Traitement en cours
Fonds d'archives

MAR/JJ. Service hydrographique

Haut de page
Titre :
MAR/JJ. Service hydrographique
Dates :
XVIIe-XXe siècles
Niveau de description :
series

Histoire administrative/notice biographique

Très importante, tant par son volume matériel que par son intérêt scientifique et historique, la série Marine JJ comporte, contrairement à ce que paraît indiquer la double lettre qui lui a été affectée comme aux séries modernes des archives centrales de la Marine, à la fois des documents d'Ancien Régime, soit antérieurs à 1789, et des documents largement postérieurs à cette date pouvant aller jusqu'à 1870, même quelques pièces du XXe siècle pour certaines sous-séries.

À l'origine de ce fonds, nous trouvons le Dépôt des cartes et plans, journaux et mémoires de la Marine, créé en 1720 au sein du secrétariat d'État de la Marine pour recueillir spécifiquement la documentation nautique jusque-là enfouie dans l’ensemble des bureaux et dépôts de la Marine : cartes marines, instructions nautiques, mémoires, documents issus des missions hydrographiques de reconnaissance des côtes de France accomplies sous l’impulsion de Colbert, journaux de bord ou de navigation qui devaient être, aux termes des ordonnances royales, envoyés au ministre pour la correction des cartes marines.

À la fonction de conservation des cartes et documents nautiques, le Dépôt ajoute dès 1737 celle de producteur et de diffuseur des cartes marines dont il a le monopole à partir de 1773. C’est dans le cadre de ce service que travaillèrent de célèbres cartographes comme Jacques Nicolas Bellin (1703-1772), auteur d’une abondante production cartographique, et surtout Charles François Beautemps-Beaupré (1766-1854), considéré comme le père de l’hydrographie moderne. Le Dépôt s’adjoignit une bibliothèque, s’enrichit au moyen d’acquisitions, comme celle du cabinet d’astronomie et de géographie de Joseph Nicolas Delisle en 1754, de la réunion de l’important dépôt des cartes, plans et journaux de la Compagnie des Indes en 1780, ou, plus tard, de séquestres révolutionnaires ; il continuait de recevoir les journaux de bord et il accueillit les archives produites par les grands voyages de circumnavigation entrepris à la fin du XVIIIe siècle et au cours de la première moitié du XIXe siècle et les missions hydrographiques menées à partir de la Restauration sous l’égide de la Marine.

Ayant suivi les archives de la Marine de Paris à Versailles en 1763, le Dépôt s’en sépara définitivement dès 1775, date de son retour à Paris. Devenu Service hydrographique de la Marine en 1885, il prit en 1971 l’appellation de Service hydrographique et océanique de la Marine (SHOM) et quitta Paris pour Brest en 1975. Le décret de 1899 qui ordonnait le transfert des archives centrales de la Marine présentant un caractère historique aux Archives nationales ne concernait pas le Service hydrographique. C’est le XXe siècle qui vit la dispersion de ses archives, de ses collections cartographiques anciennes, et de sa bibliothèque au profit de plusieurs établissements dont les Archives nationales

Les archives "manuscrites" destinées aux Archives nationales et toujours conservées par cette institution furent versées, pour la plupart en 1922 et 1953 ( un petit versement de complément fut effectué en 1933 par le ministère de la Marine) ; elles constituent la série MAR/JJ aujourd'hui répartie entre les sous-séries MAR/1 à 5JJ, MAR/10JJ et MAP/6JJ.

Notons pour mémoire que furent effectués aux Archives nationales entre 1960 et 1978 - principalement en 1966 - des versements de documents de nature technique et souvent de grandes dimensions, produits de travaux et missions hydrographiques (archives de la section "Marées et géophysique" que l'on envisagea de coter 9JJ, "levés et minutes hydrographiques", constituant les sous-séries 7JJ et 8JJ) qui ont été transférés dans les archives des ports de Brest en 1983 (8JJ et archives de la section "Marées et géophysique") et de Rochefort en 1990 (7JJ).

Historique de la conservation

Les archives du futur Dépôt des cartes et plans cohabitèrent avec les archives centrales de la Marine dans le couvent des Petits Pères, place des Victoires à Paris, à partir de la fin du XVIIe siècle ; l'ensemble est transféré à Versailles, dans l'hôtel des Affaires étrangères et de la Marine (contigu à l'hôtel de la Guerre) en 1763 ; de retour à Paris dès 1775 - alors que les archives centrales restent à Versailles jusqu'en 1837 - le Dépôt s'installe dans l'ancienne maison professe des Jésuites, rue Saint-Antoine ; il est transféré en 1794 place des Piques (Vendôme) où il occupe deux emplacements successifs (notamment l'hôtel d'Egmont-Pignatelli) puis en 1817 rue de l'Université (hôtel Feydeau) où il demeure jusqu'à son départ pour Brest en 1971. Devenu Service hydrographique de la Marine en 1885, il est affecté, au cours du XXe siècle, par des déménagements à Rochefort pendant les deux guerres mondiale et des versements opérés au bénéfice de plusieurs établissements principalement à partir de 1922.

Modalités d'entrée

Versements du Service hydrographiques de la Marine en 1922, 1953 ; compléments en provenance du ministère de la Marine en 1933 et 1983.

[les versements effectués en 1966 ont fait retour en 1982 et 1990 au profit du Service historique de la défense]

Mode de classement

La série Marine JJ conservée aux Archives nationales sur le site de Paris est répartie en 7 sous-séries ; on y trouvera :

  • les archives du Service lui-même (Marine 1JJ et 10JJ : correspondance des origines à 1867, inventaires) ;
  • des « papiers d’hydrographes » au contenu varié, incluant notamment une partie des papiers Delisle (Marine 2JJ) ;
  • la documentation scientifique du Service hydrographique du XVIIe au XXe siècle, riche d’informations sur toutes les parties du globe (Marine 3JJ) ;
  • des journaux de bord du XVIIe au XIXe siècle (Marine 4JJ) ;
  • les archives produites par les grands voyages de circumnavigation et les missions hydrographiques de l’extrême fin du XVIIIe siècle et du XIXe siècle (Marine 5JJ) ;
  • une collection de cartes et plans contenant notamment les minutes des cartes dressées au cours de ces voyages et missions (Marine 6JJ, actuellement cotée MAP/6JJ et conservée par la mission Cartes et plans des Archives nationales)

La richesse de cette série déborde largement le cadre de l'hydrographie pure pour s'étendre aux domaines les plus variés, tels que l'histoire de la navigation, des découvertes géographiques ou des sciences, la cartographie ou l'astronomie.

Langue des documents

Français

Langue des documents

Allemand

Langue des documents

Anglais

Langue des documents

Espagnol

Langue des documents

Latin

Langue des documents

Néerlandais

Langue des documents

Portugais

Langue des documents

Russe

Sources complémentaires

  • Bibliothèque nationale de France, département des Cartes et plans : importante partie du fonds cartographique du Service hydrographique de la Marine versée principalement en 1947 ;
  • Service historique de la Défense à Vincennes (bibliothèque centrale) : manuscrits de la bibliothèque du Dépôt des Cartes et plans et 71 recueils de cartes et plans (qui contient notamment des pièces du cabinet Delisle) ;
  • Bibliothèque du Museum d'histoire naturelle de Paris : papiers de naturalistes produits au cours des voyages de circumnavigation ;
  • Bibliothèque de l'Observatoire de Paris : partie du fonds Delisle cédé au bureau des Longitudes en 1795 ;
  • Bibliothèque de l'Assemblée nationale : quelques documents provenant du cabinet Delisle ;
  • Musée national de la Marine : principalement les cuivres cartographiques.

Bibliographie

CHAPUIS (Olivier), A la mer comme au ciel. Beautemps-Beaupré et la naissance de l’hydrographie moderne. L’émergence de la précision en navigation et dans la cartographie marine (1700-1850), Paris, 1999.

COVILLAULT (P.), Histoire des Archives et de la Bibliothèque du Service hydrographique de la Marine, Paris, 1979.

COVILLAULT (P.), Histoire du Service hydrographique de la Marine (de 1914 à 1970), Paris, 1979.

LE GUISQUET (Bernard), "Le Dépôt des Cartes, Plans et Journaux de la Marine sous l'Ancien Régime" dans Neptunia n°214, p. 3-21.

LA RONCIÈRE (Charles de), "Origines du service hydrographique de la Marine" dans Bulletin de la Section de Géographie, 1916.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici