Traitement en cours
Producteur d'archives

Longuet, Jean (1876-1938)

Haut de page

Description

Forme autorisée du nom
Longuet, Jean (1876-1938)
Type de producteur
Personne
Identifiant de l'entité
ISNI 0000 0001 0935 6351
Dates d'existence
10 mai 1876 - 11 septembre 1938
Histoire

Petit-fils de Marx par sa mère, Jean Longuet (1876-1938) naît en Angleterre, où son père Charles Longuet (1839-1903) s'était réfugié en 1871 après la Commune. Charles Longuet et Jenny Marx (1844-1883) se sont mariés en octobre 1872 et reviennent en France en 1880 après la loi d'amnistie. Après le décès de sa mère en janvier 1883, Jean Longuet est confié à sa famille paternelle à Caen, où il poursuit ses études, et séjourne régulièrement chez sa tante maternelle, Eleanor Marx-Aveling (1855-1898). Une autre de ses tantes, Laura Marx (1845-1911) est l'épouse de Paul Lafargue.

Étudiant à Caen, puis à Paris où il suit des études de droit, il milite dans un groupe d'étudiants socialistes (le Groupe des étudiants collectivistes) et adhère en 1895 au Parti ouvrier français mené par Jules Guesde puis au Parti socialiste français mené par Jean Jaurès. Jean Longuet participe aux démarches pour l'unification des groupes socialistes, qui aboutissent à la création en 1905 de la Section Française de l'Internationale Ouvrière (S.F.I.O.) ; il fera partie de la Commission administrative permanente de la S.F.I.O. jusqu'à sa mort. Proche de Jaurès, il assiste à son assassinat le 31 juillet 1914.

Parallèlement à ses activités militantes, Jean Longuet commence très tôt une carrière de journaliste : il est administrateur du Mouvement socialiste (créé en 1899), anime la revue Pro Armenia en 1900, et collabore au journal L'Européen de 1901 à 1906, au Courrier européen, à La Petite République, à la Revue socialiste, et à L'Humanité (fondée en 1904), où il tient la rubrique de politique étrangère jusqu'en 1914.

Jean Longuet se marie en 1900 avec Anita Desvaux (1875-1960), militante socialiste qui lui donnera deux fils : Robert-Jean (1901-1987), militant socialiste et anticolonialiste, et Charles, dit Karl-Jean, sculpteur de renom. En 1908, il s'inscrit au barreau de Paris et exerce la fonction d'avocat. En 1911, la famille s'installe à Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine).

Au sein de la S.F.I.O., Jean Longuet milite tout d'abord dans la Fédération de l'Aisne ; il se présente sans succès aux élections législatives de 1906 et de 1910 et aux élections législatives partielles de 1912 ; en mai 1914, il se présente dans la circonscription de son domicile, dans le département de la Seine, et est élu député. Battu aux législatives de 1919 et de 1924, il ne retrouve le Palais Bourbon qu'aux élections de 1932 mais il n'est pas reconduit par le Front Populaire en 1936. La vie politique locale lui réussit davantage : il est élu maire de Châtenay-Malabry en 1925, mandat qu'il conserve jusqu'à sa mort et dans lequel il s'investit beaucoup. Il fut aussi conseiller général en 1929 et en 1935, mandat pendant lequel il œuvra pour la conservation du Parc de Sceaux et la création d'un musée d'Ile-de-France.

Parlant couramment plusieurs langues (anglais, allemand, italien), c'est surtout par ses talents de journaliste et de militant internationaliste que se révèle le mieux l'œuvre de Jean Longuet. Il entretient de nombreuses relations avec des militants et journalistes de tous pays.

Militant socialiste international dès 1896 (il est délégué au congrès de l'Internationale à Londres), il est membre du Bureau Socialiste International à partir de 1905 ; au Congrès de Tours de 1920, d'abord partisan d'une adhésion à la IIIe Internationale socialiste à la suite du parti communiste russe, il reste finalement dans la S.F.I.O. et refuse d'adhérer au Parti communiste français. Il fut ensuite membre du Comité exécutif de la nouvelle Internationale Ouvrière Socialiste (IOS) créée en 1923. À partir de 1920, Jean Longuet s'investit beaucoup dans la cause de l'unité socialiste tant à travers son journal, Le Populaire de Paris, qu'à travers des centaines de conférences en France, en Angleterre, en Allemagne, en Autriche, en Italie du Nord et même aux États-Unis où il se rend durant l'hiver 1922-1923.

Il crée en 1918 un journal, Le Populaire, avec Paul Faure et Henri Barbusse, qui devient en 1920 Le Populaire de Paris. Jean Longuet fait paraitre également dans la Nouvelle Revue socialiste, qui parait de 1925 à 1930, de nombreux articles sur les questions internationales. A l'étranger, Longuet publie et correspond notamment dans The Daily Citizen (USA), The Baltimore Sun (USA), The Milwaukee Leader (USA), The Maoriland Worker (Nouvelle Zélande), The Jewish Forward (USA), Der Kampf (Allemagne), New Leader (Grande-Bretagne), Daily Herald (Grande-Bretagne), Worker (Australie). Il traduit également en français nombre d'articles et de brochures de socialistes allemands ou britanniques.

Jean Longuet est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Terroristes et policiers : L'affaire Azeff (1909), qui est traduit en allemand et en suédois ; il collabore à l' Encyclopédie socialiste, de Compère-Morel, parue en 1913, dans laquelle il rédige le volume consacré à Karl Marx, et à l'édition des Œuvres complètes de Karl Marx en 1923.

Lieux

Caen (Calvados)
Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine)
Aisne (Picardie , département)

parc de Sceaux
Sceaux (Hauts-de-Seine)

Activités

journaliste

militant politique

député de 1932 à 1936

élu local de 1925 à 11 septembre 1936
maire de Châtenay-Malabry (1925-1938) ; conseiller général (1929-1938)

député de 1914 à 1919

Sources de la notice

Archives Nationales, Fonds Jean Longuet (1865-1995), 671 AP.

Source : Article Jean Longuet de Wikipédia en français (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Longuet).

Notice d'autorité BnF n°FRBNF 12529501.

Candar (Gilles), Jean Longuet, 1876-1938, un internationaliste à l'épreuve de l'histoire, Rennes, PUR, 2007.

Ce producteur dans des sites extérieurs

Notice Wikipédia
10/05/1876 - 11/09/1938 Jean Longuet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Longuet
Notice wikipédia
10/05/1876 - 11/09/1938 Jean Longuet (1876-1938) : http://data.bnf.fr/12529501/jean_longuet/
Lien vers la notice d'autorité BnF.

Communication importante concernant les commandes. Cliquez ici

Télécharger la notice
Permalien