Traitement en cours
Fonds d'archives

sous-série 121AJ : Archives d'Antoine Hazoume

Haut de page
Titre :
sous-série 121AJ : Archives d'Antoine Hazoume
Dates :
1946-1966
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Antoine Hazoume est né le 22 avril 1922 à Porto-Novo (Dahomey). Il est apparenté à l’écrivain Paul Hazoume (1890-1980). Engagé volontaire dans l’armée française pour quatre ans, il embarque à Cotonou pour la France en 1938 et participe à la bataille de France en 1939-1940 jusqu’à la défaite. Il est alors redirigé vers le Dahomey, où il est démobilisé en 1941 avec le grade de caporal et reçoit un certificat militaire de bonne conduite. Engagé au réseau de chemin de fer Bénin-Niger, il est responsable de la gare de Bokoutou. Il demande en 1946, au titre de la loi, un emploi réservé (comme préposé aux Douanes). Finalement, il gagne cette même année le Moyen-Congo, où il est employé à la chambre des Mines d’Afrique équatoriale à Brazzaville : engagé en qualité de secrétaire, il accède aux fonctions de secrétaire général adjoint, sous la protection du président de la chambre des mines, Yves de Laveleye. Aîné de sa fratrie, il invite son frère cadet à le rejoindre à Brazzaville, et fonde sa propre famille à Brazzaville.

En parallèle de ses activités professionnelles, il s’engage en politique et devient militant puis cadre du Parti progressiste congolais (PPC), la section du Rassemblement démocratique africain (RDA) d’Houphouët-Boigny au Moyen-Congo. En 1956, il succède à Julien Boukambou – leader syndicaliste CGAT – au poste de secrétaire général du PPC. Grâce à ces fonctions, il opère en 1957-1958, pour le compte d’Houpouët-Boigny et avec le concours de Ouezzin Coulibably, le transfert du label RDA en direction de l’Union démocratique de défense des intérêts africains (UDDIA) de l’abbé Fulbert Youlou. Conseiller de Youlou, il devient son directeur de cabinet politique à la présidence du Conseil le 15 juillet 1959.

Homme clé du dispositif anticommuniste à Brazzaville, il intègre en 1959 le séminaire de la Djoumouna (école des cadres anticommunistes) dirigé par Alfred Delarue, dit "Monsieur Charles", ancien inspecteur des RG de la préfecture de police de Paris, spécialiste de la lutte anticommuniste, compromis sous l'Occupation mais toujours utilisé officieusement après l’épuration. Hazoume s'y distingue et est repéré comme le meilleur élément. En 1960, Il est un acteur clé de la politique sécuritaire dans le cadre de l’indépendance : neutralisation du « complot communiste » de mai 1960, mission d’information anticommuniste auprès des autres chefs d’État de l’AEF, accueil des adversaires de Lumumba en exil à Brazzaville en août (Kalondji et Tshombé). C’est de cette période que date très probablement son recrutement comme agent du SDECE. Maurice Robert, chef du secteur Afrique, tient Hazoume pour son meilleur agent en Afrique centrale.

De 1961 à 1963, il devient plus spécifiquement conseiller spécial pour le Katanga à la présidence congolaise. Dans le cadre de cette mission, il assure la liaison entre Fulbert Youlou à Brazzaville et Moïse Tshombé à Élisabethville, et se voit même nommé de 1962 à 1963 conseiller technique au sein du cabinet de Tshombé, toujours en résidence à Brazzaville. C’est à cette époque qu’il devient un pilier de la « petite équipe » de Jean Mauricheau-Beaupré, missus dominicus de Foccart à Brazzaville.

La révolution des « Trois Glorieuses » des 13, 14 et 15 août 1963 renverse Fulbert Youlou et fait d’Hazoume un paria politique au Congo. Il s’efforce d’exfiltrer sa famille restée à Brazzaville, et la réinstalle en région parisienne. Au nom d’Houphouët, du SDECE et de la « petite équipe » de Mauricheau, il reste le principal conseiller RDA pour l’Afrique centrale. Dans un premier temps, d’août à décembre 1963, il travaille à la constitution d’un réseau de renseignement anticommuniste au Congo et à l’évasion de l’abbé Youlou. En septembre 1963, à Paris, Tombalbaye le présente officiellement à Foccart (qui, par Mauricheau, sait parfaitement qui il est). Parallèlement, Hazoume travaille activement au retour de Moïse Tshombé dans le jeu politique du Congo-Kinshasa.

En 1964, Tshombé est nommé Premier ministre du gouvernement central et Hazoume devient son conseiller. Il œuvre notamment à faire entrer le Congo-Kinshasa dans l’OCAM, la sphère d’influence politique et économique francophone en Afrique. Il sillonne l’Afrique francophone pour plaider l’intégration du Congo de Tshombé au « pré carré » français. De Kinshasa, il organise avec Bernard Kolelas et Philippe Lettéron la résistance youliste au Congo-Brazzaville. Bernard Kolelas jalouse toutefois la très grande influence dont jouit Hazoume auprès d’Houphouët. A la chute de Tshombé en octobre 1965, il prend la direction de Fort-Lamy (N’Djamena) où il devient conseiller du président François Tombalbaye, en qualité d’ambassadeur itinérant. Au sein de la « petite équipe », il travaille à Fort-Lamy avec Philippe Lettéron et Pierre Debizet, et à Abidjan avec Jean Mauricheau-Beaupré. Il assure la liaison avec Tshombé et Youlou en exil à Madrid en 1966 et travaille à leur retour au pouvoir à Kinshasa et Brazzaville.

Appelé en urgence à Fort-Lamy peu avant les fêtes de Noël 1966, il prend l’avion et se rend en urgence au Tchad – certainement dans le cadre de l’opération de restauration de Youlou avec le soutien du RDA. Le 24 décembre 1966, veille de Noël, il est retrouvé mort sur son lit de la chambre 108 de l’hôtel La Tchadienne à Fort-Lamy. Tout laisse à penser qu’il a été empoisonné. Maurice Robert est convaincu de l’assassinat sans avoir pu identifier avec certitude les meurtriers.

Historique de la conservation

Tout de suite après la disparition d’Antoine Hazoume, des individus vont fouiller sa maison francilienne et emportent deux valises pleines de documents. Ils en laisseront certains dans la cave, que la famille a décidé de déposer aux Archives nationales à la suite du colloque sur les archives Foccart, en mars 2015, qui a mis en lumière la figure d’Antoine Hazoume.

Le fonds Antoine Hazoume a ainsi été collecté dans le cadre de la Grande Collecte de novembre 2016 qui avait pour thème Afrique-France. Il a été remis par ses enfants en vue d’offrir un complément au point de vue des fonds Foccart et Hazoume sur la politique de décolonisation de l’Afrique. Le fonds d’archives a été classé et reconditionné par les Archives nationales au printemps 2017.

Modalités d'entrée

Don de la famille Hazoume dans le cadre de la Grande Collecte 2016.

Description

Ce fonds rassemble les archives qui ont pu être sauvées et conservées en France par la veuve et les enfants d’Antoine Hazoume au lendemain de sa mort à N’Djamena en décembre 1966 ; elles retracent imparfaitement la vie et les missions d’Antoine Hazoume au triple titre de ses fonctions de conseiller politique RDA, agent du SDECE et de membre de la « petite équipe » de Jean Mauricheau-Beaupré, missus dominicus de Jacques Foccart.

121AJ/1. - Papiers personnels (1944-1966).

121AJ/2. - Congo-Brazzaville (1955-1963).

121AJ/3. - Katanga (1961(1963).

121AJ/4. - Congo-Léopoldville (1965-1966).

121AJ/5. - Photographies (1961-1965).

Évaluation, tris et éliminations

Aucune élimination.

Accroissements

Aucun accroissement.

Mode de classement

Fonds privé ; le cadre de classement suit les principales étapes de la vie privée ou professionnelle d’Antoine Hazoume.

Conditions d'accès

Librement communicable.

Conditions d'utilisation

Reproduction et réutilisation autorisées.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Fonds conservés aux Archives nationales, site de Pierrette–sur–Seine.

Secrétariat général des Affaires africaines et malgaches

AG/5(F)/1-AG/5(F)/4155

Archives de Philippe Lettéron

90AJ/1-90AJ/203

Bibliographie

Bat (Jean-Pierre), La Fabrique des barbouzes. Histoire des réseaux Foccart en Afrique, Paris, Nouveau monde, 2015 (rééd. poche 2017).

Bat (Jean-Pierre),Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, Paris, Gallimard, 2012.

Bat (Jean-Pierre) et Geneste (Pascal), Archives de la présidence de la République. Secrétariat général des Affaires africaines et malgaches (1958-1974), Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, 2015.

Braeckman (Colette), Congo 1960 : échec d'une décolonisation, Bruxelles, André Versaille, 2010.

Devlin (Larry), CIA, mémoires d'un agent. La vie d'un chef de poste pendant la guerre froide, Paris, Jourdan, 2009.

Durand (Pierre-Michel), L'Afrique et les relations franco-américaines des années soixante. Aux origines de l'obsession américaine, Paris, L'Harmattan, 2007.

Faligot (Roger), Tricontinentale. Quand Che Guevara, Ben Barka, Cabral, Castro et Hô Chi Minh préparaient la révolution mondiale (1964-1968), Paris, La Découverte, 2013.

Faligot (Roger), Guisnel (Jean) et Kauffer (Rémi), Histoire politique des services secrets français, de la Seconde guerre mondiale à nos jours, Paris, La Découverte, 2012.

Foccart (Jacques), Journal de l'Elysée, t. I, Tous les soirs avec de Gaulle (1965-1967), Paris, Fayard / Jeune Afrique, 1997.

Gaillard (Philippe), Foccart parle, t. I (1913-1969), Paris, Fayard / Jeune Afrique, 1995.

Hazoume (Flore), Je te le devais bien…, Abidjan, Les classiques ivoiriens, 2015.

Renault (Alain) et Robert (Maurice), Maurice Robert, ministre de l'Afrique, Paris, Seuil, 2004.

Turpin (Frédéric), Jacques Foccart. Dans l'ombre du pouvoir, Paris, CNRS, 2015.

Youlou (Fulbert), J'accuse la Chine, Paris, La Table ronde, 1966.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici