Your request is in progress
Archival group

MOCH (Jules). 484AP.

Top of page
Title:
MOCH (Jules). 484AP.
Dates:
XXe siècle
Level of description:
fonds

Administrative history/biographical note

Major de sa promotion à Polytechnique et ingénieur de la Marine, Jules Moch (1893-1985) fut député socialiste de la Drôme (1928-1936) et de l’Hérault (1937-1940, 1946-1958, 1962-1967). Avant la guerre, il fit partie de deux gouvernements de Léon Blum comme secrétaire général de la Présidence du Conseil de 1936 à 1937 puis, comme ministre des Travaux publics en 1938. Il fut l’un des “ 80 ” à voter contre Pétain en 1940, ce qui lui valut d’être arrêté et détenu à Pellevoisin, Aubenas et Vals. Il fonda ensuite dès sa libération le groupe de résistance “ 1793 ”, milita dans “ Combat ” avant de rallier, en 1943, les Forces navales françaises libres. Sitôt démobilisé en 1945, il entra dans le gouvernement de Gaulle et participa pendant six ans à tous les ministères. Pendant deux ans, ministre des Travaux publics et des Transports (novembre 1945-novembre 1947), il présida à la reconstruction des chemins de fer, ports, routes, marine marchande et aviation civile. Il passa au ministère de l’Intérieur lors des grandes grèves politiques de novembre 1947 et y resta deux ans et demi. Vice-président du Conseil, ministre de l’Intérieur du 28 octobre 1949 au 7 février 1950, Jules Moch fut ensuite chargé, lors de la guerre de Corée, comme ministre de la Défense nationale, de la modernisation de l’armée et de la mise en œuvre du Pacte Atlantique.

Moch quitta le gouvernement en 1951. Il devint, à la Commission des affaires étrangères, rapporteur du projet de loi sur la CED (Communauté Européenne de Défense) et conclut au rejet du projet qui fut repoussé à 60 voix de majorité.

Délégué de la France aux assemblées des Nations Unies en 1947, puis en permanence de 1951 à 1960, il se spécialisa dans la question du désarmement et fut nommé, en 1952, délégué de la France à la Commission du désarmement. Durant cette période, il refusa de rentrer au gouvernement et il ne fit qu’une exception, en mai 1958, où il accepta, en période troublée, de reprendre l’Intérieur dans le gouvernement Pfimlin, du 17 au 31 mai 1958.

Mode of entry

Dépôt, 1987-1994.

Description

484AP/1-11. Discours et conférences.

484AP/12. Activités durant la guerre 1939-1945.

484AP/13-29. Fonctions ministérielles.

484AP/30-34. Fonctions parlementaires.

484AP/35. Activités au sein de la SFIO.

484AP/36-48. Participation aux négociations internationales pour la paix et le désarmement.

484AP/49. Participation à diverses associations.

484AP/50-73. Articles.

484AP/74-95. Manuscrits.

484AP/96-98. Biographies et caricatures.

484AP/99-147. Coupures de presse sur son activité politique.

484AP/148. Divers.

484AP/149-151. Travail parlementaire. 1923-1939.

484AP/151-152. Présidence du Conseil. 1928-1939.

484AP/152-157. S.F.I.O. 1924-1940.

484AP/158. Entrée en France et accueil des réfugiés républicains espagnols. 1926-1940.

484AP/159-165. Transport, nationalisation des chemins de fer. 1907-1940.

484AP/165-177. Problèmes économiques et sociaux : manuscrits, documentation. 1914-1940.

484AP/178. Déclarations fiscales et avis divers. 1940-1972.

484AP/179 à 484AP/180. Discours de Jules Moch. 1956-1968.

Access conditions

Communication soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Use conditions

Reproduction soumise à l’autorisation des ayants-droit.

Language of documents

Français

Additional sources

Les Archives nationales conservent, sous la cote BB18/7205, dossier 8 BL 5266, la correspondance de la division criminelle du ministère de la Justice sur le procès consécutif à l’assassinat en avril 1944 d’André Moch, fils de Jules Moch, alors que ce fils militait dans la Résistance près de Grenoble (1947-1950).

Les ouvrages imprimés et la documentation de Jules Moch ont été versés à la Fondation nationale des Sciences politiques.

L’Institut d’histoire du temps présent conserve, sous la cote ARC 3004, le manuscrit original du journal rédigé, dans les années 1970, par Jules Moch en vue de la publication de son livre : Une si longue vie, qui fut édité en 1976 aux éditions Robert Laffont.

Bibliography

Yvert (Benoît), Dictionnaire des ministres (1789-1989), Paris, Perrin, 1990, page 550.

echoulan (Eric), Jules Moch. Un socialiste dérangeant, Paris-Bruxelles, 1999, 589 p. (collection Histoires).

New conditions for access to archives.