Traitement en cours
Fonds d'archives

ÉTAMPES (famille d’) et GEOFFRIN (Madame). 508AP.

Haut de page
Titre :
ÉTAMPES (famille d’) et GEOFFRIN (Madame). 508AP.
Dates :
1380-[1991]
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

La famille d’Étampes doit son nom à une ancienne seigneurie du Berry. D’origine non noble, elle prit possession à la fin du XIVe siècle des seigneuries de la Ferté-Imbault et de la Ferté-Nabert. Le premier membre du lignage connu fut Jean d’Étampes, garde des joyaux du duc Jean de Berry. Son fils Robert Ier devint conseiller puis exécuteur testamentaire du duc en 1416. Au XVIe siècle, la famille d’Étampes se divisa en trois branches : la Ferté-Imbault, Valençay et d’Autry. Les branches de la Ferté-Imbault et de Valençay se distinguèrent par d’éminents personnages qui évoluèrent dans des fonctions militaires, diplomatiques et ecclésiastiques.

Le plus illustre représentant de la branche de la Ferté-Imbault est Jacques d’Étampes, marquis de la Ferté-Imbault, seigneur de Salbris (1590-1668). Maréchal de camp, Jacques d’Étampes prit part aux sièges de Saint-Jean-d’Angély et de Montauban et se distingua en 1630 au combat de Veillane. Ambassadeur en Angleterre en 1641, colonel général des Ecossais au service de la France en 1643, conseiller du roi et lieutenant général, il contribua à la victoire de Lens en 1648. Jacques d’Étampes commandait avec Turenne l’armée royale en 1654, lorsque les Espagnols durent lever le siège d’Arras. Son petit-fils, Charles, marquis de Mauny et de la Ferté-Imbault (mort en 1716), eut un fils, Roger, qui eut lui-même un fils, Louis-Roger dit le marquis d’Étampes, mousquetaire du roi, mort en 1754. Le fils de Louis-Roger, Louis, marquis d’Étampes (1734-1815) fut colonel des grenadiers de France. Au XVIIIe siècle, Marie-Thérèse Geoffrin, mariée en 1733 avec Philippe-Charles d’Étampes, marquis de la Ferté-Imbault, et sa mère, Marie-Thérèse Rodet, plus connue sous le nom de Madame Geoffrin (1699-1777), tinrent, pendant plus de vingt-cinq ans, dans la rue Saint-Honoré, un salon très fréquenté où elles réunissaient alternativement les artistes, les gens de lettres et les personnes de l’aristocratie.

Le membre le plus connu de la branche d’Étampes-Valençay est Jacques II d’Étampes, seigneur d’Happlaincourt et de Valençay (1579-1639). Gouverneur de la place et de la ville de Montpellier en 1622, Jacques II d’Étampes-Valençay participa à la première guerre de religion menée par Louis XIII. En 1627, il fut nommé gouverneur de la citadelle et de la ville de Calais et des Pays conquis.

Modalités d'entrée

Achats, 1989-1991.

Description

508AP/1-4. Les premiers d’Étampes, seigneurs de la Ferté-Imbault, de Valençay, des Roches et d’Autry. 1395-1543.

508AP/5-39. Branche d’Étampes de la Ferté-Imbault. [Vers 1499]-1904. 1499-1904.

  • 508AP/5. Généralités.
  • 508AP/6-23. Membres de la branche de la Ferté-Imbault, dont le maréchal Jacques d’Étampes, son petit-fils Charles, marquis de Mauny et de la Ferté-Imbault, Louis-Roger et Louis marquis d’Étampes.
  • 508AP/24-39. Familles alliées, dont famille Geoffrin : correspondance et papiers de Madame Geoffrin et de sa fille, Madame de la Ferté-Imbault.

508AP/40-53. Branche d’Étampes-Valençay. 1505-XIXe siècle.

  • 508AP/40. Généralités.
  • 508AP/41-50. Membres de la branche d’Étampes-Valençay dont Jacques d’Étampes, seigneur d’Haplaincourt et marquis de Valençay.
  • 508AP/51-53. Familles alliées.

508AP/54. Branche d’Étampes-Autry. XVIIIe siècle

508AP/55. Documents sans lien avec le fonds. 1442-XIXe siècle.

Conditions d'accès

Communication libre, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Conditions d'utilisation

Reproduction autorisée, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Langue des documents

Français

Bibliographie

Informations extraites du répertoire numérique d’Alban Levet.

La Chesnaye-Desbois (de) et Badier, Dictionnaire de la noblesse, 19 vol., 3e éd., Paris, 1863-1876, t. 7.

Hamon (Maurice) et Perrin (Dominique), Au cœur du XVIIIe siècle industriel. Condition ouvrière et tradition villageoise à Saint-Gobain, Editions P.A.U., 1993, pages 142-154 (François Geoffrin, né en 1665, mort en 1749, mari de Marie-Thérèse Rodet, était un des principaux actionnaires de la Manufacture royale des glaces).

Hamon (Maurice), Madame Geoffrin, Paris, 2010, 782 p.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici