Traitement en cours
Fonds d'archives

AG/5(4)/HV/1 : Archives d'Hubert Védrine, conseiller, porte-parole, puis secrétaire général de la présidence de la République

Haut de page
Titre :
AG/5(4)/HV/1 : Archives d'Hubert Védrine, conseiller, porte-parole, puis secrétaire général de la présidence de la République
Dates :
1981-1995
Niveau de description :
subfonds

Histoire administrative/notice biographique

Fils de Jean Védrine (1914-2010), ami et proche collaborateur de François Mitterrand depuis la Seconde Guerre mondiale, Hubert Védrine naît le 31 juillet 1947 à Saint-Sylvain-Bellegarde (Creuse). Diplômé de l'École des Sciences politiques de Paris et licencié d'histoire, il rentre à l'ÉNA en 1971. À la sortie de cette école en 1974, il est nommé administrateur civil de 2e classe et affecté au secrétariat d’État à la Culture. Jusqu'en 1978, il est chargé de mission et chef du bureau des Villes protégées à la sous-direction des Sites et des Espaces protégés, au sein de la direction de l’Architecture. Il effectue ensuite un passage de courte durée au ministère de l'Environnement et du Cadre de vie, comme chef de la division de la Protection et de la Mise en valeur des ensemble architecturaux (direction de l'Architecture) en 1978-1979, avant d'être détaché au ministère des Affaires étrangères en qualité de conseiller des Affaires étrangères de 2e classe. Il y occupe successivement les fonctions de coordinateur pour le Proche et le Moyen-Orient à la direction générale des Relations culturelles, scientifiques et techniques (octobre 1979) et de chef de la section Coopération technique à la mission d’Orientation et de Coordination et au service Sciences, techniques et développement (1980). Parallèlement, Hubert Védrine est suppléant de Daniel Benoist, député de la Nièvre de mars 1978 à mai 1981 et conseiller municipal de Saint-Léger-des-Vignes (Nièvre) à partir de 1977. Un mois après son arrivée à l'Élysée, François Mitterrand le nomme conseiller technique pour les Relations extérieures au secrétariat général de la présidence de la République. Il reste à ce poste jusqu'au 29 janvier 1986, date à laquelle il est nommé au tour extérieur maître des requêtes au Conseil d’État. En février 1988, François Mitterrand le rappelle auprès de lui comme conseiller diplomatique. Jusqu'au mois de mai de la même année, il y est spécifiquement chargé des questions stratégiques et du désarmement. Il cumule ensuite les fonctions de conseiller dans ces deux domaines et la charge de porte-parole de la présidence de la République, laissée vacante par le départ de Michèle Gendreau-Massaloux. Trois ans plus tard, le 17 mai 1991, Hubert Védrine succède à Jean-Louis Bianco comme secrétaire général de la présidence de la République, poste qu'il occupe jusqu'au départ du pouvoir de François Mitterrand en 1995. Dans les faits, comme en témoigne le chrono de ses notes, Hubert Védrine arrive à la présidence de la République quelques semaines avant sa nomination comme conseiller diplomatique (sa première note remontant au 1er juin 1981) et reste en poste à l’Élysée entre 1986 et 1988 sans y exercer de fonctions officielles. Il réintègre le Conseil d’État en 1995 puis rejoint le cabinet d’avocats Jeantet et associés en 1996. À la suite de la victoire de la Gauche plurielle aux élections législatives de 1997, Lionel Jospin est nommé Premier ministre par le président de la République Jacques Chirac. Appelé au gouvernement, Hubert Védrine devient ministre des Affaires étrangères, poste qu'il occupe jusqu'à la fin de la Cohabitation en mai 2002. Après son départ du Quai d'Orsay, Hubert Védrine fonde en 2003 une société de conseil en stratégie géopolitique « Hubert Védrine Conseil ». Depuis 2004, il est administrateur du groupe LVMH. En 2007, il se voit confier par le président de la République Nicolas Sarkozy la rédaction d'un rapport sur la France et la mondialisation. En 2012, c'est à François Hollande qu'il remet cette fois-ci un rapport sur les conséquences du retour de la France dans l'OTAN. Hubert Védrine est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages parmi lesquels "Les mondes de François Mitterrand" (paru en 1996), dans lequel il analyse la politique étrangère du président de la République qu'il a servi pendant près de 14 ans. Depuis 2003, Hubert Védrine est président de l'Institut François Mitterrand, qui conserve les archives privées de François Mitterrand, ainsi qu'un fonds documentaire couvrant l'ensemble de sa carrière politique. Hubert Védrine est l'époux de Michèle Froment-Védrine, médecin et conseiller-maître à la Cour des Comptes.

Notices des producteurs d'archives

Historique de la conservation

Avant leur arrivée aux Archives nationales, les dossiers d'Hubert Védrine formaient un ensemble de 58 cartons cotés 5 AG 4 / 11655-11660, 12369-12419 et 12459. Certains dossiers (désormais cotés AG/5(4)/HV/44, dossier 2 ; AG/5(4)/HV/45, dossiers 1 et 2), qu'Hubert Védrine conservait dans son coffre, ont été versés au service des archives de l'Élysée en août 1995 par le général Christian Quesnot, à qui Hubert Védrine les avait remis.

Modalités d'entrée

Protocole de remise du 17 janvier 1984, actualisé le 15 février 1995.

Description

Fruits de près de 14 années passées à l'Élysée, les archives d'Hubert Védrine documentent les différentes fonctions qu'il a successivement exercées au sein puis à la tête du secrétariat général de la présidence de la République. Ses chronos mêlent ainsi ses activités de conseiller pour les affaires internationales, puis pour les questions stratégiques et le désarmement, de porte-parole et enfin de secrétaire général.

Les dossiers de conseiller relatifs aux affaires internationales sont peu nombreux : il s’agit de documents très confidentiels et qui, à ce titre, étaient pour la plupart conservés par Hubert Védrine dans son coffre (notes prises lors d’entretiens de François Mitterrand, dossiers sur le nucléaire et la défense notamment).

Les archives d’Hubert Védrine comme porte-parole de la présidence de la République concernent notamment la coordination des rapports avec la presse et regroupent des documents conservés comme argumentaires.

Les dossiers du secrétaire général de la présidence de la République portent sur les activités du chef de l'État (allocutions, discours, entretiens, interviews, etc.), ses déplacements en France et à l'étranger, ses liens avec le gouvernement, les assemblées et différents partis politiques, ainsi que sur des questions de défense et différentes affaires. Nombre de dossiers correspondant à la période du secrétariat général d'Hubert Védrine sont identiques à ses dossiers de conseiller pour les affaires internationales ou les questions stratégiques et en constituent la suite chronologique.

Les archives du secrétaire général contiennent aussi un certain nombre de dossiers de conseillers élyséens qu'il conservait dans le coffre de son bureau. Ils ont été laissés dans les archives d’Hubert Védrine. En voici la liste :

  • AG/5(4)/HV/43 (archives de Jacques Attali, Pierre Morel et Pierre Bérégovoy)
  • AG/5(4)/HV/44, dossier 1 (archives de Pierre Bérégovoy)
  • AG/5(4)/HV/44, dossier 2 (archives de Jean-Michel Saulnier)
  • AG/5(4)/HV/45, dossier 1 (archives de Jean-Louis Bianco)
  • AG/5(4)/HV/45, dossier 2 (archives de Jacques Attali, Régis Debray, Élisabeth Guigou, Pierre Morel et Christian Sautter)
  • AG/5(4)/HV/46, dossier 1 (archives de Jean-Louis Bianco et de Pierre Bérégovoy)

On trouve également des documents de Jean-Louis Bianco, qui a précédé Hubert Védrine au poste de secrétaire général de la présidence de la République, dans le carton AG/5(4)/HV/41.

Il convient enfin de signaler un dossier personnel concernant des conférences ou des cours dispensés par Hubert Védrine.

Évaluation, tris et éliminations

Le service des archives de la présidence de la République n’avait pas procédé à des éliminations sur ces archives. Lors de leur classement aux Archives nationales, les éliminations ont été limitées aux doubles.

Accroissements

Aucun accroissement.

Mode de classement

Les dossiers d’Hubert Védrine ont été traités en deux temps. En 2004, sous la direction de Damien Vaisse, seuls ont été traités ses dossiers de conseiller pour les affaires internationales et ses dossiers de porte-parole (21 cartons), soit : 5 AG 4 / 11655-11660, 12369-12378, 12380-12381, 12390, 12396 (en partie) et 12403. Cet ensemble a été recoté en 5 AG 4 / HV 1-21. Les autres cartons remis par Hubert Védrine concernant ses activités de secrétaire général (5 AG 4 / 12382-12389, 12391-12402 (12396 en partie seulement), 12404-12419 et 12459), ont été traités en 2010 sous la direction de Zénaïde Romaneix. La plupart de ces dossiers ont été ajoutés et cotés à la suite des 5 AG 4 / HV 1-21 mais certains ont dû être réintégrés à l’intérieur du classement de 2004 : les dossiers de chronos à la suite de 5 AG 4 / HV 9 ; un dossier isolé de préparation de l’agenda présidentiel inséré dans 5 AG 4 / HV 17, dossier 1 devenu 5 AG 4 / HV 22, dossier 2 ; un dossier d’argumentaires et un dossier sur le Front national mis dans 5 AG 4 / HV 21 devenu 5 AG 4 / HV 26 (un dossier "Front national" très similaire s’y trouvait déjà) ; le dossier 5 AG 4 / HV 16, dossier 2 a été complété et rejeté à la fin du plan de classement (Dossiers personnels, 5 AG 4 / HV 46, dossier 2).

Conditions d'accès

Consultables par dérogation. En tant qu'archives publiques, la communicabilité des archives de la présidence de la République est régie par le livre II du code du patrimoine, en particulier par les articles L213-1 et L213-2. Cependant, les archives de la présidence de la République sous François Mitterrand, à l'instar de celles de la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, sont soumises à un délai spécial de communicabilité unique de 60 ans, en vertu du protocole de remise signé par le Président le 15 février 1995.

Ce délai exorbitant du droit commun des archives publiques, qui courait à partir de la date d'émission de chaque document, a été ramené par l'article L213-4 du code du patrimoine à 25 ans révolus à compter de la date du décès de l'ancien président de la République. De ce fait, à partir du 1er janvier 2022, la communication des archives de la présidence de François Mitterrand suivra les dispositions du régime général des archives publiques prévues par l'article L213-2 du code du patrimoine. Avant cette date, les archives de François Mitterrand sont consultables par dérogation, sur autorisation de Madame Dominique Bertinotti, ancien ministre et mandataire du défunt président de la République en vertu d'une décision écrite de celui-ci en date du 15 février 1995.

Conditions d'utilisation

Reproduction interdite sauf autorisation expresse du mandataire.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Archives nationales – Site de Pierrefitte-sur-Seine

Fonds de la présidence de la République sous François Mitterrand – AG/5(4)

Archives des secrétaires généraux (Pierre Bérégovoy, Jean-Louis Bianco) et des secrétaires généraux adjoints (Jacques Fournier, Christian Sautter, Michèle Gendreau-Massaloux, Anne Lauvergeon) de la présidence de la République.

Notes des membres du secrétariat général dans les archives du secrétariat général de la présidence de la République.

Archives des différents conseillers et chargés de mission rattachés au secrétariat général de la présidence de la République.

Bibliographie

Armand (César), Bongibault (Romain), Dans l'ombre des Présidents, Paris, Fayard, 2016.

Védrine (Hubert), Les mondes de François Mitterrand : à l’Élysée (1981-1995), Paris : Fayard, 1996, 784 p. (rééd. Paris : Fayard, 2016).

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici