Traitement en cours
Fonds d'archives

DARU (Pierre) et fonds annexes. 138AP.

Haut de page
Titre :
DARU (Pierre) et fonds annexes. 138AP.
Dates :
XVIIIe-XIXe siècles
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

Pierre Daru (1767-1829) débuta comme commis à l’Intendance du Languedoc en 1782, devint commissaire des guerres, puis, en janvier 1796, chef de division au ministère de la Guerre et, après le 18 Brumaire, secrétaire général de ce même ministère ; membre du Tribunat en 1802, en 1805 conseiller d’État et intendant général de la maison de l’Empereur, il reçut en octobre 1806 la charge d’intendant général de la Grande Armée et des pays conquis. Daru fut ministre secrétaire d’État en avril 1811, ministre directeur de l’administration de la Guerre de novembre 1813 à mars 1814. Rallié aux Cent-Jours et écarté de ce fait sous la Restauration, il fut cependant appelé à la pairie par Louis XVIII en 1819 et à ce titre siégea au Conseil des prisons.

Officier d’artillerie, son fils aîné, Napoléon Daru (1807-1890), prit part à la campagne d’Algérie en 1830, puis devint parlementaire à partir de 1833 : il entra alors à la Chambre des pairs et fut membre de la commission des canaux et de celle des chemins de fer. Par la suite, il fut élu député de la Manche à plusieurs reprises sous la Seconde République et le Second Empire et une dernière fois en 1871, avant de représenter ce même département au Sénat de 1876 à 1879. Il avait été ministre des Affaires étrangères quelques mois de janvier à avril 1870.

Le père et le fils furent membres de l’Institut, Pierre de l’Académie française et de l’Académie des Sciences, Napoléon de l’Académie des Sciences morales et politiques.

Historique de la conservation

Pierre Daru avait accru ses archives de trois fonds, qui lui avaient été donnés ou légués : les papiers Mopinot, Dufourny et Gallois.

Le chevalier Antoine-Rigobert de Mopinot, ingénieur à la suite des armées et aide de camp du comte de Périgord, fut l’auteur d’ouvrages militaires et moraux. Capitaine à l’armée de Soubise pendant la guerre de Sept Ans, il joua aussi un rôle dans la diplomatie secrète. Il est permis de penser que cet ensemble fut donné par le comte de Périgord à Daru, qui avait été son secrétaire en 1788.

La provenance des papiers Dufourny est connue par deux lettres de l’oncle de Léon Dufourny, qui expliquent le don fait à Pierre Daru après la mort de son neveu. Léon Dufourny (1754-1818), architecte à Paris, Rome et Palerme, avait été chargé de la récupération et de la conservation des objets d’art en Italie en 1801. Il fut plus tard membre de l’Institut et conservateur du Musée des arts.

C’est par un legs en souvenir de leur appartenance commune au Tribunat que Daru se vit attribuer les papiers de Jean-Antoine Gauvin dit Gallois (1755-1828), membre et président du Tribunat.

A la suite des papiers de Napoléon Daru figure un fonds annexe, celui du vicomte Emmanuel-Camus du Martroy, président de 1873 à 1895 de la section du contentieux au Conseil d’État et membre du conseil d’administration de la compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans. La sœur du vicomte du Martroy, Geneviève du Martroy, épousa le baron Eugène Daru, frère de Napoléon Daru.

Modalités d'entrée

Dépôt, 1957-1958.

Description

138AP/1-205. Pierre Daru : ses diverses charges et en particulier, à partir de 1806, celle d’intendant général de la Grande Armée et des pays conquis (138AP/26 à 138AP/163).

138AP/206-211. Le chevalier de Mopinot : papiers relatifs à la guerre de Sept Ans. XVIIIe siècle.

138AP/212. Léon Dufourny (1754-1818), architecte et commissaire des arts en Italie. 1756-1828.

138AP/213. Gallois (1755-1828), membre et président du Tribunat. XVIIIe-XIXe siècles.

138AP/214. Divers.XVIIIe siècle.

138AP/215-256. Napoléon Daru, sous la monarchie de Juillet, pair et membre des commissions des canaux et des chemins de fer, par la suite, député puis sénateur de la Manche, ministre des Affaires étrangères de janvier à avril 1870.

138AP/257-269. Le vicomte du Martroy, président de 1873 à 1895 de la section du contentieux au Conseil d’État et membre du conseil d’administration de la compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans.

138AP/270-/370. 523 livres provenant des collections de Pierre et Napoléon Daru.

Conditions d'accès

Communication soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Les documents cotés 138AP/26 à 31, 38 à 112, 129 à 147, 212 sont consultables sur microfilms (MIC/138AP/26-31, 38-112, 129-147, 212).

Conditions d'utilisation

Reproduction soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Langue des documents

Français

Bibliographie

Grandsaignes (R. de), "Du nouveau sur d’Entraigues et les Daru", dans Annales historiques de la Révolution française, n°4, 1965, pp. 401-449.

Huart (Suzanne d’), "Lettres inédites de Madame de Staël au tribun Gallois (1800-1806)", dans Actes du 86e Congrès national des Sociétés savantes (Montpellier, 1961), Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, 1962, pp. 635-643.

La Barre de Nanteuil (colonel H. de), Le comte Daru ou l’administration militaire sous la Révolution et l’Empire, Paris, 1966, 253 p.

La thèse (pour le doctorat d’État) de Bernard Bergerot, Daru en son temps (1767-1829), Paris, 1979, 4 volumes, est conservée par les Archives nationales sous la cote AB/XLV/13.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici