Traitement en cours
Fonds d'archives

GOURGUES (collection de). 109AP/1-12.

Haut de page
Titre :
GOURGUES (collection de). 109AP/1-12.
Dates :
XIIe-XIXe siècles
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Le premier représentant connu de la famille de Gourgues est Geoffroy de Gourgues, secrétaire sous Philippe IV le Bel. En 1318, Philippe de Gourgues, grand porte-étendard de la Couronne, épouse Cécile de Pélagrue, nièce du pape Clément V. La famille de Gourgues s’établit alors en Guyenne. Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, Ogier de Gourgues, baron de Vayres (Gironde), est trésorier de France et général des finances à Bordeaux. Plusieurs membres de cette famille sont, aux XVIIe et XVIIIe siècles, intendants, conseillers et présidents au Parlement. Marc-Antoine de Gourgues est président à mortier au parlement de Bordeaux vers 1610, premier président en 1616. Armand-Jacques de Gourgues (1643-1726) est intendant des généralités de Limoges et de Caen. Au XVIIIe siècle, Armand-Guillaume-François de Gourgues, conseiller (1763) puis président au Parlement (1779), marquis de Vayres et d’Aulnay, épouse Élisabeth-Olive de Lamoignon. Au XIXe siècle, le vicomte Alexis de Gourgues fut maître des requêtes à la Cour des Comptes ; il démissionna à l’avènement de Louis-Philippe et se retira dans ses terres.

Historique de la conservation

La collection Gourgues a été achetée en 1954 à la famille de Brandois en même temps que les archives de la famille de Gourgues, également cotées en 109AP (voir les sources complémentaires ci-dessous), et était conservée jusqu’à cette date au château de Lanquais (Dordogne).

La collection a été réunie au XIXe siècle par le vicomte Alexis de Gourgues et provient d’achats chez les notaires (notamment les notaires bordelais) ou en ventes publiques.

Modalités d'entrée

Achats, 1954-1966, complétés par un don, 1980.

Description

109AP/1 à 109AP/12. Collection constituée par le vicomte Alexis de Gourgues.

Titres divers, XIIe-XVIe s. ; familles de Montaigne et de Monluc, XVIe-XVIIe s. ; documents militaires, XVIe-XVIIe s. ; actes émanant des rois de France, de princes, d’évêques, et de divers personnages du Périgord, XIVe-XIXe s. ; documents concernant Bordeaux, XVIe-XVIIIe s. ; divers, XVIIIe-XIXe s. ; 350 fausses chartes de croisade rédigées à l’intention des familles désireuses de voir figurer leur blason dans les salles de croisade du château de Versailles, ouvertes sur décision de Louis-Philippe (collection Courtois).

Conditions d'accès

Communication libre, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Conditions d'utilisation

Reproduction autorisée, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Les sceaux – vrais – des fausses chartes de croisade ont été intégrés à la collection des sceaux détachés des Archives nationales (Département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime, service des sceaux).

Le fonds Caulaincourt, également conservé aux Archives nationales, contient des fausses chartes de croisade (95AP/25, dossier 48).

On trouvera par ailleurs, sous les cote 109AP/13 à 19 et 109AP/SUPPL./1 à 12, un ensemble d’archives provenant de la famille de Gourgues. Le chartrier de Gourgues, XVIe-XVIIIe siècles, a pour sa part été déposé par la mairie d’Aulnay-sous-Bois aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis (4 J). Enfin, le Service historique de l’armée de Terre conserve, sous la cote 1K 38, un carton de papiers judiciaires d’Armand-Jacques de Gourgues, maître des requêtes.

Bibliographie

Sur les 350 fausses chartes de croisade conservées sous la cote 109AP/12, voir R.-H. Bautier, “ La collection de chartes de croisade dite “ Collection Courtois ”, dans Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1956, pages 382-386.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici