock, 2007.
  • Veil (Simone), Une jeunesse au temps de la Shoah, extraits d’Une vie, Paris, Librairie générale française, 2010.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici