Traitement en cours
Fonds d'archives

LONDRES (Albert). 76AS.

Haut de page
Titre :
LONDRES (Albert). 76AS.
Dates :
1854-1984
Niveau de description :
fonds

Histoire administrative/notice biographique

En novembre 1990, l’Association du Prix Albert-Londres a fait don aux Archives nationales d’un ensemble comprenant les papiers du grand reporter Albert Londres, ceux de sa fille Florise Albert-Londres, et les dossiers d’attribution du Prix Albert-Londres de 1933 à 1977.

Albert Londres est né à Vichy en 1884. Après quelques années passées à Lyon, il décide de faire la conquête de Paris, comme tant d’autres, parce qu’il aime la poésie. Il vivra d’abord la vie des poètes pauvres et publiera des plaquettes de poèmes. Il travaille au Matin lorsqu’il signe son premier article retentissant sur le bombardement de la cathédrale de Reims, en 1914. Il a tout juste 30 ans, et c’est le départ de sa brillante carrière de grand reporter, qui durera 18 ans. Il trouvera la mort le 16 mai 1932 dans l’incendie du paquebot « Georges Philippar », au large du cap Gardafui à l’entrée de la mer Rouge. Durant ces 18 années, il change de journal, passant du Matin, au Petit Journal, à L’Excelsior, au Quotidien, au Petit Parisien et enfin au Journal, comme il parcourt le monde entier : le front d’Orient (1915), les Dardanelles, l’Italie (1919), la Russie (1920), la Palestine, le Japon, l’Egypte, la Chine, l’Allemagne, l’Inde, la Bulgarie, l’Indochine. De 1923 à 1931 il innove en s’attaquant aux «phénomènes de société» et il entreprend alors ses grands reportages sur les bagnes civils, les bagnes militaires, les asiles psychiatriques, la prostitution, l’ exploitation des Noirs en Afrique, celle des Arabes dans le Golfe, le terrorisme des Balkans, les Juifs d’Europe centrale.

Les archives d’Albert Londres se composent de papiers privés et de correspondance, notamment celle qu’il a adressée à ses parents et à sa fille, de ses oeuvres poétiques et de ses reportages, conservés souvent sous forme de manuscrits ou d’épreuves corrigées de la main d’Albert Londres, et de ses articles, également sous forme manuscrite ou de coupure de presse. S’y ajoutent les documents relatifs à l’enquête faite à la suite de l’incendie du paquebot « Georges-Philippar ». Enfin un ensemble de photographies de famille et de certains des reportages complète ces papiers.

Florise Albert-Londres, née en 1904, suit les traces de son père et comme lui écrira des ouvrages, des contes, des nouvelles et publiera de nombreux articles de presse. Mais surtout elle entretiendra le souvenir de son père en créant dès 1933 le Prix Albert-Londres, qui récompense chaque année depuis le lauréat du meilleur grand reportage de presse écrite. Aujourd’hui ce prix est également décerné annuellement à un journaliste de télévision. En 1934 elle fait paraître chez Albin Michel son premier ouvrage intitulé Mon Père. Ces archives sont représentatives de sa carrière de journaliste et d’écrivain et comprennent outre la correspondance familiale, ses écrits, sous forme manuscrite, dactylographiée ou de coupure de presse.

Modalités d'entrée

Don, 1990.

Description

76AS/1-19. Albert LONDRES.

  • 76AS/1-2. Documents généalogiques et correspondance. 1854-1931.
  • 76AS/3. Carnets de notes de reportages et enquêtes. S. d.
  • 76AS/4-12.Oeuvres : poèmes, textes divers, enquêtes, reportages. 1908-1932.
  • 76AS/13. Articles. 1908-1933.
  • 76AS/14-15. Décès accidentel d’Albert Londres à bord du « Georges Philippar» : procès, coupures de presse. 1924-1952.
  • 76AS/15-16. Hommages rendus à Albert Londres. Ecrits divers. 1915-1985.
  • 76AS/17-19. Photographies de famille et de reportages. Portraits d’Albert Londres. 1905-1934.

76AS/20-25. Florise Albert LONDRES.

  • 76AS/20. Papiers et correspondance privés, manuscrits d’ouvrages. 1919-1974.
  • 76AS/21-23. Oeuvres : roman inédit, contes, poèmes, nouvelles, chansons. S. d.
  • 76AS/24-25. Articles manuscrits et publiés. 1936-1951.

76AS/26-27. Prix Albert-LONDRES, dossiers d’attribution, liste des lauréats au Prix Albert-Londres. 1933-1982.

Existence et lieu de conservation des documents originaux

Pierrefitte-sur-Seine

Conditions d'accès

Communication libre, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Conditions d'utilisation

Reproduction autorisée, selon les modalités en vigueur aux Archives nationales.

Langue des documents

Français

Sources complémentaires

Archives nationales - site de Pierrefitte

LH 1655, dossier 27 : attribution de la légion d’honneur à titre posthume 454 AP 259 : dossier de membre à la Société des gens de Lettres

Il AR : archives du Petit-Parisien. notamment Il AR 689 coupure sur Albert Londres, Il AR 680 coupures de presse sur Dieudonné, Il AR 461-462 registres d’appointements, Il AR 578 livre des piges des envoyés spéciaux.

Archives nationales -Aix-en-Provence :

78 APC : Quelques notes d’Albert Londres sur les bagnes d’Afrique et de Guyane, 1923. Série H : établissements pénitentiaires coloniaux.

Pour toute recherche sur les bagnes civils et militaires, voir notamment l’inventaire de la série H et les sources complémentaires indiquées dans : Etablissements pénitentiaires coloniaux, 1792-1952, répertoire numérique par S. Clair, O. Krakovitch et J. Préteux, Paris, Archives nationales, 1990, 107 p.

Bibliographie

Paul Mousset, Albert Londres, l’aventure du grand reportage, Grasset, 1970, 366 p.

Pierre Assouline, Albert Londres, vie et mort d’un grand reporter, 1884-1932, Balland, 1989, 632 p.

Francis Lacassin. Sije toublie Constantinople, Bourgois, collection 10-18.

Francis Lacassin, Pêcheurs de perles, Bourgois, collection 10-18, 1975.

Francis Lacassin. Mourir pour Shangaï, Bourgois, collection 10-18, 1984.

Albert Londres, oeuvres complètes, présentées par Henri Amouroux.Arléa, 1992, 857 p.

Albert Londres, câbles et reportages, présentés par Francis Lacassin, Arléa, 1993, 860 p.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici