Traitement en cours
Les fonds d'archives
Rechercher un fonds :
Ancien Régime | De 1789 à nos jours | Notaires de Paris | Archives de personnes, de familles, d'associations
Fonds d'archives

CHAMPETIER DE RIBES (Auguste). 779AP.

Haut de page
Titre :
CHAMPETIER DE RIBES (Auguste). 779AP.
Dates :
1920-1947
Niveau de description :

Histoire administrative/notice biographique

Né à Antony (Hauts-de-Seine) en juillet 1882, Auguste Champetier de Ribes est le fils de Louis Antoine Maurice Champetier de Ribes (1845-1929), notaire parisien, et de Marie Victorine Élisabeth Delapalme son épouse.

Après avoir fait ses études primaires et secondaires au collège Stanislas à Paris, Auguste Champetier de Ribes passe son baccalauréat en 1900 et est reçu en 1903 licencié ès lettre, et en droit de l’Université de Paris. Avocat, il s’inscrit au barreau de Paris le 12 mars 1907. De 1908 à 1924, il est le collaborateur du bâtonnier Albert Salle.

Juriste, il est adepte du catholicisme social et un disciple d’Albert de Mun. Il est blessé pendant la première guerre mondiale, puis élu au titre du Parti démocrate populaire (PDP) député des Basses-Pyrénées de 1924 à 1934. Il devient ensuite sénateur, de 1934 à 1940, et soutient notamment son ami Pierre Dumas aux législatives de 1936 en Béarn.

Président du PDP à partir de 1929, il est nommé sous-secrétaire d’État aux Finances du 3 novembre 1928 au 21 février 1930, puis ministre des Pensions du 2 mars au 13 décembre 1930 dans le ministère André Tardieu, ministre des Anciens combattants et pensionnés du 10 avril 1938 au 13 septembre 1939 dans le cabinet Édouard Daladier. Il est ensuite sous-secrétaire d’État du 13 septembre 1939 au 10 mai 1940 dans les gouvernements Daladier et Paul Reynaud.

Il fait partie des 80 parlementaires français qui refusent de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940. Puis il se retire dans son département, où il dirige le groupe départemental de Combat. Premier chef de parti à reconnaître l’autorité du général de Gaulle en qualité de chef de la France libre, il est membre de l’Assemblée consultative provisoire à la Libération.

Nommé par De Gaulle délégué du GPRF auprès du Tribunal militaire de Nuremberg (Allemagne), où il est procureur. Lorsque le procureur général de France François de Menthon quitte Nuremberg à la suite de la démission de De Gaulle du gouvernement, c’est Auguste Champetier de Ribes qui lui succède à ce poste.

Depuis janvier 1917, il est fait Chevalier de la Légion d’honneur, et le 5 août 1946 il reçoit le grade d’officier.

À son retour, il devient président du Conseil de la République le 27 décembre 1946 au bénéficie de l’âge, car, comme son concurrent communiste Georges Marrane, il obtient 129 voix. Deux jours plus tard, il est le candidat du Mouvement républicain populaire (MRP) à l’élection présidentielle, qui voit la victoire du socialiste Vincent Auriol. La maladie l’empêche alors d’assumer sa fonction de président de la Haute Assemblée, Auguste Champetier de Ribes décède à Paris le 6 mars 1947.

Notices des producteurs d'archives

Historique de la conservation

Les archives sont restées conservées dans la famille jusqu’à leur entrée aux Archives nationales.

Modalités d'entrée

Don de MM. Olivier Meyer-Hilfiger et de Benoît Le Porz, 2018.

Description

  • Dossiers d’avocat, annotés, notamment pour le procès de Paul Reynaud.
  • Notes manuscrites sur la jurisprudence.
  • Courriers et demandes d’intervention adressés à Champetier de Ribes.
  • Dossiers du tribunal de Nuremberg.
  • Dossiers biographiques (notes manuscrites et dactylographies, coupures de presse) : Barthou, Briand, Joffre, Lénine, Jeanne d’Arc, etc.

En cours de classement. Pour toute information, contacter le département des archives privées (dap.an@culture.gouv.fr). 

Conditions d'accès

Communication libre, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Conditions d'utilisation

Reproduction autorisée, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Langue des documents

Français

Bibliographie

Dazet-Brun (Philippe), Auguste Champetier de Ribes, 1882-1947 : un catholique social en République, Paris, Séguier, 2008.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici